Ouvrir le menu principal

Langeais

commune française du département d'Indre-et-Loire

Langeais
Langeais
La rue Gambetta et le château.
Blason de Langeais
Blason
Langeais
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Canton Langeais (chef-lieu)
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Pierre-Alain Roiron
2017-2020
Code postal 37130
Code commune 37123
Démographie
Gentilé Langeaisiens
Population
municipale
4 612 hab. (2016)
Densité 71 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 19′ 36″ nord, 0° 24′ 25″ est
Altitude Min. 36 m
Max. 109 m
Superficie 64,55 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte administrative d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire

Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Langeais

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Langeais
Liens
Site web langeais.fr

Langeais est une commune française du département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire. Sa devise est Alae gaviae vicus.

La commune est née le sous le statut administratif de commune nouvelle de la fusion de l'ancienne commune de Langeais et de la commune des Essards qui a pris alors le statut de commune déléguée[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

Le territoire de la commune est limitrophe de ceux de six autres communes :

Carte de Langeais et des communes limitrophes

Géologie et reliefModifier

HydrographieModifier

 
Pont suspendu sur la Loire.
 
Réseau hydrographique de Langeais.

La commune est bordée sur son flanc sud par la Loire (2,733 km). Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 56,83 km, comprend deux autres cours d'eau notables, la Roumer (10,895 km) et le Breuil (2,525 km), et divers petits cours d'eau dont l'Étang Crémille (3,573 km)[2],[3].

Le cours de la Loire s’insère dans une large vallée qu’elle a façonnée peu à peu depuis des milliers d’années. Elle traverse d'est en ouest le département d'Indre-et-Loire depuis Mosnes jusqu'à Candes-Saint-Martin, avec un cours large et lent. La Loire présente des fluctuations saisonnières de débit assez marquées. Sur le plan de la prévision des crues, la commune est située dans le tronçon de la Loire tourangelle, qui court entre la sortie de Nazelles-Négron et la confluence de la Vienne[4], dont la station hydrométrique de référence la plus proche est située à Tours [aval pont Mirabeau]. Le débit mensuel moyen (calculé sur 62 ans pour cette station) varie de 112 m3/s au mois d'août à 622 m3/s au mois de février. Le débit instantané maximal observé sur cette station est de 3 050 m3/s et s'est produit le , la hauteur maximale relevée a été de 5,78 m ce même jour[5],[6]. La hauteur maximale historique a été atteinte le 3 juin 1856 avec une hauteur inconnue mais supérieure à 6,20 m[7]. Sur le plan piscicole, la Loire est classée en deuxième catégorie piscicole. L'espèce biologique dominante est constituée essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[8].

La Roumer, d'une longueur totale de 27,3 km, prend sa source dans la commune d'Ambillou et se jette dans la Loire sur le territoire communal aux abords de la gare, après avoir traversé 6 communes[9]. Sur le plan piscicole, la Roumer est également classée en deuxième catégorie piscicole[8].

Le Breuil, d'une longueur totale de 14,6 km, prend sa source dans la commune d'Ambillou et se jette dans le Roumer sur le territoire communal, comme la Roumer aux abords de la gare, après avoir traversé 4 communes[10]. Sur le plan piscicole, le Breuil est également classé en deuxième catégorie piscicole[8].

Dix zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « la vallée de la Loire de Mosnes à Candes-Saint-Martin », « la vallée de la Roumer de Pont Boutard à Langeais », « la vallée de la Roumer de Saint-Symphorien-les-Ponceaux à Pont Boutard », « la vallée du Breuil aux Tronchées », « la vallée du Ruisseau de l'l'étang de Crémille », « les étangs des Renfermés et de la Foucaudière », « l'étang de la Herpinière », « l'étang de la Monnerie » et « l'étang de la Renaudière et l'étang des Bournais »[11],[12].

UrbanismeModifier

Voies de communication et transportsModifier

Encadrée par le coteau au nord et la Loire au sud, la commune est desservie par la ligne de chemin de fer Tours - Saint-Nazaire et la route nationale 152 reliant Tours à Angers. Le contournement autoroutier de Langeais au sein de l'autoroute A 85 (Angers-Tours) fit l'objet de vives polémiques.

ToponymieModifier

 
Représentation de Langeais sur la carte de Cassini.

Les premières mentions du lieu se trouvent dans les écrits de Grégoire de Tours (Histoire des Francs, X) où Langeais, sous le nom d'Alingavia, est citée comme l'une des premières paroisses rurales fondées en Touraine par Martin de Tours dans le dernier quart du IVe siècle[13]. Plusieurs hypothèses sont émises quant à l'origine du toponyme. Pierre-Henri Billy propose un dérivé de l'indo-européen *sălo- (hydronyme faisant référence à la proximité de la Loire) et du suffixe gaulois -inco, évoluant en *Alingo puis *Aling-au-ia[14]. Ernest Nègre suggère une origine germanique avec Adalingus[15]. Albert Dauzat et Charles Rostaing envisagent, pour leur part, un dérivé du nom du peuple celtique des Lingons avec le radical Aling- et le suffixe -avus[16].

Le nom de la commune déléguée des Essards est une évolution du vieux français essart désignant un lieu défriché, ici dans le bois de Bifomont[17].

HistoireModifier

Les informations relatives à l'histoire de cette commune avant 2017 sont à consulter dans les articles de l'ancienne commune de Langeais et de la commune des Essards.

Politique et administrationModifier

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Langeais (ancienne commune)
(siège)
37123 CC Touraine Ouest Val de Loire 60,38 4 248 (2013) 70


Les Essards 37102 CC Touraine Ouest Val de Loire 4,17 156 (2014) 37

Le , le maire des Essards devient « maire délégué » jusqu'au prochain renouvellement général des conseils municipaux[1].

Liste des mairesModifier

Période Identité Étiquette Qualité
1818 1826 François Louis Salmon-Deschaintres    
Période Identité Étiquette Qualité
10 janvier 2017 En cours Pierre-Alain Roiron[18] PS  

Politique de développement durableModifier

La commune a engagé une politique de développement durable en lançant une démarche d'Agenda 21[19].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[20]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[21],[Note 2].

En 2014, la commune comptait 4 341 habitants, en augmentation de 8,23 % par rapport à 2009 (Indre-et-Loire : 2,57 %, France hors Mayotte : 2,49 %).

De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[22] puis Insee à partir de 2006[23].)
Liste des erreurs :
• Aucune année fournie au modèle
Histogramme de l'évolution démographique
 

EnseignementModifier

Langeais se situe dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Langeais.

La commune compte 3 établissements scolaires : une école maternelle, une école élémentaire et le collège Champ de la Motte.

ÉconomieModifier

EmploiModifier

Tissu économiqueModifier

Au début du XXe siècle Langeais avait une activité très diversifiée : briques réfractaires, faïence, corderie, boutonnerie, tannerie[24].

C'est maintenant la plasturgie qui domine.

La principale entreprise locale est Plastiques du Val de Loire qui travaille surtout pour l'industrie automobile. Elle est cotée en bourse[25].

En deuxième position on trouve Weser fabricants d'éléments de construction en béton.

Somycel plus gros producteur de mycélium en France filiale de Sylvan leader mondial des semences de champignon[26].

Et Serioplast plasturgie spécialisé dans l'emballage alimentaire[27].

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

La description des lieux et monuments de la commune reprend les descriptions des deux anciennes communes de Langeais (ancienne commune) et des Essards.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Charles de Boissimon, (1817- 1879) à Saint-Clément-des-Levées, fondateur d’une faïencerie active de 1839 jusqu'à la Première Guerre mondiale.
  • Émile Claveau (1892-1974), né à Langeais, est un concepteur et constructeur d'automobiles, créateur de la Claveau Descartes.
  • Jean Schubnel (1894-1987), artiste peintre naïf, est mort à Langeais.
  • Gaby Montbreuse (1895-1943), née à Langeais, est une artiste lyrique.
  • Jacques Tillier (1947-) journaliste, a vécu à Langeais, lieu-dit les Liziers.
  • Jean-Hugues Anglade (1955-), acteur, réalisateur, scénariste, a vécu à Langeais.
  • Pascal Rabaté (1961-), Auteur de bande dessinée, scénariste et réalisateur, a grandi à Langeais.

HéraldiqueModifier

  Blason D'or (de gueules) à la mouette d'argent, volant et plongeant en bande, tenant dans son bec un poisson du même (accompagnée en pointe de trois melons de sinople); au chef de sable (d'azur) chargé de trois tours crénelées d'argent essorées et girouettées de gueules[28].
Détails
* Il y a là non-respect de la règle de contrariété des couleurs : ces armes sont fautives (argent sur or).
Le statut officiel du blason reste à déterminer.

Pour en savoir plusModifier

BibliographieModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. a et b « Arrêté portant création de la commune nouvelle « Langeais » » [PDF], sur le site des services de l'État en Indre-et-Loire, (consulté le 13 janvier 2017), p. 494.
  2. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019)
  3. « Carte hydrologique de Langeais », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  4. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 19
  5. « Référentiel hydrométrique », sur http://www.sandre.eaufrance.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  6. « Station hydrométrique K4900030, la Loire à Tours [aval pont Mirabeau] », sur le site de la banque Hydro (consulté le 3 février 2019)
  7. Règlement SPC Loire-Cher-Indre, 23 décembre 2013, actualisé août 2015 (lire en ligne), p. 52
  8. a b et c (id) « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019)
  9. « Fiche Sandre - la Roumer », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  10. « Fiche Sandre - le Breuil », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019)
  11. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019)
  12. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019)
  13. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 133.
  14. Pierre-Henri Billy, Dictionnaire des noms de lieux en France, Paris, Errance, , 638 p. (ISBN 9-782-87772-449-4), p. 308.
  15. Ernest Nègre, Toponymie générale de la France : étymologie de 35 000 noms de lieux, vol. 2 : Formations non-romanes ; formations dialectales, Genève, Librairie Droz, coll. « Publications romanes et françaises » (no 194), , 676 p. (ISBN 978-2-600-00133-5, lire en ligne), n° 15246.
  16. Albert Dauzat et Charles Rostaing, Dictionnaire étymologique des noms de lieux en France, Paris, Larousse, , 738 p., p. 385.
  17. Stéphane Gendron, L'origine des noms de lieux de l'Indre-et-Loire, Chemillé-sur-Indrois, Hugues de Chivré, , 303 p. (ISBN 978 2 916 04345 6), p. 116.
  18. « P.-A. Roiron maire du « nouveau » Langeais », La Nouvelle République du Centre-Ouest,‎ (lire en ligne).
  19. FICHE | Agenda 21 de Territoires - Langeais, consultée le 26 octobre 2017
  20. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  21. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  22. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  23. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2014 .
  24. « Présentation de la vie économique - Langeais - Site officiel de la commune », sur www.langeais.fr (consulté le 1er octobre 2018)
  25. Zone Bourse, « Plastiques du Val-de-Loire : Actionnaires, dirigeants et description métier | PVL | FR0013252186 | Zone bourse », sur www.zonebourse.com (consulté le 1er octobre 2018)
  26. jean olivieri, « le mycelium a trouvé son terreau à langeais », lanouvellerépublique,‎
  27. « Serioplast France Sas - Langeais 37130 (Indre-et-loire), Rue De Tours Zone Industr..., SIREN/SIRET 489833111 00011 », sur fr.kompass.com (consulté le 1er octobre 2018)
  28. http://armorialdefrance.fr/page_blason.php?ville=4517