Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bouygues (homonymie).

Bouygues Construction
logo de Bouygues Construction
Logo de Bouygues Construction

Création 24-03-1955
Fondateurs Bouygues
Forme juridique Société anonyme à conseil d'administration
Slogan « Shared innovation »
Siège social Challenger à Guyancourt (Saint-Quentin-en-Yvelines)
Drapeau de France France
Direction Philippe Bonnave, PDG
Actionnaires BouyguesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité Construction
Société mère Bouygues
Filiales Bouygues Bâtiment France-Europe, Bouygues Energies & Services, Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, VSL,
Effectif 56 980 en 2018
SIREN 552-045-999
Site web bouygues-construction.com

Chiffre d'affaires 12 400 000 000 € en 2018
Résultat net 300 000 000 € en 2018

Bouygues Construction est une entreprise de construction, filiale à 100 % du groupe Bouygues présente dans 60 pays.

HistoireModifier

En 1952, Francis Bouygues crée l’Entreprise Francis Bouygues, spécialisée dans les travaux industriels et le bâtiment en région parisienne, qui deviendra le groupe Bouygues. En 1963, l'Ordre des Compagnons du Minorange est créé pour promouvoir l'élite des chantiers.

En 1970, le groupe Bouygues est introduit en bourse. En 1972-74, l'activité internationale débute avec le complexe Olympique de Téhéran en Iran.

Dans les années 1990, le groupe connait une forte croissance de l’activité Bâtiment et Travaux Publics à l’international. En 1990, Bouygues acquiert Losinger, troisième groupe suisse de BTP, dont la filiale VSL est le leader mondial de la précontrainte.

En 1997, le CFA (Centre de Formation des Apprentis) Gustave Eiffel est créé à Chilly-Mazarin (Essonne).

En juin 1999, l’assemblée générale des actionnaires de Bouygues approuve la filialisation des activités Bâtiment et Travaux Publics, regroupées désormais au sein de la société Bouygues Construction. En décembre 1999 : Bouygues cède à Bouygues Construction 100 % d’ETDE (acquise en 1984) et 51 % de Bouygues Offshore.

En juillet 2002, Bouygues Construction cède à Saipem sa participation majoritaire dans Bouygues Offshore.

En février 2003, une nouvelle organisation opérationnelle de Bouygues Construction est mise ne place en huit grandes entités : Bouygues Bâtiment Île-de-France, Bouygues Entreprises France-Europe (régions en France, Royaume-Uni, Belgique, Suisse, Espagne), Bouygues Bâtiment International, Bouygues Travaux Publics, VSL, DTP Terrassement, le pôle Concessions et ETDE .

En 2004, VSL et DTP Terrassement sont regroupées au sein d’un pôle Entreprises spécialisées Travaux publics. En 2005, ETDE poursuit sa croissance externe en acquérant David Webster, troisième entreprise de travaux et de maintenance d’éclairage public au Royaume-Uni.

En 2007, Bouygues acquiert Warings à Portsmouth (Royaume-Uni). En 2008, Bouygues acquiert Miraglia (Alpes-Maritime) via sa filiale GFC Construction. En 2009, Bouygues remporte un contrat de 950 M€ au Qatar, la construction de QP District un vaste complexe immobilier de 9 tours.

En 2010, Bouygues acquiert Leadbitter à Oxford (Royaume-Uni). Il signe la même année le premier contrat de performance énergétique (CPE) dans le logement social en France[1] et signe le plus important PPP d’équipement sportif au monde pour le Sports Hub de Singapour (pour un montant de 770 M€).

En 2011, Bouygues livre la tour First (Paris, La défense), plus haute tour de France. La même année, Bouygues créé EMBIX, une société de services de gestion et de pilotage de l’énergie destinés aux éco-quartiers, cofondé entre ETDE (filiale de Bouygues Construction), Bouygues Immobilier et Alstom.

En 2012, Bouygues signe le contrat du Futur Palais de Justice de Paris, du Contournement Nîmes-Montpellier et du premier tronçon du pont Hong Kong-Macao. La même année, Bouygues acquiert la société Thomas Vale au Royaume-Uni.

En 2013, ETDE et ses filiales sont regroupées sous la marque Bouygues Energies & Services

En 2015, les filiales de développement immobilier sont regroupées sous une seule marque internationale : Linkcity

En 2018, Bouygues acquiert dans le secteur de l'énergie et des services d'Alpiq InTec, en Suisse (devenue Bouygues Energies & Services InTec) et Kraftanlagen Gruppe en Allemagne, et dans le secteur du bâtiment AW Edwards en Australie.

Fin août 2018, Bouygues obtient un contrat d'une valeur de plus de 258 millions d'euros pour la construction d'un éco-quartier situé à Issy-les-Moulineaux et qui sera exclusivement piéton[2],[3].

MétiersModifier

Le Groupe intervient à toutes les étapes de la réalisation d'un projet : la conception, le financement, la réalisation et l’exploitation/maintenance. Bouygues Construction est un spécialiste de la gestion de projets, quelles qu'en soient la taille et la complexité.

Développement de projetModifier

Bouygues Construction élabore les montages fonciers, financiers et juridiques pour tous les types d’ouvrages publics ou privés : immeubles de bureaux, logements sociaux, ouvrages dédiés aux loisirs et à la culture, locaux d’activités et industriels, projets d’aménagement, équipements publics, infrastructures de transports

BâtimentModifier

Bouygues Construction conçoit, construit, rénove et réhabilite tous les types de locaux nécessaires aux activités humaines : habitats individuels et collectifs, bâtiments industriels et commerciaux, hôpitaux, bureaux, hôtels ou musées

Travaux publicsModifier

Bouygues Construction intervient sur tous les types de projets de travaux publics : travaux souterrains, projets de génie civil complexes, ouvrages d’art, infrastructures routières, portuaires et de transport en commun...

Énergie et les servicesModifier

Le Pôle Energies & Services de Bouygues Construction est un ensemblier-intégrateur de solutions techniques au service des sociétés publics ou privés, dans les domaines de l'énergie, de l'industrie, du tertiaire, des transports, de l'environnement et des télécommunications.

Les principales réalisationsModifier

Bouygues Construction a notamment réalisé :

Les chiffres clésModifier

  • 56 980 collaborateurs en décembre 2018
  • 12,4 milliards d'euros de chiffre d’affaires en 2018
Données financières en millions d'euros[5]
Années 2005 2006 2007 2008 2009 2010 2011 2012 2013 2014 2015 2016 2018
Chiffre d'affaires 6 100 6 900 8 340 9 497 9 546 9 200 9 802 10 640 11 111 11 726 11 965 11 815 12 400
Résultat d'exploitation 314 308 335 315 353 364 437 335 349 326 368
Résultat net (part du groupe) 286 297 240 201 226 267 277 254 276 320 296
Marge Opérationnelle 3,5 % 3,2 % 3,5 % 3,4 % 3,6 % 3,4 % 3,9 % 2,9 % 2,9 % 2,8 % 3 %
Effectifs 49 800 53 700 52 600 54 100 52 000 54 000 52 200 53 500 50 000 50 100 56 980

Répartition du chiffre d’affaires par secteur d'activitéModifier

Sur l'année 2018:

  • 67 % BTP
  • 23 % Électricité/Maintenance (Energies & Services)

Contribution des entités au chiffre d’affairesModifier

Ventilation géographique du chiffre d'affairesModifier

L'entreprise est présente dans 60 pays et réalise une importante part de son chiffre d'affaires à l'étranger :

  • 45 % France ;
  • 26 % Europe dehors France ;
  • 18 % Asie - Pacifique ;
  • 5 % Afrique - Moyen-Orient ;
  • 6 % Amériques - Caraïbes.

Activité de lobbyingModifier

Pour l'année 2017, Bouygues Construction déclare à la Haute Autorité pour la transparence de la vie publique exercer des activités de lobbying en France, mais n'a cependant pas déclaré, comme il était légalement tenu de le faire avant le 30 avril 2018, l'ensemble de ses activités et montants engagés[6].

Filiales de Bouygues ConstructionModifier

Bouygues Construction est composée de huit filiales[7], agissant dans les domaines de la construction, la conception, l'exploitation, la maintenance ou le financement d'ouvrages et d'infrastructures

Succès mis en causeModifier

Attribution du chantier des locaux du Ministère de la DéfenseModifier

Depuis février 2011, Bouygues Construction est l’objet d’une enquête judiciaire concernant d’éventuels faits de corruption active et passive, trafic d’influence et atteinte à l’égalité des candidats dans les marchés publics dans le cadre de l’attribution du chantier des nouveaux locaux du Ministère de la Défense dans le quartier Balard à Paris[13]. Selon des révélations du Canard Enchaîné, un militaire haut placé aurait transmis le cahier des charges de ce projet de « Pentagone français » à un cadre dirigeant de Bouygues avant que les concurrents du groupe n’aient eu l’occasion de le consulter[14].

En juillet 2015, trois personnes sont mises en examen dans cette affaire dont un chef de service du Groupe Bouygues[15].

Conditions de travail sur les chantiers au QatarModifier

Le groupe Bouygues est actif sur le marché qatari depuis 1993 et a remporté d’importants chantiers dans l’émirat. Ainsi, Bouygues Travaux Publics a érigé les systèmes de stockage de gaz liquéfié complétés en 1996 à Ras Laffan, dans le nord du pays. Par ailleurs, Bouygues Bâtiment International a construit à Doha le Qatar Petroleum District, un énorme complexe immobilier comprenant neufs tours de bureaux, un hôtel de luxe et un centre de conférences[16]. En 2015, Bouygues s’est vu attribuer le contrat pour la réalisation des tunnels d’assainissement des eaux pour la ville de Doha, d’une valeur d’environ 285 millions d’euros[17].

Tout comme d’autres grands groupes de construction et de travaux publics tels que son concurrent français Vinci, Bouygues a fait l’objet de vives critiques dans les médias occidentaux du fait des conditions de travail des travailleurs migrants sur les chantiers au Qatar[18].

Notes et référencesModifier

  1. Première signature d'un CPE pour la rénovation thermique en logement social
  2. « Bouygues obtient un contrat à 258 millions d'euros pour construire un quartier en banlieue parisienne », sur FIGARO, (consulté le 31 août 2019)
  3. « Issy-les-Moulineaux : Altera Cogedim confie à Bouygues la construction d’Issy Cœur de ville », sur Le journal du Grand Paris - L'actualité du développement économique d'Ile-de-France, (consulté le 31 août 2019)
  4. Bouygues chargé de la salle philharmonique de Paris - Europe1
  5. Synthèse des comptes de Bouygues (PDF)
  6. « Fiche Organisation « Haute Autorité pour la transparence de la vie publique », sur www.hatvp.fr (consulté le 6 juin 2018)
  7. Les filiales
  8. Bouygues Entreprises France-Europe
  9. a et b Bouygues Bâtiment Ile-de-France
  10. Bouygues Bâtiment International
  11. Bouygues Travaux Publics
  12. Pôle Concessions
  13. « Construction du «Pentagone» français : Bouygues nie toute corruption », sur leparisien.fr (consulté le 8 juin 2016)
  14. « "Pentagone français" : enquête pour corruption sur le chantier attribué à Bouygues », Le Monde.fr,‎ (ISSN 1950-6244, lire en ligne, consulté le 8 juin 2016)
  15. lefigaro.fr, « Pentagone français : mise en examen d'un salarié de Bouygues », sur Le Figaro (consulté le 8 juin 2016)
  16. Prisma Media, « BOUYGUES Construction décroche un contrat au Qatar », sur www.capital.fr (consulté le 8 juin 2016)
  17. « Bouygues TP réalisera des tunnels d’assainissement au Qatar - Entreprises de BTP », sur www.lemoniteur.fr, (consulté le 8 juin 2016)
  18. Qatar: les chantiers meurtriers du Mondial de foot 2022. Les Échos, 27 septembre 2013.

Liens externesModifier