Ouvrir le menu principal

Bonnay (Saône-et-Loire)

commune française du département de Saône-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bonnay.

Bonnay
Bonnay (Saône-et-Loire)
L'église.
Blason de Bonnay
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Arrondissement de Mâcon
Canton Cluny
Intercommunalité Communauté de communes du Clunisois
Maire
Mandat
Christophe Parat
2014-2020
Code postal 71460
Code commune 71042
Démographie
Population
municipale
333 hab. (2016 en augmentation de 9,9 % par rapport à 2011)
Densité 28 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 33′ 03″ nord, 4° 37′ 21″ est
Altitude Min. 197 m
Max. 378 m
Superficie 11,99 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte administrative de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bonnay

Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire

Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Bonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Bonnay

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Bonnay
Liens
Site web bonnay-71.fr

Bonnay est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

GéographieModifier

SituationModifier

Bonnay se trouve à 17 km à l'ouest de Tournus, de la vallée de la Saône et du département de l'Ain, à égale distance (106 km) de Lyon (Rhône) au sud et de Dijon (Côte-d'Or) au nord - ces deux trajets par l'autoroute A6.

Les villes les plus proches sont Montceau-les-Mines à 33 km au nord-ouest, Bourg-en-Bresse (Ain) à 77 km au sud-est et Chalon-sur-Saône à 37 km au nord-est. Cluny, le chef-lieu de canton, est à 18 km au sud ; Mâcon, la préfecture, est à 40 km au sud-est. Paris est à 377 km au nord-est par la A6[1].

Communes limitrophesModifier

HameauxModifier

A

  • Aynard

B

  • Besanceuil
  • Besseuil
  • le Bois Aumônier

C

  • Chassignole (château)
  • la Chaume
  • les Chevaux

E

  • l’Étang

L

  • la Lochère

M

  • la Mouillot

P

  • la Pouillouse

S

  • Saint-Hippolyte

HydrographieModifier

Presque toute la limite sud-est et est de la commune est confondue avec le cours de la Guye, affluent de la Saône. Bonnay partage 525 m du cours de la rivière avec Salornay-sur-Guye, puis 2,8 km et 1,6 km (en deux sections) avec Cortevaix, 2,5 km avec Malay et enfin 75 m avec Savigny-sur-Grosne[2] ; soit environ 8,2 km de rivière. Hormis trois très petits affluents, c'est le seul cours d'eau de la commune.

TransportsModifier

L'autoroute la plus proche est la A6, avec une entrée-sortie vers le nord à 37 km à Chalon-sur-Saône (n° 28, « Chalon-sud »), et une entrée-sortie vers le sud à 36 km à Mâcon (n° 28, « Mâcon-nord »)[1].

La ligne ferroviaire du TGV Sud-Est traverse la commune, avec la gare de Chalon-sur-Saône à 35 km vers le nord et la Gare de Mâcon-Loché-TGV à 38 km vers le sud. La gare de Mâcon-Ville, quant à elle, est dans le centre de Mâcon, à 40 km[1].

HistoireModifier

Préhistoire

Des fouilles au hameau de Aynard ont dévoilé des silex taillés et des tessons de céramiques gauloises[3].

Antiquité

Les Romains se sont établis à la villa Saint-Germain, juste en face du gué Aynard (restes de piscine en marbre), sur la commune voisine Cortevaix[3].

Vers l'an -50, le territoire échappe de peu à l'invasion des Helvètes qui ne traversent pas la Guye[3].

Il semble que le hameau de Aynard, alors beaucoup plus important, était à la fin de l'Antiquité le centre d'un large domaine ou potestas qui aurait été partagé en quatre au Ve siècle, avec chacun à leur tête les villages de Aynard, Bonnay, Ougy (sur Malay) et Ameugny.
Lors des invasions barbares, ces quatre domaines ont eux-mêmes été divisés chacun en deux :

  • Aynard garda Saint-Hippolyte, Chassignolles, Besseuil et Chaumes ; le reste de son territoire composa un autre domaine avec Confrançon avec Levry ;
  • Bonnay garda La Lèchère ; Cortevaix et Mont formèrent un autre domaine ;
  • Ougy garda Seugne et perdit Cortemblin qui fut réuni à Malay ;
  • Ameugny garda La Grange Sercy et Pommier ; Cormatin fut réuni à Chazelles[3].

Des trésors monétaires ont été retrouvés à Curtil et à Étrigny, cachés lors des invasions barbares[3].

Moyen-Âge

Les Mérovingiens (560-700) ont laissé quelques vestiges, dont des tombes au Mouillot en bordure sud du hameau de Besanceuil, et un sarcophage mérovingien de forme trapézoïdale servait d’abreuvoir près de l’église du hameau de Sainte-Hippolyte. L'importante nécropole voisine sur Curtil date de la même époque. Le nom de Cortevaix provient des Francs, comme les noms d'autres lieux en ‘cor’ ou ‘con’ (Confrançon, Cormatin, etc)[3].

L'église Saint-Hippolyte de Bonnay a été construite par les clunisiens (ordre de saint Benoît) au XIe siècle et a probablement été détruite au XVIe siècle. L'ordre, très influent à l'époque de la construction, choisit pour cette église un emplacement dominant tout le paysage[4] : bâtie sur une hauteur, elle se voit de loin[1].
Sa location et ses solides murs en pierre en font un point de ralliement en cas de danger. C'est l'une des premières églises fortifiées de Bourgogne, et contrairement à ce qui se passera plus tard pour de nombreuses autres églises, ces travaux de protection ne sont pas le fait des populations mais celui des moines[4]. Cette fortification, dûment autorisée par le seigneur de Brancion[5], commence à partir de 1214. Bien que l'ensemble soit de nos jours en ruines, ce qui reste du mur d'enceinte surmontée de larges créneaux garde son impact de puissance massive. Le clocher d'origine a été fortifié en ajoutant sur des côtés opposés deux extensions munies d'archères, avec comme résultat la formation d'une tour maîtresse[4].

Vers le XIe siècle également, Landry Gros, seigneur d'Uxelles instaure un péage sur le gué d'Aynard, passage difficilement contournable sur le trajet de la voie antique d'Autun à Belleville (et qui desservait aussi l'abbaye de Cluny). Ceci n'agréa point ces religieux et leur abbé Hugues de Cluny (1024-1109) fit promptement appel au pape (Pascal II, 1050-1118) qui ordonna tout aussi promptement, le 2 février 1107, l’exemption de péages sur tous les voyageurs allant à ou venant de Cluny, ce jusqu'à Mâcon, Bois-Sainte-Marie, Charolles, Mont-Saint-Vincent, Jully, Beaujeu, Brancion et Tournus, sous peine d'interdiction de pénétrer dans les églises. Malgré cette peine socialement très lourde à l'époque, les seigneurs d'Uxelles ne respectent pas toujours l'exemption, ce qui engendre des conflits avec l'abbaye[3].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
juin 1995 mars 2014 Daniel Bouquet   Retraité secteur privé
mars 2014 en cours Christophe Parat[6]    
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[7]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[8].

En 2016, la commune comptait 333 habitants[Note 1], en augmentation de 9,9 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
450428479513521531502510534
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
552554539755736780730686627
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
630617582509445412392346313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
309300253250250249283302338
2016 - - - - - - - -
333--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[9] puis Insee à partir de 2006[10].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Aux environs : pierres levées à Massilly, La Chapelle-sous-Brancion et Uxelles ; traces de forteresses gauloises à Brancion et à Suin.

Le GR 76 traverse la commune, ainsi que ses branches le GR 76B et GR 76D[2].

Personnalités liées à la communeModifier

BibliographieModifier

  • Un ensemble à défendre : le hameau de Besanceuil, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » n° 108 (décembre 1996), page 11.

Voir aussiModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. a b c et d Bonnay sur google maps.
  2. a et b Carte IGN interactive d'Étigny sur geoportail.gouv.fr. Couches « cartes IGN classiques » et « Limites administratives » activées. Vous pouvez aisément moduler la transparence des couches dans l'onglet de sélection des couches en haut à droite de la carte ; et en ajouter depuis le menu « Cartes » en haut à gauche. Zoomer en rapprochement pour passer à la carte d'état-major.
  3. a b c d e f et g « Saint-Hippolyte - Les bords de Guye » sur saint-hippolyte-71.org.
  4. a b et c Fabrice Cayot. La fortification des églises rurales en Bourgogne. Ed. Centre de Castellologie de Bourgogne, 2010. Pp. 147-148.
  5. Auguste Bernard, « Recueil des chartes de l’abbaye de Cluny », tome 6, éd. A. Bruel, Paris, 1903. Texte latin.
  6. Le Journal de Saône-et-Loire, édition du 17 avril 2014, p.  2
  7. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  8. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  9. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  10. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  11. « Itinérances autour des doyennés clunisiens et du ban sacré », livret édité par la FAPPAH, juin 2016, introduction de Jean-Denis Salvèque (ISBN 978-2-9556826-0-9).


Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :