Ouvrir le menu principal

Mont-Saint-Vincent

commune française du département de Saône-et-Loire
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Mont.

Mont-Saint-Vincent
Mont-Saint-Vincent
Église de Mont-Saint-Vincent.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Autun
Canton Blanzy
Intercommunalité Communauté urbaine Le Creusot Montceau-lès-Mines
Maire
Mandat
Jean Girardon
2014-2020
Code postal 71300
Code commune 71320
Démographie
Population
municipale
333 hab. (2016 en diminution de 0,6 % par rapport à 2011)
Densité 24 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 37′ 53″ nord, 4° 28′ 45″ est
Altitude Min. 320 m
Max. 601 m
Superficie 13,6 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Mont-Saint-Vincent

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Mont-Saint-Vincent

Mont-Saint-Vincent est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire, en région Bourgogne-Franche-Comté.

Sommaire

GéographieModifier

Mont-Saint-Vincent est situé en altitude (moyenne de la commune 589 m)ː et possède l'un des plus hauts sommets des monts du Charolais. L'important dénivelé avec la vallée de la Bourbince permet de bénéficier de beaux panoramas[1].

Mont-Saint-Vincent est à 13 km de Montceau-les-Mines.

Communes limitrophesModifier

  Marigny Saint-Micaud  
Gourdon N Collonge-en-Charollais
O    Mont-Saint-Vincent    E
S
Mary

HistoireModifier

Compte tenu de sa position dominante, Mont-Saint-Vincent est un centre défensif. L'existence d'une bourgade fortifiée est attestée dès 950[2]. La châtellenie est possédée par les comtes de Chalon. La paroisse est sous le patronage de Cluny. L'église est construite de 1080 à 1120. La forteresse est assiégée et démantelée par Louis VII en 1161 pour punir Guillaume[3], comte de Chalon, qui s'y est réfugié, d'avoir dévasté les terres de Cluny. Mont-Saint-Vincent est réuni à la couronne de France en 1477 et devient châtellenie royale en 1765.

Sous la Révolution française, la commune porta provisoirement les noms de Belvédère et de Mont-Belvédère[4].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 1983 en cours Jean Girardon UMP puis UDI Maire,

Enseignant à la faculté de droit de Paris
Conseiller général du canton de Mont-Saint-Vincent,
Président de la communauté de communes autour du Mont Saint-Vincent

Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[5]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[6].

En 2016, la commune comptait 333 habitants[Note 1], en diminution de 0,6 % par rapport à 2011 (Saône-et-Loire : -0,18 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
690700847774821839875809791
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
645689708691670655681656673
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
666558546507509435422403368
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
391379338327335317310330336
2016 - - - - - - - -
333--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[7] puis Insee à partir de 2006[8].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

Mont-Saint-Vincent est le 2e plus haut lieu de Saône-et-Loire habité après Uchon.

C'est une cité médiévale : château, remparts, église romane du XIIe siècle classée Monument historique en 1913, puits, ruelles, anciennes maisons, cure, tour de l'Assommoir (où l'on a une vue à 360°), musée archéologique Jean Régnier[9].

Mont-Saint-Vincent accueille également un émetteur de télévision et de radio haut de 100 mètres se trouvant au sud du village.

Article détaillé : Émetteur de Mont-Saint-Vincent.

Le cartouche peint au-dessus du chœur de l'église est la signature de Gerber, autrement dit : Sylvestre II.

Personnalités liées à la communeModifier

BibliographieModifier

  • Raymond Oursel, Pochades : Mont-Saint-Vincent, revue « Images de Saône-et-Loire » n° 48 (hiver 1981), pp. 7-8.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Philippe Ménager, Sites et monuments remarquables de Saône-et-Loire, Vievy, Editions de l'Escargot Savant, , 280 p. (ISBN 978-2-918299-17-2), p. 87-89
  2. « Mont-Saint-Vincent », sur archives 71,
  3. C. Ragut, Statistique générale de la France, vol. 1, Mâcon, Imprimerie Dejussieu, , p. 254
  4. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale - Mont-Saint-Vincent », sur EHESS, École des hautes études en sciences sociales (consulté le 9 août 2012)
  5. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  6. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  7. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  8. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  9. Réouverture Officielle Musée archéologique Jean Régnier (Mont-Saint-Vincent) , Mis en ligne jeudi 2 mai 2013