Bataille de Cornod (1637)

Bataille de Cornod
Description de cette image, également commentée ci-après
Château de Cornod qui fut au centre de la bataille
Informations générales
Date 13 mars 1637
Lieu Cornod
Issue Victoire française décisive
Belligérants
Flag of Franche-Comté.svg Comté de BourgogneDrapeau du royaume de France Royaume de France
Commandants
Flag of Franche-Comté.svg Gérard de Watteville

Flag of Franche-Comté.svg Philippe-François de Bussolin

Flag of Franche-Comté.svg Marc de Montaigu de Boutavant
Royal Standard of the King of France.svg Charles de Damas de Thianges
Royal Standard of the King of France.svg Philibert de Rebé d'Amplepuis
Forces en présence
1 250 fantassins
600 cavaliers
1 canon
+ 800 hommes en réserve
1 000 fantassins
300 cavaliers
Pertes
Entre 600 et 1200 tués ou prisonniersIndéterminées

Guerre de Trente Ans

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 46° 18′ 51″ nord, 5° 32′ 58″ est
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Cornod
Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté
(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Bataille de Cornod

La bataille de Cornod est une bataille majeure qui eut lieu le à Cornod dans le Comté de Bourgogne durant l'épisode comtois de la guerre de Trente Ans. Elle oppose les troupes françaises du duc de Longueville aux troupes du Comté de Bourgogne de Gérard de Joux de Watteville, marquis de Conflans. Cette bataille marque un tournant dans la guerre[1] et la déroute de l'armée comtoise, qui ne s'en relèvera pas durant ce conflit.

ContexteModifier

En 1637, la France et le Comté de Bourgogne sont en guerre. Louis XIII a investi le Comté, mais ses troupes, dirigées par le prince de Condé, ont échoué à prendre Dole en août 1636. Jusqu'en mars 1637, la guerre a plutôt été favorable aux Comtois, pourtant inférieurs en nombre. Le commandement de leurs troupes est assuré par le maréchal de camp Gérard de Joux de Watteville, marquis de Conflans, qui a comme stratégie d'effectuer de petites escarmouches plutôt que de grandes batailles, où il se sait en infériorité numérique. À partir de la mi-janvier 1637, il charge son fils, le comte Philippe-François de Bussolin, de lancer une série d'expéditions à travers la Bresse et le Bugey. De multiples villes et châteaux sont conquis et pillés comme Oyonnax, Martignat et Apremont[2]. Watteville lance dans le même temps, une offensive similaire en Bresse. Malgré de nombreux succès, les offensives sont stoppées par le Parlement qui espère obtenir la neutralité face à la France.

Le projet d'attaquer le château de Cornod, enclave française dans le comté de Bourgogne, ne fait pas l'unanimité dans les rangs comtois. Le Parlement et certains officiers n'y sont pas favorables[3]. De Watteville insiste et le 11 mars, les troupes comtoises quittent Lons-le-Saunier pour investir le château avec 1 500 hommes, 600 cavaliers et un canon. Averti du mouvement ennemi, un détachement de l'armée de de Longueville, composé en grande partie de miliciens bressans commandés par le maréchal de camp Charles de Thianges, se met en marche pour soutenir la place de Cornod. De Longueville dirige les opérations depuis son quartier général de Chalon-sur-Saône. À Cessia, l'armée comtoise reçoit un renfort de 300 cavaliers et 250 hommes de troupes. Elle est maintenant composée de plus de 2 500 hommes[4].

Ordre de batailleModifier

L'armée française[5]Modifier

Le marquis de Thianges est secondé par le baron de Rebé. Son armée comporte une forte proportion de miliciens ; elle est composée de :

  • Cinq compagnies du régiment d’Enghien
  • Le régiment du Baron Philibert de Rebé
  • Neuf compagnies des milices de Bresse et du Bugey
  • Une compagnie de gendarmes
  • Cinq compagnies de chevaux-légers
  • Une compagnie de carabins
  • Trente gentilshommes volontaires de Bresse

L'armée comtoise[6]Modifier

De Watteville nomme son fils chef de l'infanterie et le baron de Boutavant chef de la cavalerie. Les deux hommes ne s'entendent pas et leurs querelles ont probablement une part non négligeable dans la défaite. Le matin du siège, ils se provoquent en duel[7]. Leur armée comprend :

Sont établis plus au nord, hors du champ de bataille[8] :

 
Demi-canons exposés au musée maritime de Portsmouth (Angleterre).

La batailleModifier

Arrivée des Comtois et début du siègeModifier

Le 12 mars au soir, l'armée de de Watteville arrive à Cornod. Ce dernier charge son fils d'organiser la reconnaissance des environs et de disposer des troupes en avant. De Bussolin transmet les ordres à de Boutavant, le chef de la cavalerie, qui répond de façon insolente et ne les exécute que partiellement[9]. En effet, les éclaireurs ne pousseront pas très loin l'exploration, car il n'y aura pas d’accrochage avec de Thianges, qui est pourtant déjà très près[7]. Le lendemain matin, le mestre de camp, Henri de Champagne est chargé d'investir le château de Cornod. Officier compétent et courageux, originaire de Champagne sur Loue, ce dernier s'est déjà illustré plusieurs fois lors de la campagne de Bugey et notamment au siège du château d'Arbent.

Après le refus des assiégés à la sommation de se rendre, il fait creuser des tranchées pour vider les douves et érige des barricades dans le village[8]. Le régiment de de Bussolin se place entre Cornod et le pont de la Valouse[10], qu'il fait défendre par deux compagnies d'infanterie. Le régiment de de Goux est laissé un peu en retrait de Cornod au nord. Ceux de de Raincourt et de de Saint-Germain sont dans les collines beaucoup plus au nord sur la route d'Arinthod. On ignore s'ils sont placés en réserve ou s'ils sont simplement en retard. Les Français, quant à eux, sont tout près, à environ un kilomètre au sud, cachés par la colline du château de Vaugrigneuse, autre place forte aux mains de français, jouxtant le bourg de Cornod. La matinée se déroule selon les plans comtois ou presque : de Bussolin a provoqué de Boutavant en duel à cheval. Les officiers sont obligés de les séparer pour éviter la mort de l'un d'eux[9]. Boutavant, commandant capable, qui s'est pourtant brillamment illustré lors de la campagne de Bresse, va conserver un comportement assez obscure sur l'ensemble de la bataille.

Les combatsModifier

Vers 15 heures, une double attaque française est lancée : sur les positions d'Henri de Champagne dans Cornod par le centre et le château de Vaugrigneuse, et sur le pont de la Valouse à l'ouest : les Comtois sont complètement pris au dépourvu. Les Français s'emparent alors du pont de la Valouse en y délogeant les deux compagnies comtoises qui le gardaient[4]. Henri de Champagne résiste dans Cornod et repousse les premières attaques. Le marquis de Thianges peut alors lancer une vaste charge de cavalerie sur l'ouest des positions comtoises. En réaction, le baron de Boutavant ordonne la charge générale de toute la cavalerie comtoise rassemblée au complet, et contre-attaque la cavalerie française, qui est arrêtée, puis bat en retraite vers ses lignes. Pendant ce temps, les régiments de de Goux et de Bussolin se mettent en position en toute hâte[8]. Mais, la charge comtoise panique quand elle se retrouve subitement au contact de l'aile gauche française et est submergée par elle. De plus, les cavaliers français vont interrompre leur retraite et contre-attaquer. Les cavaliers comtois battent en retraite dans le désordre et la panique et paradoxalement sans qu'il n'y ait eu vraiment de pertes[8]. Le flanc droit comtois est maintenant exposé.

Cette retraite inattendue va saper le moral de l’armée comtoise, qui est composée en grand nombre de nouvelles recrues, pas encore aguerries. Elles ne sont pas prêtes quand l'infanterie française, à présent à portée de mousquet, ouvre le feu[11]. Juste après, un farouche combat au corps à corps commence. Si le régiment d'Henri de Champagne tient toujours bon, les deux autres, désorganisés par la rapidité des mouvements et la brutalité des attaques, cèdent progressivement à la panique. Malgré les efforts de de Watteville, qui harangue ses troupes, et de ses chefs, dont son fils, descendu de cheval, qui se bat au milieu de ses hommes avec une pique[11], l'armée comtoise s’effondre au contact de l'infanterie française. De plus, le baron de Rebé lance son attaque à l'est: les comtois sont maintenant attaqués sur trois cotés. Les corps de plusieurs centaines d'hommes d'infanterie jonchent le champ de bataille et un nombre encore plus grand de blessés sera emmené au monastère de Saint-Amour[12]. Quatre cents hommes sont capturés alors qu'ils tentent de battre en retraite, dont Henri de Champagne et le baron de Reculot, un des rares chefs de la cavalerie comtoise qui n'a pas battu en retraite. De Watteville s'échappera de justesse. Les régiments de de Bussolin et de Champagne sont entièrement anéantis. Les restes de l'armée comtoise refluent dans le plus grand désordre vers l’intérieur du pays en direction d'Arinthod. Les colonels de Raincourt et de Saint-Germain[10], stationnés au nord sur les hauteurs, parviennent à arrêter l'offensive de de Rebé visant à couper la retraite comtoise, permettant ainsi de sauver nombre d'unités en déroute[11]. Les comtois pourront battre en retraite sans être poursuivis. De Boutavant, qui ne reviendra pas sur le champ de bataille, sera soupçonné de trahison et d'entente avec l'ennemi[6].

Analyse de la batailleModifier

Il a souvent été écrit que l'armée comtoise avait été battue par une armée deux fois moins nombreuse. Mais ce rapport de force est à relativiser puisque 800 hommes sur 2 600 ne sont pas sur le champ de bataille et sur les 1 800 hommes restants, presque un tiers n'est pas déployé et donc prêt au combat.

Plusieurs éléments ont été déterminants quant à l'issue de la bataille.

Coté comtoisModifier

  • Le manque de coordinations des régiments :
    • celui de de Bussolin non entièrement déployé ;
    • celui de de Goux non déployé ;
    • ceux de de Raincourt et Saint-Germain trop loin pour intervenir.
  • L'attitude insubordonnée et ambiguë de de Boutavant sur l'ensemble de la bataille. En découle :
    • Une reconnaissance bâclée par de Boutavant et sa cavalerie qui est probablement l'élément le plus important ;
    • Une méconnaissance totale de la position des Français et de l'imminence de leur attaque ;
    • Une profonde mésentente entre de Bussolin et de Boutavant, le duel ayant certainement eu un effet psychologique négatif sur les troupes comtoises
    • La charge de désastreuse de la cavalerie
  • Des recrues trop jeunes, pas assez aguerries ;
  • Une offensive non soutenue par le Parlement comtois, qui refuse des renforts en cavalerie et artillerie qui auraient pu faire la différence.

Coté françaisModifier

  • Une bonne connaissance des positions comtoises ;
  • Une parfaite coordination des attaques ;
  • Des troupes motivées de prendre leur revanche sur les Comtois qui ont détruit leurs villages de Bresse et de Bugey ;.
  • Un service de renseignement efficace qui permit de connaître le déplacement comtois d'heure en heure[9].

Les conséquencesModifier

À partir de cette bataille, il n'y aura plus véritablement d'armée comtoise digne de ce nom. À l'été, elle sera intégrée à l'armée de Lorraine. Les forces comtoises seront à l'avenir plutôt composées de groupes armés plus modestes et éparpillés, obéissant à des capitaines, comme le célèbre Lacuzon.

Le Parlement rend de Watteville immédiatement responsable de la défaite, tandis que celui-ci l'accuse de ne pas avoir suffisamment soutenu son initiative. Amer, de Watteville répondra au parlement par une note écrite au soir de la bataille à Orgelet : "(...)Vous m'avez refusé des renforts, si vous me les aviez envoyés, la Bresse serait à nous et nous n'aurions pas été battus[8]". De Watteville réussira cependant, dans les jours suivants, à rassembler les débris de son armée pour porter secours à la ville de Saint-Amour. Malgré des combats farouches et l'arrivée de renforts lorrains, il en sera empêché à la bataille de Sainte-Agnès les 1er et 2 avril. Le 20 mars, le marquis de Conflans perd le commandement de l'armée comtoise au profit du marquis de Saint-Martin[13],[14].

Coté français, les troupes mettent la main sur le canon et plusieurs chariots de vivres et de munitions[8]. Elles progressent et reprennent la main dans le comté de Bourgogne. Elles entreprennent le siège de Saint-Amour le 29 mars, puis de Moirans peu après[15]. Exceptées quelques séries de raids les années suivantes, les Comtois n'auront plus l’initiative des combats, au profit des Français, qui rythmeront, avec les Suédois, la suite de la guerre de Dix Ans.

BibliographieModifier

  • Gazette de France, La prise de Chavannes et le combat de Cornod, 1878, Lyon
  • Jean Girardot de Nozeroy, Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne: 1632-1642, 1843, Besançon
  • Emile Longin, La dernière campagne du Marquis de Conflans, 1896, Besançon

Notes et référencesModifier

  1. « 1635-1644 - Guerre de dix ans ou guerre de Franche-Comté », sur www.bresse-revermont.fr (consulté le 3 octobre 2019)
  2. Gérard Louis, La guerre de Dix Ans, 1634-1644, Presses Univ. Franche-Comté, , 379 p. (ISBN 978-2-251-60651-4, présentation en ligne)
  3. Daniel Antony, Nouvelle histoire de la Franche-Comté Tome II, Pontarlier, Editions du belvédère, , p. 350
  4. a et b Charles Jules Dufay, Dictionnaire biographique des personnages notables du département de l'Ain ..., Martin-Bottier, (lire en ligne)
  5. La prise de Chavannes et le combat de Cornod : relations tirées de la Gazette de France, imprimerie du Courrier de l'Ain, (lire en ligne)
  6. a et b Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne, (1632-1642). [Edited by J. Crestin.], (lire en ligne)
  7. a et b Max Sequanus, Éphémérides historiques du département du Jura, Imp. Bluzet-Guinier, (lire en ligne)
  8. a b c d e et f Besançon Société d'émulation du Doubs, Mémoires (lire en ligne)
  9. a b et c Alphonse Rousset et Frédéric Moreau, Dictionnaire géographique, historique, et statistique des communes de la Franche-Comté: et des hameaux qui en dépendent, classés par département: département du Jura, Bintot, (lire en ligne)
  10. a et b Société d'émulation et d'agriculture (lettres, sciences et arts) de l'Ain, Annales, (lire en ligne)
  11. a b et c Jean Girardot de Noseroy, Histoire de dix ans de la Franche-Comté de Bourgogne : 1632-1642, imprimerie d'Outhenin-Chalandre fils, (lire en ligne)
  12. Alexandre Corneille Saint-Marc, « Le siège de Saint-Amour en 1637 », sur Gallica, (consulté le 4 octobre 2019)
  13. Gérard Louis, La guerre de Dix Ans, 1634-1644, Presses Univ. Franche-Comté, , 379 p. (ISBN 978-2-251-60651-4, présentation en ligne)
  14. François Pernot, La Franche-Comté espagnole : à travers les archives de Simancas, une autre histoire des Franc-Comtois et de leurs relations avec l'Espagne de 1493 à 1678, Presses Univ. Franche-Comté, , 457 p. (ISBN 978-2-84867-032-4, présentation en ligne)
  15. Adolphe Marlet, Ville et vallée d'Ornans. Episodes de la guerre de dix ans, Imprimerie d'Outhenin-Chalandre Fils, (lire en ligne)