Bataille de la Marfée

bataille de la guerre de Trente Ans
Bataille de la Marfée

Informations générales
Date
Lieu Plateau de la Marfée, dominant la ville de Sedan
Issue Victoire sedanaise-hispanique-impériale
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Blason ville fr Sedan (Ardennes).svg Principauté de Sedan
Flag of Cross of Burgundy.svg Pays-Bas espagnols
Commandants
Gaspard de Coligny 1584-1646.jpg Gaspard de ColignyFrédéric Maurice de la Tour d'Auvergne, duke of Bouillon, painted by Johann Valentin Tischbein, ca 1750.jpg Frédéric de la Tour d'Auvergne
Château de Beauregard - Louis, Count of Soissons.jpg Louis de Bourbon-Soissons
Forces en présence
11 000 soldats
2 000 cavaliers
4 000 soldats sedanais
7 000 hommes hispanique-impériaux
Pertes
3 000 morts
600 prisonniers

Guerre de Trente Ans

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 49° 42′ 09″ nord, 4° 56′ 28″ est
Géolocalisation sur la carte : Ardennes
(Voir situation sur carte : Ardennes)
Bataille de la Marfée
Géolocalisation sur la carte : Champagne-Ardenne
(Voir situation sur carte : Champagne-Ardenne)
Bataille de la Marfée
Géolocalisation sur la carte : France
(Voir situation sur carte : France)
Bataille de la Marfée

La bataille de la Marfée est une bataille qui a eu lieu sur les hauteurs de Sedan, le , entre le royaume de France et la principauté de Sedan, alliée au Saint-Empire et aux Pays-Bas Espagnols.

Les chefs des deux armées sont respectivement Gaspard de Coligny, maréchal de Châtillon pour la France, et le prince Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne pour la principauté de Sedan.

IntroductionModifier

La principauté de Sedan est en 1640 une principauté protestante indépendante dont le prince, Frédéric-Maurice de la Tour d'Auvergne, accueille les protestants et factieux fuyant la France et Richelieu. Il prit également part à la conspiration des Princes de la paix, avec le comte de Soissons et Henri II de Guise, visant à rétablir les privilèges des grands féodaux. Louis XIII envoie une armée pour mettre fin à ses agissements, le prince de Sedan demande et obtient une aide de l'empereur, son ami personnel.

DéroulementModifier

Gênée par le mauvais temps qui rendit les chemins boueux, l'armée royale n'arrive sur le plateau que vers 11 heures, attendue par l'armée sedanaise. L'affrontement commence et les Sedanais résistent bien au choc. Le prince de Sedan, commandant la cavalerie, contourne le champ de bataille à l'abri de collines, et tombe sur le flanc de l'armée royale. C'est alors la débandade, l'armée du maréchal de Châtillon abandonne ses bagages. Dès midi, la bataille était décidée. Le comte de Soissons est semble-t-il mort par accident, alors qu'il relevait la visière de son casque à l'aide de son pistolet.

BilanModifier

Malgré la défaite, l'armée royale commença le siège de Sedan, et Frédéric-Maurice de La Tour d'Auvergne négocia sa soumission dans un traité (4 août) avec le roi de France, qui lui confia le commandement de l'armée d'Italie.

Après une nouvelle conspiration en 1642, le prince de Sedan dut cette fois négocier sa tête contre la principauté, qui fut annexée au royaume le [1].

Notes et référencesModifier