Ouvrir le menu principal
Bataille de Pilsen
Description de cette image, également commentée ci-après
Gravure de Matthäus Merian
Informations générales
Date 19 septembre-
Lieu Pilsen, Bohême (Drapeau de la Bohême Royaume de Bohême)
Issue Victoire protestante
Belligérants
Drapeau de la Bohême Royaume de BohêmeDrapeau du Saint-Empire Saint-Empire
Commandants
Ernst von Mansfeld
Forces en présence
20 000 hommes

Guerre de Trente Ans

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 49° 44′ 51″ nord, 13° 22′ 39″ est

Géolocalisation sur la carte : République tchèque

(Voir situation sur carte : République tchèque)
Bataille de Pilsen

Géolocalisation sur la carte : Europe

(Voir situation sur carte : Europe)
Bataille de Pilsen

Le siège de Pilsen est également connu sous le nom de Bataille de Pilsen. Le , les forces des protestants du royaume de Bohême menées par Ernst von Mansfeld mettent le siège devant la riche ville de Pilsen en Bohême. Le la ville est prise. Ce fut la première grande bataille de la Guerre de Trente Ans, et le point de départ de la révolte de la Bohême.

PrémicesModifier

Le , les nobles protestants renversent la règle du Saint-Empire romain germanique et jettent le gouverneur catholique de la Bohême d'une fenêtre de l'hôtel de ville de Prague. Le nouveau gouvernement constitué de la noblesse protestante est donné à Ernst von Mansfeld. Les nobles et les prêtres catholiques commencent à quitter le pays. Certains des monastères et manoirs sont évacués et les réfugiés catholiques sont dirigés vers la ville de Pilsen, où ils pensent qu'une défense réussie pourrait s'organiser. La ville est bien préparée pour un siège prolongé, mais les défenseurs manquent de poudre pour leur artillerie. Mansfeld décide de prendre la ville avant que les catholiques ne reçoivent l'appui de l'extérieur.

Le siègeModifier

Le , l'armée de Mansfeld atteint les périphéries de la ville. Les défenseurs ont bloqué deux portes et la troisième a été renforcée avec des gardes supplémentaires. L'armée protestante est trop faible pour attaquer directement le château. Mansfeld décide d'affamer la ville. Le 2 octobre, l'artillerie protestante est arrivée, mais le calibre et le nombre de canons sont trop faibles pour causer des dégâts aux murs de la ville. Le siège se poursuit, les protestants recevant quotidiennement approvisionnements et recrues, alors que les défenseurs manquent de nourriture et de munitions. En outre, le puits principal de la ville a été détruit et les réserves d'eau potable sont bientôt épuisées. Le 21 novembre, des fissures sont faites dans les murs et les soldats protestants pénètrent dans la ville. Après plusieurs heures de combat au corps à corps, la ville tombe aux mains de Mansfeld.

Les conséquencesModifier

Après la prise de la ville, Mansfeld exige 120 000 guldens d'or en dommages de guerre et 47 000 florins supplémentaires pour épargner la ville et ne pas la brûler. Bientôt le Saint-Empire et la Bavière regroupent assez de forces et franchissent la frontière avec la Bohême. Le roi de Bohême nouvellement élu, Frédéric V du Palatinat, se rend compte du potentiel énorme des forces ennemies et commande à sa propre armée de harceler et attaquer les troupes qui s'avancent séparément avant qu'elle ne se regroupent. Il est cependant abandonné par la plupart de ses alliés et ses armées sont dispersées dans les forêts denses entre Pilsen et Prague, ce qui conduit à la tragique défaite de la Montagne Blanche.

Voir aussiModifier