Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Bataille de Carthagène.
Bataille de Carthagène (1643)

Informations générales
Date
Lieu Au large de Carthagène
Issue Victoire française
Belligérants
Drapeau du royaume de France Royaume de FranceDrapeau de l'Espagne Monarchie espagnole
Commandants
Jean Armand de Maillé-Brézé
Forces en présence
20 navires
2 frégates
12 brûlots
29 navires
14 galères
Pertes
3 000 hommes
10 navires détruits
2 navires capturés

Guerre de Trente Ans

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 37° 36′ nord, 0° 59′ ouest

Géolocalisation sur la carte : Murcie

(Voir situation sur carte : Murcie)
Bataille de Carthagène (1643)

Géolocalisation sur la carte : Espagne

(Voir situation sur carte : Espagne)
Bataille de Carthagène (1643)

La bataille de Carthagène, ou du cap de Gate est une bataille navale livrée le au large de Carthagène, en Espagne, durant la guerre de Trente Ans.

ContexteModifier

 
Galions et galères espagnols au XVIIe siècle.

La marine française gardait dans la Méditerranée cette supériorité qui n'avait été qu'un instant et en apparence compromise en 1641 : toute bataille livrée sur mer était une bataille gagnée. La flotte espagnole n'osant plus se montrer sur la côte de Catalogne, le jeune amiral Jean Armand de Maillé-Brézé alla la chercher et la rencontrer au large du cap de Gate.

Forces en présenceModifier

Les Français avaient 20 vaisseaux de guerre, 2 frégates et 12 brûlots. Les Espagnols avaient en haute mer 25 gros vaisseaux, dont 20 flamands et dans le port de Carthagène 4 vaisseaux et 14 galères.

La batailleModifier

Brézé ne leur permit pas d'opérer leur jonction avant le combat : il attaqua le 3 septembre. Le navire Amiral de Naples de 50 canons, fut brûlé. Le navire du vice-amiral de Castille fut pris à l'abordage ainsi qu'un autre galion. Un navire dunkerquois de 35 canons sauta. Le reste, à la faveur de la nuit gagna le port de Carthagène et y joignit les galères. 8 vaisseaux fracassés par l'artillerie coulèrent en entrant dans le port, d'où les Espagnols ne sortirent plus du reste de l'année.

ConséquencesModifier

Le commerce du royaume d'Espagne avec l'Italie est presque entièrement intercepté.

AnecdoteModifier

Il est frappé à cette occasion une médaille dont la légende signifiait : « Présage de l'empire de la mer ».

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Sources et bibliographieModifier

  • Henri Martin, Histoire de France, depuis les temps les plus reculés jusqu'en 1789, 1858.
  • Léon Guérin, Histoire maritime de France, 1851.
  • Guy Le Moing, Les 600 plus grandes batailles navales de l'Histoire, Marines Éditions, .

Articles connexesModifier