Ouvrir le menu principal

Bataille de Poligny (1638)

Bataille de Poligny
Description de cette image, également commentée ci-après
Poligny et de son château fort au XVIe siècle, par Claude Luc
Informations générales
Date 19 juin 1638
Lieu Poligny (Jura) (Comté de Bourgogne)
Issue Victoire des alliés
Belligérants
Drapeau de la Lorraine Duché de Lorraine
Flag of Franche-Comté.svg Comté de Bourgogne
Drapeau du royaume de France Royaume de France
Commandants
Flag of Lorraine.svg Charles IV de Lorraine

Flag of Lorraine.svg Franz von Mercy

Flag of Franche-Comté.svg Jean-Baptiste de la Baume-Montrevel
Royal Standard of the King of France.svg Henri II d'Orléans-Longueville

Royal Standard of the King of France.svg Philippe de La Mothe-Houdancourt

Royal Standard of the King of France.svg Manassès de Pas de Feuquières
Forces en présence
8 000 hommes
10 canons
12 000 hommes
Pertes
120 tués1200 tués
1800 blessés

Guerre de Trente Ans

Batailles

Cette boîte : voir • disc. • mod.
Coordonnées 46° 50′ 23″ nord, 5° 43′ 38″ est

Géolocalisation sur la carte : France

(Voir situation sur carte : France)
Bataille de Poligny

Géolocalisation sur la carte : Franche-Comté

(Voir situation sur carte : Franche-Comté)
Bataille de Poligny

La bataille de Poligny ou nommée aussi bataille de Chamole est une bataille majeure qui eut lieu le l9 juin 1638 sur les hauteurs de Poligny, derrière son château, près du village de Chamole, durant l'épisode comtois de la Guerre de Trente Ans. Elle oppose les troupes françaises du duc de Longueville, à l'armée lorraine et comtoise de Charles IV de Lorraine[1]. C'est l'une des principales bataille de la guerre de dix ans[2].

ContexteModifier

En 1638, la France et le Comté de Bourgogne sont en guerre depuis deux ans. Louis XIII avait investi le comté de Bourgogne et ses troupes avaient d'abord échoué à prendre Dole en août 1636. Jusqu'en mars 1637, la guerre avait plutôt été favorable aux Comtois pourtant inférieurs en nombre. Mais l'armée comtoise menée par Gérard de Joux de Watteville a été décimée à la bataille de Cornod le 13 mars par un détachement de l'armée de Longueville. L'armée comtoise ne s'en remettra jamais vraiment. Fort de ce succès et débarrassé de l'armée comtoise, les Français peuvent s'en prendre aux principales villes du Comté de Bourgogne. Charles IV de Lorraine qui est reconnu comme un grand militaire de son temps, est le chef des armées alliées (comtoises, lorraines et espagnoles) en Franche-Comté. Il est décidé à entreprendre une attaque contre les Français afin les empêcher de prendre Poligny et Arbois. Celui-ci commence alors une longue marche forcée depuis Salins pour arriver à Poligny avant l'ennemi. Le 18 juin au soir, son armée arrive épuisée sur le plateau au dessus de Poligny près de Chamole[3]. Mais également aussi l'armée de Longueville qui vient de Château-Chalon et qui est informée du mouvement des alliés.

La batailleModifier

Le lieu de la bataille se situe en bordure de ravin qui protège le flanc droit des alliés, le terrain est largement favorable aux défenseurs[4]. Charles de Lorraine a fait retrancher ses hommes derrière des bastions et des petites élévations un peu en arrière de la portée de ses canons qui joueront un rôle défensif déterminant[5]. Les Français ne savent pas précisément à quoi s'attendre, ils savent que les alliés occupent une bonne position, mais restent confiant quant au sort de la bataille. Conscient également de leur supériorité numérique, à 10 heures du matin, ils chargent directement. Les premiers résultats semblent en leur faveur, plusieurs régiments lorrains mal retranchés, battent en retraite aux premières charges[4]. Charles de Lorraine qui a pris la tête de la cavalerie, arpente le champ de bataille prêtant main forte aux régiments attaqués. Le terrain est complexe et les Français ne s’apercevront que tard le soir, que la position alliée est trop solidement ancrée pour être bousculée par des charges. Longueville et ses généraux vont donc persévérer toute la journée dans des charges inutiles qui coûteront 1200 tués et 1800 blessés. À la nuit, les Français abandonnent et battent en retraite, le champ de bataille est jonché de corps. Les villages de Chaussenans et de Champ-Reignard, en périphérie du champ de bataille, ont été presque entièrement brulés.[6]

Les conséquencesModifier

Charles de Lorraine, malgré l'insistance de Von Mercy et du marquis de Saint-Martin, décide de ne pas poursuivre l'armée française qui retourne à Château-Chalon où elle y arrive le lendemain matin, désorganisée mais où l'attendent de nouveaux renforts. Pire encore, le Lorrain décide de se replier sur Salins, ce qui provoque la colère des Comtois[3]. Les Français reviennent alors vers Poligny et s'en emparent le 25 juin. Si la bataille de Poligny représente le plus grand et le plus important engagement de la guerre de Dix Ans, elle n'aura paradoxalement que peu d'incidence sur le cours de la campagne.

Notes et référencesModifier

  1. Société d'agriculture, lettres, sciences et arts du département de la Haute-Saône, Bulletin, (lire en ligne)
  2. « ISC - CFHM - IHCC », sur www.institut-strategie.fr (consulté le 15 octobre 2019)
  3. a et b Gérard Louis, La guerre de Dix Ans, 1634-1644, Presses Univ. Franche-Comté, (ISBN 9782251606514, lire en ligne)
  4. a et b Augustin Calmet, Histoire de Lorraine, ... depuis l'entree de Jules-Cesar dans les Gaules, jusqu'a la cession de la Lorraine, arrivee en 1737. Nouv. ed. rev. corr. et augm, A. Leseure, (lire en ligne)
  5. François Félix Chevalier, Mémoires historiques sur la ville et seigneurie de Poligny: avec des recherches rélatives à l'histoire du comté de Bourgogne & de ses anciens souverains, et une collection de chartes intéressantes, P. Delhorme, (lire en ligne)
  6. Alphonse Rousset et Frédéric Moreau, Dictionnaire géographique, historique, et statistique des communes de la Franche-Comté et des hameaux qui en dépendent, classés par département: département du Jura, Bintot, (lire en ligne)