Ouvrir le menu principal
Armand Lurville
Biographie
Naissance
Décès
Nationalité
Activité

Armand Barouch Josephson dit Armand Lurville ou Lurville (né le à Paris 10e[1] et mort le à Paris 10e) est un acteur français de théâtre et de cinéma.

BiographieModifier

Sous le nom de scène d'Armand Lurville, il contribue à vingt-deux films muets français sortis à partir de 1909 (dont de nombreux courts métrages). Le dernier est La Passion de Jeanne d'Arc de Carl Theodor Dreyer, sorti en 1928, avec Renée Falconetti dans le rôle-titre.

Puis il apparaît dans trente-cinq films parlants de 1930 à 1948, dont Pasteur de Sacha Guitry (1935, avec le réalisateur dans le rôle-titre), Hôtel du Nord de Marcel Carné (1938, avec Arletty, Louis Jouvet, Annabella et Jean-Pierre Aumont), ou encore Un revenant de Christian-Jaque (1946, avec Louis Jouvet et Gaby Morlay). Il revient une ultime fois à l'écran avec un petit rôle dans Gervaise de René Clément (avec Maria Schell, François Périer et Suzy Delair), sorti en septembre 1956, l'année suivant sa mort intervenue pendant le tournage.

Armand Lurville est également actif au théâtre, où il a notamment comme partenaires Jules Berry, André Lefaur, Jacques Louvigny, Elvire Popesco et Françoise Rosay. Mentionnons La Dame aux camélias d'Alexandre Dumas fils, représentée au Théâtre des Célestins (Lyon) en 1940, avec Edwige Feuillère et Pierre Richard-Willm (à noter qu'il avait déjà participé à une adaptation à l'écran en 1934 du roman éponyme). Citons aussi la comédie musicale La Dame en décolleté, sur une musique de Maurice Yvain, jouée au Théâtre des Bouffes-Parisiens en 1923, avec Dranem et Jean Gabin.

FilmographieModifier

(a priori complète)

Théâtre (sélection)Modifier

(pièces représentées à Paris, sauf mention contraire)

Notes et référencesModifier

  1. Acte de naissance n° 1421 (vue 21/31) avec mention marginale de décès. Archives en ligne de la Ville de Paris, état-civil du 10ème arrondissement, registre des naissances de 1875.
  2. Version française de Der Weg zur Schande de Richard Eichberg, même année de sortie
  3. Version sonore de Napoléon, 1927)

Liens externesModifier