Ouvrir le menu principal

Baccara (film)

film de Yves Mirande, sorti en 1935
(Redirigé depuis Baccara (film, 1935))
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Baccara.
Baccara
Réalisation Yves Mirande
Acteurs principaux
Pays d’origine Drapeau de la France France
Genre Comédie de mœurs
Durée 91 minutes
Sortie 1935

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Baccara est un film français réalisé par Yves Mirande, sorti en 1935.

SynopsisModifier

En raison de la faillite proche du banquier Gouldine, sa maîtresse d'origine étrangère, Elsa Barienzi, craint d'être expulsée du pays. Pour obtenir la nationalité française, elle doit impérativement faire un « mariage blanc », solution préconisée par l'avocat Maître Lebel qui souhaite devenir l'amant d'Elsa et qui lui déniche un beau parleur, en la personne d'André Leclerc, un rentier désargenté qui partage son appartement avec un autre homme (Charles). Moyennant une forte somme d'argent, l'union sera célébrée et le mari devra disparaître. Leclerc ne rencontre sa future femme que le jour du mariage et il est subjugué par sa beauté. Ce trouble tourne à l'obsession à ce point qu'il ne peut s’empêcher de rôder longuement auprès de la demeure d'Elsa avec son ami Charles. Elsa qui s'aperçoit de ce manège s'en offusque auprès de Lebel qui convoque Leclerc et le sermonne. Piqué au vif, Leclerc lui rend le montant du « marché », puis un soir s'introduit chez Elsa où après de vifs échanges il finit par la séduire et passe le reste de la nuit chez elle. Au petit matin la police vient frapper chez Elsa, on apprend que Gouldine est en fuite et elle est inculpé de complicité d'escroquerie et de corruption de fonctionnaire. Lebel refuse de la défendre mais Leclerc l'y oblige sous la menace. À l'issue du procès Elsa est acquittée et le dernier plan nous montre, Leclerc, Charles et Elsa s'en aller tous les trois bras dessus bras dessous.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

Acteurs crédités
Acteurs non crédités

Autour du filmModifier

  • Sans jamais être explicite le film fait preuve d'une ambiguïté sexuelle rare pour l'époque. La première partie nous montre deux quadragénaires (dont l'un très séduisant) qui partagent le même toit et la même bourse et sont remplis d'attentions l'un envers l'autre. Au cas où on ne l'aurait pas compris un gros plan sur un buste d'Adonis vient nous confirmer la nature supposée de leur relation. La suite du film ne confirmera pas cette audace, sauf le tout dernier plan, allusion à peine voilée au ménage à trois.
  • Le film a été réédité en 2007 par René Chateau Vidéo

Liens externesModifier