Argelès-sur-Mer

commune française du département des Pyrénées-Orientales

Argelès-sur-Mer
Argelès-sur-Mer
Blason de Argelès-sur-Mer
Blason
Argelès-sur-Mer
Logo
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Pyrénées-Orientales
Arrondissement Céret
Intercommunalité Communauté de communes des Albères, de la Côte Vermeille et de l'Illibéris
(siège)
Maire
Mandat
Antoine Parra
2020-2026
Code postal 66700
Code commune 66008
Démographie
Gentilé Argelésiens, Argelésiennes
Population
municipale
10 366 hab. (2018 en augmentation de 4,56 % par rapport à 2013)
Densité 177 hab./km2
Géographie
Coordonnées 42° 32′ 42″ nord, 3° 01′ 25″ est
Altitude Min. 0 m
Max. 1 156 m
Superficie 58,67 km2
Type Commune urbaine et littorale
Unité urbaine Saint-Cyprien
(ville-centre)
Aire d'attraction Perpignan
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de la Côte Vermeille
(bureau centralisateur)
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : région Occitanie
Voir sur la carte administrative de la région Occitanie
City locator 14.svg
Argelès-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : Pyrénées-Orientales
Voir sur la carte topographique des Pyrénées-Orientales
City locator 14.svg
Argelès-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Argelès-sur-Mer
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Argelès-sur-Mer
Liens
Site web ville.argeles-sur-mer.com

Argelès-sur-Mer [aʁʒəlɛs syʁ mɛʁ] Écouter, Argelers de la Marenda ou simplement Argelers (catalan) est une commune française située dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie.

Ses habitants sont appelés les Argelésiens[1].

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune d'Argelès-sur-Mer se trouve dans le département des Pyrénées-Orientales, en région Occitanie et est frontalière avec l'Espagne (Catalogne)[2].

Elle se situe à 20 km à vol d'oiseau de Perpignan[3], préfecture du département, et à 23 km de Céret[4], sous-préfecture.

Les communes les plus proches[Note 1] sont[5] : Saint-André (4,2 km), Collioure (5,2 km), Sorède (5,8 km), Palau-del-Vidre (5,9 km), Latour-Bas-Elne (6,9 km), Port-Vendres (7,4 km), Elne (7,4 km), Laroque-des-Albères (8,0 km).

Sur le plan historique et culturel, Argelès-sur-Mer fait partie de l'ancienne province du Roussillon, qui a existé de 1659 jusqu'à la création du département des Pyrénées-Orientales en 1790[6] et qui recouvrait les trois vigueries du Roussillon, du Conflent et de Cerdagne[7].

Paysages et reliefModifier

La superficie de la commune est de 5 867 hectares. L'altitude varie de 0 à 1 099 mètres[10]. Le centre du village est à une altitude de 10 m[11].

La partie d'Argelès-sur-Mer située le long du littoral culmine au sein du quartier Saint-Pierre à une altitude de 21 mètres. Le quartier du Racou ne dépasse pas les 10 mètres d'altitude et est dominé par l'Éperon d'Argent, situé à 34 mètres d'altitude. Les points culminants du territoire d'Argelès-sur-Mer se situent au sud-ouest, dans la chaîne des Albères[8].

La commune est classée en zone de sismicité 3, correspondant à une sismicité modérée[12].

 
Vue aérienne : Argelès-sur-Mer (au centre), avec autour Port-Vendres, Collioure, Saint-André, Palau-del-Vidre, Elne, Latour-bas-Elne, Saint-Cyprien (en partant au-dessus, à droite, en bas et en bas à gauche).

HydrographieModifier

La commune est traversée par de nombreux cours d'eau, pour la plupart dans le sens de l'ouest ou du sud-ouest vers le littoral, situé à l'est de la commune. On trouve du nord au sud[8] :

  • le Tech : le fleuve trouve son embouchure au sein de la réserve naturelle du Mas Larrieu ;
  • la Ribereta, qui afflue au Grau de la Riberata ;
    • la Noguera, affluent RD de la Riberta ;
  • la Massane : ce petit fleuve traverse le village d'Argelès-sur-Mer et afflue au sein du port.

ClimatModifier

Paramètres climatiques communaux sur la période 1971-2000

  • Moyenne annuelle de température : 15,5 °C
  • Nombre de jours avec une température inférieure à −5 °C : 0,3 j
  • Nombre de jours avec une température supérieure à 30 °C : 10,3 j
  • Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,3 °C
  • Cumuls annuels de précipitation : 743 mm
  • Nombre de jours de précipitation en janvier : 5,9 j
  • Nombre de jours de précipitation en juillet : 3 j

Le climat qui caractérise la commune est qualifié, en 2010, de « climat méditerranéen franc », selon la typologie des climats de la France qui compte alors huit grands types de climats en métropole[13]. En 2020, la commune ressort du type « climat méditerranéen » dans la classification établie par Météo-France, qui ne compte désormais, en première approche, que cinq grands types de climats en métropole. Pour ce type de climat, les hivers sont doux et les étés chauds, avec un ensoleillement important et des vents violents fréquents[14].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir la typologie de 2010 comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000[15]. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[13].

Avec le changement climatique, ces variables ont évolué. Une étude réalisée en 2014 par la Direction générale de l'Énergie et du Climat[16] complétée par des études régionales[17] prévoit en effet que la température moyenne devrait croître et la pluviométrie moyenne baisser, avec toutefois de fortes variations régionales. Ces changements peuvent être constatés sur la station météorologique de Météo-France la plus proche, « Banyuls-sur-Mer », sur la commune de Banyuls-sur-Mer, mise en service en 1958[18]et qui se trouve à 11 km à vol d'oiseau[19],[Note 3], où la température moyenne annuelle est de 16,3 °C et la hauteur de précipitations de 826,3 mm pour la période 1981-2010[20]. Sur la station météorologique historique la plus proche, « Perpignan », sur la commune de Perpignan, mise en service en 1924 et à 20 km[21], la température moyenne annuelle évolue de 15,4 °C pour la période 1971-2000[22], à 15,7 °C pour 1981-2010[23], puis à 16,1 °C pour 1991-2020[24].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Espaces protégésModifier

La protection réglementaire est le mode d’intervention le plus fort pour préserver des espaces naturels remarquables et leur biodiversité associée[25],[26]. Dans ce cadre, la commune fait partie [27].

Quatre espaces protégés sont présents sur la commune :

Réseau Natura 2000Modifier

 
Sites Natura 2000 sur le territoire communal.

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d'intérêt écologique élaboré à partir des directives habitats et oiseaux, constitué de zones spéciales de conservation (ZSC) et de zones de protection spéciale (ZPS)[Note 4]. Quatre sites Natura 2000 ont été définis sur la commune au titre de la directive habitats[37] :

  • le « massif des Albères », d'une superficie de 6 978 ha, accueille une série remarquable d'étages de végétation, du thermo méditerranéen (parties abritées proches du littoral) au montagnard (hétraies, milieux rocheux, nardaies), en passant par le méditerranéen (maquis, chênaies)[38] ;
  • l'« embouchure du Tech et Grau de la Massane », d'une superficie de 954 ha, un site présentant une zone de sables marins de faible profondeur à Amphioxus et des milieux littoraux dunaires riches en espèces végétales endémiques[39] ;
  • la « côte rocheuse des Albères », d'une superficie de 536 ha, un site remarquable de falaises maritimes schisteuses, riches en espèces endémiques, et correspondant à des associations spécifiques du Roussillon et de la Catalogne[40] ;
  • « le Tech », d'une superficie de 1 467 ha, héberge le Barbeau méridional qui présente une très grande variabilité génétique dans tout le bassin versant du Tech. Le haut du bassin est en outre colonisé par le Desman des Pyrénées[41] et au titre de la directive oiseaux[37],
  • le « massif des Albères », d'une superficie de 7 113 ha, se trouve sur l'axe migratoire majeur de la partie orientale des Pyrénées et inclut les principaux cols fréquentés lors des passages migratoires de printemps et d'automne[42].

Zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Huit ZNIEFF de type 1[Note 5] sont recensées sur la commune[43] :

  • le « cours du Tech de Palau-del-Vidre à son embouchure » (106 ha), couvrant 3 communes du département[44] ;
  • les « El Tamariguer » (24 ha)[45] ;
  • les « falaises du Racou à Collioure » (31 ha), couvrant 2 communes du département[46] ;
  • la « forêt de la Massane » (359 ha), couvrant 2 communes du département[47] ;
  • les « Grau de la Massane » (4 ha)[48] ;
  • le « Mas Larrieu » (178 ha), couvrant 2 communes du département[49] ;
  • le « ravin de la Massane » (1 332 ha), couvrant 2 communes du département[50] ;
  • le « vallon El Ravaner » (19 ha), couvrant 2 communes du département[51] ;

et quatre ZNIEFF de type 2[Note 6],[43] :

  • l'« embouchure du Tech et grau de la Massane » (291 ha), couvrant 3 communes du département[52] ;
  • le « massif des Albères » (10 837 ha), couvrant 10 communes du département[53] ;
  • la « rivière le Tech » (933 ha), couvrant 14 communes du département[54];
  • les « versants littoraux et côte rocheuse des Albères » (7 986 ha), couvrant 5 communes du département[55].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Argelès-sur-Mer est une commune urbaine, car elle fait partie des communes denses ou de densité intermédiaire, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 7],[56],[57],[58]. Elle appartient à l'unité urbaine de Saint-Cyprien, une agglomération intra-départementale regroupant 14 communes[59] et 60 792 habitants en 2017, dont elle est ville-centre[60],[61].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Perpignan, dont elle est une commune de la couronne[Note 8]. Cette aire, qui regroupe 118 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[62],[63].

La commune, bordée par la mer Méditerranée, est également une commune littorale au sens de la loi du , dite loi littoral[64]. Des dispositions spécifiques d’urbanisme s’y appliquent dès lors afin de préserver les espaces naturels, les sites, les paysages et l’équilibre écologique du littoral, comme par exemple le principe d'inconstructibilité, en dehors des espaces urbanisés, sur la bande littorale des 100 mètres, ou plus si le plan local d’urbanisme le prévoit[65],[66].

 
La ville d'Argelès-sur-Mer avec le Château de Valmy, vue depuis la Tour de la Massane.

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (46,4 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (46,6 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (28,8 %), zones agricoles hétérogènes (27,3 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (15,4 %), zones urbanisées (9,8 %), cultures permanentes (8,3 %), espaces verts artificialisés, non agricoles (6 %), espaces ouverts, sans ou avec peu de végétation (2,2 %), zones industrielles ou commerciales et réseaux de communication (2,1 %), eaux maritimes (0,1 %)[67].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[Carte 1].

Morphologie urbaineModifier

Le village d'Argelès s'est développé dans l'intérieur des terres, sur les berges de la Massane. Argelès-Plage est apparue plus tard le long du littoral.

LogementModifier

La ville d'Argelès-sur-Mer compte, en 2009, 14 485 logements. Parmi ceux-ci, 33,8 % sont des résidences principales, 61,7 % sont des résidences secondaires et 4,4 % sont vacants. 62,8 % des ménages d'Argelès-sur-Mer sont propriétaires de leur résidence principale[68].

Voies de communication et transportsModifier

Dans les années 1910-1911, une éphémère ligne de tramway hippomobile à écartement de 0,60 m longue d'environ 4 km a existé sur le territoire de la commune[69].

La ville d'Argelès est reliée à Perpignan par la RD 914, aménagée en route express à deux fois deux voies entre les deux villes.

Pour ce qui est des transports en commun, elle est desservie par plusieurs lignes du réseau régional liO : la ligne 540 vers Cerbère et la gare de Perpignan, la ligne 543 vers Saint-Cyprien, la ligne 550 vers Céret, la ligne 552 vers Saint-Génis-des-Fontaines, et la ligne 553 vers la gare de Perpignan depuis Saint-Génis-des-Fontaines également.

Enfin, la gare ferroviaire, située sur la ligne littorale, est desservie par plusieurs aller-retours TER par jour ainsi qu'un Intercités de nuit depuis Paris.

ToponymieModifier

Formes du nom

En catalan, le nom de la commune est Argelers. Inspiré du français, Argelers de la Marenda est aussi utilisé afin de distinguer cette commune des autres Argelès de France[70]. Lluís Basseda recommande d'utiliser Argilers plutôt que Argelers et sinon, Argelers-sobre-mar, traduction plus fidèle que Argelers-de-la-Marenda[71].

La première mention du nom remonte à 879 en tant que Villa de Argilariis. Le nom est ensuite repris au Xe siècle sous les formes Argileria et Villam Argelariam. On rencontre ensuite au XIIe siècle Argilarium et Argelers, puis aux XIIIe et XIVe siècles Argilers et Argillers. Enfin, on trouve au XVIIe siècle Argellés et Argelès[71].

Le , Argelès prend officiellement le nom d'Argelès-sur-Mer[72].

Étymologie

Les armes de la ville d'Argelès datant du XVIIe siècle portent un plant de genêt épineux. Ce symbole fut attribué en se basant sur une étymologie fantaisiste rattachant Argelès au catalan argelaga, terme désignant cette plante. Cette étymologie ne résiste ni à l'analyse linguistique, ni à la comparaison avec les nombreuses localités qui portent des noms identiques ou similaires. Une telle origine aurait plutôt donné Argelaguers, nom présent par ailleurs en Catalogne des deux côtés de la frontière[71].

Plus simplement, le nom renvoie à un lieu ou abonde l'argile, du latin argila suivi du suffixe collectif -arium. La multiplication des carrières d'argile et des tuileries a eu pour cause dès le Moyen Âge de faire passer la finale du singulier au pluriel en -aris, donnant Argelers et non Argeler. Preuve de ces activités, il existe encore dans cette localité un quartier dénommé La Teuleria, du latin tegula (tuile) suivi du suffixe -aria[71].

HistoireModifier

OriginesModifier

Sans aller jusqu'à la mythologie qui voudrait qu'Hercule ait fondé Argelès[73], il est certain que le territoire de la commune était occupé par l'homme depuis des temps reculés, ainsi qu'en atteste la présence du dolmen des Collets de Cotlliure, de celui de la Cova de l'Alarb, et d'un ossuaire de l'âge des métaux trouvé à la Cova de la Turtuga[11].

AntiquitéModifier

Un sanctuaire gréco-romain a existé au site de La Fajouse, dans le massif des Albères[74].

Moyen ÂgeModifier

Déjà citée en 879, puis plus tard en 981 comme étant une des limites des possessions de l'abbaye de Saint-Génis-des-Fontaines[73], la ville d'Argelès est tout d'abord sous la dépendance directe des comtes du Roussillon, puis passe ensuite entre les mains des rois catalans puis aragonais. Elle est au centre des affrontements entre les rois de Majorque et ceux d'Aragon, aux XIIIe et XIVe siècles[11]. Le , un traité de paix y est signé entre Jacques II de Majorque et Jacques II d'Aragon[75]. Le traité ne dure guère, puisque le la cité est assiégée par Pierre IV d'Aragon, et finit par capituler le 6 juin[73].

D'autres épisodes militaires viendront encore troubler le calme de la ville ; ainsi, elle est assiégée par Louis XI dans la seconde moitié du XVe siècle.

Temps modernesModifier

La ville passa dans le Royaume de France à partir de 1659.

Révolution françaiseModifier

La commune d'Argelès est créée en 1790. La paroisse de Taxo d'Avall est rattachée à Argelès.

La ville est assiégée par les troupes espagnoles du général Ricardos en 1793.

Époque contemporaineModifier

 
Rue Vermeille.

En 1939, à la fin de la guerre d'Espagne, des dizaines de milliers de républicains franchirent la frontière et furent enfermés par les autorités françaises au camp de concentration d'Argelès-sur-Mer, situé juste au nord de la plage d'Argelès[76]. Cette situation, qui dura de nombreux mois, est encore bien présente dans l'esprit des habitants d'Argelès et, même s'ils n'en furent pas les responsables, ils conservent la honte d'un épisode tragique de leur histoire[réf. nécessaire]. Ce camp devint durant la Seconde Guerre mondiale un Centre de rassemblement des étrangers avant d'être transformé en septembre 1941 en chantier de jeunesse.

Depuis le début du XXe siècle, la population d'Argelès est en constante augmentation, la ville s'agrandissant entre village et plage et vers la plaine, en respectant le massif des Albères. Le recensement de 1999 montre une impressionnante augmentation de 2 000 habitants en 9 ans. Cette croissance est soutenue par le tourisme, la ville d'Argelès accueillant des milliers de touristes sur l'ensemble de son territoire depuis les années 1950.

Politique et administrationModifier

CantonModifier

Le canton d'Argelès est créé en 1790 avec Argelès pour chef-lieu. Supprimé dès 1793, Argelès rejoint alors le canton de Collioure. Ce dernier est supprimé à son tour en 1801 et le canton d'Argelès est de nouveau créé. Argelès redevient alors chef-lieu de canton et ne change plus par la suite[72],[10]. À compter des élections départementales de 2015, le canton d'Argelès-sur-Mer est de nouveau supprimé et la commune rejoint le canton de la Côte Vermeille, déjà existant mais entièrement reconfiguré.

Tendances politiques et résultatsModifier

Administration municipaleModifier

Liste des mairesModifier

 
Signature du maire Paul Pujas en 1815.
Liste des maires successifs depuis la Libération de la France[77]
Période Identité Étiquette Qualité
1944 1945 Frédéric Trescases SFIO Exploitant agricole
1945 1947 Joseph Farre    
1947 1947 Germain Farre    
Frédéric Trescases SFIO Exploitant agricole

(décès)
Gaston Pams Rad. puis
MRG
Sénateur des Pyrénées-Orientales (1959 → 1981)
Conseiller général du canton d'Argelès-sur-Mer (1953 → 1979)
Isidore Fourriques MRG  
Jean Carrère PS Entraîneur de rugby
Conseiller régional de Languedoc-Roussillon (1998 → 2004)
Pierre Aylagas[78] PS Professeur de collège retraité
Député de la 4e circonscription des Pyrénées-Orientales (2012 → 2017)
Conseiller général du canton d'Argelès-sur-Mer (1998 → 2012)
Vice-président du conseil général des Pyrénées-Orientales (? → 2012)
Président de la CC des Albères (2001 → 2007)
Président de la CC Albères Côte Vermeille Illibéris (2007 → )
En cours Antoine Parra[79],[80] PS puis DVG Instituteur et directeur d'école, Président de la Communauté de communes

Politique environnementaleModifier

JumelagesModifier

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

Démographie ancienneModifier

La population est exprimée en nombre de feux (f) ou d'habitants (H).

Évolution de la population
1355 1359 1365 1378 1424 1470 1515 1553 1643
189 f200 f196 f161 f200 f80 f69 f76 f63 f
1709 1720 1730 1765 1767 1774 1789 1790 -
192 f200 f204 f600 H1 640 H204 f240 f1 193 H-
(Sources : Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9))

Notes :

  • 1355 : dont 6 f pour Torreneules ;
  • 1359 : dont 7 f pour Torreneules ;
  • 1774 : Argelès et les deux Taxous ;
  • 1789 : pour Argelès et Taxo de Vall.

Démographie contemporaineModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[81],[Note 9]

En 2018, la commune comptait 10 366 habitants[Note 10], en augmentation de 4,56 % par rapport à 2013 (Pyrénées-Orientales : +2,95 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
8471 0641 1731 4011 4781 9642 1362 2512 325
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
2 4472 4562 5372 6002 8333 1343 3033 4133 307
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
3 3582 9132 8372 8512 8352 9662 9452 9682 907
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
3 6595 0225 1005 7237 1889 0699 9289 93910 434
2018 - - - - - - - -
10 366--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[82] puis Insee à partir de 2006[83].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution du rang de la commune
selon la population municipale des années : 1968[84] 1975[84] 1982[84] 1990[84] 1999[84] 2006[85] 2009[86] 2013[87]
Rang de la commune dans le département 8 10 10 7 4 5 5 5
Nombre de communes du département 232 217 220 225 226 226 226 226

EnseignementModifier

La ville d'Argelès-sur-Mer possède trois écoles maternelles. Ses effectifs sont en 2014 de 76[88], 107[89] et 128 élèves[90]. Il y a deux écoles élémentaires, dont les effectifs sont en 2014 de 192[91] et 342 élèves[92].

La commune possède également un collège[93], construit dans les années quarante à l'emplacement de l'actuelle mairie, puis reconstruit dans les années soixante-dix en dehors de la ville et près de la Massane, dont il subira les inondations en 1999. L'établissement accueille autour de 600 élèves[94].

Un lycée général et professionnel est inauguré en 2015[95]. Il est nommé en hommage à l'ancien président de la région Languedoc-Roussillon Christian Bourquin, disparu en 2014. Il accueille pour sa première rentrée 861 élèves[96].

Manifestations culturelles et festivitésModifier

Foires et marchés[97]
  • Marché de la plage du 10 juin au 20 septembre, les lundis, mercredis et vendredis ;
  • Marché Artisanal, au Centre Plage du 15 juin au 15 septembre, tous les soirs, de 17 h à 24 h ;
  • Marché au village : mercredis[réf. nécessaire], samedis ;
  • Fête patronale : 27 septembre ;
  • Foire : 1er janvier.
Événements

SantéModifier

En 1786, un rapport du viguier du Roussillon et du Vallespir signale que la commune d'Argelès bénéficie de la présence d'un médecin, de deux chirurgiens et de deux sages-femmes[98].

SportsModifier

  • Étoile sportive catalane : club de rugby à XV d'Argelès-sur-Mer.
  • Jeune garde Argelésienne : club de basketball d'Argelès-sur-Mer.
  • Argelès Handball Club : club de handball d'Argelès-sur-Mer.
  • Tennis de table : club ayant disparu dans les années 1970 et recréé en 1996.

ÉconomieModifier

Revenus de la population et fiscalitéModifier

En 2010, le revenu fiscal médian par ménage était de 24 142 [99]. En 2011, ce revenu est de 24 759 [100].

En 2009, le revenu fiscal médian des ménages par unité de consommation est de 17 504 . Le revenu net déclaré moyen par foyer fiscal est de 20 884  et 48,2 % des foyers fiscaux sont imposables[68].

EmploiModifier

L'effectif total de l'emploi sur Argelès-sur-Mer en 2009 est de 4 046 personnes, parmi lesquelles 76,8 % sont salariées. L'effectif total a augmenté de 3,8 % de 1999 à 2009[68].

En 2009, le taux d'activité des 15-64 ans est de 63,3 % et le taux de chômage de 17,3 %. La commune comprend au 1 102 demandeurs d'emploi toutes catégories confondues, parmi lesquels figurent 895 demandeurs d'emploi de catégorie A[68].

Entreprises et commercesModifier

Argelès-sur-Mer compte 1 833 établissements actifs à la date du . Parmi ceux-ci, 6,2 % relèvent du secteur de l'agriculture, 3,8 % de l'industrie, 7,7 % de la construction, 72,1 % des commerces, transports et services 10,3 % de l'administration publique, l'enseignement, la santé et l'action sociale[68].

Une part importante de l'économie est basée sur le tourisme. Classée station balnéaire depuis 1962, Argelès-sur-Mer est la première ville des Pyrénées-Orientales à recevoir le nouveau classement de station de tourisme, par décret ministériel du [101].

Culture locale et patrimoineModifier

Monuments et lieux touristiquesModifier

Patrimoine religieuxModifier

Dolmens :

Églises :

Patrimoine civilModifier

Patrimoine environnementalModifier

Le Bois des pins

À l'initiative du Conseil général qui cherche alors à rentabiliser les différentes portions de territoire du département, la commune d'Argelès accepte que soit réalisé en 1861 un premier essai, près du bord de mer, de plantation de pins d'une étendue de deux hectares. Le financement, intégralement pris en charge par l'État, en est rendu possible par la loi de 1860 sur le reboisement et le gazonnement des montagnes, initialement destinée à lutter contre la déforestation et l'érosion des terrains. Malgré l'échec du premier essai, d'autres plantations sont effectuées les années suivantes, toujours à la charge de l'État. En 1864, la commune d'Argelès est mise en demeure de financer elle-même la suite du projet, ce qu'elle refuse catégoriquement, arguant du manque de moyens. Les plantations continuent alors quelques années avant que l'État ne finisse par abandonner le projet[107].

La commune héberge de nos jours plus de 8 000 pins centenaires, dont 2 000 dans le secteur du Bois des pins. Après l'implantation du premier camping municipal dans les années 1930, le Bois des pins connaîtra plusieurs campagnes de replantations successives à partir des années 1970, essentiellement de pins parasol et de pins maritimes[108].

Le site du Racou

Le site du Racou (en catalan : El Racó, provenant du préfixe re- et du latin Cuneus, « coin »[71], situé sur la commune d'Argelès-sur-Mer, est un site naturel appartenant au Conservatoire du littoral et des rivages Lacustres. Le Racou est d'une valeur écologique notable, avec la présence de deux espèces protégées: la Passerine hérissée et l'Armérie du Roussillon, ainsi que plusieurs habitats naturels d'intérêt communautaire. Les paysages de ce site sont remarquables et diversifiés, avec des vues sur les falaises du littoral, des ambiances de sous-bois (Bois de Valmarie), un maquis.

Vallée de la Massane

La Cova de la Tortuga est un petit abri granitique se situant près du hameau de La Pave. Des fouilles archéologiques ont été réalisées en 1958 et 1959 par Roger Grau et une partie du mobilier est actuellement en exposition à la Maison du Patrimoine Françoise-Claustre à Céret. Cette grotte fait partie de la Route des tortues en Catalogne.

Personnalités liées à la communeModifier

HéraldiqueModifier

Les armes peuvent se blasonner ainsi :

D'argent à un argelac (ajonc épineux) de sinople fleuri de sept pièces d'or, accompagné de trois fleurs de lys d'azur, deux aux flancs et une en pointe, à la champagne aussi de sinople.

Culture populaireModifier

Littérature

GalerieModifier

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Ernest Delamont, Sièges soutenus par la ville d'Argelès en Vallespir, Bordeaux, Imprimerie générale de Mme Crugy, , 23 p.
  • Pierre Besson, Argelès et la Révolution : 1789-1799, Argelès-sur-Mer, Massana, , 188 p. (notice BnF no FRBNF35071748)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

Notes et cartesModifier

  • Notes
  1. Les distances sont mesurées entre chefs-lieux de communes à vol d'oiseau.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. La distance est calculée à vol d'oiseau entre la station météorologique proprement dite et le chef-lieu de commune.
  4. Dans les sites Natura 2000, les États membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles[36].
  5. Les ZNIEFF de type 1 sont des secteurs d’une superficie en général limitée, caractérisés par la présence d’espèces, d’association d’espèces ou de milieux rares, remarquables, ou caractéristiques du milieu du patrimoine naturel régional ou national.
  6. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  7. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  8. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  9. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  10. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.
  • Cartes
  1. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.

RéférencesModifier

  1. http://www.habitants.fr
  2. « Métadonnées de la commune d'Argelès-sur-Mer », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  3. Stephan Georg, « Distance entre Argelès-sur-Mer et Perpignan », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  4. Stephan Georg, « Distance entre Argelès-sur-Mer et Céret », sur https://fr.distance.to (consulté le ).
  5. « Communes les plus proches d'Argelès-sur-Mer », sur www.villorama.com (consulté le ).
  6. Carrere, J.B., Description de la Province de Roussillon, Paris, chez Lamy, , 438 p. (lire en ligne).
  7. Frédéric Zégierman, Le guide des pays de France - Sud, Paris, Fayard, (ISBN 2-213-59961-0), p. 362-363.
  8. a b et c Carte IGN sous Géoportail.
  9. Institut cartographique de Catalogne, « Visualisateur cartographique Vissir » (consulté le ).
  10. a et b Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Argelès-sur-Mer », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  11. a b c et d Jean Sagnes (dir.), Le pays catalan, t. 2, Pau, Société nouvelle d'éditions régionales, , 579-1133 p. (ISBN 2904610014).
  12. « Plan séisme » (consulté le ).
  13. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le )
  14. « Le climat en France métropolitaine », sur http://www.meteofrance.fr/, (consulté le )
  15. « Définition d’une normale climatologique », sur http://www.meteofrance.fr/ (consulté le )
  16. « Le climat de la France au XXIe siècle - Volume 4 - Scénarios régionalisés : édition 2014 pour la métropole et les régions d’outre-mer », sur https://www.ecologie.gouv.fr/ (consulté le ).
  17. « Observatoire régional sur l'agriculture et le changement climatique (oracle) Occitanie », sur occitanie.chambre-agriculture.fr, (consulté le )
  18. « Station Météo-France Banyuls-sur-Mer - métadonnées », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le )
  19. « Orthodromie entre Argelès-sur-Mer et Banyuls-sur-Mer », sur fr.distance.to (consulté le ).
  20. « Station Météo-France Banyuls-sur-Mer - fiche climatologique - statistiques 1981-2010 et records », sur donneespubliques.meteofrance.fr (consulté le ).
  21. « Orthodromie entre Argelès-sur-Mer et Perpignan », sur fr.distance.to (consulté le ).
  22. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  23. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  24. « Station météorologique de Perpignan - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le )
  25. « Les différents espaces protégés. », sur http://www.observatoire-biodiversite-centre.fr/ (consulté le )
  26. « Liste des espace protégés sur la commune », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  27. « Parc national des Pyrénées - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le )
  28. « Réserve naturelle de la forêt de la Massane », sur www.reserves-naturelles.org (consulté le )
  29. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  30. « Réserve naturelle du mas Larrieu. », sur www.reserves-naturelles.org (consulté le )
  31. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  32. « le « Mas Larrieu » », sur le site du conservatoire du littoral (consulté le )
  33. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  34. « le « Moulin d'Ensourd » », sur le site du conservatoire du littoral (consulté le )
  35. « - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  36. Réseau européen Natura 2000, Ministère de la transition écologique et solidaire
  37. a et b « Liste des zones Natura 2000 de la commune d'Argelès-sur-Mer », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  38. « site Natura 2000 FR9101483 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  39. « site Natura 2000 FR9101493 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  40. « site Natura 2000 FR9101481 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  41. « site Natura 2000 FR9101478 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  42. « site Natura 2000 FR9112023 - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  43. a et b « Liste des ZNIEFF de la commune d'Argelès-sur-Mer », sur le site de l'Inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  44. « ZNIEFF le « cours du Tech de Palau-del-Vidre à son embouchure » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  45. « ZNIEFF les « El Tamariguer » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  46. « ZNIEFF les « falaises du Racou à Collioure » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  47. « ZNIEFF la « forêt de la Massane » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  48. « ZNIEFF les « Grau de la Massane » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  49. « ZNIEFF le « Mas Larrieu » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  50. « ZNIEFF le « ravin de la Massane » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  51. « ZNIEFF le « vallon El Ravaner » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  52. « ZNIEFF l'« embouchure du Tech et grau de la Massane » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  53. « ZNIEFF le « massif des Albères » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  54. « ZNIEFF la « rivière le Tech » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  55. « ZNIEFF les « versants littoraux et côte rocheuse des Albères » - fiche descriptive », sur le site de l'inventaire national du patrimoine naturel (consulté le ).
  56. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  57. « Commune urbaine - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  58. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  59. « Unité urbaine 2020 de Saint-Cyprien », sur https://www.insee.fr/ (consulté le ).
  60. « Base des unités urbaines 2020 », sur www.insee.fr, (consulté le ).
  61. Vianney Costemalle, « Toujours plus d’habitants dans les unités urbaines », sur insee.fr, (consulté le ).
  62. « Liste des communes composant l'aire d'attraction d'Perpignan », sur insee.fr (consulté le ).
  63. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  64. « Les communes soumises à la loi littoral. », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr, (consulté le ).
  65. « La loi littoral », sur www.collectivites-locales.gouv.fr (consulté le ).
  66. « Loi relative à l’aménagement, la protection et la mise en valeur du littoral. », sur www.cohesion-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  67. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  68. a b c d et e Insee, résumé statistique pour la commune d'Argelès-sur-Mer en 2009
  69. René Courant, Le temps des tramways, Cabri, , p. 11.
  70. (ca)(fr)Institut d’Estudis Catalans, Université de Perpignan, Nomenclàtor toponímic de la Catalunya del Nord, Barcelone, (lire en ligne).
  71. a b c d et e Lluís Basseda, Toponymie historique de Catalunya Nord, t. 1, Prades, Revista Terra Nostra, , 796 p..
  72. a et b Jean-Pierre Pélissier, Paroisses et communes de France : dictionnaire d'histoire administrative et démographique, vol. 66 : Pyrénées-Orientales, Paris, CNRS, , 378 p. (ISBN 2-222-03821-9).
  73. a b et c Ernest Delamont, Sièges soutenus par la ville d'Argelès en Vallespir, Bordeaux, Imprimerie générale de Mme Crugy, , 23 p..
  74. L'Indépendant, 7 août 2013, Les vestiges d'un sanctuaire gréco-romain mis au jour dans les Albères
  75. Guide du Roussillon et de l'Andorre : touristique, historique, social, économique, Perpignan, Sud Roussillon, , 286 p..
  76. Corazón Helado de 1939 - Los exilios republicanos
  77. Liste des maires sur le site FranceGenWeb
  78. Réélection 2014 : « Maires », sur le site de la Préfecture du département des Pyrénées-Orientales (consulté le ).
  79. Véronique Parayre, « Argelès: le socialiste Antoine Parra, élu maire à la majorité, succède à Pierre Aylagas », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  80. « Argelès-sur-Mer : Antoine Parra réélu », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  81. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  82. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  83. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  84. a b c d et e INSEE, « Population selon le sexe et l'âge quinquennal de 1968 à 2012 (1990 à 2012 pour les DOM) », sur insee.fr, (consulté le ).
  85. INSEE, « Populations légales 2006 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  86. INSEE, « Populations légales 2009 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  87. INSEE, « Populations légales 2013 des départements et des collectivités d'outre-mer », sur insee.fr, (consulté le ).
  88. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle publique Les Tamaris d'Argelès-sur-Mer
  89. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle publique Édourard Herriot d'Argelès-sur-Mer
  90. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école maternelle publique La Granotera d'Argelès-sur-Mer
  91. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire publique Molière d'Argelès-sur-Mer
  92. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, école élémentaire publique Curie-Pasteur d'Argelès-sur-Mer
  93. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, collège Les Albères d'Argelès-sur-Mer
  94. Site du Collège Les Albères, section Présentation
  95. Annuaire du Ministère de l'Éducation nationale, lycée Christian-Bourquin d'Argelès-sur-Mer
  96. Véronique Parayre, « Argelès-sur-Mer : 861 élèves inaugurent le lycée », L'Indépendant,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  97. Michel de La Torre, Pyrénées-Orientales : Le guide complet de ses 224 communes, Paris, Deslogis-Lacoste, coll. « Villes et villages de France », (ISBN 2-7399-5066-7).
  98. Pierre Besson, Argelès et la Révolution : 1789-1799, Argelès-sur-Mer, Massana, , 188 p. (notice BnF no FRBNF35071748).
  99. « Fichier RFDM2010COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2010 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  100. « Fichier RFDM2011COM : Revenus fiscaux localisés des ménages - Année 2011 », sur le site de l'Insee (consulté le ).
  101. Cécile Marche, « Argelès, 1re station des P.-O. classée station de tourisme », L'Écho du Roussillon, no 136,‎ , p. 8.
  102. « Eglise Saint-Alexandre-de-la-Pava », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  103. a et b « Eglise Notre-Dame del Prat », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  104. « Chapelle Saint-Laurent-du-Mont », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  105. « Chapelle Saint-Laurent-du-Mont », sur www.pop.culture.gouv.fr (consulté le )
  106. http://fr.argeles-sur-mer.com/articles-tourisme-3/44-28-centre-interpretation-albera/
  107. Fabricio Cárdenas, 66 petites histoires du Pays Catalan, Perpignan, Ultima Necat, coll. « Les vieux papiers », , 141 p. (ISBN 978-2-36771-006-8, notice BnF no FRBNF43886275).
  108. Site de la ville, section Bois de pins