Ouvrir le menu principal

Paolo de Matteis

peintre italien
Paolo De Matteis
Paolo De Matteis.jpg
Autoportrait de Paolo de Matteis, détail de l'Allégorie des conséqueneces de la paix d'Utrecht (1714-1728), musée des beaux-arts de Houston.
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 66 ans)
NaplesVoir et modifier les données sur Wikidata
Activité

Paolo de Matteis, francisé en Paul Mattei, né le à Piano del Cilento, près de Salerne (Cilento), et mort le à Naples, est un peintre italien de la période baroque.

BiographieModifier

Formé avec Francesco di Maria à Naples, puis avec Luca Giordano, Paolo de Matteis travaille au service du vice-roi espagnol de Naples. De 1702 à 1705, de Matteis travaille à Paris, en Calabre et à Gênes. À Gênes, il peint une Immaculée Conception pour l'église Saint-Jérôme à Saint-Sevrio[réf. nécessaire].

Lors de son séjour à Paris, il a peint en 1702 à la demande de Léon Potier, duc de Gesvres, un Saint Léon au-devant d'Attila, qu'il fit poser au-dessus de l'autel de la chapelle de Luxembourg, ou de Gesvres, dans le couvent des Célestins de Paris qu'il venait de mettre sous le vocable de son saint patron[1].

De retour à Naples, il peint des sujets décoratifs pour les églises napolitaines, dont la voûte de la chapelle de Saint-Ignace dans l'église du Gesu Nuovo à Naples puis une Assomption de la Vierge pour l'abbaye de Monte Cassino. Entre 1723 et 1725, de Matteis vit à Rome, où il a reçoit une commande du pape Innocent XIII.

Il avait parmi ses mécènes Anthony Ashley-Cooper (mort à Naples en 1713) qui lui commanda un Hercule entre la Volupté et la Vertu[2].

Œuvres dans les collections publiquesModifier

 
L'Adoration des bergers (1680-1728) Dallas Museum of Art.
Aux États-Unis
En France
En Italie
Localisation inconnue

Réception critiqueModifier

  • N'ayant qu'une connaissance lacunaire de l'œuvre de l'artiste, Jean-Aimar Piganiol de La Force écrit : « peintre qui travaillait avec une vitesse incroyable, mais dont les œuvres n'étaient jamais corrigées, il peint d'une manière sèche, et dure »[5].

ÉlèvesModifier

Notes et référencesModifier

  1. Jean-Aimar Piganiol de La Force, Description de Paris, Versailles…, t.4, Paris, Théodore Legras, 1742, p. 89.
  2. Michael Huber, Notice général des graveurs et des peintres rangés…, J. G. I. Breitkopf, 1787, pp. 417 et 423.
  3. New York, Cooper–Hewitt, Smithsonian Design Museum.
  4. (en) Livro Pestilli, Paolo de Matteis, Napolitan painting and cultural history in baroque Europe, Routledge, 2013.
  5. Jean-Aimar Piganiol de La Force, op. cit.
  6. (en) James R. Hobbes, Picture collector's manual; Dictionary of Painters, T. & W. Boone, 29 Bond Street, London; Digitized by Googlebooks (2006) from Oxford library, (lire en ligne), pages 154.

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • (en) James R. Hobbes, Picture collector's manual; Dictionary of Painters, T. & W. Boone, 29 Bond Street, London; Digitized by Googlebooks (2006) from Oxford library, (lire en ligne), pages 153.

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :