Col du Simplon

col routier des Alpes en Suisse

Col du Simplon
Image illustrative de l’article Col du Simplon
Le col du Simplon en 1952.
Altitude 2 006 m[1]
Massif Alpes lépontines / Alpes valaisannes (Alpes)
Coordonnées 46° 15′ 03″ nord, 8° 02′ 00″ est[1]
PaysDrapeau de la Suisse Suisse
ValléeVallée du Rhône
(nord)
Vallée du Toce
(sud-ouest)
Ascension depuisBrigue Domodossola
Kilométrage24 km 37 km
AccèsHauptstrasse Nummer 9.svg, E 62 Hauptstrasse Nummer 9.svg, E 62
Fermeture hivernale aucune
Géolocalisation sur la carte : canton du Valais
(Voir situation sur carte : canton du Valais)
Col du Simplon
Géolocalisation sur la carte : Suisse
(Voir situation sur carte : Suisse)
Col du Simplon

Le col du Simplon est un col des Alpes suisses situé dans le canton du Valais. Situé à 2 006 mètres[1], il fait partie de la route principale 9, menant de Brigue à la frontière italienne, puis par la SS33, à Stresa. La déclivité moyenne est de 9 %. Le col est ouvert toute l'année et connaît à un important trafic de poids lourds.

Il est aussi placé sur la route européenne 62 (E62) reliant Nantes à Gênes.

GéographieModifier

Le col du Simplon se trouve entre les Alpes valaisannes à l'ouest et les Alpes lépontines à l'est.

Il relie le bassin du Rhône au bassin du Pô, se trouvant précisément entre la vallée de la Taferna, affluent de la Saltina qui se jette dans le Rhône à Brigue, et la vallée de la Diveria (Doveria en Suisse), affluent du Toce qui se jette dans le lac Majeur, relié au par la rivière Tessin.

La distance routière de Brigue (altitude : 691 m) au col du Simplon est de 22 km (dénivelé : 1 317 m) ; du col à la frontière italienne, de 20 km ; de la frontière à Stresa, sur le lac Majeur (altitude : 200 m, soit un dénivelé de 1 808 m), de 64 km.

La route principale ne passe pas strictement au col orographique mais légèrement plus haut. Le véritable col se trouve légèrement à l'ouest de la route, à une altitude de 1 996 mètres[2]

HistoireModifier

 
Le col du Simplon, vue sur l'hospice du Simplon voulu par Napoléon.
 
Aigle d'Erwin Friedrich Baumann érigé sur le col du Simplon pour la Brigade de montagne 11.

La routeModifier

La route a été construite entre 1801 et 1805 par l'ingénieur Nicolas Céard, sur l'ordre de Napoléon Bonaparte qui voulait ouvrir un passage pour son artillerie ; le coût fut de plus de huit millions de francs.

Le col a donné son nom à l'ancien département du Simplon (1810-1813).

La route du Simplon est très tôt décrite par des ouvrages touristiques illustrés, comme :

  • Ostervald-Lory, Voyage pittoresque de Genève à Milan par le Simplon, 1811 ;
  • Bruun-Neegaard et Naudet, Voyage pittoresque du Nord de l'Italie, 1820 (un seul tome publié).

Jorge Chavez Dartnell fut le premier à franchir la crête sud des Alpes par la voie aérienne en passant par le col du Simplon, le .

L'hospiceModifier

C'est aussi Napoléon qui, le , sans même consulter les chanoines du Saint-Bernard[3], décida la création d'un hospice en tout point semblable à celui du col du Grand-Saint-Bernard, parce qu'il avait beaucoup apprécié l'utilité de celui-ci. Mais à la chute de Napoléon, seul le premier étage avait été construit. La bâtisse resta en l'état jusqu'au milieu des années 1820 qui virent la reprise des travaux et leur achèvement en 1831.

Au début du XXe siècle, l'apparition de l'automobile et le percement du tunnel ferroviaire du Simplon transformèrent radicalement la fonction traditionnelle de l'hospice qui était de servir de refuge aux voyageurs.

Pendant la Seconde Guerre mondiale, l'hospice logea jusqu'à 600 hommes de troupe chargés de la surveillance de la frontière sud du canton du Valais[4].

Dans les années 1960, les hospices se découvrirent de nouvelles fonctions : sur le plan religieux, développement d'une pastorale de la montagne, sur le plan sportif, camp de base pour l'accès aux sommets alpins alentour.

Aujourd'hui, après de considérables transformations et rénovations, l'hospice cherche à conserver sa dimension religieuse et à ne pas se laisser submerger par son succès touristique.

Réseau routierModifier

Le réseau routier a été considérablement amélioré depuis une vingtaine d'années[Quand ?]. Plusieurs virages ont été supprimés et le trajet a été raccourci grâce à la construction de nombreux ponts et viaducs.

Pour les véhicules automobiles, une alternative au passage par le col est le tunnel ferroviaire du Simplon, reliant Brigue à Iselle dans les deux sens, par ferroutage[5].

Notes et référencesModifier

AnnexesModifier

Articles connexesModifier

BibliographieModifier

  • Müller, H.-N., Landschaftsgeschichte Simplon (Walliser Alpen, Schweiz) Gletscher-, Vegetations und Klimaentwicklung seit der Eiszeit, 435 p., Karlsruhe, 2005
  • A. Steck, M. Delaloye, L. Pflug, P. Tissières, N. Meisser & M.A. Grichting, Simplon: Histoire-Géologie-Minéralogie, Martigny, Fondation Bernard et Suzanne Tissières, 2005 (ISBN 2-9700343-2-8)
  • (de) (fr) (it) Thomas Köppel & Stefan Haas, Simplon – 100 Jahre Simplontunnel (ISBN 3-909111-26-2)

Liens externesModifier

 
Panorama du col du Simplon.