Ouvrir le menu principal

BiographieModifier

William Hurt naît le . Il étudie la théologie à Londres et à Boston. Il étudie ensuite la comédie à la fameuse école de Juilliard (Juilliard School).

Il commence sa carrière au théâtre à la fin des années 1970, puis se lance dans le cinéma dans Au-delà du réel de Ken Russell en 1980. Il continue dans L'œil du témoin de Peter Yates en 1981, puis dans La Fièvre au corps de Lawrence Kasdan ou encore Gorky Park (1983) de Michael Apted.

Il collabore deux autres fois avec Lawrence Kasdan, pour qui il tourne Les Copains d'abord (1983) et Voyageur malgré lui (1988). Il passe ensuite au drame avec Les Enfants du silence (1986). Sa prestation dans Le Baiser de la femme araignée (Beijo da mulher aranha) lui vaut l'Oscar du Meilleur acteur ainsi que le Prix d'interprétation masculine du Festival de Cannes 1985. Il travaille également avec Woody Allen pour Alice en 1990. Déjà père de trois fils, il a une fille, Jeanne, avec l'actrice française Sandrine Bonnaire en 1994[1]. Il poursuit avec Smoke de Wayne Wang en 1994, Jane Eyre de Franco Zeffirelli et Un divan à New York de Chantal Akerman en 1996.

À la fin des années 1990, il se lance dans la science-fiction avec Dark City (1998) d'Alex Proyas, Perdus dans l'espace (1998) de Stephen Hopkins et A.I. Intelligence artificielle (2001) de Steven Spielberg. Il alterne entre cinéma commercial (L'Incroyable Hulk (2008) de Louis Leterrier) et petites œuvres dramatiques : Au plus près du paradis (2002) de Tonie Marshall, aux côtés de Catherine Deneuve, Le Village (2004) et The King (2005). Il est nommé aux oscars pour son rôle dans A History of Violence de David Cronenberg.

ThéâtreModifier

Dans les années 1980, il s'est produit dans diverses pièces : Henri V, Richard II, Le Songe d'une nuit d'été de William Shakespeare, Fifth of July de Lanford Wilson et Hurlyburly de David Rabe avec Sigourney Weaver qui lui vaut une nomination du meilleur acteur aux Tony awards.

FilmographieModifier

Années 1970Modifier

Années 1980Modifier

Années 1990Modifier

Années 2000Modifier

Années 2010Modifier

Années 2020Modifier

DistinctionsModifier

Voix françaisesModifier

En France, Féodor Atkine[2] est la voix française régulière de William Hurt. Richard Darbois l'a également doublé à ses débuts, à treize reprises.

En France
et aussi

Notes et référencesModifier

  1. « William Hurt », sur IMDb (consulté le 4 octobre 2016)
  2. a b c d et e « Comédiens ayant doublé William Hurt en France » sur RS Doublage, consulté le 17 juin 2014

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :