Ouvrir le menu principal

Sévérac d'Aveyron

commune de l'Aveyron, France
(Redirigé depuis Sévérac-d'Aveyron)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Sévérac.

Sévérac d'Aveyron

De haut en bas, de gauche à droite : Dolmen de Galitorte à Buzeins ; l'église Saint-Dalmazy, et, le Château de Sévérac ; la fontaine à bulles de Tantayrou à Lapanouse ; le Château du Méjanel, et, le Château de Recoules à Recoules-Prévinquières .
Dolmen de Galitorte 01.jpg Sévérac église Saint-Dalmazy.jpg Sévérac-le-Chateau (Aveyron 12).jpg
Severac-le-Chateau facade.JPG
Fontaine à bulles de Tantayrou.jpg Château du Méjanel.jpg Château de Recoules 1.JPG
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Tarn et Causses
(bureau centralisateur)
Intercommunalité Communauté de communes Des Causses à l'Aubrac
Maire
Mandat
Camille Galibert
2016-2020
Code postal 12150
Code commune 12270
Démographie
Gentilé Sévéragais
Population
municipale
4 100 hab. (2016)
Densité 20 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 19′ 19″ nord, 3° 04′ 17″ est
Altitude Min. 454 m
Max. 1 129 m
Superficie 208,72 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Sévérac d'Aveyron

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Sévérac d'Aveyron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Sévérac d'Aveyron

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Sévérac d'Aveyron
Liens
Site web severacdaveyron.fr

Sévérac-d'Aveyron est, depuis le , une commune nouvelle française située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie[1].

Elle est issue du regroupement des cinq communes de Buzeins, Lapanouse, Lavernhe, Recoules-Prévinquières et Sévérac-le-Château, qui constituaient auparavant la communauté de communes de Sévérac-le-Château.

Sommaire

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans l'est du département de l'Aveyron. Elle est limitrophe de la Lozère.

La fusion des cinq communes permet à Sévérac d'Aveyron de devenir la cinquième plus grande commune de France avec 238,72 km2.

Sévérac d'Aveyron est situé à 85 km d'Albi, 153 km de Toulouse, 103 km de Montpellier, 163 km de Clermont-Ferrand, 212 km de Lyon, 510 km de Paris, 294 km de Bordeaux et 219 km de Marseille[réf. nécessaire].

Communes limitrophesModifier

HydrographieModifier

La commune est bordée au sud-est par le Lumansonesque.

Voies de communication et transportsModifier

Voies ferréesModifier

Article détaillé : Gare de Sévérac-le-Château.

.

À la fin du XIXe siècle, la bifurcation de la voie ferrée venant de Béziers vers le nord (Neussargues) et vers l'ouest (Rodez) installa un dépôt de locomotives, des ateliers de réparation et un quartier neuf peuplé de cheminots. Ce fut Sévérac-Gare. Non loin de la gare se trouvaient des dépôts qui contenaient des locomotives à vapeur jusqu'en 1953. Vers le début des années 1990, les bâtiments furent rasés ; seul un bâtiment subsiste encore. Cette ville moderne s'est étendue jusqu'à « rejoindre » la ville haute nommée Sévérac-le-Château.

La ligne de Béziers à Neussargues fut électrifiée en 1500 volts continu par la compagnie du Midi en 1931 de Béziers à Sévérac-le-Château puis terminée en 1932 jusqu'à Neussargues.

Les dépôts de locomotives ont abrité jusqu'en 1986, des locomotives BB « Midi », 1500 volts continu, construites entre 1925 et 1936.

RoutesModifier

La construction de l'A75 Clermont-Ferrand-Béziers en 1998, renforcée par la mise en service du viaduc de Millau en 2004, et la mise à 2×2 voies de la N88 Toulouse-Lyon confirment la situation géographique importante de ce carrefour.

UrbanismeModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

Les informations relatives à l'histoire de cette commune sont la fusion des données des communes fusionnées.

La nouvelle commune est effective depuis le , entraînant la transformation des cinq anciennes communes en « communes déléguées » dont la création a été entérinée par l'arrêté du [3].

Politique et administrationModifier

Liste des communes
Nom Code
Insee
Intercommunalité Superficie
(km2)
Population
(dernière pop. légale)
Densité
(hab./km2)
Sévérac-le-Château
(siège)
12270 CC de Séverac le Château 108,42 2 398 (2013) 22


Buzeins 12040 CC de Séverac le Château 21,59 187 (2013) 8,7
Lapanouse 12123 CC de Séverac le Château 27,19 769 (2013) 28
Lavernhe 12126 CC de Séverac le Château 26,32 231 (2013) 8,8
Recoules-Prévinquières 12196 CC de Séverac le Château 25,20 516 (2013) 20

Liste des mairesModifier

Liste des maires
Période Identité Étiquette Qualité
En cours Camille Galibert UDI  

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 2014. À partir du , les populations légales des communes sont publiées annuellement dans le cadre d'un recensement qui repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[4]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2017[5],[Note 1].

En 2016, la commune comptait 4 100 habitants.

           Évolution de la population  [modifier]
2014 2015 2016
4 1344 1164 100
Population municipale [7].
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999 puis Insee à partir de 2006[6].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

ÉconomieModifier

Dans la continuité de la communauté de communes de Sévérac-le-Château, la nouvelle commune poursuit le développement de projets d'énergie renouvelable sur son territoire. Ainsi une centrale photovoltaïque est en construction sur un terrain communal, tandis qu'un projet de parc éolien a été ouvert au financement participatif sur la plateforme Lendosphere à l'été 2016[8].

AgricultureModifier

Un marché nocturne d'agriculteurs producteurs, associés de « Fermiers de l'Aveyron », se tient fin juillet place de la gare ferroviaire à Sévérac.

Commerce et artisanatModifier

TourismeModifier

Balade autour des fontaines de Blayac.

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

Personnalités liées à la communeModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel (préf. Bernard Seillier), Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », 1996, 239 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-29-7), (ISSN 1151-8375), (notice BnF no FRBNF36693000)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.

RéférencesModifier

  1. « Commune de Sévérac d'Aveyron (12270) », sur le Code officiel géographique publié par l'Insee (consulté le 19 août 2016).
  2. Carte IGN sous Géoportail
  3. « recueil des actes administratifs de l'Aveyron » (consulté le 10 novembre 2015)
  4. L'organisation du recensement, sur le site de l'Insee.
  5. Calendrier départemental des recensements, sur le site de l'Insee.
  6. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2009 .
  7. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années [ 2012]
  8. « Photovoltaïque et éolien participatif à Sévérac d’Aveyron », sur journaldemillau.fr, (consulté le 5 août 2016).