Ouvrir le menu principal

Rue d'Assas

rue de Paris, France

6e arrt
Rue d’Assas
Image illustrative de l’article Rue d'Assas
Vue de la rue.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Notre-Dame-des-Champs
Odéon
Début 25, rue du Cherche-Midi
Fin 12, avenue de l'Observatoire
Morphologie
Longueur 1 190 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination Arr. du 2 avril 1868
Ancien nom Rue de l'Ouest
rue du Couchant
Géocodification
Ville de Paris 0466
DGI 499

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue d’Assas
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue d’Assas est une voie située dans le quartier de l’Odéon et le quartier Notre-Dame-des-Champs du 6e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Ce site est desservi par les stations de métro Sèvres - Babylone, Rennes et Notre-Dame-des-Champs.

Ce site est également desservi par le    à la station de RER à la gare de Port-Royal.

À son extrémité nord se trouve la place Alphonse-Deville et à son extrémité sud, la place Camille-Jullian.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom du chevalier Louis d’Assas (1733-1760), capitaine du régiment d'Auvergne sous Louis XV, connu par sa mort héroïque à la bataille de Kloster Kampen en Westphalie le .

HistoriqueModifier

Ouverte en 1798 entre les rues du Cherche-Midi et de Vaugirard, sur le terrain du Couvent des Chartreux de Paris, elle prit en 1803 le nom de « rue d'Assas ». Par arrêté du 2 avril 1868, la rue d’Assas est réunie à la rue de l'Ouest, ouverte en 1803, qui allait de la rue de Vaugirard à l'avenue de l'Observatoire.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

  • No 4 : Hélène Darroze, chef cuisinier de la chaîne Relais & Châteaux, y tient un restaurant gastronomique[1].
  • No 5 : ancien hôtel Dubosc de Cauqueréaumont.
  • Nos 5 et 7 : entre ces deux numéros débouche la rue Coëtlogon, créé en vertu d'un décret impérial du 28 juillet 1866 par élargissement à 12 m et absorption de l'ancienne impasse Assas[2] où vécut en 1860, au no 2, l'historien Dominique-François-Louis Roget (1795-1872), baron de Belloguet[3]).
  • No 11 : immeuble d’habitation (1880[4]) dans lequel le compositeur René de Castéra (1873-1955) et son frère aîné, le peintre Carlos de Castéra occupèrent dans les années 1900 et 1910 un appartement sur cour[5]. Ils prêtèrent occasionnellement leur logement à leur ami Déodat de Séverac (1872-1921)[6].
  • No 20 : à cet emplacement se trouvait l'atelier du sculpteur David d'Angers, où il mourut ; une plaque lui rend hommage.
 
Ancien bâtiment conventuel des Carmes déchaussés en cours de réfection et création de la nouvelle entrée au campus de l'Institut catholique de Paris, 74 rue de Vaugirard, avril 2017.

Notes et référencesModifier

  1. Deux étoiles au Guide Michelin.
  2. Rue Coëtlogon dans la nomenclature des voies de Paris (en ligne) sur le site Paris.fr de la Marie de Paris.
  3. Lettre de Roget, baron de Belloguet du 15 juillet 1860 adressée à et publiée par la Revue d'Aquitaine cinquième année, t. V, Condom, 1861, p. 146 (en ligne).
  4. 11 rue d'Assas, cadastre et périodes de construction (en ligne) sur le site bercail.com.
  5. Anne de Beaupuy, Claude Gay, Damien Top, René de Castéra (1873-1955), un compositeur landais au cœur de la musique, Séguier, 2004, p. 85.
  6. Déodat de Séverac, Pierre Guillot, Déodat de Séverac, la musique et les lettres, éd. Mardaga, p. 296.
  7. Claire Lesegretain, L'Institut catholique de Paris fait peau neuve, La Croix, 10 septembre 2017 (en ligne)
  8. Le no 371 du 5 au 12 juillet 1929 de l'hebdomadaire La Semaine à Paris mentionne en p. 35 le transfert au 28, rue d'Assas de ses services (rédaction, administration et publicité) gallica.bnf.fr.
  9. Acte de décès
  10. a et b Félix de Rochegude et Jean-Paul Clébert, Promenades dans les rues de Paris. La rive gauche et la Seine, Club des libraires de France, 1958, p. 257.
  11. Françoise Cougniaud-Raginel, Joseph Caneloube: chantre de la terre, société de musicologie de Languedoc, 1988, p. 24.
  12. Déodat de Séverac, Pierre Guillot, Écrits sur la musique, Éditions Mardaga, 1993 (en ligne), p. 30.

Sur les autres projets Wikimedia :