Rue d'Assas

rue de Paris, France

6e arrt
Rue d’Assas
Image illustrative de l’article Rue d'Assas
Vue de la rue.
Situation
Arrondissement 6e
Quartier Notre-Dame-des-Champs
Odéon
Début 25, rue du Cherche-Midi
Fin 12, avenue de l'Observatoire
Morphologie
Longueur 1 190 m
Largeur 12 m
Historique
Dénomination Arr. du 2 avril 1868
Ancien nom Rue de l'Ouest
rue du Couchant
Géocodification
Ville de Paris 0466
DGI 499
Géolocalisation sur la carte : 6e arrondissement de Paris
(Voir situation sur carte : 6e arrondissement de Paris)
Rue d’Assas
Géolocalisation sur la carte : Paris
(Voir situation sur carte : Paris)
Rue d’Assas
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue d’Assas est une voie située dans le quartier de l’Odéon et le quartier Notre-Dame-des-Champs du 6e arrondissement de Paris.

Situation et accèsModifier

Ce site est desservi par les stations de métro Sèvres - Babylone, Rennes et Notre-Dame-des-Champs.

Ce site est également desservi par le    à la station de RER à la gare de Port-Royal.

À son extrémité nord se trouve la place Alphonse-Deville et à son extrémité sud, la place Camille-Jullian.

Origine du nomModifier

Elle porte le nom du chevalier Louis d’Assas (1733-1760), capitaine du régiment d'Auvergne sous Louis XV, connu par sa mort héroïque à la bataille de Kloster Kampen en Westphalie le .

HistoriqueModifier

Ouverte en 1798 entre les rues du Cherche-Midi et de Vaugirard, sur le terrain du Couvent des Chartreux de Paris, elle prit en 1803 le nom de « rue d'Assas ». Par arrêté du , la rue d’Assas est réunie à la rue de l'Ouest, ouverte en 1803, qui allait de la rue de Vaugirard à l'avenue de l'Observatoire.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

De la rue du Cherche-Midi à la rue de VaugirardModifier

  • No 1 : Rosa Bonheur (1822-1899), artiste peintre et sculptrice, quittant – après son succès au Salon de 1854 – l'ancienne rue de l'Ouest (d'Assas depuis 1868) vint s'installer ici dans un vaste atelier sur cour qu'elle occupe encore en 1864[1]
  • No 4 : restaurant gastronomique[2] ouvert en 1999 par Hélène Darroze (née en 1967).
  • No 5 : ancien hôtel Dubosc de Cauqueréaumont.
  • Nos 5 et 7 : entre ces deux numéros débouche la rue Coëtlogon, créé en vertu d'un décret impérial du par élargissement à 12 m et absorption de l'ancienne impasse Assas[3] où vécut en 1860, au no 2, l'historien Dominique-François-Louis Roget (1795-1872), baron de Belloguet[4].
  • Nos 7, 9 et 9 bis : immeubles mixtes de cinq niveaux sur rez-de-chaussée et combles, chacun signé et daté sur la façade de manière identique A. CALIGNY / ARCHTE 1883. Anatole Caligny[5] (1851-après 1888) a également signé de la même façon l'immeuble 9, rue Coëtlogon.
  • No 10 : maison d'habitation construite par l'architecte Victor Ruprich-Robert (1820-1887) pour lui-même et sa famille. Son fils Gabriel Ruprich-Robert (1859-1953) y naît en 1859[6].
  • No 11 : immeuble d'habitation (1880[7]) dans lequel le compositeur René de Castéra (1873-1955) et son frère aîné, le peintre Carlos de Castéra occupèrent dans les années 1900 et 1910 un appartement sur cour[8]. Ils prêtèrent occasionnellement leur logement à leur ami Déodat de Séverac (1872-1921)[9].
  • Nos 19 et 21 (et no 74 rue de Vaugirard) : l'Institut catholique de Paris (ICP), fondé en 1875 occupe une partie de l'ancien enclos et des bâtiments du couvent des Carmes déchaussés dont la communauté fut supprimée en 1790. L'entrée principale du campus a été transférée au 74, rue de Vaugirard en 2019, après la restauration de la cour d'honneur[10].
 
Plaque au no 20.
  • No 20 : une plaque apposée sur la façade rappelle que « Sur l'emplacement de cette maison et des immeubles voisins s'étendait la propriété occupée en partie par l'atelier du sculpteur David d'Angers et par l'hôtel ou il mourut le  », à l'âge de 67 ans.
  • No 26 : annexe de l'Institut catholique de Paris[11] (voir nos 19 et 21).
  • No 28 : une inscription gravée sur la façade près de l'angle de la rue de Vaugirard indique « Ici s'élevait un hôtel[12] où mourut le Jean Bernard Léon Foucault, membre de l'Institut, né à Paris le . C'est dans cet hôtel qu'il réalisa en 1851 la célèbre expérience qui démontre la rotation de la terre par l'observation du pendule » ;
    — au rez-de-chaussé, l'agencement de l'ancien siège de l'hebdomadaire La Semaine à Paris[13], réalisé en 1929-1930 par l'architecte Robert Mallet-Stevens a disparu, mais la devanture d'origine, bien qu'elle ait perdu ses vitres peintes, est encore reconnaissable (en 2020) ;
    — de 1936 à 1972, l'école d'Assas (initialement CEPM), établissement de formation professionnelle occupait le premier étage ;
    — le chanteur Joe Dassin (1938-1980) y demeurait en 1968[réf. nécessaire].

De la rue de Vaugirard à l'avenue de l'ObservatoireModifier

  • No ?? (anciennement 38, rue de l'Ouest, et 25, rue Notre-Dame-des-Champs, selon le numérotage en vigueur en 1837[14]) : emplacement non identifié de l'ancienne maison du peintre Achille Devéria (1800-1857), accessible par les deux rues. Marié en 1829, ses six enfants y sont nés[réf. nécessaire]. Son atelier et son salon étaient fréquentés par les plus illustres personnalités du temps comme Victor Hugo ou Alfred de Musset, lequel y déclama ses premiers vers.
  • Nos 36, 38 et 40 : institut Arthur Vernes, présent dans ces immeubles depuis 1923. Fondé par le médecin Arthur Vernes (1879-1976) avec le soutien financier de Frank Jay Gould (1877-1956) sous le nom d'« Institut Prophylactique » (1916-1981) dans un hôtel particulier, 60, boulevard Arago (1916-1923)[15] pour lutter contre les maladies vénériennes, il porte le nom de son fondateur depuis 1981.
  • No 44 : Émile Littré (1801-1881) y est mort[16] à l'age de 80 ans.
  • No 58 bis : plaque en hommage au poète Louis Mandin (1872-1943) et à sa femme Marie-Louise Mandin (†1945), arrêtés par les Allemands en 1941, morts en déportation.
  • Nos 60 et 62 : ancienne pension Orfila où logèrent
    — de 1895 à 1896, le physicien polonais Marian Smoluchowski (1872-1917) auquel une plaque rend hommage ;
    — en 1896, l'écrivain suédois August Strindberg (1849-1912) auquel une plaque rend hommage.
  • No 63 : jardin botanique de la faculté des sciences pharmaceutiques et biologiques de l'université Paris V.
  • No 64 (précédemment 32, rue de l'Ouest) : parcelle créée sur une partie de l'enclos des Chartreux louée à des établissements scolaires depuis le milieu du XIXe siècle
    — le cours Duchemin ouvert 32, rue de l'Ouest[17] vers 1850,
    — le Cours Valton, établissement secondaire libre pour jeunes filles qui reprit en 1899 le pensionnat Duchemin et fusionna avec l'Institut Sainte-Geneviève en 1966 avant d'en être absorbé[18],
    — l'institut Sainte-Geneviève, fondé en 1913 au 33, rue d'Assas, pour former les institutrices des écoles primaires du diocèse de Paris, et placé sous la tutelle des Filles du Cœur Marie. Il emménagea ici dans les années 1970 et réunit aujourd'hui école, collège et lycée privés[19].
  • No 68 (précédemment 36, rue de l'Ouest) : ancienne voie en cul de sac, répertoriée et dénommée « impasse Vavin[20]» (supprimée en 1959), qui était autrefois bordée d'ateliers. Propriété privée.
    — le sculpteur Alexandre Falguière (1831-1900) y mourut à l'age de 68 ans[21] ;
    — le peintre Diogène Maillart (1840-1926) y eut un atelier entre 1877 et 1878[réf. nécessaire] ;
    — la sculptrice Chana Orloff (1888-1968) vecut et travailla ici[22] jusqu'en 1926, année où elle emménagea dans sa nouvelle maison-atelier de la villa Seurat.
  • No 74 : immeuble d'habitation sur rue signé et daté au-dessus de la porte à gauche H. RAGACHE ARCHITECTE 1907, et à droite E. CLEMENT CONSTRUCTEUR.
    — domicile de Jacques-Alain Miller (né en 1944), psychanalyste lacanien, directeur du département de psychanalyse de l'université de Paris VIII[réf. nécessaire].
    — emplacement de l'ancienne maison du peintre-verrier Claudius Lavergne[23] (1815-1887) où il mourut à l'age de 72 ans[24]
  • No 76 : Jules Michelet (1798-1874) y demeura les dernières années de sa vie[16]. La rue Michelet, proche, en porte la mémoire.
  • No 84 : le sculpteur Jean Gautherin (1840-1890) y demeurait en 1879[réf. nécessaire]. Les artistes-peintres et cofondatrices de l'Académie de la Grande Chaumière, Martha Stettler (1870-1945) et Alice Dannenberg (1861-1948), y habitèrent entre 1906 et 1930[réf. nécessaire].
  • Nos 84 et 86 : entre ces numéros débute l'Avenue Vavin qui se termine en impasse.
  • No 86 : la cantatrice et artiste peintre grecque Spéranza Calo-Séailles (1885-1949) y possédait une résidence de famille dans les années 1930[réf. nécessaire].
  • No 87 : la compositrice Germaine Tailleferre (1892-1983) habita à cette adresse les dernières années de sa vie ; une plaque lui rend hommage.
  • No 89 : hôpital Tarnier.
  • No 90 (précedemment 64, rue de l'Ouest) : immeuble contemporain (1968[25]).
    La cour de la maison qui lui a fait place, abritait des ateliers.
    — En 1866, Lucien Crépon (1828-1887), artiste-peintre français qui s'était marié en décembre de l'année précédente (alors domicilié au 72, rue de l'Ouest) à la mairie du 6e arrondissement[26], s'installa ici avec sa femme dans un atelier malsain situé au rez-de-chaussée du 64, rue de l'Ouest. Il avait autrefois séjourné à Philadelphie où il s'était lié d'amitié avec le jeune Thomas Eakins à la Pennsylvania Academy of the Fine Arts[27] ;
    Thomas Eakins (1844-1916), arrivé à Paris au début du mois d'octobre 1866 pour intégrer l'école des Beaux-Arts de Paris trouva en Lucien Crépon un ami fidèle qui l'aida à trouver un logement (46, rue de Vaugirard), puis à obtenir à la fin du mois de septembre 1867 un atelier face au sien, au 64, rue de l'Ouest qui était alors en passe de devenir le 90, rue d'Assas[27].
  • No 92 : faculté de droit de l'université Paris II Panthéon-Assas.
  • No 100 bis : musée Zadkine, aménagé dans la maison atelier que le sculpteur français d'origine russe 'Ossip Zadkine (1890-1967) occupa de 1928 à 1967.
  • No 112 : ancien atelier du peintre et graveur Léopold Lévy (1882-1966), que cet artiste associé à l'École de Paris partagea avec le peintre André Dérain (1880-1954) avant de le louer à ce dernier à partir de 1936 (ou 1939) et jusqu'en 1946. Lévy, appelé en Turquie pour diriger à partir de 1937 à l'Académie des beaux-arts d'Istanbul la section peinture et réformer l'enseignement artistique[28], retrouva son atelier en 1949 à son retour à Paris, mais dut le laisser — avec son contenu — à sa seconde épouse lors de leur séparation (1952)[29].
  • No 116 (et 1, rue Le Verrier) : immeuble d'habitation. Le compositeur Déodat de Séverac (1872-1921) y emménagea en . Lorsque, en novembre de la même année, le pianiste et compositeur Joseph Canteloube de Malaret (1879-1957) s’installa à Paris, il vint habiter à proximité au 23, rue Le Verrier[30]. Ce fut le début de la grande amitié qui lia les deux hommes[31].
  • No 120 : domicile de l'écrivain Pierre Benoit (1886-1962) de 1924 à 1947 ; une plaque lui rend hommage.
  • No 128 : École alsacienne, entrée des primaires.
  • Le jardin du Luxembourg dans sa partie occidentale que la rue d'Assas longe entre la rue Guynemer et la rue Auguste-Comte.

Notes et référencesModifier

  1. Annuaire Didot-Bottin, 1864
  2. Deux étoiles au Guide Michelin en 2003, la deuxième perdue en 2010.
  3. Rue Coëtlogon dans la nomenclature des voies de Paris (en ligne) sur le site Paris.fr de la Marie de Paris.
  4. Lettre de Roget, baron de Belloguet du 15 juillet 1860 adressée à et publiée par la Revue d'Aquitaine cinquième année, t. V, Condom, 1861, p. 146 (en ligne).
  5. Marie-Laure Crosnier Leconte, Caligny, Anatole (8 janvier 1851-après 1888), notice biographique, Institut national d'histoire de l'art, 2009 (en ligne sur le site agorha.inha.fr).
  6. Alexandre Thommes, Ruprich-Robert, Gabriel, notice bibliographique du Comité des travaux historiques et scientifiques (en ligne).
  7. 11 rue d'Assas, cadastre et périodes de construction (en ligne) sur le site bercail.com.
  8. Anne de Beaupuy, Claude Gay, Damien Top, René de Castéra (1873-1955), un compositeur landais au cœur de la musique, Séguier, 2004, p. 85.
  9. Déodat de Séverac, Pierre Guillot, Déodat de Séverac, la musique et les lettres, éd. Mardaga, p. 296.
  10. Claire Lesegretain, L'Institut catholique de Paris fait peau neuve, La Croix, 10 septembre 2017 (en ligne)
  11. Plaque apposée à côté de la façade
  12. En 1868, la maison dans laquelle mourut Léon Foucault aurait porté l'ancien no 34[réf. nécessaire], selon l'acte de décès qui n'a pu être consulté.
  13. Le no 371 du 5 au 12 juillet 1929 de l'hebdomadaire La Semaine à Paris mentionne en p. 35 le transfert au 28, rue d'Assas de ses services (rédaction, administration et publicité) gallica.bnf.fr.
  14. Explication des ouvrages de peinture, sculpture, architecture ... des artistes vivans exposés au Musée Royal le , Paris, Vinchon, 1837, p. 63 (en ligne).
  15. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 1, Éditions de Minuit, 1963, pp. 113-114.
  16. a et b Félix de Rochegude et Jean-Paul Clébert, Promenades dans les rues de Paris. La rive gauche et la Seine, Club des libraires de France, 1958, p. 257.
  17. Almanach impérial, édition 1853, p. 1025. (en ligne).
  18. Institut Sainte-Geneviève, Etude historique et architecturale, juillet 2009 (en ligne).
  19. Historique de l'institut Sainte-Geneviève (en ligne sur le site officiel isg6.paris).
  20. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, t. 2, Éditions de Minuit, 1963, p. 610.
  21. Archives de Paris 6e, acte de décès no 885, année 1900 (p. 2/26).
  22. Thérèse Bonney (attribué), Chana Orloff photographiée dans son atelier, 68, rue d'Assas (en ligne sur le portail des bibliothèques municipales spécialisées de la Ville de Paris).
  23. Revue d'Archéologie moderne et d'Archéologie générale No 7, Presses Paris Sorbonne, p. 86 (en ligne).
  24. Inventaire après décès de Claude dit Claudius Lavergne
  25. 90 rue d'Assas, cadastre et périodes de construction sur le site bercail.com.
  26. L'Indicateur des mariages: relevé des mariages affichés dans les mairies, Paris, 17 décembre 1865 (en ligne)
  27. a et b Thomas Eakins, William Innes Homer (ed.), The Paris Letters of Thomas Eakins, Princeton, Princeton University Press, 2009 (en ligne).
  28. Xavier du Crest, De Paris à Istanbul, 1851-1949 : un siècle de relations artistiques entre la France et la Turquie, p. 186ff, (partiellement en ligne).
  29. Repères biographiques, Association pour la Défense de l’œuvre de Léopold-Lévy (adoll) sur le site leopoldlevy-peintre.com.
  30. Françoise Cougniaud-Raginel, Joseph Caneloube : chantre de la terre, société de musicologie de Languedoc, 1988, p. 24.
  31. Déodat de Séverac, Pierre Guillot, Écrits sur la musique, Éditions Mardaga, 1993 (en ligne), p. 30.

Sur les autres projets Wikimedia :