Ouvrir le menu principal

6e, 15e arrts
Rue de Vaugirard
Image illustrative de l’article Rue de Vaugirard
La rue de Vaugirard vue depuis la Petite Ceinture.
Situation
Arrondissements 6e
15e
Quartiers Odéon
Notre-Dame-des-Champs
Saint-Lambert
Necker
Début 44, boulevard Saint-Michel
Fin 1, boulevard Lefebvre
73, boulevard Victor
Morphologie
Longueur 4 360 m
Géocodification
Ville de Paris 9671
DGI 9624

Géolocalisation sur la carte : Paris

(Voir situation sur carte : Paris)
Rue de Vaugirard
Images sur Wikimedia Commons Images sur Wikimedia Commons

La rue de Vaugirard, qui traverse les 6e et 15e arrondissements, est la plus longue voie de Paris intra-muros, avec 4 360 mètres de longueur[1], correspondant à quatre cent sept numéros d'immeubles.

Sommaire

Situation et accèsModifier

 
Plaque de la rue de Vaugirard à Paris.

La rue de Vaugirard part du boulevard Saint-Michel, au niveau de la place de la Sorbonne et se termine à la jonction des boulevards Victor et Lefebvre, à la porte de Versailles. Au-delà des boulevards des Maréchaux, elle est prolongée par l'avenue Ernest-Renan. Elle est à sens unique sud-nord sur la majeure partie de son tracé ; elle est à double sens sur la portion comprise entre la rue de Rennes et la place Paul-Claudel, derrière le théâtre de l'Odéon.

Accès

De la station Falguière à la station Porte de Versailles, la ligne 12 du métro suit le tracé de la rue de Vaugirard, selon cet ordre :

En outre, la station Saint Placide, sur la ligne 4, est sur le tracé de la rue. L'arrêt s'est également appelé Vaugirard à l'origine, du fait que les deux lignes appartenaient à des réseaux différents, mais il a rapidement changé de nom pour éviter la confusion.

Les lignes de bus suivantes empruntent des portions de la rue de Vaugirard :   RATP 39 58 70 80 84 88 89.

Origine du nomModifier

Le nom de la rue fait référence à l'ancienne commune de Vaugirard, aujourd'hui intégrée à Paris. Il est une déformation de « val Gérard », en hommage à Gérard de Moret, abbé de Saint-Germain. Il contribua au XIIIe siècle à l'essor de ce qui était alors un hameau, qui s'est successivement appelé « Valgérard », « Vaulgérard » et enfin « Vaugirard[2] ».

HistoireModifier

La rue est à l'origine une voie romaine reliant Lutèce à Autricum (Chartres)[3]. Au Moyen Âge, cette voie correspond à la route qui partait de l'enceinte de Philippe Auguste (au niveau de l'actuelle rue Monsieur-le-Prince) en direction du village de Vaugirard[4]. Jusqu'au XVIe siècle, ce chemin reste rural, mais la voie s'urbanise à partir de 1550[4]. Au XVIIe siècle, dans le contexte de la Contre-Réforme, on y construit notamment des couvents (Filles du Calvaire[4], religieuses du Précieux Sang[5], Carmes déchaussés[4]). Au début du XVIIe siècle, le palais du Luxembourg est bâti à l'emplacement d'un hôtel particulier du milieu du XVIe siècle appartenant à François de Piney, duc de Luxembourg. Dans les années 1780, le mur des Fermiers généraux est érigé (actuel boulevard Pasteur) et la barrière de Vaugirard est construite à l'entrée de la rue.

À la fin du XVIIIe siècle, le théâtre de l'Odéon est construit sur le terrain du jardin de l'hôtel du prince de Condé. Une loi du 2 juillet 1844 prévoit l'élargissement de la rue[4].

Juste avant la Révolution française, la rue de Vaugirard fait partie de la paroisse Saint-Sulpice. La paroisse continue au-delà du mur des Fermiers généraux sur la partie droite de la route de Vaugirard jusqu'aux environs de la rue Copreaux où commence la paroisse de Vaugirard. Du côté gauche de la route, le territoire dépend de la paroisse Saint-Étienne-du-Mont[6].

Après l'annexion de Vaugirard à Paris par la loi du 16 juin 1859, la grande rue du village de Vaugirard est annexée officiellement le 23 mai 1863[7]. La rue de Vaugirard et la grande rue de Vaugirard fusionnent le 2 avril 1868[8] pour donner une rue de plus de quatre kilomètres de long. Le village de Vaugirard s'est développé le long de sa grande rue et ce n'est qu'au début du XIXe siècle que la commune se développe, du fait notamment de l'urbanisation de la rue Lecourbe en avant de la barrière de Sèvres[9]. Au moment du rattachement de Vaugirard à Paris, la rue est presque entièrement bâtie entre l'ancienne barrière de Vaugirard et la porte de Versailles[10].

Au début du XXe siècle, la rue est prolongée vers l'est pour rejoindre le boulevard Saint-Michel, passant le long du lycée Saint-Louis, débouchant en face de la Sorbonne (mais ce court prolongement représente moins de 1 % de la longueur totale de la rue)[11]. Elle a son autre extrémité à la porte de Versailles.

Bâtiments remarquables et lieux de mémoireModifier

À la porte de Versailles, la rue de Vaugirard est à proximité immédiate du parc des expositions et du Palais des sports. Elle longe :

Entre le boulevard Saint-Michel et le boulevard Pasteur : la rue de Vaugirard historiqueModifier

 
Devant le palais du Luxembourg, siège du Sénat.
 
L'ancienne École mutuelle, au no 85. Bas-relief d'Aimé Millet (1850).
  • No 3 bis : le comédien André Falcon vit soixante ans dans cet immeuble. Une plaque lui rend hommage.
  • No 8 : l'écrivain norvégien Knut Hamsun vit et travaille dans cet immeuble entre 1893 et 1895. Une plaque lui rend hommage.
 
Fontaine du Fellah, 42, rue de Sèvres, Paris 7e.
  • No 47 bis : l'historien Albert Sorel y est mort en 1906 ; deux plaques lui rendent hommage.
  • No 48 : le compositeur Jules Massenet meurt dans cet immeuble le . Une plaque lui rend hommage.

Plaque rendant hommage à Édouard Branly qui, dans cet ancien couvent des Carmes, a découvert la radioconduction (1888-1890).

  • No 85 : ancienne École mutuelle, dont la façade est ornée d'un bas-relief du sculpteur Aimé Millet (1850), où il a exécuté son autoportrait dans la figure de l'ouvrier dessinant à droite[19]. La façade et la toiture du pavillon d'entrée sont inscrites aux monuments historiques depuis le [20]. Ce bâtiment a abrité l'École nationale de photographie et cinématographie, aujourd'hui École nationale supérieure Louis-Lumière, transférée à Noisy-le-Grand, dont l'entrée s'effectuait rue Littré. Elle était auparavant une école primaire, puis le redevint au déménagement de l'École nationale de photographie et cinématographie. Plaque en hommage à l'homme politique Victor Bucaille. Le 14 mai 1812 le baron Pasquier, préfet de Police, envoie une lettre au préfet de la Seine, le priant de faire enlever une borne millière portant encore une fleur de lys et un bonnet de la liberté, qui se trouve rue de Vaugirard (cette borne existe toujours, encastrée dans le mur de l’immeuble n° 85, rue de Vaugirard)[21]
  • No 88, anciennement no 90 : la famille de Victor Hugo y habite de mars 1824 au printemps 1827. Leur fille Léopoldine naquit dans l'appartement en août 1824[22].
  • No 89 : atelier du peintre Henri Bouché-Leclercq (1878-1946), loué ensuite durant sa retraite par son frère Émile (1884-1963), docteur en droit, préfet, croix de guerre 1914-1918, chevalier de la Légion d’honneur, époux d'Élisa Lucia Margareta Rosa (1897-1977), descendante de Salvator Rosa, peintre et poète. Le peintre Fred Klein, père d'Yves Klein, y vécut dans les années 1960. Paul Arzens, artiste ingénieur auquel on doit, entre autres inventions, la locomotive BB 15000, y avait son atelier.
  • Nos 92 et 108 : lycée technique Saint-Nicolas.
  • No 95 : immeuble Art nouveau conçu par l'architecte Ferdinand Glaize en 1891 avec une marquise à l'entrée et un bow window sur toute la hauteur de l'immeuble[23].
  • No 99 : le sculpteur Étienne Leroux réalisa, entre 1879 et 1880, le Monument à Jeanne d'Arc érigé ultérieurement sur la place de l'Hôtel-de-Ville de Compiègne.
  • No 102 bis : chapelle Notre-Dame-des-Anges, inscrite aux monuments historiques[24], construite en 1863. D'architecture néo-gothique, elle doit ses plans au père Gally. Elle possède 37 vitraux dédiés à la Vierge Marie, réalisés par Joseph Vigné[25].
  • No 103 : Marthe Orant, artiste peintre, y vécut[26].
  • No 104 : s'y trouvait une résidence étudiante des pères maristes qu'ont fréquentée notamment, François Mitterrand, Pierre de Bénouville, François Mauriac, Jean Guitton, André Bettencourt, Claude Roy, Max Guazzini et Édouard Balladur. Cette résidence, via son cercle Montalembert créé en 1895 dans la chapelle, visait à donner à ces jeunes une formation religieuse et apostolique. En 1898, un foyer pour les étudiants provinciaux est fondé par le père Plazenet, le succès de cette annexe du cercle Montalembert le conduisant à s'installer au no 104. Le militantisme de ces jeunes hommes passe par le scoutisme ou encore par les équipes sociales de Robert Garric. Toutefois, au fur et à mesure du temps, certains étudiants privilégient leurs bonnes conditions de travail à l'exercice spirituel, ce qui amène le foyer à fermer en 1981. Depuis, le bâtiment abrite un centre culturel animé par les pères maristes[25].
  • Entre les nos 104 et 106 finissait la rue de Bagneux, aujourd'hui disparue et où existaient des ateliers d'artiste, notamment occupés par Adolphe Lavée ou Boleslas Biegas, qui débutait entre les nos 85 et 87 de la rue du Cherche-Midi[27].
  • No 110 : monastère de la Visitation.
  • No 112 : consulat général du Burkina Faso.
  • No 114 : centre Quaker international.
  • No 114 bis : le peintre Jean Dubuffet habita cette adresse.
  • No 115 : emplacement du cabaret Le Trapèze Volant, lié à la grande époque de Montparnasse, ouvert en 1927 dans un ancien garage, aménagé et décoré à la demande de Roland Toutain par Berthold Lubetkin et Bob Rodionov. Après la faillite du cabaret qui comptait Jean Cocteau parmi ses clients, en 1933, les locaux sont transformés en salle de cinéma d'environ quatre cents places : le Studio-Ciné-Gilbert, renommé ultérieurement dans les années 1930 Studio de la Bohème, qui ferme en 1955. Le bâtiment est détruit et remplacé par un immeuble d'habitation.
  • No 133 : emplacement du moulin de la Pointe qui marquait la limite ouest de la censive de l'abbaye de Sainte-Geneviève[28],[29],[30].
  • No 146 : pavillon George et Florence Blumenthal (administration générale de l'Assistance publique à Paris, hôpital Necker-Enfants malades).

Entre le boulevard Pasteur et la porte de Versailles : ancienne grande rue de VaugirardModifier

 
La rue de Vaugirard (visible au fond) longe la place Geneviève-de-Gaulle-Anthonioz où se trouvent deux fontaines Wallace.
 
Bâtiment commercial à la façade Art déco au 272, rue de Vaugirard.
  • No 279 : ateliers de Jean Barillet (1912-1997), maître verrier français, fils de Louis Barillet [36].
  • No 285 : appartement de Michel Foucault de 1970 à sa mort en 1984[37].
  • No 310 : chapelle des sœurs de la Charité dominicaines de la Présentation de la Sainte-Vierge de Tours.
  • No 340 : emplacement, en 1843, lors de sa fondation, de l'ouvroir de Notre-Dame-de-la-Miséricorde, atelier de travail créé à l'initiative des dames de l'Œuvre des prisons et confié aux sœurs de Marie-Joseph pour soutenir et loger des jeunes filles sortant de la prison de Saint-Lazare après y avoir purgé leurs peines et qui montraient de bonnes dispositions[38].
 
Ancien cinéma de quartier, 349, rue de Vaugirard.

DiversModifier

  • « Vaugirard » est aussi l'ancienne appellation de l'École nationale de photographie et cinématographie, aujourd'hui, École nationale supérieure Louis-Lumière.
  • La rue Vaugirard fait partie des emplacements à acheter dans l'édition française du jeu de Monopoly.

Notes et référencesModifier

  1. L'avenue Daumesnil fait 6 270 mètres au total mais seulement 3 400 mètres dans Paris intra-muros, son extension étant dans le bois de Vincennes, rattaché administrativement au 12e arrondissement de Paris, mais au-delà des limites historiques de la ville.
  2. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris, Éditions de Minuit, p. 601-609.
  3. [PDF] « Carte de la Lutèce gallo-romaine (IIIe siècle »), sur l'Atlas historique de Paris.
  4. a b c d et e Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Éditions Maisonneuve & Larose, 1855, p. 658 [lire en ligne].
  5. Ibid., p. 398 [lire en ligne].
  6. Jean Junié, Plan des paroisses de Paris avec la distinction des parties éparses qui en dépendent dressé par J. Junié, ingénieur géographe de Monseigneur l’Archevêque et géomètre des Eaux et forêts de France en 1786, service des Travaux historiques de la Ville de Paris, 1904 ([lire en ligne]).
  7. Adolphe Alphand (dir.), Adrien Deville et Émile Hochereau, Ville de Paris : recueil des lettres patentes, ordonnances royales, décrets et arrêtés préfectoraux concernant les voies publiques, Paris, Imprimerie nouvelle (association ouvrière), (lire en ligne), « Classement de rues dans la zone annexée à Paris », p. 338.
  8. Ibid., p. 381.
  9. Vaugirard sur l'Atlas historique de Paris.
  10. Cadastre révisé des communes annexées (1830-1850), commune de Vaugirard, tableau d'assemblage Toutes sections, échelle 1/10000, cote CN/203.
  11. Le prolongement a été ouvert en 1911 (décret du 23 janvier 1908).
  12. Œuvres complètes de Casimir Delavigne, 1855, p. 558.
  13. Paul Alexis, Émile Zola. Notes d’un ami, chapitre V : « La lutte littéraire », sur Wikisource.
  14. « Palais du Luxembourg, actuellement Sénat », notice no PA00088653, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  15. Cent dessins de maîtres, Paris, H. Launette, 1885.
  16. https://www.idref.fr/101280718
  17. « Boucherie ancienne », notice no PA00088492, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  18. « Couvent des Carmes (ancien) », notice no PA00088501, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  19. Henri Dumesnil, Aimé Millet, souvenirs intimes, Paris, Lemerre, 1891, p. 12.
  20. « École (ancienne) », notice no PA00088506, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  21. Archives de Paris, carton: 6 AZ 1375
  22. « Les lieux hugoliens, no 9 », victorhugo2002.culture.fr.
  23. « Ferdinand Glaize, architecte », sur lartnouveau.com (consulté le 26 avril 2011).
  24. « Chapelle Notre-Dame-des-Anges) », notice no PA00088498, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  25. a et b Panneau Histoire de Paris, 104 rue de Vaugirard.
  26. Étienne Sassi, Marthe Orant, 1874-1957 - L'amour passionné de la peinture, Éditions Van Wilder, 1989.
  27. Félix et Louis Lazare, Dictionnaire administratif et historique des rues de Paris et de ses monuments, Paris, 1844, p. 44 (livre numérique Google).
  28. Jacques Hillairet, Dictionnaire historique des rues de Paris.
  29. Gravure du moulin de la Pointe sur le chemin de Vaugirard, www.parisenimages.fr.
  30. Procès-verbal de la Commission municipale du Vieux Paris, 1898, 7.djvu/29.
  31. Page consacrée à l'ancienne brasserie Moritz, didier93.chez-alice.fr.
  32. Brigitte Hermann et Sophie-Marguerite, Paris 15e. Balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton éditeur, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 125.
  33. Aurélie Sarrot, « L'UMP s'installe lundi dans un ancien garage Renault », Metro,‎ (lire en ligne).
  34. https://immobilier.lefigaro.fr/article/la-surelevation-de-cet-immeuble-parisien-declenche-la-fronde-des-voisins_fd740606-b7af-11e6-bf76-e1dbf4b7eab3
  35. http://www.leparisien.fr/paris-75/cet-immeuble-devrait-grimper-de-8-etages-30-11-2016-6396708.php
  36. « Entre autres œuvres… », notice no IA41000038, base Mérimée, ministère français de la Culture
  37. « Foucault et le XVe arrondissement », sur www.paris15histoire.com.
  38. Eugène Pottet, Histoire de Saint-Lazare, Babelio, coll. « XIX », 26 janvier 2016 lire en ligne.
  39. Brigitte Hermann, Sophie-Marguerite, Paris 15e. Balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton, , 224 p. (ISBN 9782862534923), p. 12.
  40. « Aviatic Bar », notice no PA00086643, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  41. Brigitte Hermann et Sophie-Marguerite, Paris 15e. Balades et bonnes adresses, Paris, Christine Bonneton éditeur, , 224 p. (ISBN 978-2-86253-492-3), p. 15.
  42. « Collège des jésuites de l'Immaculée Conception (ancien) », notice no PA00086661, base Mérimée, ministère français de la Culture.
  43. Lycée autogéré de Paris, www.l-a-p.org.
  44. N. M., « Le lycée autogéré renaitra de ses cendres… », Le Monde libertaire, no 1360,‎ (lire en ligne).

AnnexesModifier