Opération Shader

Opération Shader
Description de cette image, également commentée ci-après
Un Typhoon FGR4 survole l'Irak le 22 décembre 2015.
Informations générales
Date 26 september 2014 – actuellement[1]
Lieu Irak, Syrie, Libye, Tunisie et Liban
Belligérants
Drapeau : Royaume-Uni Royaume-UniDrapeau de l'État islamique État islamique
Commandants
Drapeau du Royaume-Uni David Cameron (2014-2016)

Drapeau du Royaume-Uni Theresa May (2016-2019)
Drapeau du Royaume-Uni Boris Johnson (2019-)
Drapeau du Royaume-Uni Michael Fallon (2014-2017)
Drapeau du Royaume-Uni Gavin Williamson (2017-)
Drapeau du Royaume-Uni Nick Houghton (2014-2016)
Drapeau du Royaume-Uni Stuart Peach (2016-)
Drapeau du Royaume-Uni Andrew Pulford (2014-2016)

Drapeau du Royaume-Uni Stephen Hillier (2016-)
Drapeau de l'État islamique Abou Bakr al-Baghdadi

Drapeau de l'État islamique Abou Ali al-Anbari [2]
Drapeau de l'État islamique Nasser al Din Allah Abou Souleimane

Drapeau de l'État islamique Abou Omar al-Chichani
Forces en présence
Air Force Ensign of the United Kingdom.svg Royal Air Force
  • 29 appareils de combat
  • 6 appareils ISTAR
  • 6 appareils de transport

Flag of the British Army.svg British Army

  • 450 formateurs militaires auprès des forces irakiennes[3]
  • 75 formateurs militaires auprès des forces d'opposition syriennes modérées.
  • 20 formateurs militaires auprès des forces tunisiennes.
  • 20 formateurs militaires auprès des forces libanaises

Naval Ensign of the United Kingdom.svg Royal Navy

  • 3 destroyers
  • 2 sous-marins
Drapeau de l'État islamique Soldats de l'État islamique
  • 9,000–18,000 (estimation des renseignements américains, Janvier 2015)[4]
  • 20,000–31,500 (estimation de la CIA, Septembre 2014)[5]
  • Pertes
    2 militaires tués (1 non-combattant)[6],[7]

    8 combattants volontaires tués[8]
    2-3 travailleurs humanitaires bénévoles et journalistes exécutés[9],[10]

    1 Hercules C4 perdu[11]
    + 3000 tués

    Intervention militaire contre Daech

    Opération Shader est le nom de code opérationnel attribué à la contribution du Royaume-Uni à l'intervention militaire en cours contre l'État islamique en Irak et au Levant (EIIL)[1],[12]. L'opération a débuté en Irak le 26 septembre 2014 à la suite d'une demande formelle d'assistance du gouvernement irakien. Auparavant, la Royal Air Force participait à une opération de secours humanitaire au-dessus du mont Sinjar, qui impliquait de multiples largages aériens humanitaires et le transport aérien de réfugiés déplacés. Le 21 octobre 2014, l'intervention s'était étendue en Syrie, la Royal Air Force n'ayant pour mandat que d'effectuer des vols de surveillance au-dessus du pays[13]. Au 26 septembre 2015, le Royaume-Uni avait effectué le tiers des vols de surveillance de la coalition au-dessus de l'Iraq et de la Syrie. Le 26 novembre 2015, le module de reconnaissance RAPTOR du Tornado GR4 avait réuni 60% de la totalité des reconnaissances tactiques de la coalition en Irak[14]. Le , la Chambre des communes a approuvé les frappes aériennes britanniques contre l'EIIL en Syrie[15]. Le Royaume-Uni est l'un des nombreux pays directement impliqués dans le conflit syrien qui a débuté en mars 2011.

    En septembre 2017, le ministère de la Défense avait annoncé que plus de 1 000 personnes étaient déployées dans le cadre de l'opération et que la Royal Air Force avait mené environ 900 frappes aériennes[16], en effectuant plus de 2 200 sorties[17], tuant 3 000 combattants de l'EIIL[18]. En décembre 2016, il fut souligné que la Royal Air Force participait à son théâtre le plus intense depuis 25 ans, dépassant de loin l'intervention du Royaume-Uni en Irak et en Afghanistan. Les appareils de la RAF ont largué 11 fois plus de bombes (1 276 frappes) sur la Syrie et l’Iraq au cours de l’année écoulée, que lors de l'année la plus active en Afghanistan (119)[19]. Forces.net a annoncé qu'au 14 mars 2017, le ministère de la Défense avait déclaré que l'opération avait coûté jusqu'alors aux contribuables britanniques 265 £[20]. Le 15 avril 2017, la BBC a annoncé que 129 bombes Paveway IV, 37 missiles Hellfire, 20 missiles Brimstone et 30 autres armes avaient été tirées dans le cadre de l'opération contre l'Etat islamique en Irak et en Syrie[21]. La RAF, entre septembre 2014 et septembre 2019, a largué un total de 4 215 bombes et missiles[22].

    ContexteModifier

     
    Deux avions C-130J Super Hercules de la Royal Air Force en Irak, après avoir été déchargés de fournitures humanitaires vitales le 9 septembre 2014.

    Le 9 août 2014, à la suite de la persécution génocidaire des minorités du Kurdistan irakien, le gouvernement britannique a déployé la Royal Air Force pour mener des opérations de largage d'aide humanitaire. Le premier largage aérien a eu lieu le 9 août avec deux aéronefs Lockheed C-130 Hercules, en provenance de la RAF Akrotiri (en), qui effectuèrent des largages humanitaires sur les monts Sinjar[23],[24]. Une deuxième mission de largage a débuté le 12 août 2014, mais elle dut être interrompue en raison des risques pour les civils de la zone[25]. Les largages d’aéronefs ont pu reprendre dans les 24 heures et deux importants envois d’aide humanitaire ont été largués sur les monts Sinjar[26]. Au cours de la même journée, le ministère de la Défense a annoncé le déploiement d'avions de combat Panavia Tornado GR.4 afin de coordonner les largages aériens à l'aide de leurs nacelles de reconnaissance LITENING III, ils n'étaient pas autorisés à mener des frappes aériennes sans l'approbation du Parlement[27]. Quatre hélicoptères de transport Boeing Chinook ont également été déployés à leurs côtés pour participer aux missions de sauvetage des réfugiés[28]. Le 13 août 2014, deux appareils Hercules ont largué une troisième série de colis humanitaires sur les monts Sinjar[29]. Cette opération a été suivie par une quatrième et dernière rotation, le 14 août, portant à sept le nombre total de largages d’aide humanitaire menés par la RAF[30] Le 14 août 2014, le Royaume-Uni a suspendu ses largages, invoquant l'amélioration de la situation humanitaire aux monts Sinjar[31].

    Le 16 août 2014, à la suite de la suspension des largages aériens de l'aide humanitaire, la Royal Air Force a commencé à se concentrer davantage sur la reconnaissance. Les Tornado GR4, qui étaient auparavant utilisés pour aider à la coordination des largages d'aide humanitaire, ont été réaffectés pour rassembler des renseignements essentiels pour les forces anti-EIIL. Le ministère de la Défense a également confirmé qu'un Boeing RC-135W Rivet Joint avait été déployé dans le cadre de son premier déploiement opérationnel depuis sa mise en service[32]. L’avion était basé sur la RAF Al Udeid au Qatar, aux côtés des avions américains Rivet Joint et Boeing KC-135 Stratotanker[33],[34]. En plus des Tornado et du Rivet Joint, la Royal Air Force a également déployé des appareils Reaper, Raytheon Sentinel (en), Beechcraft Shadow et Boeing Sentry AEW.1 pour des missions de surveillance en Irak et en Syrie[35],[36],[37].

    Frappes aériennes en IrakModifier

     
    Un tanker Voyager ravitaille deux Tornado GR4 au-dessus de l'Irak le 4 mars 2015.
     
    Un Tornado GR4 revient sur la RAF Akrotiri après les premières frappes aériennes du 30 septembre 2014.
     
    Un Tornado GR4 détruit un véhicule blindé de l'Etat islamique à Al Qaïm le 2 novembre 2014.
     
    Un Typhoon FGR4 est ravitaillé en Irak par l’armée de l’air américaine le 22 décembre 2015.

    Le 2 septembre 2014, l'EIIL a publié une vidéo menaçant de décapiter le citoyen britannique David Haines. Le Premier ministre David Cameron a réagi en affirmant que l'EIIL "disparaîtrait de son existence"[38].

    Le 13 septembre 2014, à la suite de la publication d'une vidéo censée montrer la décapitation du citoyen britannique David Haines par Jihadi John de l'EIIL, David Cameron a réagi en déclarant: "Nous ferons tout ce qui est en notre pouvoir pour traquer ces meurtriers et les traduire en justice, aussi longtemps que cela prendra"[39]. Le Parlement a été convoqué le 26 septembre 2014 pour débattre de l'autorisation des frappes aériennes britanniques contre l'EIIL en Irak. David Cameron a déclaré aux députés que l'intervention, à la demande du gouvernement irakien, visait à combattre une "organisation terroriste brutale" et que celle-ci était "moralement justifiée". Il a poursuivi en affirmant que l'EIIL constituait une menace directe pour le Royaume-Uni et que l'inaction britannique entraînerait "plus de meurtres" en Irak. Après un débat de sept heures, le Parlement a voté massivement en faveur des frappes aériennes, avec 524 voix pour et 43 contre[40],[41]. Les 43 «non» ont été votés par 23 députés travaillistes, six députés conservateurs, cinq députés du parti national écossais, trois députés sociaux-démocrates et travaillistes, deux députés de Plaid Cymru, un député libéral démocrate, un député du Parti vert et un député du Parti du respect[40]. Après le vote, le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a déclaré à la BBC que la priorité serait d’arrêter le massacre de civils en Irak et que le Royaume-Uni et ses alliés seraient guidés par les renseignements irakiens et kurdes pour identifier leurs cibles[40].

    La Royal Air Force a entamé des raids armés sur l'Irak immédiatement après le vote, utilisant six Tornado GR4 stationnés sur la RAF Akrotiri à Chypre[42]. La première frappe aérienne a eu lieu le 30 septembre 2014, lorsqu'un binôme de Tornado GR4 a attaqué une position d'armes lourdes de l'EIIL avec une bombe à guidage laser Paveway IV et une camionnette armée en utilisant un missile Brimstone. Le 3 octobre 2014, les six Tornado GR4 ont été renforcés par deux aéronefs supplémentaires, ce qui porte à huit le nombre total d'avions de combat déployés dans le cadre de l'opération Shader[43]. Au cours de la même journée, il a été signalé que la Royal Navy avait chargé le destroyer de type 45 HMS Defender d’escorter le porte-avions USS George H. W. Bush (CVN-77)[44].

    Le 16 octobre 2014, le ministère de la Défense a annoncé le déploiement d'un nombre non divulgué de drones Reaper MQ-9 afin de renforcer la surveillance[45]. Cependant, Michael Fallon a déclaré que les Reapers pourraient également mener des frappes aériennes aux côtés des Tornado GR4 si nécessaire[45].La première frappe aérienne d'un Reaper a eu lieu le 10 novembre 2014[46]. Le 26 septembre 2015 - un an après le début de l'opération, les avions Tornado et Reaper avaient effectué plus de 1 300 missions contre l'EIIL et mené plus de 300 frappes aériennes, faisant plus de 330 morts[47],[48],[49].

    Selon le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, le Royaume-Uni avait mené un "grand nombre de missions" en Irak au 13 décembre 2014, juste derrière les États-Unis, cinq fois plus que la France[50]. Au 5 février 2015, le Royaume-Uni avait contribué à 6% de tous les raids aériens de la coalition en Irak, une contribution qui venait en seconde place après celle des États-Unis[51], que le comité spécial de la défense a qualifié de "modeste"[52].

    À la date du 14 mars 2017, forces.net a signalé que la RAF avait mené plus de 1 253 frappes en Irak, un chiffre sans précédent[20].

    Frappes aériennes en SyrieModifier

    En août 2013, une motion visant à participer à des frappes militaires contre le gouvernement syrien a été rejetée par le parlement. C'était la première fois qu'un gouvernement britannique était empêché de lancer une action militaire par le parlement[63].

    Le 10 septembre 2014, le ministre des Affaires étrangères, Philip Hammond, a déclaré que la Grande-Bretagne ne participerait à aucun raid aérien en Syrie. Cela a été rapidement contredit par un porte-parole du Premier ministre, qui a déclaré que le Premier ministre n'avait "rien exclu" en ce qui concerne les frappes aériennes contre l'EIIL[64].

    Le 26 septembre 2014, peu après le vote au Parlement visant à autoriser des frappes aériennes en Irak, le Premier ministre David Cameron a déclaré qu'il existait une possibilité de frappes aériennes en Syrie. Toutefois, il a reconnu que toute frappe aérienne britannique en Syrie nécessiterait un autre vote de la Chambre des communes, à moins que ce ne soit pour empêcher une catastrophe humanitaire[65].

    Le 21 octobre 2014, le ministère de la Défense a confirmé que des avions de la Royal Air Force survolaient la Syrie, y compris des drones Reaper basés à Chypre[13],[37]. Le 26 novembre 2015, le Premier ministre a affirmé que les drones Reaper de la RAF étaient responsables de 30% de la surveillance aérienne de la coalition en Syrie[14].

    Le 30 juin 2015, David Cameron a appelé à plusieurs reprises à des frappes aériennes en Syrie, à la suite de l'attentat de 2015 à Sousse perpétré par l'EIIL, qui ont coûté la vie à 30 Britanniques. Le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, s'est fait l'écho de ces appels, affirmant qu'il y avait un "illogisme" des forces britanniques respectant la frontière irako-syrienne, contrairement à l'EIIL. Michael Fallon a déclaré que le Royaume-Uni n'avait pas besoin de l'appui du Parlement pour lancer des frappes aériennes en Syrie, et que la Chambre des communes aurait le dernier mot[66]. Le 19 juillet 2015, lors d'un entretien télévisé avec NBC, David Cameron a déclaré que la Grande-Bretagne était déterminée à détruire le califat en Irak et en Syrie[67].

    Le 17 juillet 2015, il est apparu que des pilotes britanniques participaient à des raids aériens en Syrie, intégrés au sein des patrouilles des forces américaines et canadiennes[68],[69].

     
    Un Reaper de la RAF, similaire à celui utilisé dans l'attaque contre Rayeed Khan et Rahoul Amin en Syrie.

    Le 7 septembre 2015, le Premier ministre David Cameron a annoncé que deux combattants de l'État islamique d'origine britannique, Rayeed Khan et Rahoul Amin, avaient été pris pour cible et tués en Syrie par un drone Reaper de la Royal Air Force. Lors d'une déclaration devant le Parlement, le Premier ministre a expliqué qu'il s'agissait d'un "acte légitime de légitime défense", les deux combattants préparant des attaques contre le Royaume-Uni[70].

    Le 26 novembre 2015, à la suite des attentats de Paris de novembre 2015 et de l'adoption de la résolution 2249 du Conseil de sécurité des Nations Unies, David Cameron a présenté pour la première fois au Parlement le dossier invitant le Royaume-Uni à mener des frappes aériennes en Syrie. Il a fait valoir que le Royaume-Uni serait plus sûr en effectuant des frappes aériennes et que le Royaume-Uni ne pourrait pas externaliser sa sécurité aux alliés. Le Premier ministre a ensuite déclaré qu'il ne tiendrait pas de vote sur les frappes aériennes avant d'être certain de pouvoir le gagner[71]. Dans les jours qui ont suivi, le président français François Hollande et le ministre de la Défense, Jean-Yves Le Drian, ont appelé la Grande-Bretagne à se joindre aux frappes aériennes[72]. Cet appel a été suivi d'un appel de l'ambassadeur de Russie au Royaume-Uni, Alexander Vladimirovich Yakovenko[73].

    Le 2 décembre 2015, David Cameron a ouvert au Parlement un débat de dix heures qui devait se terminer par un vote final. Le débat s'est terminé avec 397 voix en faveur des frappes aériennes, et 223 voix contre[74],[75],[76]. Quelques heures après le vote, quatre avions de combat Tornado GR4 ont quitté Chypre et attaqué pour la première fois les positions de l'EIIL en Syrie, aidés par un ravitailleur Voyager et un drone Reaper. La patrouille a attaqué le champ pétrolifère d'Omar dans l'est de la Syrie, l'une des plus importantes sources de revenus financiers pour l'EIIL[46],[77] Le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a par la suite annoncé que la Royal Air Force «doublerait sa force de frappe» avec six chasseurs multirôles Eurofighter Typhoon et deux autres avions Tornado GR4[78].

    Forces.net a signalé que, à la date du 14 mars 2017, il y avait eu 85 frappes en Syrie, soit le deuxième rang derrière les États-Unis[20].

    Tableau des frappesModifier

    Munitions utilisé entre septembre 2014 et septembre 2019[22]
    Aéronefs Munitions Poids (lb) Nombre utilisé Cout unitaire (£) Cout global (£)
    General Atomics MQ-9 Reaper AGM-114 Hellfire 100 lb 687 70 000 62 090 000
    General Atomics MQ-9 Reaper GBU-12 500 lb 88 60 000 5 280 000
    Panavia Tornado/Eurofighter Typhoon Paveway IV 500 lb 2 795 70 000 195 650 000
    Eurofighter Typhoon Brimstone 2 100 lb 2 105 000 210 000
    Panavia Tornado Brimstone 100 lb 384 384 000 40 320 000
    Panavia Tornado Paveway II 1000 lb 47 100 000 4 700 000
    Panavia Tornado Paveway III 2 300 lb 8 150 000 1 200 000
    Panavia Tornado Storm Shadow 2 900 lb 4 800 000 3 200 000
    TOTAL 4 215 312 650 000

    Sur ces 4 215 munitions air-sol, 723 missiles et bombes ont été utilisés entre septembre 2017 et septembre 2019 contre 499 cibles[22].

    Opérations en LibyeModifier

    Le 27 juillet 2015, David Cameron a averti que le Royaume-Uni pourrait intervenir militairement en Libye en cas de menace imminente pour la vie des Britanniques[82],[83]. En août 2015, le Times a annoncé que des "centaines" de soldats britanniques étaient prêts à être déployés en Libye pour mettre un terme à l'avancée de l'EIIL[84] Au cours du même mois, le Sun a annoncé que le sous-marin HMS Ambush (S120) de la Royal Navy avait mené des missions de reconnaissance pour localiser des cibles en Libye[85].

    En décembre 2015, il est réapparu que le gouvernement envisageait d'intervenir en Libye, à la suite des "préoccupations extrêmes" du ministère des Affaires étrangères concernant la montée rapide de l'EIIL et d'autres groupes extrémistes en Libye[86]. En février 2016, la Royal Air Force aurait effectué des vols de reconnaissance au-dessus de la Libye[87],[88]. Au cours du même mois, il a été largement rapporté que des forces spéciales britanniques opéraient en Libye, aux côtés d'équipes similaires venant des États-Unis et de la France[89],[90]. Le roi Abdallah II de Jordanie a ensuite annoncé que des forces spéciales britanniques et jordaniennes opéraient ensemble en Libye[91].

    En mars 2016, le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a annoncé qu'une équipe de formation de vingt soldats britanniques serait déployée en Tunisie pour contribuer à la surveillance de la frontière libano-tunisienne[92].

    Formation et support au solModifier

    Le 18 août 2014, le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a révélé lors d'une interview que des membres du 2nd Battalion, du Yorkshire Regiment (2 YORKS), avaient été déployés sur le terrain à Erbil pour aider à sécuriser la zone en vue d'une éventuelle mission de sauvetage par hélicoptère. Le bataillon, était à l'époque le bataillon de réserve de théâtre (TRB) basé à Chypre et participait à l'Opération Herrick (en) en Afghanistan, il avait quitté Irbil dans les 24 heures[93].

    Le 12 octobre 2014, le gouvernement britannique a accepté d'envoyer à Erbil 12 membres du 2nd Battalion, du Yorkshire Regiment (2 YORKS), afin d'entraîner les Peshmergas kurdes à l'utilisation des mitrailleuses lourdes fournies par le Royaume-Uni[94]. En novembre, le nombre de soldats britanniques participant à cette mission d'entraînement est passé de 12 à 50[50]. Le 13 décembre 2014, le gouvernement a annoncé son intention de renforcer ce nombre par un groupe supplémentaire de soldats britanniques, le total se chiffrant alors par centaines[50]. Cependant, ces plans ont été par la suite suspendus après les élections générales de 2015[95]. Il a été révélé qu'une petite équipe de troupes prêtes au combat aurait été envoyée avec les formateurs pour assurer la protection[50]. Les troupes devaient être basées à Erbil et dans la capitale Bagdad[96]. Les forces kurdes affirment avoir reçu de l'aide des forces spéciales britanniques[97].

    Le 1er mars 2015, le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a annoncé que le Royaume-Uni avait entraîné plus de 1 000 combattants Peshmerga[98]. Le 7 mars 2015, le Premier ministre David Cameron a autorisé le déploiement de 60 soldats en Irak pour entraîner les forces kurdes[99]. Le Comité de la défense de la Chambre des communes a néanmoins fait valoir que la formation et la participation au sol du Royaume-Uni étaient faibles comparées à celles des autres membres de la coalition occidentale[100].

    Le 26 mars 2015, le ministère de la Défense a annoncé le déploiement d'environ 75 formateurs militaires en Turquie et dans d'autres pays voisins de la coalition anti-EIIL afin de participer au programme de formation dirigé par les États-Unis en Syrie. Le programme de formation fournira des armes légères, des tactiques d'infanterie et une formation médicale aux forces syriennes de l'opposition modérée pendant plus de trois ans[35].

    Le 15 mai 2015, la surveillance par les forces spéciales britanniques a confirmé la présence d'un dirigeant de rang supérieur de l'EIIL, Abu Sayyaf, à al-Amr, en Syrie, à la suite de laquelle les forces spéciales américaines basées en Irak ont mené une opération pour le capturer. L'opération a entraîné sa mort et la capture de son épouse Umm Sayyaf[101].

    Le 7 juin 2015, lors du sommet du G7 en Bavière, le Premier ministre David Cameron a annoncé que 125 formateurs militaires supplémentaires seraient déployés en Irak, ce qui porte à 275 le nombre total d'entraîneurs[102].

    Le 20 septembre 2015, il a été signalé que le Special Air Service avait tué six combattants de l'EIIL tout en sauvant un agent en Syrie[103].

    Le 26 septembre 2015, le Royaume-Uni avait fourni 500 000 cartouches de munitions à ses forces anti-EIIL[47].

    En mars 2016, 30 soldats supplémentaires ont été déployés pour entraîner les forces irakiennes, ce qui porte à 300 le nombre total de soldats britanniques déployés en Irak[3].En mars 2016, il a été révélé que les forces britanniques avaient contribué à la constitution d'un bataillon mécanisé dans le sud de la Syrie, composé de combattants tribaux chargés de combattre l'armée de Bashar al-Assad[104].

    En juin 2016, The Telegraph a signalé que des forces spéciales britanniques opéraient sur le front syrien; en particulier en mai 2016, lorsqu'ils franchissaient fréquemment la frontière jordanienne, pour soutenir l'unité Maghaweir Al-Thawrah composée d'anciennes forces spéciales syriennes défendant le village d'al-Tanf contre les attaques de l'EIIL. Maghaweir Al-Thawrah s'est emparée du village au cours de ce mois et a dû faire face à des attaques régulières de l'EIIL. Les forces britanniques ont également aidé à reconstruire la base à la suite d'un attentat suicide[105]. Maghaweir Al-Thawrah a reconnu que les forces spéciales britanniques avaient fourni de la formation, des armes et d’autres équipements; une source indépendante a confirmé que des forces spéciales britanniques opéraient contre l'EIIL en Syrie, en Irak et en Libye[106].

    En août 2016, l'International Business Times a annoncé que les forces spéciales britanniques avaient commencé à utiliser le lance-grenades à air comprimé "Punisher" XM25 CDTE contre l'EIIL en Libye[107]. Au cours du même mois, BBC News a publié des images exclusives montrant des forces spéciales britanniques opérant en Syrie[108]. Les images, datées de juin, ont été prises à la suite d'une attaque de l'EI sur la base de Maghaweir Al-Thawrah d'Al Tanaf et semblent montrer des forces spéciales britanniques sécurisant le périmètre de la base[106],[109]. Les forces spéciales britanniques en Syrie jouent des rôles très variés: surveillance, conseil et combat, en nombre relativement réduit[106].

    En décembre 2016, le Telegraph a annoncé que le secrétaire d'État à la Défense, Sir Michael Fallon, avait annoncé qu'il prolongerait de six mois le déploiement d'un escadron du 80 Royal Engineers pour améliorer les installations d'entraînement de la base d'Al Asad. Il a également déclaré que "l'armée britannique a formé plus de 31 000 Irakiens et Peshmergas qui combattent contre Daech"[19].

    La BBC a annoncé que le Cpl Scott Hetherington était décédé des suites d'un «accident de tir» à Camp Taji (en) (Irak), qu'il était membre de la compagnie Blenheim et du peloton de protection de la force du 2nd Battalion Duke of Lancaster's Regiment; il est le premier soldat britannique à mourir en Irak en près de huit ans. Environ 150 soldats du bataillon sont déployés en Irak pendant six mois. Ils font partie d'une armée de 500 hommes chargée de former les forces de sécurité irakiennes et kurdes[6].

    Le 1er septembre 2017, Sky News a annoncé que 44 Royal Engineers du 5 Armoured Engineer Squadron, du 22 Engineer Regiment, seraient déployés pendant six mois sur la base aérienne Al Asad dans la province d'Al Anbar, en Iraq, pour construire une infrastructure sur la base. Ce qui porte à plus de 300 le nombre de militaires britanniques présents dans le camp et à environ 600 le nombre total d’Irak[110].

    En mars 2018, un soldat des forces spéciales britanniques et un soldat américain ont été tués par un engin explosif improvisé en Syrie. Ce fut le premier soldat britannique à mourir au combat avec l'EIIL[111].

    Forces déployéesModifier

    Sites

    British ArmyModifier

    Royal Air ForceModifier

     
    Tornado GR4 de la RAF au-dessus de l’Iraq en mission de reconnaissance armée.
     
    Un avion C-17 de la RAF est ravitaillé en carburant à Brize Norton, avant de partir pour la RAF Akrotiri (en), à Chypre.

    Appareils retirés

    Royal NavyModifier

     
    Le destroyer HMS Defender (D36) de la Royal Navy escorte le porte-avions américain USS George H.W. Bush (CVN-77) au Moyen-Orient au cours de l'opération Shader.

    Inter-arméesModifier

    PolitiqueModifier

    Avant le vote au Parlement du 26 septembre 2014, Rushanara Ali, député du parti travailliste et ministre de l'Éducation fantôme, a écrit au leader du mouvement travailliste Ed Miliband pour lui annoncer sa démission en tant que ministre fantôme, avant son abstention délibérée lors du vote. Elle a écrit que, tout en reconnaissant les actions "horribles et barbares" de l'EIIL, elle craignait que l'action militaire britannique ne provoque de nouvelles effusions de sang en Irak. Rushanara, née au Bangladesh et musulmane, a écrit qu '"il existe une croyance sincère dans les communautés musulmanes et non musulmanes que l'action militaire ne fera qu'engendrer de nouvelles effusions de sang et davantage de souffrances pour le peuple irakien". Elle a ajouté qu'elle n'était pas convaincue que l'impact potentiel d'une telle action militaire sur la radicalisation au Royaume-Uni avait été correctement réfléchi[143],[144].

    Des groupes anti-guerre, y compris la Coalition Stop the War (StWC), ont planifié une marche de protestation à travers Londres le 4 octobre 2014 en réponse à l'opération Shader. Un porte-parole du StWC a déclaré: "Toutes les preuves montrent que toutes les interventions ne feront que provoquer plus de violence". Le site Web du StWC a affirmé que les deux interventions précédentes en Irak avaient "contribué à créer le chaos actuel"[145]. Le comédien et activiste social Russell Brand a déclaré à StWC que "Les bombardements ne fonctionneront pas - cela aggravera la situation. Cela entraînera l’envoi de troupes au sol. Cela ne fera qu’aggraver les choses. Ce genre d’opérations aggrave toujours les choses."[145]

    La Coalition Stop the War a organisé une autre manifestation à Londres le 1er décembre 2015, avant le vote à la Chambre des communes sur les frappes aériennes en Syrie[146].

    Le 3 décembre 2015, il a été signalé que plusieurs députés du parti travailliste avaient reçu des menaces de mort et avaient été violentés pour leur soutien aux frappes aériennes en Syrie[147].

    MédailleModifier

    La secrétaire de la Défense fantôme, Nia Griffith, aurait réclamé une distinction spécifique pour ceux qui ont servi dans l'opération Shader, après avoir rendu visite aux troupes déployées dans le cadre de l'opération et avoir parlé à des forces armées basées sur la RAF Akrotiri. La proposition a été soumise à l'examen du Comité de reconnaissance[20].

    Le 20 septembre 2017, le secrétaire à la Défense, Michael Fallon, a annoncé que la "Médaille Op Shader" serait remise aux personnes servant en Irak et en Syrie. Il a utilisé cette annonce pour souligner le manque de reconnaissance des membres du personnel déployés dans le cadre de l'opération, mais ne relevant pas directement des critères d'attribution; tels que le personnel de la coalition au Koweït/Turquie et les pilotes de Reaper ailleurs au Moyen-Orient[148].

    Après l'annonce, un avis d'instruction et de défense de la défense (DIN) a été publié confirmant l'admissibilité, la conception des médailles et le calendrier de production.

    L'admissibilité est de 30 jours de service continu dans les frontières de l'Irak et de la Syrie (cumul de 45 jours) à compter du 9 août 2014[149] à une date encore à définir.

    La médaille restera une "pièce"; comme celle qui a été utilisée pour les médailles pour l'Afghanistan et le Congo. Les récompenses sont différenciées par le ruban et le fermoir (le cas échéant). Les rubans pour toutes les itérations de l'OSM portent un groupe central de 5 bandes bleu clair, bleu foncé et rouge (une bande plus large au centre), représentant les 3 services. Celles-ci sont accompagnées d'une couleur spécifiquement choisie pour représenter la campagne. Dans le cas de l'OSM «Iraq et Syrie», il a été recommandé que cette bande externe s'appelle Air Superiority Grey, en reconnaissance du grand nombre d'aéronefs de la RAF participant à l'opération.

    Bien que le droit ait déjà été accepté, la distribution de la médaille ne commencera pas avant septembre 2018 pour des raisons financières. Les 3 600 médailles exceptionnelles de 2014-2018 devraient être reçues d'ici à décembre 2018.

    Le 1er juillet 2018, un fabricant de médailles a publié une pré-publication de l'OSM (Iraq & Syrie), montrant le ruban finalisé (approuvé par le Ministère de la Défense) et indiquant une date de sortie du 18 juillet 2018.

    Le 18 juillet 2018, le secrétaire d'État à la Défense, Gavin Williamson, a présenté la médaille de l'opération Shader, connue officiellement sous le nom de médaille du service opérationnel pour l'Irak et la Syrie. Elle a son propre ruban et son fermoir[150]. Il a également annoncé que Sa Majesté la Reine avait approuvé une extension des critères d'éligibilité pour la médaille afin d'inclure du personnel en dehors de la "zone d'opérations conventionnelle" en Irak et en Syrie, qui comprendrait les équipages des Reaper de la Royal Air Force.

    Voir aussiModifier

    Notes et référencesModifier

    1. a et b « Islamic State air strikes: RAF launches Operation Shader », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    2. Pamela Engel, « Report: A former physics teacher favored by Osama bin Laden is now leading ISIS », Business Insider,‎ (lire en ligne, consulté le 29 avril 2015)
    3. a et b « IS Battle: More UK Troops To Train Iraqi Forces », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2016)
    4. Barbara Starr, U.S. officials say 6,000 ISIS fighters killed in battles, CNN (22 January 2015).
    5. CIA says IS numbers underestimated, Al Jazeera (12 September 2014).
    6. a et b « L/Cpl Scott Hetherington: UK soldier died 'in shooting accident' », BBC,
    7. « British soldier killed by IED in Syria in first UK troop death in fight against Isil », sur The Daily Telegraph (consulté le 8 août 2020).
    8. (en) Emma Vardy, « Briton killed fighting with Kurdish unit », sur bbc.co.uk, BBC News, (consulté le 8 août 2020).
    9. « Jihadi John's victims : who were they? », sur The Daily Telegraph (consulté le 8 août 2020).
    10. Agence France-Presse, « John Cantlie: plea for release of British Isis hostage five years after kidnap », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2020).
    11. « Janes / Latest defence and security news », sur Janes.com (consulté le 8 août 2020).
    12. « ISIS/Daesh: the military response in Iraq and Syria », House of Commons Library, (consulté le 1er décembre 2015)
    13. a et b « Surveillance missions over Syria confirmed », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2014)
    14. a et b « Lord Hansard text for 26 Nov 2015 », HM Government,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    15. « Syria air strikes: MPs authorise UK action against Islamic State », BBC (consulté le 2 décembre 2015)
    16. « UK to send 250 more military personnel to Iraq », sur www.bbc.co.uk, (consulté le 19 février 2017)
    17. « Defence in the Media – 12 March 2016 », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2016)
    18. « British air strikes have killed 3,000 ISIS militants over three years », The Daily Mirror,‎ (lire en ligne, consulté le 8 août 2020).
    19. a et b « RAF jets busiest for 25 years as they "pound" Isil positions in Iraq and Syria », The Telegraph,
    20. a b c et d « 'British Troops Fighting IS Should Receive Medal' », forces.net,
    21. « How many bombs has Britain dropped in 2017? », BBC,
    22. a b et c Chris Cole, « UK drones more likely to target individuals than infrastructure data analysis reveals », sur dronewars.net, (consulté le 6 novembre 2019).
    23. « UK planes to drop emergency aid to Iraqi refugees », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014)
    24. « Iraq aid drops to 'step up', says No 10 », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014) :

      « Two British C130 cargo planes were involved in dropping off the first batch of supplies. »

    25. « Iraq crisis: RAF aborts air drop amid safety fears », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014)
    26. « RAF planes make second aid drop in northern Iraq », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014)
    27. a et b « Tornados ready to support humanitarian operations », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014)
    28. a et b « RAF Tornado jets in Cyprus for Iraq aid mission », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014) :

      « A "small number" of Chinook helicopters would also be sent for "further relief options", the Foreign Office said. »

    29. a et b « UK steps up aid for Northern Iraq », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014)
    30. « New UK aid supplies delivered to Iraq », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014) :

      « Over four nights, the UK has successfully delivered a total of seven air drops of clean water, shelter and solar lamps with mobile phone chargers to help thousands of displaced Iraqi people. »

    31. « Iraq crisis: PM calls off aid air drops as ‘desperate’ situation is made safe », Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    32. « Iraq: 'Secret' Surveillance Flights Revealed », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    33. « Aviation News – RAF deploys its RC-135 Rivet Joint », sur Global Aviation Resource (consulté le 13 décembre 2014)
    34. « RAF prepares jets to strike Isis targets in Iraq », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2014) :

      « An RAF Rivet Joint surveillance plane equipped with listening devices has also been flying missions from al-Udeid air base in Qatar to eavesdrop on Isis communications. »

    35. a b c d et e « UK troops to train moderate Syrian opposition », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 26 mars 2015)
    36. a b et c « RAF steps up Iraq and Syria spying missions in 'new Battle of Britain' », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2015)
    37. a b c et d « UK details extent of combat activity over Iraq », Flightglobal,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2015)
    38. 'Isis will be squeezed out of existence, says David Cameron'. The Guardian, 3 September 2014. Retrieved 31 October 2014.
    39. 'ISIS executes British aid worker David Haines; Cameron vows justice'. CNN, 14 September 2014. Retrieved 31 October 2014.
    40. a b et c « MPs support UK air strikes against IS in Iraq », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 février 2015)
    41. « Commons recalled to debate Iraq: Coalition against ISIL », UK Parliament, (consulté le 1er décembre 2015)
    42. a et b « RAF Tornado jets ready for attack role over Iraq », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    43. a b et c « PM announces Tornado deployment », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    44. a b et c « HMS Defender supports operations against ISIL in the middle east », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    45. a b et c « UK deploys Reaper to the Middle East », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 16 octobre 2014)
    46. a b c d e et f « British forces air strikes in Iraq: monthly list », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 29 novembre 2015)
    47. a et b (en) Ministry of Defence, « Op Shader – A Year On » [archive du ], sur social.shorthand.com,
    48. « Islamic State: Military Intervention:Written question – 9798 », Parliament,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2015)
    49. « About 330 Isis members killed in RAF airstrikes in past year – MoD », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 17 septembre 2015)
    50. a b c et d « 'Hundreds' more UK troops to be sent to Iraq – Michael Fallon », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2014)
    51. « Airwars », sur Airwars (consulté le 27 septembre 2015)
    52. « Islamic State: MPs urge UK to step up fight against jihadists », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2015)
    53. a et b « The E-3D Sentry Arrives in RAF Akrotiri », Forces TV,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2015)
    54. « HMS Dauntless Joins the Fight Against ISIL », Forces TV,‎ (lire en ligne, consulté le 6 février 2015)
    55. « RAF conducts first air strikes of Iraq mission », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    56. « RAF Tornados' second air strikes in Iraq », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 12 octobre 2014)
    57. « U.S. Military, Partners Continue Airstrikes Against ISIL », U.S. Department of Defense,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2014)
    58. « LATEST: air strikes in Iraq », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2014)
    59. « LATEST: air strikes in Iraq », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 24 octobre 2014) :

      « Other RAF aircraft, including Voyager refuelling tankers, and Rivet Joint and Reaper surveillance platforms, also continue to support coalition air operations. »

    60. « HMS Defender in Cyprus Stop », Forces.TV,‎ (lire en ligne, consulté le 27 novembre 2014)
    61. a b et c « HMS Kent joins US carrier battle group in the Gulf », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2014)
    62. a et b « HMS Defender comes home for Christmas », The News,‎ (lire en ligne, consulté le 12 décembre 2014)
    63. Robert Winnett, « Syria crisis: No to war, blow to Cameron », Daily Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 1er janvier 2014)
    64. « David Cameron overrules Philip Hammond on air strikes in Syria », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 18 février 2015)
    65. « Cameron: IS threat may require Syria intervention », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 21 octobre 2014)
    66. « Consider Syria IS strikes, defence secretary urges MPs », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2015)
    67. « UK will help destroy Islamic State, David Cameron tells US », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2015)
    68. « Syria air strikes conducted by UK military pilots », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2015)
    69. « First British Pilots In Airstrikes Over Syria », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le 19 juillet 2015)
    70. « Two Britons killed in RAF Syria strike, PM tells MPs », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 septembre 2015)
    71. « David Cameron says bombing IS in Syria will make UK 'safer' », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 26 novembre 2015)
    72. « Commons should back Syria air strikes – President Hollande », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    73. « Russia and Britain should beat Isil as we did the Nazis: together », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    74. Ben Riley-Smith et Michael Wilkinson, « Syria airstrikes vote: Britain to begin bombing within hours after MPs overwhelmingly back action – live », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    75. « Syria air strikes: MPs authorise UK action against Islamic State », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    76. « MPs approve motion on ISIL in Syria », UK Parliament, (consulté le 5 décembre 2015)
    77. « Syria air strikes: What you need to know », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    78. « RAF Typhoons Join Syrian Bombing Mission », Forces TV,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    79. « Syria air strikes: RAF jets in second wave of strikes », sur www.bbc.co.uk, (consulté le 19 février 2017)
    80. « Britain uses Brimstone missiles on ISIS targets in Syria for first time », rt.com (consulté le 19 février 2017)
    81. « RAF Typhoon Destroys Daesh Armoured Vehicle – Forces TV », forces.tv (consulté le 19 février 2017)
    82. « David Cameron says UK military could take action in Syria and Libya 'to protect Britons' », Independent,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    83. « David Cameron takes the fight to Isil, drafting plans to intervene against jihadists in Libya », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    84. « Hundreds of UK troops set to help Libya fight advance of Isis », The Times,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    85. « Brit sub's smuggle spy task », The Sun,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    86. « Britain 'moving towards military action against Isil in Libya' », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    87. « RAF flying Libyan missions in preparation for helping unity government », The Guardian,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    88. « Signs grow of new Western urgency to stop Islamic State in Libya », Reuters,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    89. « Libya officials: French special forces on ground fighting IS », Yahoo! News,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    90. « Secret's out: French special forces, along with U.S., U.K. teams, fighting Islamic State in Libya », The Japan Times,‎ (lire en ligne, consulté le 25 février 2016)
    91. « REVEALED: Britain and Jordan's secret war in Libya », Middle East Eye,‎ (lire en ligne, consulté le 25 mars 2016)
    92. « Britain sends troops to help guard Libya-Tunisia border », DW.com,‎ (lire en ligne, consulté le 1er mars 2016)
    93. a et b « David Cameron defends 'clear' Iraq strategy », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014) :

      « Troops from the 2nd Battalion Yorkshire regiment had been sent into the Kurdish capital Irbil for 24 hours to prepare the ground for a possible rescue mission by the helicopters. »

    94. « UK troops training Kurdish forces in Iraq, says MoD », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2014)
    95. « British troops to Iraq delayed by General Election campaign », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 28 janvier 2015)
    96. « Hundreds Of British Troops To Be Sent To Iraq », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2014)
    97. « More British troops set for Iraq training », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 2 février 2015)
    98. a b et c « Defence Secretary thanks UK military personnel tackling ISIL », Ministry of Defence,‎ (lire en ligne, consulté le 2 mars 2015)
    99. « More UK army personnel sent to Iraq », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 11 mars 2015)
    100. « The situation in Iraq and Syria and the response to al-Dawla al-Islamiya fi al-Iraq alSham (DAESH) », House of Commons Defence Committee (consulté le 8 février 2015)
    101. « SAS 'took part in Abu Sayyaf Isil raid in Syria' », The Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2015)
    102. « G7 summit: 125 extra UK military trainers to be sent to Iraq », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 2 juillet 2015)
    103. « SAS hero kills six ISIS fighters by himself despite being 'out-gunned and outnumbered' during terror ambush in Syria », Mirror,‎ (lire en ligne, consulté le 21 septembre 2015)
    104. « Leaked report: SAS on ground in Libya for months », the telegraph,
    105. « British special forces 'operating inside Syria alongside rebels' », The Telegraph,
    106. a b et c « Pictures appear to show British special forces on Syrian frontline », the guardian,
    107. « SAS use prototype 'Punisher' weapon system against Isis in Libya », International Business Times,‎ (lire en ligne, consulté le 9 août 2016)
    108. « First look at Britain's secretive and lethal force in Syria », BBC News,‎ (lire en ligne)
    109. « UK special forces pictured on the ground in Syria », BBC news,
    110. « More British troops head for Iraq to defeat Islamic State », Sky News,
    111. « British soldier killed by IED in Syria in first UK troop death in fight against Isil », sur The Daily Telegraph (consulté le 8 août 2020).
    112. a et b « More British troops head for Iraq to defeat Islamic State », Sky News (consulté le 3 septembre 2017)
    113. « British soldiers finish tour », DVIDS (consulté le 27 décembre 2016)
    114. « Explosive hazards awareness training », DVIDS,
    115. « UK troops training Kurdish forces in Iraq, says MoD », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 octobre 2014)
    116. « New Footage of British Troops Training Peshmerga », Forces TV,‎ (lire en ligne, consulté le 31 janvier 2015)
    117. « Task Group Taji trains Iraqi security forces during combat medical course », DVIDS,
    118. « MOD statement following death of soldier in Iraq », MoD (consulté le 2 janvier 2017)
    119. « Ready to rumble with ISIS: Scottish troops to target terror as Highlanders head off to Iraq », Daily Record (consulté le 25 juillet 2017)
    120. « Perth soldier Chris Stewart gets ready for Operation Shader later this month », Perth Gazette (consulté le 25 juillet 2017)
    121. « Fallon Praises Troops Preparing To Join Fight Against Islamic State », Forces TV (consulté le 25 août 2017)
    122. « RAF jets leave Scotland to join Syria action », BBC (consulté le 3 décembre 2015)
    123. « Here are some interesting details about RAF Tornados first air strike on ISIS in Syria », theaviationist.com, (consulté le 19 février 2017)
    124. a b et c AirForces Monthly, Stamford, Lincolnshire, England, Key Publishing Ltd, , 5 p.
    125. « What is the UK's military commitment in Iraq? », BBC News,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014)
    126. « It's WAR: RAF Tornados bomb ISIS strongholds in Syria in two waves just 57 mins after vote », Express,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    127. « What Happens Next If Airstrikes Go Ahead? », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le 2 décembre 2015)
    128. « Global Gateway », Royal Air Force,  : « The first Operational Atlas load was delivered to Op SHADER in Cyprus on 3 Mar – a sign of things to come. »
    129. « RAF Delivers Military Support to Iraq », Royal Air Force,‎ (lire en ligne, consulté le 7 octobre 2014) :

      « RAF C-17 aircraft have also transported a range of non-lethal support, to be gifted by the UK to Iraq, to RAF Akrotiri in Cyprus which will be transported on to the Kurdish forces. »

    130. « Moray soldiers sent to Middle East to fight Islamic State – Press and Journal », pressandjournal.co.uk (consulté le 19 février 2017)
    131. « HMS Daring to join campaign against Daesh », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2016)
    132. « HMS Duncan joins US Carrier on strike operations against ISIL », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 10 juillet 2015)
    133. « Wildcat shows its teeth during Gulf heat trials », Royal Navy (consulté le 18 septembre 2015)
    134. « HMS Defender returns from Middle East deployment », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 29 août 2016)
    135. « HMS Dauntless arrives East of Suez », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 29 janvier 2015)
    136. a et b « Double delight as HMS Dauntless and Kent return to Portsmouth », Royal Navy (consulté le 15 mai 2015)
    137. « HMS Richmond trains with Indian Navy – Royal Navy », mod.uk (consulté le 19 février 2017)
    138. « HMS St Albans deploys on security operations in the Middle East », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 4 décembre 2015)
    139. Tristan Nichols, « Royal Navy attack sub already deployed off coast of Iraq », The Herald,‎ (lire en ligne[archive du ], consulté le 4 octobre 2014) :

      « Oliver Colvile, Tory MP for Plymouth Sutton and Devonport, tabled a question to the Deputy Prime Minister asking about the likelihood of Royal Navy involvement in the campaign. "He said there was already a submarine in the Persian Gulf," Mr Colvile told The Herald. »

    140. a et b « Royal Navy Sea Kings play their part in Daesh air strikes », Royal Navy,‎ (lire en ligne, consulté le 9 février 2016)
    141. « British special forces join fighters on Isil front line », Telegraph,‎ (lire en ligne, consulté le 4 octobre 2014) :

      « SAS and American special forces are working with Kurdish fighters on the Iraqi front lines as part of a major offensive to push Isil jihadists back and relieve pressure on the besieged Syria town of Kobane, senior Kurdish military officers have disclosed. »

    142. « Hundreds Of British Troops To Be Sent To Iraq », Sky News,‎ (lire en ligne, consulté le 13 décembre 2014) :

      « The UK government has repeatedly insisted that any such training mission would not constitute 'boots-on-the-ground' although British Special Forces are operating in the region. »

    143. 'As it happened: Commons debate on Iraq airstrikes'. The Times, 26 September 2014. Retrieved 29 October 2014.
    144. 'Rushanara Ali resigns as shadow education minister over vote on Iraq military action'. Bdnews24.com, 26 September 2014. Retrieved 29 October 2014.
    145. a et b « ‘Iraq III No!’ Anti-war activists call London protest against UK airstrikes », RT, (consulté le 19 février 2015)
    146. « 'Stop The War Coalition' Holds An Emergency Protest In London Ahead Of Commons Syria Vote », Huffington Post,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    147. « Labour MPs receive death threats and abuse over Syria airstrikes », ITV News,‎ (lire en ligne, consulté le 3 décembre 2015)
    148. « Defence Secretary recognises UK efforts in the fight against Daesh with service medal », Gov.uk,
    149. the date of the first HADR drop into Sinjar.
    150. « New medal unveiled to recognise the fight against Daesh », Gov.uk,