Ouvrir le menu principal

Résultats des ministres lors des élections législatives françaises de 2017

Cette page regroupe les résultats des ministres lors des élections législatives françaises de 2017.

Sommaire

ContexteModifier

Article détaillé : Gouvernement Édouard Philippe (1).

Le , Emmanuel Macron et Édouard Philippe composent un gouvernement de 22 membres. L'Élysée annonce dans la foulée que tous les ministres candidats aux élections législatives des et devront démissionner de leur poste s'ils ne sont pas élus[1].

Six membres du gouvernement sont candidats. Richard Ferrand, Christophe Castaner et Mounir Mahjoubi sont investis par le parti d'Emmanuel Macron La République en marche. Marielle de Sarnez, membre du MoDem, reçoit également l'investiture de La République en marche suite aux accords entre les deux partis.

Bruno Le Maire et Annick Girardin sont eux investis respectivement par Les Républicains et par le Parti radical de gauche. Le , jour de leur entrée au gouvernement, La République en marche annonce qu'elle ne présentera aucun candidat face à eux[2]. Le lendemain, Bernard Accoyer, secrétaire général des Républicains annonce que son parti investira un nouveau candidat pour défendre le programme de l'union LR-UDI dans la circonscription de Bruno Le Maire[3].

ControversesModifier

Le , Le Canard enchaîné révèle que Richard Ferrand aurait, lorsqu'il était directeur général des Mutuelles de Bretagne, permis à sa compagne, Sandrine Doucen, de s'enrichir à hauteur de 500 000 euros : un mois après avoir obtenu un contrat de location des Mutuelles de Bretagne pour un local, elle a créé une société immobilière, dont elle détenait 99 % des parts, pour acheter à crédit sans apport ce local, dans lequel les Mutuelles de Bretagne ont ensuite fait 184 000 euros de travaux, la valeur de la SCI de Mme Doucen étant estimée quelques années plus tard à 3000 fois le montant du capital initial soit 300 000 euros[4]. L'hebdomadaire signale aussi que Richard Ferrand a employé, plus tard, son fils comme assistant parlementaire en 2014, durant cinq mois, pour un montant total net de 6 800 euros[5],[6]. , le Premier ministre Édouard Philippe réaffirme que les électeurs seraient « le juge de paix » pour le ministre de la Cohésion des territoires[7].

Le , le parquet de Brest annonce, dans un communiqué, l’ouverture d’une enquête préliminaire à l’encontre de Richard Ferrand[8]. Interrogé la veille sur France Inter, le ministre s’est défendu de toute irrégularité : « Tout ce que j’ai fait dans ma vie professionnelle est légal, public, transparent, validé par un conseil d’administration qui a d’ailleurs exprimé son soutien. »[8].

Le Parisien du fait état de l'ouverture d'une enquête sur Marielle de Sarnez, pour « abus de confiance », concernant des soupçons d'emplois fictifs visant ses assistants d'eurodéputés. Cette enquête a débuté après une dénonciation d'une eurodéputée FN, Sophie Montel, qui a demandé à la justice de se saisir du cas de 19 eurodéputés de droite, de gauche et écologistes, parmi lesquels Marielle de Sarnez, et d'une trentaine d'assistants[9].

Ministres non candidatsModifier

Les ministres qui ne se présentent pas sont :

Sondages par circonscriptionModifier

Sondeur Circonscription Date Échantillon Intentions de vote pour les principaux candidats
Ifop 1re Eure 22 - 24 mai 603 Bruno Le Maire (REM) 48 | Fabienne Delacour (FN) 20 | Michaël Després (FI) 16 | Coumba Dioukhané (LR-UDI) 7 | Autres 9
Bruno Le Maire (REM) 76 | Fabienne Delacour (FN) 24

RésultatsModifier

Premier tourModifier

À l'issue du vote du , aucun des candidats n'est éliminé : les six ministres arrivent en tête de leur circonscription et sont en ballotage favorable pour le second tour. Le ministre obtenant le meilleur résultat est Bruno Le Maire, avec 44,46 % des voix.

Second tourModifier

À l'issue du second tour, le 18 juin 2017, l'ensemble des ministres candidats sont élus députés de leur circonscription et peuvent donc rester dans le Gouvernement Édouard Philippe II.

Le , Richard Ferrand, ministre de la Cohésion du territoire, démissionne cependant du gouvernement pour briguer la présidence du groupe La République en marche ! à l'Assemblée nationale[10]. Le , François Bayrou, ministre de la Justice et président du MoDem, et Marielle de Sarnez, ministre délégué aux Affaires européennes et vice-présidente de ce même parti, mis en cause dans l'affaire des assistants parlementaires du Mouvement démocrate au Parlement européen, annoncent qu'ils ne feront pas partie du nouveau gouvernement. Cette dernière présidera la commission des Affaires étrangères de l'Assemblée nationale.

Tableau détailléModifier

Fonction gouvernementale Image Nom Parti Circonscription Résultats Statut
1er tour 2d tour Élection Note
Ministres
Ministre de la Cohésion des territoires   Richard Ferrand REM Sixième circonscription du Finistère
Député depuis 2012.
33,93 % 56,53 % Élu au 2d tour [r 1]
Ministre de l'Économie   Bruno Le Maire REM[11] Première circonscription de l'Eure
Député depuis 2007.
44,46 % 64,53 % Élu au 2d tour [r 2]
Ministre des Outre-mer   Annick Girardin PRG Circonscription législative de Saint-Pierre-et-Miquelon
Députée depuis 2007.
41,59 % 51,87 % Élue au 2d tour [r 3]
Ministre chargée des Affaires européennes   Marielle de Sarnez MoDem Onzième circonscription de Paris
Deuxième candidature dans cette circonscription, battue en 2007.
40,58 % 63,51 % Élue au 2d tour [r 4]
Secrétaires d'État
Secrétaire d'État chargé des Relations avec le Parlement
Porte-parole du gouvernement
  Christophe Castaner REM Deuxième circonscription des Alpes-de-Haute-Provence
Député depuis 2012.
44,04 % 61,57 % Élu au 2d tour [r 5]
Secrétaire d'État chargé du Numérique   Mounir Mahjoubi REM Seizième circonscription de Paris
Première candidature dans cette circonscription.
38,08 % 51,18 % Élu au 2d tour [r 6]

Notes et référencesModifier

  1. « Les ministres battus aux législatives devront démissionner de leur poste », sur www.europe1.fr, Europe 1, (consulté le 17 mai 2017).
  2. « La République en marche n'investit aucun candidat dans 56 circonscriptions », sur www.courrier-picard.fr, Le Courrier picard, (consulté le 18 mai 2017).
  3. « Législatives : Bruno Le Maire aura un candidat LR face à lui dans l'Eure, annonce Bernard Accoyer », sur www.francetvinfo.fr, France TV Info, (consulté le 18 mai 2017).
  4. « Affaire Ferrand : le Parquet national financier n'ouvre pas d'enquête », lepoint.fr,‎ (lire en ligne, consulté le 24 mai 2017).
  5. « Assistant parlementaire: l'étrange défense du cabinet de Richard Ferrand », sur lexpress.fr, (consulté le 24 mai 2017).
  6. « Richard Ferrand fragilisé par un montage immobilier impliquant sa compagne », sur www.bfmtv.com, BFM TV (consulté le 24 mai 2017).
  7. « Édouard Philippe : l'élection législative sera "le juge de paix" pour Richard Ferrand », sur www.europe1.fr, Europe 1 (consulté le 26 mai 2017).
  8. a et b « Richard Ferrand. Le parquet de Brest ouvre une enquête préliminaire », sur www.ouest-france.fr, Ouest-France, (consulté le 4 juin 2017).
  9. Jean-Michel Décugis et Eric Pelletier, « Assistants parlementaires : Marielle de Sarnez visée par une enquête », sur www.leparisien.fr, Le Parisien, (consulté le 31 mai 2017).
  10. « Macron déplace Ferrand du gouvernement à l'Assemblée », sur fr.reuters.com, Reuters, (consulté le 19 juin 2017).
  11. « Le Maire: "Les Républicains ont fait le choix de m’exclure de notre parti. Chacun jugera" », sur Le Huffington Post (consulté le 19 mai 2017).
Résultats officiels sur le site de ministère de l'Intérieur

Articles connexesModifier