Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Matière première

(Redirigé depuis Matières premières)
Entrepôt de matières premières (granulés plastiques, charges…) dans l'industrie des plastiques

Une matière première est une matière à l'état brut (matière extraite de la nature : notion de ressource naturelle), ou, après collecte, ayant subi une première transformation sur le lieu d'exploitation pour la rendre propre à l'échange international, utilisé dans la transformation de matériels finis ou comme source d'énergie. Pour les matières destinées à l'alimentation, on parle plutôt de produit agricole vivrier et de produit de la chasse et de la pêche.

L'Organisation des Nations unies utilise le terme global de « produit de base » défini officiellement par la charte de La Havane en 1948 comme « tout produit de l'agriculture, des forêts, de la pêche et tout minéral, que ce produit soit sous une forme naturelle ou qu'il ait subi la transformation qu'exige communément la vente en quantités importantes sur le marché international »[1].

Le monde anglo-saxon emploie parfois le terme de commodity, commodité qui s'attache moins que la notion de matière première à un stade de transformation mais à une situation de marché et englobe des biens immatériels tels que l'électricité (en tant que « fourniture »), des prestations de services.

Exemples : pétrole, produits agricoles (blé, riz, maïs), gaz naturel, minerais et métaux, sable (pour le bâtiment, le verre ou le silicium pour circuit intégré), potasse, caoutchouc, etc.

Les matières premières demandent généralement un premier traitement ou affinage (passer du minerai au métal, ou de la betterave - ou de la canne à sucre - au sucre, par exemple) et sont considérées comme des consommations intermédiaires dans les processus de production.

Les échanges de matières premières représentaient environ un tiers du volume du commerce mondial en 2011[2]. Les matières premières peuvent être négociées de gré à gré, à travers des courtiers en ligne.

Sommaire

Le cours des matières premièresModifier

Les marchés des matières premières sont généralement volatils, du fait des rapports offre/demande qui fluctuent, des situations météorologiques, géographiques ou géopolitiques qui influent sur leurs cours.

Certaines bourses mondiales (Londres, Chicago ... ) vont coter les principales matières premières (métaux au LME, céréales au CBOT ...). Les autres sont soumis au marché de gré à gré. Il est de ce fait difficile d'obtenir des cours sur des matières premières où les marchés sont plus restreints.

Les matières premières stratégiquesModifier

Certaines matières premières « de base », des métaux et terres rares et souvent précieux, mais indispensables à l'agriculture, l'industrie, la défense, la médecine, l'informatique, la construction, la transition énergétique et écologique, etc. sont dits stratégiques[3],[4].

La croissance démographique et économique, ainsi que le besoin de réduire les émissions de gaz à effet de serre, de produire une énergie bas-carbone et de pouvoir mieux stocker l'électricité impliquent une hausse de leur utilisation (et parfois des prix). L'extraction de ces ressource mal partagées dans le monde est parfois source de conflits géopolitiques et de fortes consommations d’énergie. Les alternatives, outre une décroissance soutenable sont notamment le développement de technologies low-tech, de subsitution et/ou biosinspirées, ainsi qu'un meilleur recyclage et l'exploitation des déchets et anciennes décharges (économie circulaire).

Ce secteur évolue très vite : lors du passage du XXème au début du XXIème siècle, la production des métaux de base double en 15 ans, avec des taux de croissance pouvant atteindre 10 %/an pour quelques métaux « technologiques ». L'un des enjeux de la transition énergétique sera le découplage entre la consommation d'énergie et de matière rares et toxiques ou écotoxiques et le recyclage des matériaux précieux. L’accès aux ressources restera un enjeu géopolitiques, social et environnemental.

Les matières premières dans l'Union européenne et du CanadaModifier

La Commission européenne a lancé une initiative Matières Premières en 2008.

Elle se préoccupe notamment :

  • des aspects internationaux [1] ;
  • de l'approvisionnement durable dans l'Union européenne [2] ;
  • du recyclage et de l'utilisation efficace des ressources [3] ;
  • du partenariat d'innovation européen [4] (en anglais) ;
  • des matières premières critiques [5].

Cette initiative recueille les faits et chiffres ([6]), et a organisé une consultation publique de juin à septembre 2010 ([7]).

Les matières premières en AfriqueModifier

L'Afrique dispose de 30% des réserves mondiales des matières premières minérales non énergétiques mais cette richesse a paradoxalement un impact souvent négatif sur la croissance des pays africains. Ce phénomène, appelé « syndrome hollandais » ou « maladie hollandaise » ou encore la « malédiction des matières premières » s'explique lorsque l'économie de ces pays repose essentiellement sur cette exportation et en raison de leur gouvernance[5]. Un des exemples les plus flagrants est la République démocratique du Congo qualifiée de « scandale géologique » tant elle est riche en matières premières, minières notamment et que l'essentiel de la deuxième guerre du Congo s'est focalisée sur le contrôle de ces ressources naturelles[6].

Histoire des matières premièresModifier

Article détaillé : Histoire des matières premières.

L'histoire des matières premières remonte à la préhistoire, les hommes apprenant alors à utiliser des métaux et les travailler, activité qui a laissé de nombreuses traces archéologiques et à cueillir des produits agricoles. L'Antiquité a permis le développement de ces activités, tout comme la Révolution industrielle qui a fait ses débuts au XVIIIème siècle en Angleterre. L'âge d'or des matières premières sera la XXème siècle, grâce à l'accélération de la production industrielle puis à son extension aux cinq continents.

Notes et référencesModifier

  1. Christophe Degryse, L'économie en 100 et quelques mots d'actualité, De Boeck, , p. 140
  2. « Les négociants moins fragiles que les banques », sur Agefi,
  3. Collège de France (2014), Ressources minérales et développement durable : des mutations pour préparer l'avenir, Georges Calas ; Symposium (vidéo
  4. Flor Diaz Pulido (2015) Conférence Matières premières : la politiques européenne ; Commission européenne, Belgique 04 juin 2015 Colloque
  5. Bernard Tchibambelela, Le commerce mondial de la faim : stratégie de rupture positive au Congo-Brazzaville, Éditions L'Harmattan, , p. 183
  6. Pascal Boniface, La géopolitique : Les relations internationales, Éditions Eyrolles et tout le monde s'en fou,

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Bastien Alex et Sylvie Matelly (dir.), Matières premières et relations internationales, IRIS, Armand Colin, 2011, 191 p. (ISBN 978-2200-92730-1) (dossier de La revue internationale et stratégique, hiver 2011, no 84, p. 51-131
  • Jean-Pierre Boris, Commerce inéquitable, Hachette, 2005
  • Charles-Alexandre Houillon, Matières premières et énergie : guide pratique, A. Franel, Paris, 2013, 188 p. (ISBN 978-2896033-86-7)
  • Bernadette Mérenne-Schoumaker, Atlas mondial des matières premières : des ressources stratégiques, Autrement, Paris, 2013, 96 p. (ISBN 978-2-7467-3447-0)
  • Philippe Chalmin, Rapport annuel Cyclope (Cycles et orientations des produits et des échanges)

Articles connexesModifier

Liens externesModifier