Ouvrir le menu principal
L'hôtel des Rohan encore nommé hospice de Soubise, devenu depuis mairie de la commune.

La seigneurie de Soubise en Charente-Maritime fut érigée par lettres patentes (non enregistrées)[1] de Louis XIV datées de mars 1667 en principauté de Soubise en faveur de François de Rohan (1630-1712)[2].

« En érigeant en principauté la baronnie de Soubise, le roi en quelque sorte « baptise» cette branche cadette des Rohan dont il veut favoriser et accélérer l'ascension »[3].

Mais cette érection de la terre de Soubise en « principauté » par le pouvoir royal se fit sans aucun droit particulier ni juridiction spéciale[4]. Dans les lettres patentes, on emploie les formules semblables à celles des créations de marquisats, comtés et baronnies : rien de commun avec les duchés. « Nous érigeons en titre de principauté la terre et la baronnie de Soubize, dont le seigneur de Rohan porte le nom, qui est l'une des quatre baronnies de Xaintonge. »[4].

Cette branche de la famille de Rohan qui porta le titre de prince de Soubise fut connue sous le nom de Rohan-Soubise s'éteignit en 1787.

La seigneurie de SoubiseModifier

La seigneurie de Soubise relevait au départ de la châtellenie de Châtelaillon et donc sans doute des familles châtelaines entremêlées de Châtelaillon et de Rochefort. On la retrouve ensuite aux mains de la Maison de Lusignan[5],[6], puis dans la famille de Parthenay-Larchevêque (Valence de Lusignan, nièce de Geoffroy II de Lusignan à la Grand'Dent, ayant épousé en 1247 Hugues II de Parthenay)[7],[8], avant de passer en 1575 à la famille de Rohan par le mariage de Catherine de Parthenay avec René II de Rohan. Le second fils de ce mariage, Benjamin de Rohan, duc de Frontenay et seigneur de Soubise fut connu sous le titre de baron de Soubise[9]. À sa mort en 1642, la seigneurie de Soubise passa à sa nièce la duchesse de Rohan, qui la lègua à sa fille Anne de Rohan-Chabot, épouse de son cousin François de Rohan.

La principauté de SoubiseModifier

La famille de Rohan, de par sa proximité avec la famille royale de Navarre et la famille ducale de Bretagne, entretint au XVIIe siècle des prétentions au statut princier. Selon Saint-Simon, c'est pour plaire à Anne de Rohan-Chabot, épouse de François de Rohan, que Louis XIV aurait créé la principauté en 1667. Il s'agit sans doute d'une partie de l'ascension sociale de la famille de Rohan, qui se voit reconnaître à la même époque le statut de prince étranger dans la perspective de donner de manière rétrospective un lustre à leur ancêtres communs avec la famille royale[10]. Les descendants du couple sont connus dès lors comme Rohan-Soubise. Leur fils Hercule Mériadec de Rohan-Soubise est créé duc de Rohan-Rohan en 1714[11] ; le titre de prince de Soubise devenant celui de l'héritier du duc. La dernière descendante des Rohan-Soubise épousa en 1761 Henri Louis Marie de Rohan, prince de Rohan-Guéméné.

La branches des princes de Rohan-Soubise s'est éteinte en 1787[12].

Liste des princes de SoubiseModifier

  1. François de Rohan (1630 † -1712), comte de Rochefort, époux en secondes noces d'Anne de Rohan-Chabot (1648-1709) dame de Soubise qui lui apporte la terre de Soubise. 1er prince de Soubise (1667), lieutenant général des armées du roi gouverneur de Champagne, de Berry et de Brie
  2. Hercule Mériadec de Rohan (1669 † 1749), 1er duc de Rohan-Rohan et pair de France, 2e prince de Soubise, prince de Maubuisson, comte de La Voulte, de Tournon, d'Albon et de Saint-Gérand-de-Vaux, marquis d'Annonay, baron de Longuèze, seigneur de Serrières, mariée avec Anne Geneviève de Lévis (1673 † 1727), fille de Louis-Charles de Lévis, duc de Ventadour et de Charlotte de La Mothe-Houdancourt (1654 † 1744), dont :
  3. Jules de Rohan (16971724), 3e prince de Soubise, capitaine-lieutenant des gendarmes de la garde du roi, marié avec Anne-Julie-Adélaïde de Melun (169818 mai 1724), dont :
  4. Charles de Rohan (17151787), duc de Ventadour et pair de France (1717), prince de Maubuisson, 4e et dernier prince de Soubise, prince d'Épinoy (1724-1739 puis 1742-1787), marquis de Roubaix, comte de Saint-Pol, 2e duc de Rohan-Rohan et pair de France (1749), capitaine-lieutenant des Gendarmes de la garde du roi, Maréchal de France, Ministre d'État, pair et maréchal de France, premier « Ber » et connétable héréditaire de Flandres, sénéchal de Hainaut.

Notes et référencesModifier

  1. Bulletin de la Société héraldique etʹgenéalogique de France, (lire en ligne), p. 275.
  2. Annuaire de la noblesse de France 1896, (lire en ligne), p. 186.
  3. Philippe Béchu, Christian Taillard, Les hôtels de Soubise et de Rohan-Strasbourg, (lire en ligne), p. 59.
  4. a et b vicomte Georges Avenel, Le roi et la constitution. La noblesse et sa décadence, E. Plon, Nourrit et cie, , 350 p. (lire en ligne).
  5. « Lusignan, p. 3, 4 et 12 », sur Racines&Histoire
  6. Geoffroi II à la Grand-Dent de Lusignan, seigneur de Vouvant, Mervent, Moncontour et Soubise, † vers 1246/1248, fils de Geoffroi Ier et petit-fils d'Hugues VIII, ainsi que son demi-frère cadet Guillaume II de Valence (père de l'héritière de ces seigneuries, Valence de Lusignan, qui les transmit à son époux Hugues II de Parthenay, † en 1271), étaient proches parents des Mauléon par leurs mariages. Or les Mauléon descendaient en lignée féminine des Rochefort et des Châtelaillon : ne peut-on pas voir là l'origine de la transmission de Soubise vers les Lusignan puis les Parthenay ?
  7. « L'Archevêque de Parthenay, p. 6, 7, et 10-12 », sur Racines&Histoire
  8. Guy Ier de Parthenay-Soubise , issu du deuxième lit de Guillaume VI de Parthenay avec Marguerite de Thouars, obtient vers 1327 Soubise, Taillebourg et Mouchamps (siège du château de Parc-Soubise) - Il épouse 1° Guyonne/Alix fille d'André de Laval-Loué, d'où : Jean (x 1348 Assalide fille de Renaud IV de Pons) et Isabeau dame d'Aspremont (x Louis Ier vicomte de Rochechouart) ; puis 2° Jeanne de Chaumont d'Amboise, d'où : Marguerite (x Geoffroy Brideau de Châteaubriant, 1304-66, seigneur du Lion-d'Angers et des Roches-Baritaut), Jeanne (x Jehan Chaudrier de Nieul, maire de La Rochelle : ils sont des ancêtres de la mère de Ronsard, Jeanne Chaudrier), et Louis Ier de Parthenay-Soubise - Louis Ier épouse 1° 1375 Aliénor fille de Robert de Matha, d'où Jean Ier, † 1425, et Louis II de Soubise, † vers 1420/1435 ; puis 2° vers 1378 Jeanne de Beaumont-Bressuire, d'où : Pernelle de Taillebourg (x Jean II de Mortimer de Couhé) et Guy/Guyon II de Parthenay-Soubise, † vers 1439/1444 - Guy II marie en 1416 Louise du Plantis, d'où Jean II et Bertrand sires de Soubise, Françoise (x Jean Poussard), et Louis III/Jean de Parthenay, sire de Soubise en 1461, x 1481 Jeanne fille de François II de Montberon vicomte d'Aunay - Louis III et Jeanne de Montbron sont parents de Bertrand (dont la fille Françoise x 1515 François de Volvire d'Aunac), et de Jean III de Soubise, † vers 1506, x 1481 Marie, fille de Jean II d'Etampes de La Ferté-Nabert et Marie de Rochechouart-Mortemart - Jean III est le père d'Anne de Parthenay (première femme d'Antoine de Pons : deux ardents calvinistes, parents d'Anne de Pons mariée à François Martel de Lindebeuf, † injustement supplicié en 1568, d'où la succession de Marennes et Oléron à leur fils Isaac et leur petit-fils Gédéon Martel) et de Jean IV de Soubise, † 1412 - Jean IV épouse en 1507 Michelle du Fresne de Saubonne, d'où Jean V (né posthume en 1512, † 1566), x 1553 Antoinette/Henriette (vers 1530-1580 ; fille de François II Bouchard d'Aubeterre) : ils sont les parents de Catherine de Parthenay qui transmet Soubise à son deuxième époux René II vicomte de Rohan (1550-1586 ; marié en 1575).
  9. Christophe Levantal, Ducs et pairs et duchés-pairies laïques à l'époque moderne (1519-1790), Paris, Maisoneuve et Larose, 1996, pp. 608-609.
  10. Guy Antonneti, « Les Princes étrangers »; Jean-Yves Bardet et al. dir., État et société en France aux XVIIe et XVIIIe siècles. Mélanges offerts à Yves Durand, Paris, Publications de l'université Paris-Sorbonne, p. 51.
  11. Levantal, op. cit., p. 884.
  12. André Borel d'Hauterive, Annuaire de la noblesse de France et d'Europe, (lire en ligne), p. 152.