Ouvrir le menu principal

Liste des seigneurs, comtes, puis princes d'Épinoy

page de liste de Wikipédia
(Redirigé depuis Prince d'Épinoy)

Épinoy (aujourd’hui le nom d’un quartier de la ville de Carvin, comme l'est aussi Beaussart) était une châtellenie en Flandre française et une ancienne principauté du Comté de Flandre[1]. D'abord possession des barons d'Antoing, elle appartenait depuis 1327 à la maison de Melun[2].

François de Melun, connétable et premier pair de Flandres, fut fait comte d'Épinoy le 28 novembre 1514. Le comte était passé au service de son suzerain, le comte de Flandre et futur empereur Charles Quint. Le fils du comte, Hugues fut créé prince d'Épinoy et du Saint-Empire en 1545 par le même devenu empereur germanique.

Louis II de Melun, prince d'Épinoy, fut fait duc et pair de Joyeuse en 1714. À sa mort en 1724, la principauté passa au fils de sa sœur Anne-Julie-Adélaïde de Melun, Charles de Rohan, prince de Soubise, duc de Rohan-Rohan en 1749.

Parallèlement, on voit, dès le XVIIe siècle[3] et le mariage Anne-Marie de Melun ( † vers 1634), marquise de Roubaix, dame d'Antoing et de Cisoing et Lamoral Ier (15631624), comte puis 1er prince de Ligne, les Princes de la Maison de Ligne, porter le titre de prince d'AmbliseCrespin, Vicq, Quarouble, Quiévrechain) et d'Épinoy.

« Par décision rétroactive d'Albert Ier, roi des Belges, du 31 mai 1923 :

Seigneurs d'ÉpinoyModifier

Les recherches d'un historien local de Carvin, Henri Couvreur, ont permis de repérer dès la fin du XIe siècle l'existence du plus ancien seigneur d'Épinoy, Alard "de spineto" baron des comtes de Flandres. Son fils ayant contracté alliance avec la famille d'Antoing près de Tournai deviendra seigneur d'Antoing. La seigneurie d'Épinoy-Antoing passera en 1327 à la famille de Melun quand Jean de Melun, par ailleurs grand chambellan de France, épousera en 2° noces vers 1327 Ysabeau fille héritière d'Hugues V d'Antoing.

Famille d'AntoingModifier

 
Armes de la famille d'Antoing : De gueules, au lion d'argent. Cri : BURI [5]!

On trouve dès le XIIe siècle un Hugues Ier d'Antoing[6],[7] (11401199), seigneur d'Épinoy. Les d'Antoing sont aussi prévôts de Douai depuis la mère d'Hugues II (~1204-1261/1270), Ida de Douai.

Sa descendante, Isabelle d'Antoing (vers 13006 décembre 1354), dame d'Antoing, d'Épinoy, de Sottegem, châtelaine de Gand, déjà veuve de 1° Henri de Louvain († vers 1324 sans postérité), seigneur de Gaesbeek issu de la Maison de Brabant (cf. Henri Ier), puis 2° de Alfonso de la Cerda (es) seigneur de Lunel (fils d'Alphonse ; d'où le connétable Charles) (vers 12891327), épouse 3° en 1327, Jean Ier (vers 12901359), vicomte de Melun, seigneur de Montreuil-Bellay et seigneur de Tancarville (avec sa première épouse Jeanne de Tancarville), Grand chambellan de France (1318), chambellan de Normandie. Ensemble, ils eurent :

Maison de MelunModifier

Comtes d'Épinoy (1514)Modifier

Princes d'Épinoy (1545)Modifier

Maison de MelunModifier

 
Armes de la maison de Melun : D'azur à sept besants d'or, 3, 3 et 1, au chef du même.

Un héritage disputéModifier

Lors de la coalition de la noblesse des provinces à majorité protestantes des Pays-Bas espagnols contre la politique du roi d'Espagne, Philippe II, Pierre de Melun fut un des opposants les plus décidés de la noblesse. En vain le roi voulut le faire passer dans les rangs des royalistes, il resta attaché à ses convictions politiques. Ses biens furent en conséquence confisqués pour cause de félonie en 1577[20].

Le roi d'Espagne (Philippe II) manda au duc de Parme (Alexandre Farnèse) de féliciter en son nom Robert de Melun, marquis de Roubaix, de sa victoire sur François de La Noue, promettant de se souvenir en temps utile de son zèle et du service signalé qu'il venait de rendre à la cause d'Espagne[21]. En effet, quelques années plus tard, le roi, « pour honorer et récompenser le marquis, lui fit don général, sans en rien excepter, de tous les biens, fiefs, terres et seigneuries qui avaient appartenu à Pierre de Melun, son frère, cy-devant prince d'Épinoy, qui les avaient fourfaict au moyen de ses félonies, port d'armes, rébellion et crime de Lèze-Majesté[22]. »

Philippe II d'Espagne avait ordonné que les biens de Robert de Melun passeraient à ses sœurs, à l'exclusion de Pierre de Melun, prince d'Épinoy qui s'était réfugié en France et contre lequel le monarque restait toujours implacable. L'aînée, - Hélène de Melun, comtesse de Berlaimont, mourut sans postérité ; sa sœur - Anne-Marie, épouse de Lamoral Ier, prince de Ligne, devint alors seule propriétaire des biens de la maison de Melun, et à la mort de sa mère, en 1593, elle fut également mise en possession, par la protection de l'Espagne, de tous les biens de la maison de Werchin, quoiqu'ils eussent été légués par Yolente de Werchin à son fils exilé[24]. C'est ainsi que la seigneurie de Roubaix passa entre les mains des princes de la maison de Ligne.

À la mort de Pierre de Melun, ses enfants revendiquèrent, dans les Pays-Bas espagnols, les biens de leur père. Le roi de France (Henri IV) intervint auprès des archiducs Albert et Isabelle en leur faveur pendant l'année 1602. Les parties firent un accord qui fut approuvé par les souverains le 16 août de la même année. Grâces à l'intervention du roi de France, l'archiduc proposa une transaction entre les deux familles, qui rendit à Guillaume III de Melun, resté seul héritier de son père, une partie des biens paternels et laissa ainsi la seigneurie de Roubaix à la princesse de Ligne.

On trouve aussi

Maison de Rohan-SoubiseModifier

Princes d'Amblise et d'Épinoy de la maison de LigneModifier

Anne-Marie de Melun ( † vers 1634), marquise de Roubaix, dame d'Antoing et de Cisoing, fille de Hugues II de Melun (152013 août 1553), 2e comte puis 1er prince d'Épinoy et du Saint-Empire (1545), épouse, le 1er février 1584, avec Lamoral Ier (15631624), comte puis 1er prince de Ligne et du Saint-Empire.

Articles connexesModifier

SourcesModifier

Sté de recherches historique de Carvin. Henri Couvreur

  • (en) « www.heraldica.org », The Rank/Title of Prince in France (consulté le 16 novembre 2010) ;
  • « roglo.eu », d'Epinoy (consulté le 16 novembre 2010) ;
  • « www.heraldique-europeenne.org », Maison de Ligne (consulté le 17 novembre 2010) ;
  • François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse, contenant les généalogies, l'histoire & la chronologie des familles nobles de la France, l'explication de leurs armes, & l'état des grandes terres du royaume : On a joint le tableau généalogique, historique, des maisons souveraines de l'Europe, & une notice des familles étrangères, les plus anciennes, les plus nobles, & plus illustrés, vol. 10, Chez la veuve Duchesne, (lire en ligne) ;

Notes et référencesModifier

  1. http://fr.wikisource.org/w/index.php?title=Page:Dictionnaire_de_Tr%C3%A9voux,_1771,_IV.djvu/190&action=edit&redlink=1 Dictionnaire de Trévoux, tome, pages 181-182
  2. a et b « Vicomtes de Melun, p. 7-8 et 10 à 16 », sur Racines & Histoire
  3. « www.heraldique-europeenne.org », Maison de Ligne (consulté le 17 novembre 2010)
  4. « roglo.eu », Eugène de Ligne (consulté le 18 novembre 2010)
  5. Johannes Baptist Rietstap, Armorial général : contenant la description des armoiries des familles nobles et patriciennes de l'Europe : précédé d'un dictionnaire des termes du blason, G.B. van Goor, , 1171 p. (lire en ligne), et ses Compléments sur www.euraldic.com
  6. « roglo.eu », Hugues d'Antoing (consulté le 17 novembre 2010)
  7. « Seigneurs d'Antoing, notamment p. 7-8 pour l'alliance avec les Melun », sur Racines & Histoire
  8. « Wavrin, notamment p. 32-33 », sur Racines & Histoire
  9. « Mauvoisin, p. 8 », sur Racines & Histoire
  10. Ces deux Boubers peuvent se défendre et sont peut-être bien tous les deux en jeu, leurs blasons reprennent d'ailleurs les trois écussons de gueules (rouges) des d'Abbeville. Les fiefs transmis par Jeanne d'Abbeville se répartissent au nord (Ponthieu) et au sud (Vimeu) de la Somme et d'Abbeville. Cela dit, le site indexé Racines & Histoire, p. 11, indique que Charles de Melun deuxième prince d'Epinoy vend le 3 décembre 1585 le fief de Valines détaché de la seigneurie de Boubers : or Valines est un peu au sud de Boubers-en-Vimeu.
  11. « Boubers-sur-Canche », sur L'Armorial des villes et villages de France
  12. « Boubers-1, p. 9 », sur Racines & Histoire
  13. « Boubers-2 », sur Racines & Histoire
  14. « Boubers-3, p. 4 », sur Racines & Histoire
  15. « Famille Rollin, p. 5 », sur Racines & Histoire
  16. « Barbençon, p.8 », sur Racines & Histoire
  17. Floris (Florent) (4 avril 1550 - château de Berlaymont1620), comte de Berlaymont, 4e comte de Lalaing, baron des Hierges, de Lens, de Beauraing, de Waurin et de Montigny, seigneur de Haultepenne et de Floyon, gouverneur d'Artois et de Namur (1599) puis succède (20 juillet 1604), à Peter Ernst II von Mansfeld, comme gouverneur et capitaine général du duché de Luxembourg et du comté de Chiny, chevalier Grand doyen de l'ordre de la Toison d'or, grand d'Espagne.
  18. « roglo.eu », Charles de Melun (consulté le 17 novembre 2010)
  19. « gw1.geneanet.org », Charles de Melun (consulté le 29 mars 2011)
  20. Charles Piot, Académie royale des sciences, des lettres et des beaux-arts de Belgique,  « Melun (Pierre de) », Académie royale de Belgique, Biographie nationale, vol. 14, Bruxelles, [détail des éditions], p. 338
  21. Strada, 2e décade, livre II.
  22. Miscellanea. Manuscrit de la Bibliothèque de Lille, pièce 24, page 333
  23. Théodore Leuridan, Histoire des seigneurs et de la seigneurie de Roubaix, Quarré, (lire en ligne)
  24. Notice sur l'hôtel Soubise à Lille, par le vicomte de Melun.
  25. « gw1.geneanet.org », Ambroise de Melun (consulté le 25 mars 2011)
  26. « roglo.eu », Ambroise de Melun (consulté le 17 novembre 2010)
  27. « www.heraldique-europeenne.org », Duché de Joyeuse (consulté le 17 novembre 2010)
  28. François-Alexandre Aubert de La Chesnaye des Bois, Dictionnaire de la noblesse : contenant les généalogies, l'histoire et la chronologie des familles nobles de France, vol. 10, Vve Duchesne, , 2e éd. (lire en ligne)
  29. Louis Moréri, Le Grand dictionnaire historique : ou le Mélange curieux de l'histoire sacrée et profane, Chez les libraires associés, (lire en ligne)
  30. Florent de Ligne achète à Claude d'Anglure Amblise en 1613 : Un des premiers actes de Claude d'Anglure en ce qui concerne l'administration de ses terres a été de vendre la Principauté d'Amblise, provenant de sa grand-mère Antoinette d'Aspremont et dont il ne pouvait porter le titre : par contrat passé à Bruxelles le 10 octobre 1613, Florent de Ligne, marquis de Roubaix et prince du Saint-Empire se porte acquéreur de cette importante seigneurie située dans le Hainaut, donc relativement éloignée de Bourlémont.
    Source 
    Georges Poull, Le Château et les Seigneurs de Bourlémont, t. 2, P. 81 et 76
  31. « roglo.eu », Ernest de Ligne (consulté le 18 novembre 2010)