Ouvrir le menu principal

Prades-d'Aubrac

commune française du département de l'Aveyron
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Prades.

Prades-d'Aubrac
Prades-d'Aubrac
Vue de la commune de Prades-d'Aubrac
Blason de Prades-d'Aubrac
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Lot et Palanges
Intercommunalité Communauté de communes Des Causses à l'Aubrac
Maire
Mandat
Roger Auguy
2014-2020
Code postal 12470
Code commune 12187
Démographie
Gentilé Pradelain(e)
Population
municipale
398 hab. (2016 en diminution de 4,33 % par rapport à 2011)
Densité 8,5 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 04″ nord, 2° 56′ 21″ est
Altitude Min. 405 m
Max. 1 385 m
Superficie 46,64 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Prades-d'Aubrac

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Prades-d'Aubrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Prades-d'Aubrac

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Prades-d'Aubrac
Liens
Site web pradesdaubrac.fr

Prades-d'Aubrac (Prados d'Aubrac en occitan) est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Pradelains.

GéographieModifier

LocalisationModifier

La commune est située dans le nord-est du département de l'Aveyron. Elle est limitrophe de la Lozère et proche du Cantal.

Communes limitrophesModifier

Géologie et reliefModifier

La commune est située dans le Massif central sur le plateau central de l'Aubrac aveyronnais classé en zone Natura 2000[2],[3].

Le sous-sol sur le territoire de la commune est composé principalement de schiste, de basalte, et parfois de calcaire[réf. nécessaire].

HydrographieModifier

Le territoire de la commune est délimité à l'ouest par le ruisseau des Mousseaux, et à l'est par le Merdanson, tous deux affluents du Lot. Il se termine au nord sur le plateau de l'Aubrac, et au sud par le Lot.

AgricultureModifier

L'activité principale de la commune est l'élevage de bovins, principalement de la race Aubrac (21 établissements agricoles sur le territoire de la commune en 2014[4]).

RandonnéeModifier

Deux circuits de petite randonnée (PR) sur la commune : Les Treize Vents (11 km, départ du parking de la station de Brameloup) et Le Vieux Chemin (18 km, départ à la sortie de Prades d'Aubrac).

Deux circuits à Prades (non balisés) : "Circuit des Crêtes - La Borie" (6 km) et "Circuit des Cousteilles et du ruisseau du Serre" (4 km).

Deux circuits à Brameloup : "Les sentiers de Dédé" (8 et 5 km).

Fiches disponibles en mairie et l'été à l'exposition de photos.

ToponymieModifier

HistoireModifier

HéraldiqueModifier

Les armes de la commune de Prades-d'Aubrac se blasonnent ainsi :
D’azur aux deux bourdons de pèlerin d’argent passés en sautoir, cantonnés en chef d’une croisettes de Malte du même et aux flancs et en pointe de trois coquilles d’or.

Moyen ÂgeModifier

Au XIIe siècle, la paroisse de St Laurent de Prades d'Aubrac dépend de la Dômerie d'Aubrac, ainsi que la grange de La Salle[5].

En 1355, Jean, comte d'Armagnac, permet à Frère Pierre Allo, dom d'Aubrac, « de se servir des forts de Prades, d'y réfugier ses effets et de les faire garder par ses hommes »[6].

En 1385, le château de La Salle sert de refuge aux habitants, lors des pillages commis par des compagnies anglaises[7].

Époque moderneModifier

Trois foires annuelles sont établies à Prades en 1533 par François Ier (Al Canton St Geniez d'Olt).

En 1771[8], les habitants de Prades d'Aubrac sont paysans, artisans, tisserands, fileurs de laine et journaliers. Outre l'élevage de bovins, on cultive du froment, du seigle, de l'orge, et du sarrasin.

La période troublée de la Révolution est l'occasion de plusieurs délits commis par des brigands dans la commune entre 1793 et 1796 et de l'assassinat du notaire Jacques Galdemar en 1796[9].

Époque contemporaineModifier

Une enquête agricole de 1892[10] confirme la culture de céréales, ainsi que de fèves, haricots, pois, lentilles, pommes de terre, et betteraves fourragères. La commune comprend également de nombreuses châtaigneraies (70 hectares), des pommiers, des pruniers, des cerisiers ainsi que des noyers.

À la fin du XIXe siècle, comme dans d'autres communes de l'Aubrac, des habitants de Prades d'Aubrac émigrent à Paris. Quelques familles émigrent en Argentine, notamment dans la région de Cordoba et à Pigüé[11].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1967 2001 Marcel Girbal    
2001 2014 Francis Auguy    
2014 En cours Roger Auguy SE  
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[12]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2008[13].

En 2016, la commune comptait 398 habitants[Note 1], en diminution de 4,33 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1841 1846 1851 1856 1861 1866 1872
7976541 5121 5491 6041 4601 4181 7131 640
1876 1881 1886 1891 1896 1901 1906 1911 1921
1 7011 8021 8071 7651 6591 5421 5361 4831 312
1926 1931 1936 1946 1954 1962 1968 1975 1982
1 1821 2361 2951 131926811692557511
1990 1999 2006 2007 2008 2013 2016 - -
438402415417419426398--
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[14] puis Insee à partir de 2006[15].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Manifestation culturellesModifier

Expo photos, couture et art floral (juillet-août - ancienne épicerie place St Laurent

Fête de la Saint Laurent (week-end le plus proche du 10 août)

Lieux et monumentsModifier

Église Saint-LaurentModifier

Article détaillé : Église Saint-Laurent.

  Classé MH (1929)[16]

Elle fut construite en 1540 par Antoine André, dom d'Aubrac. Une pietà se trouve au-dessus de la porte d'entrée, sous le porche.

Église des CrouzetsModifier

L'église des Crouzets date du XVIe siècle. Une belle croix en pierre sculptée sur les deux faces est visible dans le cimetière.

Église de LunetModifier

Son architecture est en partie romane, et surtout gothique.

Église de BornModifier

Elle a été construite au XIXe siècle.

Cascade de LacessatModifier

Près de la route TransAubrac, elle est à la fois sur la commune de Prades d'Aubrac et d'Aurelle-Verlac, la boralde qui l'alimente marquant la limite des deux communes.

Fontaine de BrameloupModifier

La Fontaine de Brameloup est une source qui se trouve en forêt domaniale d'Aubrac. Son eau coule à une température constante de 4°.

Station de ski de BrameloupModifier

Article détaillé : Station de ski de Brameloup.

Galerie de photosModifier

Personnalités liées à la communeModifier

  • Bienheureux François d'Estaing (1460 - 1529 ), évêque de Rodez pendant 25 ans. Il fit construire le clocher de la cathédrale et remit à l'honneur le culte de l'ange gardien. Il est né au Château de la Salle (ne se visite pas) près de Prades d'Aubrac.

BibliographieModifier

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Sent-Ginièis : Aurela-Verlac, Pèira-Ficha, Pomairòls, Pradas, Senta-Aularia / Christian-Pierre Bedel et les habitants del canton de Sent-Ginièis, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 230 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-07-6, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36653864)
  • Ernest Plagnard : Documents sur l'histoire de Prades d'Aubrac, 1960
  • Ernest Plagnard : Émigration dans la commune de Prades d'Aubrac, 1914
  • Abbé Bousquet : L'ancien hôpital d'Aubrac, 1841
  • Henri Affre : Lettres à mes neveux sur l'histoire de l'arrondissement d'Espalion, 1858

Articles connexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. Carte IGN sous Géoportail
  2. DEVN0650433A
  3. natura2000.environnement.gouv.fr
  4. « Comparateur de territoire−Commune de Prades-d'Aubrac (12187) | Insee », sur www.insee.fr (consulté le 8 juin 2017)
  5. "Les Monts d'Aubrac au Moyen Âge", sous la direction de Laurent Fau
  6. « L'ancien hôpital d'Aubrac», de l'Abbé Bousquet
  7. « Lettres à mes neveux sur l'histoire de l'arrondissement d'Espalion », de Henri Affre
  8. Enquête Mgr Champion de Cicé, évêque de Rodez
  9. « Documents sur l'Histoire de Prades-d'Aubrac » d'Ernest Plagnard
  10. Document "Émigration dans la commune de Prades d'Aubrac" d'Ernest Plagnard - 1914
  11. Registres consulaires de Nantes
  12. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  13. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  14. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  15. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  16. Notice no PA00094105, base Mérimée, ministère français de la Culture