Ouvrir le menu principal

Castelnau-de-Mandailles

commune française du département de l'Aveyron
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Castelnau et Mandailles.

Castelnau-de-Mandailles
Castelnau-de-Mandailles
Église Saint-Pierre de Mandailles.
Blason de Castelnau-de-Mandailles
Héraldique
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Occitanie
Département Aveyron
Arrondissement Rodez
Canton Lot et Palanges
Intercommunalité Communauté de communes Des Causses à l'Aubrac
Code postal 12500
Code commune 12061
Démographie
Gentilé Castelnauois, Mandaillois
Population
municipale
579 hab. (2016 en augmentation de 6,63 % par rapport à 2011)
Densité 16 hab./km2
Géographie
Coordonnées 44° 32′ 12″ nord, 2° 53′ 11″ est
Altitude Min. 360 m
Max. 949 m
Superficie 35,87 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte administrative de l'Aveyron
City locator 14.svg
Castelnau-de-Mandailles

Géolocalisation sur la carte : Aveyron

Voir sur la carte topographique de l'Aveyron
City locator 14.svg
Castelnau-de-Mandailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Castelnau-de-Mandailles

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Castelnau-de-Mandailles

Castelnau-de-Mandailles est une commune française, située dans le département de l'Aveyron en région Occitanie. Ses habitants sont appelés les Castelnauois, et les habitants de Mandailles (village de la même commune) sont appelés les Mandaillois.

GéographieModifier

GénéralitésModifier

Dans le quart nord-est du département de l'Aveyron, la commune de Castelnau-de-Mandailles s'étend sur 35,87 km2. Elle est bordée au sud sur douze kilomètres par le Lot, en grande partie dans la retenue du barrage de Castelnau-Lassouts, et au nord-ouest par son affluent la Boralde de Saint-Chély-d'Aubrac sur huit kilomètres. La commune est arrosée par un autre affluent du Lot, le ruisseau des Mousseaux.

L'altitude minimale, 360 mètres, se trouve à l'ouest, là où le Lot quitte la commune et entre sur celle de Saint-Côme-d'Olt, au nord-ouest du lieu-dit le Bouquet d'Olt. L'altitude maximale avec 949 mètres est localisée à l'extrême nord-est, en limite de la commune de Saint-Chély-d'Aubrac, à l'est du lieu-dit Foyt.

Desservi par la route départementale (RD) 557, le bourg de Castelnau-de-Mandailles est situé, en distances orthodromiques, dix kilomètres à l'est nord-est d'Espalion et dix-sept kilomètres au sud-sud-est de Laguiole. Trois kilomètres au sud, le bourg de Mandailles est desservi par la RD 141.

Le sentier de grande randonnée GR 65, la via Podiensis des chemin du pèlerinage de Saint-Jacques-de-Compostelle, traverse le territoire communal sur environ huit kilomètres, du nord-est à l'ouest.

Communes limitrophesModifier

Castelnau-de-Mandailles est limitrophe de six autres communes.

HistoireModifier

C’est sur le territoire de la commune qu’a été découverte l’une des plus anciennes traces de l’occupation humaine en Rouergue.

Au XIe siècle, les châteaux de Castelnau et de Mandailles sont édifiés. Ce sont des forteresses secondaires tenues par des petits seigneurs, vassaux des barons de Calmont.

Les sites sur lesquels sont construits les nouveaux châteaux vont rapidement attirer une population importante. Peu à peu, les deux châteaux vont structurer la région et prendre l’ascendant sur la paroisse du Cambon.

En 1781, les deux villages sont regroupés dans une seule et même paroisse sous le nom de Castelnau. Par ordonnances de 1778 et de 1781, baptêmes et enterrements sont autorisés à Castelnau.

En 1843, la commune de Mandailles fusionne avec celle de Castelnau[1]. En 1954, un décret valide le nom de Castelnau-de-Mandailles.

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
         
1977 1995 Simone Anglade DVD Conseillère générale du canton d'Espalion
1995 23 mars 2019[2] Jean Boyer DVD Agriculteur

DémographieModifier


L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[3]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[4].

En 2016, la commune comptait 579 habitants[Note 1], en augmentation de 6,63 % par rapport à 2011 (Aveyron : +1,05 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0699851 6671 8731 7411 7591 8391 9002 063
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 8871 7391 8381 8001 8541 7901 9201 8191 645
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 5601 5151 5491 3501 2761 1131 1321 046818
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
730612545527521528525542573
2016 - - - - - - - -
579--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[1] puis Insee à partir de 2006[5].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

  • Église Saint-Julien du Cambon du XIIe siècle, classée au titre des monuments historiques en 1924[6].Elle fut construite entre la fin du XIe siècle et le début du XIIe siècle par les templiers d’Espalion, et modifiée vers 1530 par Antoine Salvanh, l'architecte de la cathédrale de Rodez.
  • Église Saint-Pierre de Mandailles, dans laquelle se trouvent deux sculptures du XVIe siècle classées au titre des monuments historiques en 1928 : une statue de sainte Madeleine[7] et un groupe sculpté représentant une Vierge de Pitié[8].
  • Château de Mandailles datant du XIe siècle, époque à laquelle le village primitif de Mandailles, le donjon et le château ne faisaient qu'un au sein d'une petite fortification. Il ne subsiste désormais que quelques rares ruines éparses du village primitif, le village actuel ayant été reconstruit au-dessus. Le donjon subsiste et le château a été restauré en 1972.
  • Le château de Vennac composé d'un corps de logis rectangulaire avec une tour cylindrique sur l'une de ses façades. Un des angles des pignons porte en sa partie supérieure, une tourelle sur culot.
  • Le barrage de Castelnau-Lassouts est édifié entre les communes de Castelnau-de-Mandailles et de Lassouts.

  Cliquez sur une vignette pour l’agrandir.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Antoine Salvanh (vers 1476-vers 1554), architecte de la cathédrale de Rodez.
  • général Bonnet : Le 16 septembre 1796 Il reçoit a Mandailles la soumission des "brigands royaux" qui sévissaient alors dans les campagnes du nord Aveyron. En échange ceux ci sont amnistiés
  • Christian Peschel : accordéoniste célèbre, qui a passé son enfance à Castelnau de Mandailles, où sa mère était institutrice[9].

HéraldiqueModifier

Parti: au premier mi-parti d’argent au lion de sable, au second coupé, au I d’or à l’aigle de sable surchargée d’un écusson écartelé aux 1 et 4 d’azur à l’étoile d’or et aux 2 et 3 d’argent au maillet d’or, au II d’argent à trois chevrons de gueules accompagnés de deux quartefeuilles du même en chef ; sur le tout, d’azur à la forteresse de trois tours d’argent, ouverte, ajourée et maçonnée de sable, posée en perspective.
Blason créé par Francis Le Mercier en 1988.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • (oc + fr) Christian-Pierre Bedel, Espaliu : Bessuèjols, Lo Cairòl, Castèlnau, Sant-Cosme, Las Sots / Christian-Pierre Bedel e los estatjants del canton d'Espaliu, Rodez, Mission départementale de la culture, coll. « Al canton », , 312 p., ill., couv. ill. ; 28 cm (ISBN 2-907279-16-5, ISSN 1151-8375, notice BnF no FRBNF36678785)

Autres projetsModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier