Ouvrir le menu principal

Passavant-en-Argonne

commune française du département de la Marne
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Argonne.

Passavant-en-Argonne
Passavant-en-Argonne
Vue du village au printemps.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Canton Argonne Suippe et Vesle
Intercommunalité CC de l'Argonne Champenoise
Maire
Mandat
Patrice Geant
2014-2020
Code postal 51800
Code commune 51424
Démographie
Population
municipale
211 hab. (2016 en diminution de 2,31 % par rapport à 2011)
Densité 29 hab./km2
Géographie
Coordonnées 49° 01′ 27″ nord, 5° 00′ 19″ est
Altitude Min. 146 m
Max. 250 m
Superficie 7,24 km2
Localisation

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte administrative de la Marne
City locator 14.svg
Passavant-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : Marne

Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Passavant-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte administrative de France
City locator 14.svg
Passavant-en-Argonne

Géolocalisation sur la carte : France

Voir la carte topographique de France
City locator 14.svg
Passavant-en-Argonne
La Grande Rue
L’église de l’Exaltation de la Sainte Croix

Passavant-en-Argonne est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

ToponymieModifier

HistoireModifier

On trouvera quelques informations sur l’histoire du village dans l’article de Daniel Hochedez et Catherine Schuster : « A la découverte des sites médiévaux de l’Argonne du sud » dans la revue Horizons d’Argonne ; no 90 ; juin 2013, éditée par le Centre d’études argonnais[1]

Au cours de la Révolution française, la commune, alors nommée simplement Passavant, porta provisoirement le nom de Mont-sur-Aisne[2].

Le 25 août 1870, durant la guerre franco-allemande, eut lieu l'affaire de Passavant.
En s'avançant de Metz sur Paris, les Allemands rencontrèrent, le 25 août, à Sivry-sur-Ante, un millier de gardes mobiles du 4e bataillon de la garde nationale mobile de la Marne qui, à l'approche de l'ennemi, avaient été dirigés de Vitry-le-François sur Sainte-Menehould. Ils étaient sous le commandement de Duval, Michaud et Terquem.
Après leur avoir envoyé quelques obus une fraction de la 6e division de cavalerie prussienne les chargea, les dispersa, et les fit en grande partie prisonniers mais un grand nombre furent sabrés ou tués à coups de lance. Les Allemands ont prétendu que ces gardes mobiles avaient voulu se rendre; mais que ne sachant par quels signes conventionnels manifester ce dessein, ils s'étaient arrêtés et avaient formé le carré de leur mieux. C'est là ce qui avait été la cause de la charge inutile des cavaliers. Faits prisonniers, désarmés et emmenés en captivité, ces malheureux jeunes gens venaient de traverser le village de Passavant lorsque l'un d'eux quitta les rangs pour aller se désaltérer au ruisseau du chemin. Un soldat de l'escorte tire sur lui, et les Prussiens, se croyant attaqués, chargent impitoyablement les infortunés mobiles. Une reconnaissance de cavalerie fait feu sur eux, puis, l'infanterie cantonnée dans le village se mêle à cette attaque, et bientôt les deux côtés de la route sont jonchés de blessés et de cadavres. Les Prussiens mettent tant d'acharnement dans cette horrible mêlée, où l'on tue à bout portant des prisonniers sans armes, que ceux mêmes qui n'ont pas quitté leurs rangs ne sont point épargnés. 32 d'entre eux sont massacrés, 92 mutilés, et plusieurs vont périr misérablement et sans secours dans les champs où ils s'étaient cachés. Dix mois après cette scène sanglante, on retrouvait dans les bois de Passavant, soutenus par les grosses branches d'un chêne, les débris d'une victime que l'on put encore reconnaître; c'était un pauvre mobile qui s'était réfugié là pour éviter les coups de ses meurtriers, et qui, trop grièvement blessé, n'avait pu redescendre [3],[4].

C'est en 1907 que la commune adopta le nom de Passavant-en-Argonne[2].

C'est sur la portion de voie du TGV Est traversant cette commune que la SNCF a battu, de manière officieuse, son propre record du monde de vitesse ferroviaire en atteignant le les 553 km/h. Une tentative officielle devrait être tentée courant avril 2007.

Article détaillé : Record de vitesse sur rail.

Politique et administrationModifier

Par décret du , l'arrondissement de Sainte-Menehould est supprimée et la commune est intégrée le à l'arrondissement de Châlons-en-Champagne[5].

IntercommunalitéModifier

La commune, antérieurement membre de la communauté de communes de la Région de Sainte-Menehould, est membre, depuis le 1er janvier 2014, de la CC de l'Argonne Champenoise.

En effet, conformément au schéma départemental de coopération intercommunale de la Marne du 15 décembre 2011[6], cette communauté de communes de l'Argonne Champenoise est issue de la fusion, au 1er janvier 2014, de :

Les communes isolées de Cernay-en-Dormois, Les Charmontois, Herpont et Voilemont ont également rejoint l'Argonne Champenoise à sa création[7].

Liste des mairesModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
? ? Jean-Baptiste Collin    
Les données manquantes sont à compléter.
mars 2001 En cours
(au 4 juillet 2014)
Patrice Geant   Réélu pour le mandat 2014-2020[8],[9]

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[11].

En 2016, la commune comptait 211 habitants[Note 1], en diminution de 2,31 % par rapport à 2011 (Marne : +0,76 %, France hors Mayotte : +2,44 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
9539881 0021 0091 0671 0901 0751 0791 057
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
966986969907893864864811800
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
730670662511454378346349313
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
290251210183188188208211213
2016 - - - - - - - -
211--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[2] puis Insee à partir de 2006[12].)
Histogramme de l'évolution démographique
 

Lieux et monumentsModifier

 
Monument aux morts, sculpture pour l'hommage aux morts de 1870.
  • Maisons typiques et traditionnelles.
  • Gorges de l'Argonne.
  • Monument commémoratif du massacre des mobiles de la Marne en août 1870[13].

Personnalités liées à la communeModifier

 
Plaque commémorative du Baron Calichet

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

  • Charles Moulin, Passavant (25 août 1870) ; récit dramatique en vers, Bar-le-Duc : chez l'auteur & Vitry-le-François : Veuve Tavernier & fils, 1886 [1]

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2019, millésimée 2016, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2018, date de référence statistique : 1er janvier 2016.

RéférencesModifier

  1. centre agonnais
  2. a b et c Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  3. La guerre dans l'ouest : campagne de 1870-1871 par Louis Paul Rollin pages 9 à 11
  4. État nominatif, par affaires et par corps, des officiers tués ou blessés dans la première partie de la campagne (du 25 juillet au 29 octobre 1870) guerre de 1870-1871 par Aristide Martinien page 95
  5. Décret no 2017-453 du 29 mars 2017 portant suppression de l'arrondissement de Sainte-Menehould (département de la Marne), publié au JORF du .
  6. « Schéma départemental de coopération intercommunale de la marne » [PDF], Tout savoir sur votre SDCI, Association nationale des Pôles d'équilibre territoriaux et ruraux et des Pays (ANPP), (consulté le 19 juillet 2015), p. 2.
  7. « Arrêté préfectoral du 3 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes du canton de Ville-sur-Tourbe, de la Communauté de communes de la région de Givry- en-Argonne et de la Communauté de communes de la région de Sainte-Ménehould en y incluant les communes isolées de Cernay-en-Dormois, Les Charmontois, Herpont et Voilemont », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 bis,‎ , p. 16-24 (lire en ligne [PDF]).
  8. Liste des maires au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  9. « Liste des maires du département de la Marne » [PDF], Renouvellement des exécutifs locaux, Préfecture de la Marne, (consulté le 19 juillet 2015).
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015 et 2016.
  13. Voir : Daniel HOCHEDEZ, La guerre franco-allemande et l'occupation en Argonne (1870-1873), Revue Horizons d'Argonne, publication du Centre d'études argonnais, no 87, juin 2010, « http://centretudargonnais.org/HorizonArgonne87.pdfns »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)