Les Charmontois

commune française du département de la Marne


Les Charmontois
Les Charmontois
Charmontois l'Abbé en 1906.
Blason de Les Charmontois
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Grand Est
Département Marne
Arrondissement Châlons-en-Champagne
Intercommunalité Communauté de communes de l'Argonne Champenoise
Maire
Mandat
Dominique Patizel
2020-2026
Code postal 51330
Code commune 51132
Démographie
Population
municipale
118 hab. (2018 en diminution de 3,28 % par rapport à 2013)
Densité 8,1 hab./km2
Géographie
Coordonnées 48° 58′ 03″ nord, 4° 59′ 59″ est
Altitude Min. 148 m
Max. 181 m
Superficie 14,65 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Sainte-Menehould
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton d'Argonne Suippe et Vesle
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Grand Est
Voir sur la carte administrative du Grand Est
City locator 14.svg
Les Charmontois
Géolocalisation sur la carte : Marne
Voir sur la carte topographique de la Marne
City locator 14.svg
Les Charmontois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Les Charmontois
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Les Charmontois

Les Charmontois est une commune française, située dans le département de la Marne en région Grand Est.

GéographieModifier

 
Étang des Epinettes

Les Charmontois se situe dans l'est de la Marne, en Argonne. Le village est traversé par l'Aisne. L'ouest de la commune est occupé par le bois de Vauréal, celui des Roches et la forêt de Belval. On y trouve plusieurs étangs : l'étang La Dame, l'étang Marcelle, l'étang des Épinettes et l'étang Fourchu[1].

À quelques kilomètres se trouve la réserve naturelle régionale des étangs de Belval-en-Argonne[2].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Les Charmontois est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 1],[3],[4],[5].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Sainte-Menehould, dont elle est une commune de la couronne[Note 2]. Cette aire, qui regroupe 50 communes, est catégorisée dans les aires de moins de 50 000 habitants[6],[7].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des territoires agricoles (71,7 % en 2018), une proportion sensiblement équivalente à celle de 1990 (72,7 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : prairies (44,5 %), forêts (25 %), terres arables (23,8 %), zones agricoles hétérogènes (3,4 %), zones urbanisées (3,1 %), eaux continentales[Note 3] (0,2 %)[8].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[9].

HistoireModifier

La commune des Charmontois est née en 1946 de la fusion des communes de Charmontois-le-Roi et de Charmontois-l'Abbé'.

A la mort de l'empereur Charlemagne, le traité de partage de son Empire en 843 fit de l'Argonne à la fois une terre d'Empire et une terre du Royaume de France, les rivières Biesme et Aisne tenant lieu de frontière commune. On retrouve actuellement cette rivière Aisne comme formant la limite entre les deux anciens villages de Charmontois-le-Roi et Charmontois-l'Abbé.

Le nom de Charmontois (le-Roi) apparaît dans un texte écrit dans une charte du comte de Dampierre en 1225. Celui de Charmontois (l'Abbé) nait dans un texte écrit avec la charte d'affranchissement octroyée au mois de par l'Abbaye de Beaulieu. Cette acte faisait une distinction assez rare entre une moitié de ses habitants purement affranchie et l'autre moitié encore soumise aux redevances.

Charmontois-l'Abbé resta sous la coupe de l'abbaye de Beaulieu tandis que Charmontois-le-Roi dépendit des seigneurs successifs de Belval-en-Argonne. Le dernier fut Robert Jannel de Vauréal, "chevalier seigneur comte de Belval, seigneur de Charmontoy-le-Roy, Le Chatelier, Vauréal, Vassonnay, des Dormans, fiefs de Putefin et Jean-le-Maréchal"[10]

Durant la Révolution, pour suivre le décret de la Convention du 25 vendémiaire an II invitant les communes ayant des noms pouvant rappeler les souvenirs de la royauté, de la féodalité ou des superstitions, à les remplacer par d'autres dénominations, la commune de Charmontois-l'Abbé change de nom pour Charmontel, puis Orme-sur-Aisne[11].

Celle de Charmontois-le-Roi est rebaptisée Charmontois-sur-Aisne.

Une certaine rivalité allait se développer entre les habitants de Charmontois-le-Roi et ceux de Charmontois-l'Abbé, les règlements de compte se faisant à la limite entre les deux villages.

En , les deux villages sont incendiés lors des combats de la Bataille de France. La Libération venue, il s'agit de reconstruire. Le commissaire général à la reconstruction suggère d'envisager la fusion des deux communes. Louis Patizel, maire de Charmontois-le-Roi va faire passer cette idée dans les faits. Seuls les monuments aux morts respectifs, vestiges d'un passé douloureux, conservent les appellations anciennes[12].

Comme dans nombre de communes argonnaises, l'exode rural provoqua une baisse importante de la démographie.

Politique et administrationModifier

Par décret du , l'arrondissement de Sainte-Menehould est supprimée et la commune est intégrée le à l'arrondissement de Châlons-en-Champagne[13].

IntercommunalitéModifier

La commune, qui n'était membre d'aucune intercommunalité, a rejoint à sa création, le , la communauté de communes de l'Argonne Champenoise[14].

Liste des mairesModifier

 
Mairie des Charmontois

Cette liste débute en 1946, année de création de la commune des Charmontois, à la suite de la fusion de Charmontois-le-Roi et Charmontois-l'Abbé.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
Les données manquantes sont à compléter.
1946 1962 Louis Patizel    
1962 1977 Léon Chaudron    
1977 1995 Bernard Patizel    
1995 2008 Claude Limal    
2008[15] 2014 Luigi Forciniti    
2014 2020 François Mathieu    
2020 En cours Dominique Patizel    

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[16]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2005[17].

En 2018, la commune comptait 118 habitants[Note 4], en diminution de 3,28 % par rapport à 2013 (Marne : −0,45 %, France hors Mayotte : +1,78 %).

Évolution démographique de Charmontois-le-Roi puis Les Charmontois  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
223322294290249308318318324
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
299285270264253226211214211
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
203179196200167147156161273
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2005 2010 2015
273228194187162151142127121
2018 - - - - - - - -
118--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[18] puis Insee à partir de 2006[19].)
Histogramme de l'évolution démographique
Évolution démographique de Charmontois-l'Abbé
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846
272288271269285296305302
1851 1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886
281265254242351240208194
1891 1896 1901 1906 1911 1921 1926 1931
195209198183188146137137
1936 1946 - - - - - -
143113------

ÉconomieModifier

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Vitrail du choeur
 
Eglise des Charmontois

L’église, construite en pierre de Savonnières (Lorraine), est située sur le territoire du village de Charmontois-l’Abbé. Dédiée à la Nativité de la Vierge Marie, elle est aussi appelée Notre Dame de la Trinité. Aucune église n’a existé à Charmontois-le-Roi sauf, peut-être, un petit oratoire au lieu-dit « La Chapelle » situé à la sortie du village en allant vers Sainte-Ménehould mais cela n’a pu être prouvé…Le chœur et le transept datent du 15e siècle. Les voûtes gothiques de la nef ont été partiellement reconstruites au 19e siècle. Le clocher en pierre date de la fin du 19e siècle; il remplace l’ancien clocher en bois et contient trois cloches: les deux plus récentes ont été fondues en 1973 ; il s’agit de Françoise Augustine Marie-Anne (300kg) et Marie-Odile-Raoul (180kg). Dans la nef, les vitraux du XIXe siècle forment un bel ensemble. A noter également une Vierge en bois doré du 18e siècle   Inscrit MH (1974), un Christ en croix du 17e siècle   Inscrit MH (1974) et des fonts baptismaux en pierre du 17e siècle   Inscrit MH (1974)[20].

 
La Piéteuse
 
La Danse

La Piéteuse, croix en pierre située sur le chemin du cimetière. Elle fut érigée en 1780 par Pierre Belval et Catherine Huguet son épouse en souvenir de leur fille décédée à 21 ans d'une épidémie de dyssentrie.

La Danse. Il s'agit d'un endroit situé en forêt, près du pont de Soret, où a lieu depuis des temps immémoriaux la fête patronale de la commune. C'est une zone de pique-nique très appréciée sous des chênes centenaires.

.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Henri Patizel (1871-1960), agriculteur, maire de Charmontois-le-Roi, puis de Givry-en-Argonne, conseiller général et sénateur de la Marne. Il sera également le premier président de la chambre d'agriculture de la Marne. Ses qualités lui valent la croix de chevalier de la Légion d'Honneur le . Au Sénat, Patizel s'inscrit au groupe de la gauche démocratique. L'activité parlementaire de ce paysan fut tout entière consacrée à l'agriculture. Elu maire de Givry-en-Argonne en 1929, il démissionna en et fut réélu le de la même année. Il resta maire de Givry-en-Argonne jusqu'en 1959[21].
  • Louis Patizel (1902-1962), son fils, maire de Charmontois-le-Roi. Il fut l'artisan de la fusion des deux communes de Charmontois-le-Roi et Charmontois-l'Abbé. La place principale de la commune porte désormais son nom.

HéraldiqueModifier

  Blason
Coupé cannelé de trois pièces, celle du centre plus grande: au 1er parti au I d'azur à la fleur de lis d'or, au II de gueules au crosseron d'or, au 2e de sinople à deux akènes de charme d'or, celui de dextre posé en bande, celui de senestre posé en barre; et brochant sur la partition, un filet cannelé d'argent, les dents écimées. Soutien de l’écu : deux rameaux de saule supportés, feuillés de sinople et fruités d’or, passés en sautoir.
Ornements extérieurs
LES CHARMONTOIS en lettres de sable sur un listel d’or au revers de gueules et 2 rameaux de saules.
Détails
Création Robert André Louis et Dominique Lacorde. Adopté le 12 juin 2020.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Lien externeModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  2. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  3. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  4. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Carte IGN des Charmontois » sur Géoportail (consulté le 20 janvier 2013)..
  2. Conservatoire d'espaces naturels de Champagne-Ardenne 6 route de Laheycourt 51320 Belval-en-Argonne, « la Réserve Naturelle Régionale des Etangs de Belval-en-Argonne », sur la Réserve Naturelle Régionale des Etangs de Belval-en-Argonne (consulté le ).
  3. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  4. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le ).
  5. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le ).
  6. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le ).
  7. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le ).
  8. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statistiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le )
  9. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le ). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  10. Jean Vigouroux, Les seigneurs de Charmontois-le-Roi, déposé en mairie, .
  11. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui, « Notice communale : Charmontois-l'Abbé », sur ehess.fr, École des hautes études en sciences sociales (consulté le ).
  12. Raoul Tollitte, Charmontois, c'est l'histoire de deux villages: l'un d'Empire et l'autre de France dans "Horizons d'Argonne" n°38, .
  13. Décret no 2017-453 du 29 mars 2017 portant suppression de l'arrondissement de Sainte-Menehould (département de la Marne), publié au JORF du .
  14. « Arrêté préfectoral du 3 mai 2013 portant création du nouvel Établissement public de coopération intercommunale issu de la fusion de la Communauté de communes du canton de Ville-sur-Tourbe, de la Communauté de communes de la région de Givry- en-Argonne et de la Communauté de communes de la région de Sainte-Ménehould en y incluant les communes isolées de Cernay-en-Dormois, Les Charmontois, Herpont et Voilemont », Bulletin d'information et recueil des actes administratifs de la préfecture de la Marne, no 5 bis,‎ , p. 16-24 (lire en ligne [PDF]).
  15. Liste des maires de la Marne au 1er août 2008, site de la préfecture de la Marne, consulté le 22 décembre 2008
  16. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  17. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  18. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  19. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  20. « Base POP du Ministère de la Culture ».
  21. « Site du Sénat ».