Numéro un (émission de télévision)

Numéro un
Genre Émission de variétés
Création Maritie et Gilbert Carpentier
Pays Drapeau de la France France
Langue Français
Nombre de saisons 7
Nombre d’émissions 221 (best of et hommages inclus)
Production
Durée env. 1 heure
Format d’image 4/3 couleur
Format audio Mono
Production Maritie et Gilbert Carpentier
Diffusion
Diffusion TF1
Date de première diffusion 5 avril 1975
Date de dernière diffusion 1er janvier 1982
Public conseillé Tout public
Chronologie

Numéro un est une émission télévisée française de variétés créée par Maritie et Gilbert Carpentier, et diffusée dans différents pays francophones de 1975 à 1982.

En France, l'émission était diffusée en soirée, sur TF1[1]. Chaque édition mettait en valeur un artiste différent, certaines dans de véritables comédies musicales écrites spécialement pour l'occasion.

Remplaçant Top à... à la suite de la dissolution de l'ORTF fin 1974, elle a été suivie dans l'esprit de leur précédente émission par Formule un (1982-1985). Certaines de ces émissions sont régulièrement rediffusées sur Télé Melody et sur Paris Première.

Jacques Brel, qui avait abandonné la scène en 1967, sera très sollicité en 1972, 1974, 1976 et 1977, mais il refusera toujours de participer à cette émission, comme tant d'autres artistes. Yves Montand, lui aussi souvent demandé, ne fera qu'une très courte apparition à l'une des émissions Numéro un, mais ne chantera pas. Autre exemple, le chanteur Jean Ferrat ne participa jamais à cette émission. Pourtant, il fut souvent contacté par le couple Carpentier, surtout en 1976 et en 1980.

Il y avait d'autres artistes qui voulaient participer à cette émission, mais qui furent contraints d'annuler leur participation, à cause d'un emploi du temps chargé, comme par exemple les Compagnons de la chanson, qui devaient avoir leur Numéro un. Une autre date sera envisagée, mais finalement avec l'agenda très chargé des réalisations des émissions et les engagements faits avec les artistes, une autre date ne sera finalement jamais trouvée. Cette situation se reproduira pour d'autres artistes.

ConceptModifier

L'originalité de ces émissions étaient qu'elles n'étaient pas présentées par des animateurs mais par les chanteurs eux-mêmes. Maritie et Gilbert Carpentier avaient déjà expérimenté la formule avec Sacha Distel dans le Sacha Show de 1963 à 1971. Certaines vedettes à qui ils consacrent un Numéro un feront par la suite une carrière d'animateur à part entière, tels Karen Cheryl, qui présentera plusieurs émissions ensuite dont Vitamine en 1985 et Hugo Délire en 1992, ou Dave.

Contrairement à ce qui leur a été injustement reproché, les Carpentier ne prenaient pas "toujours les mêmes". Si de très grands artistes comme Mireille Mathieu, Nana Mouskouri, Michel Sardou ou Joe Dassin ont systématiquement eu leur Numero un tous les ans, voire deux fois par an, car ils étaient vendus à l'étranger, la programmation était très éclectique. Beaucoup d'artistes peu médiatiques (Tino Rossi, Jean Sablon, Georges Brassens...), débutants (Dave, Alain Souchon, Marie-Paule Belle, Jeane Manson, Francis Cabrel, Michel Berger...), ou n'appartenant pas au monde de la chanson (Guy Bedos, Claudia Cardinale, Gérard Depardieu, Omar Shariff...) eurent également leur show en vedette.

L'utilisation du Play-back était un autre problème souvent abordé pour cette émission. Certains artistes invités à cette émission refusaient de chanter en play-back, comme par exemple, le chanteur Gilbert Bécaud.

Détail des émissionsModifier

1975 (28 émissions)
1976 (37 émissions)
1977 (34 émissions)
1978 (32 émissions dont 2 best of)

Alain Delon fait une apparition muette le .

1979 (33 émissions)
1980 (34 émissions dont 2 best of)

Yves Montand fait une apparition muette de quelques secondes dans l'émission du , pour donner un briquet à Michel Sardou.

1981 (23 émissions dont un best of)
1982 (1 émission)
  • Numéro un Dalida (1er janvier)

RéférencesModifier

  1. « Numéro un », sur Toutelatele.com (consulté le 8 février 2014)
  2. Reporté au 8 novembre pour cause de grèves.
  3. Reporté au 29 janvier pour cause de grèves.
  4. Initialement prévu le 22 janvier et reporté deux fois pour cause de grèves.
  5. a b et c Édité par la suite en 33t.
  6. Reporté au 14 décembre pour cause de grèves.
  7. Initialement prévu le 14 octobre 1978 et reporté pour cause de grèves.
  8. Reporté au 24 mars pour cause de grèves.
  9. Reporté au 7 avril pour cause de grèves.
  10. Reporté au 24 mai pour cause de grèves.