Ouvrir le menu principal

Chantal Goya

chanteuse pour enfant et actrice
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Goya.
Chantal Goya
Description de cette image, également commentée ci-après
Chantal Goya en 2009.
Informations générales
Nom de naissance Chantal de Guerre
Naissance (76 ans)
Saigon (Cochinchine, Indochine française)
Activité principale Chanteuse, actrice
Genre musical Pop, chanson française, yéyé, chanson pour enfants
Années actives Depuis 1964
Labels RCA, EMI, CBS Disques, AB Disques, PolyGram, Universal, Sony
Site officiel www.chantalgoya.net

Chantal de Guerre, dite Chantal Goya, née le à Saïgon (Indochine), est une actrice et chanteuse française. Elle doit l'attribution de son nom de scène à Jean-Jacques Debout qui trouvait qu'elle ressemblait au portrait d'un enfant peint par Francisco de Goya.

Elle détient le record de représentations pour une artiste seule en scène au Palais des congrès de Paris cumulées sur trois décennies (356 représentations).

Sommaire

BiographieModifier

Chantal de Guerre naît à Saïgon le 10 juin 1942, dans une plantation d’un père vosgien, Bertrand de Guerre, et d’une mère pyrénéenne, Colette. La famille de Guerre part précipitamment en 1946 lorsque l'Indochine réclame son indépendance, et à 4 ans elle arrive en France. La famille s’installe à Remiremont, dans les Vosges. Aînée de 5 enfants, elle fait une partie de ses études à Paris avant de partir pour l'Angleterre où elle passe son baccalauréat, sans l'obtenir, au lycée français de Londres[1],[2].

Premiers succèsModifier

Elle fait la connaissance de Jean-Jacques Debout en 1964 et l'épouse le 25 février 1966[3]. Cette rencontre constitue un tournant dans sa vie. Il lui présente Daniel Filipacchi, alors en train de lancer un nouveau magazine, Mademoiselle Âge Tendre, où l'on découvre Chantal en tant que modèle photo. Le créateur de Salut les copains devient alors son producteur, comme pour Sylvie Vartan ou même Jean Ferrat. Jean-Jacques Debout commence à composer pour elle des chansons originales, dont C'est bien Bernard le plus veinard et Une écharpe, une rose[2].

Chantal fait de la figuration aux Studios de Boulogne. Pour assurer la promotion de ses chansons, Chantal passe régulièrement dans des émissions de télévision. Jean-Luc Godard la remarque et voit en elle la jeune fille moderne qu'il imaginait pour son film Masculin féminin, qui sort en 1966. Elle y apparaît aux côtés de Jean-Pierre Léaud, Marlène Jobert et Brigitte Bardot. Elle joue ensuite dans des films réalisés notamment par Pierre Tchernia, Philippe Labro et Didier Kaminka[1],[2]. Enceinte, elle est contrainte de décliner une proposition de rôle dans L'Étau d'Alfred Hitchcock et se voit remplacée par Claude Jade[4].

Dans le même temps, Chantal enregistre quelques disques yéyé sous la direction artistique de Mickey Baker. Elle figure sur la « photo du siècle » regroupant 46 vedettes françaises du yéyé (dont Jean-Jacques Debout) en avril 1966.

Puis, pour un temps, elle met sa carrière en veilleuse afin de se consacrer à ses enfants, Jean-Paul, né en 1966, et Clarisse, née en 1968.

Carrière pour enfantsModifier

Retour à la chanson en 1972 pour un Top à Sylvie Vartan où elle chante et danse avec son amie et interprète seule Les Boules de neige. En 1975, son mari Jean-Jacques Debout a droit à son émission spéciale Numéro un, produite par Maritie et Gilbert Carpentier et souhaite au départ la participation de Brigitte Bardot dans son émission. Cette dernière commence par accepter, puis refuse au dernier moment, suite à une grippe[5]. Afin de remplacer cette séquence, Jean-Jacques Debout écrit et compose alors la chanson Adieu les jolis foulards, qu'il propose à Chantal Goya pour chanter juste le soir de l'émission. Elle accepte et, grâce à cette chanson, obtient un certain succès. Sa carrière de chanteuse redémarre, sa prestation étant suivie dès le lendemain de diffusion de l'émission de nombreux coups de téléphone au standard de TF1 qui a diffusé le programme[6].

Jean-Jacques Debout décide de sortir le disque, et en 1976 Chantal Goya signe un contrat de 5 ans chez RCA. L’année suivante sort un premier album, Voulez-vous danser grand-mère ?, qui contient notamment les titres Allons chanter avec Mickey et Un lapin.

Enchaînant les succès (Bécassine, C'est Guignol !, Monsieur le chat botté, Pandi Panda, Snoopy, Babar...), le couple Debout-Goya, avec la collaboration de Roger Dumas, monte des contes télévisés (Je reviendrai, Marie-Rose, Au bonheur des enfants, La Poupée de sucre) ainsi que des spectacles pour enfants sur le thème du voyage et du rêve[7],[8],[9].

Après avoir enregistré le générique du film Le Temps des vacances de Claude Vital, dans lequel elle apparaît dans son propre rôle, Chantal Goya interprète également plusieurs génériques, à la fois pour des téléfilms comme Les malheurs de Sophie (1979) et pour des dessins animés comme Les Misérables (1980), Bouba le petit ourson (1981), Les quatre filles du docteur March (1984), et David le Gnome (1987).

Traversée du désertModifier

Lors de l’émission Le Jeu de la vérité présentée en direct de Lyon le 13 décembre 1985 par Patrick Sabatier, une institutrice interrogeant Chantal Goya qualifie son univers d'« abêtissant »[3]. Piquée au vif, la chanteuse réplique tout en se défendant maladroitement et en entamant le refrain d'une de ses chansons Jeannot Lapin. Le décalage de la séquence, captée par les caméras, et son effet négatif perdureront quelque temps[réf. souhaitée].

Chantal Goya est revenue sur « l'affaire » à de nombreuses reprises, dans la presse écrite et audiovisuelle, et dira être tombée dans un piège. Réticente à l'idée de participer à une émission qui ne lui semblait pas correspondre à son public, elle aurait finalement cédé après que les producteurs de l'émission lui eurent promis que ce seraient des enfants qui lui poseraient des questions au téléphone, version contestée par l'animateur Patrick Sabatier. Finalement, elle dut répondre sur scène, en direct du Palais des sports de Lyon, à la fin de son spectacle, vêtue d'une robe issue de son spectacle Le mystérieux voyage de Marie-Rose et peu adaptée au contexte (la chanteuse raconte aussi qu'elle avait prévu de porter une robe de style plus classique, qu'elle voulut mettre mais qu'on le lui aurait interdit), devant son public d'enfants qu'on ne montrait pas à l'image, à des questions posées de manière agressive par des adultes, d'où le résultat catastrophique à l'écran[10].

L'image de la chanteuse est ternie, les ventes de disques chutent considérablement, les moyens investis dans ses spectacles deviennent beaucoup plus modestes. La médiatisation se fait plus rare. Mais Chantal Goya n'abandonne pas sa carrière pour autant : à la suite du spectacle Le Mystérieux Voyage, elle se tourne vers le public étranger, lance un mensuel (Le petit journal de Marie-Rose), sort chaque année jusqu'en 1990 un album studio inédit, et propose, après une expérience télévisuelle en 1988 sur Antenne 2 avec Jacqueline Joubert (Le Monde Magique), une nouvelle comédie musicale intitulée L'Étrange Histoire du château hanté au Palais des congrès de Paris en 1989.

En 1993, c'est le grand retour sur scène très médiatisé. Dans sa salle fétiche, le Palais des congrès de Paris, produite par Roland Hubert et Charley Marouani, elle propose les meilleurs moments de ses spectacles précédents. Elle signe un contrat de distribution avec « AB Disques » et publie une autobiographie, Tu t'appelles Chantal Goya comment ?.

Elle présente un spectacle inédit au Casino de Paris en 1997, Le Grenier aux trésors, qui reste cinq semaines à l'affiche et se joue l'année suivante au Théâtre de l'Empire.

RenouveauModifier

 
Finale à Charleroi en 2007.

Après le Bataclan, en décembre 1999 et fin 2000, Chantal Goya se produit dans une discothèque parisienne branchée, le Scorp. L'accueil y est tellement exceptionnel que de nombreuses discothèques de province la réclament – notamment parmi la communauté gay, masculine comme féminine, qui l'accueille chaleureusement –, des prestations qu'elle alterne avec des scènes prestigieuses comme le Grand Rex ou l'Olympia en 2001.

Le réalisateur Gabriel Aghion lui propose de jouer son propre rôle dans Absolument fabuleux (avec Josiane Balasko et Nathalie Baye) en 2001, remake de la série britannique Absolutely Fabulous, un long métrage soutenu par une intense promotion de la part de la chanteuse. La bande originale du film Becassine is my cousine entre alors au Top 50. La chanteuse compte désormais un public composé majoritairement d'adultes, mais touche aussi une nouvelle génération d'enfants.

Sa seconde autobiographie, La niaque, est publiée en 2004. Deux ans plus tard, elle sort un nouvel album de douze titres, Au pays des étoiles.

S'ensuit une décennie de diverses compilations de ses succès et de best-of scéniques. En 2006-2007, elle joue la tournée Il était une fois... Marie-Rose. En 2008, Chantal Goya entame une tournée avec la reprise du spectacle Le Mystérieux Voyage de Marie-Rose, joué dans des décors virtuels. Le 17 novembre 2008 sort un coffret DVD de ses trois plus beaux spectacles, qui au bout d'un an obtient la récompense de "double DVD de platine"[11].

L'année 2009, qui coïncide avec ses 30 ans de scène, est le prétexte à Happy Birthday Marie-Rose, un énième florilège de ses succès. Le 23 septembre 2009, Chantal Goya publie chez Flammarion sa troisième autobiographie, Des poussières d'étoiles dans les yeux.

En 2010, elle s'associe au producteur Gilbert Coullier, et à partir du 24 octobre de la même année elle repart en tournée avec la reprise de son spectacle L'Étrange Histoire du château hanté, et s'arrête pour dix représentations au Palais des congrès de Paris. La chanteuse offre un nouvel album, qui met en musique les Fables de La Fontaine.

En 2013 paraît une intégrale de la quasi-totalité de son répertoire pour enfants en 21 CD.

En janvier 2014, Chantal Goya propose une autre version de La planète merveilleuse pour quatre séances à Paris, suivies d'une tournée. Le 19 novembre 2014, la ville d'Argenteuil ouvre une crèche qui porte son nom. Elle se produit du 17 octobre 2015 au 10 janvier 2016 au Théâtre de Paris dans Les Aventures fantastiques de Marie-Rose.

Engagements politiquesModifier

Lors de l'élection présidentielle de 1974, Chantal Goya apporte son soutien à Valéry Giscard d'Estaing face au socialiste François Mitterrand[12],[13].

En novembre 2013, elle signe une pétition contre la proposition de loi visant à pénaliser les clients de la prostitution[14].

Vie privéeModifier

Chantal Goya est la fille de Bertrand de Guerre (mort en 1974) et de Colette (morte en 2018). Elle est l'aînée d'une famille de cinq enfants. Elle est par ailleurs la cousine éloignée du comédien Claude Rich et du chanteur Philippe Lavil.

Elle est l'épouse de Jean-Jacques Debout depuis le 25 février 1966, et la mère de deux enfants : Jean-Paul (né en 1966) et Clarisse (née en 1968).

DiscographieModifier

SinglesModifier

  • C'est bien Bernard
  • Une écharpe, une rose
  • J'ai le cœur en peine, j'ai le cœur en joie
  • Les Boules de neige
  • Prends une rose (en duo avec Guy Mardel)
  • Adieu les jolis foulards
  • Dans notre maison
  • Davy Crockett
  • Voulez-vous danser grand-mère ?
  • Un lapin
  • On va jouer au carnaval
  • La Poupée
  • Mon ami le pélican
  • Le Temps des vacances
  • Les Malheurs de Sophie
  • Bécassine
  • Pipotin
  • C'est Guignol !
  • Ballade pour Cosette (Les Misérables)
  • Le Coucou
  • L'Été en plus
  • Comme Tintin
  • Bouba, le petit ourson
  • Monsieur le Chat Botté
  • Pierrot Gourmand
  • Babar
  • Mon Pinocchio
  • Les 4 filles du docteur March
  • Mecky le hérisson
  • Snoopy
  • Pandi-Panda
  • Félix le Chat
  • Les Champignoux
  • Dou ni dou ni day
  • La Marche des enfants
  • Protégez-les
  • Ma poupée de Chine
  • David le Gnome
  • Mais en attendant Maître Renard
  • Professeur Nimbus
  • Fantômes
  • Rythme
  • Toutou mon p'tit toutou
  • La poussière est une sorcière
  • Au pays des souris
  • Bécassine is my cousine
  • Capitaine Flam (la chevauchée du Capitaine Flam)

Albums originauxModifier

Albums « en public »Modifier

Compilations et rééditionsModifier

  • 1981 : Chantal Goya (compilation) - RCA
  • 1982 : L'Album Or - RCA
  • 1987 : Le Monde magique - RCA
  • 1989 : + d'une heure de programme - EMI
  • 1993 : Mes personnages enchantés - AB/BMG
  • 1994 : Le Soulier qui vole 95 - AB/BMG
  • 1998 : Ses plus belles chansons - PolyGram
  • 1998 : Les Années 60 - Magic records
  • 2001 : Ma minithèque - Universal
  • 2001 : Le Meilleur - Universal
  • 2002 : Absolument Goya (remixes) - Universal
  • 2004 : Best of (+ DVD du spectacle Le mystérieux voyage de Marie-Rose) - Universal
  • 2006 : Masculin féminin, (OST réédition 2006) - Magic Records
  • 2005 : Chantal Goya Story (édition simple et édition collector avec livret de 32 pages) - Universal
  • 2008 : Happy Birthday Marie-Rose et Mes plus belles chansons (double CD) - Sterne
  • 2010 : L'Étrange Histoire du château hanté (réédition 2010) - Sterne
  • 2012 : Les Tables de multiplication - Sterne
  • 2013 : L'Intégrale (coffret de 21 CD - 285 titres) - Sterne
  • 2013 : La Planète merveilleuse (réédition tronquée de l'album en public de 1983) - Sterne
  • 2018 : Le Soulier qui vole (Réédition tronquée de l'album public de 1981) - Sterne

La scèneModifier

Les comédies musicales originalesModifier

Les galasModifier

Les spectacles « pots-pourris »Modifier

Filmographie sélectiveModifier

Émissions téléviséesModifier

  • 1978 : Je reviendrai Marie-Rose (08/04/1978) sur TF1
  • 1978 : Au bonheur des enfants (23/12/1978) sur TF1.
  • 1979 : Le voyage de l'espérance (26/05/1979) sur TF1.
  • 1980 : La Forêt magique (15/04/1980) sur TF1, rediffusion le 31 décembre 1988 sur M6.
  • 1981 : Marchand de sable (14/11/1981) sur TF1.
  • 1983 : La Poupée de sucre (Feuilleton diffusé du 15 au 25 décembre 1983) sur TF1.
  • 1984 : La Semaine enchantée de Chantal sur TF1.
  • 1987 : Embarquement immédiat au Château de Montgeoffroy sur FR3.
  • 1988 : Le monde magique de Chantal Goya sur Antenne 2.

BibliographieModifier

AlbumsModifier

  • 1978 : Chantal Goya raconte Au Bonheur des Enfants
  • 1980 : Pipotin mon petit copain (Éditions de Messine / Fernand Nathan)
  • 1980 : Le Soulier qui Vole (Éditions de Messine / Fernand Nathan)
  • 1981 : Au pays d'Animauville (Éditions de Messine / Fernand Nathan)
  • 1982 : La Planète merveilleuse (Éditions de Messine / Fernand Nathan)
  • 1984 : Le mystérieux voyage de Marie-Rose (Éditions de Messine / Fernand Nathan)

Autobiographies et livres de photosModifier

  • 1982 : Chantal Goya Mon livre (Éditions RP)
  • 1993 : Tu t'appelles Chantal Goya comment ? (Éditions Zélie)
  • 2002 : Les lumières du music-hall (Jacques Pessis / Éditions Vade Retro)
  • 2004 : La niaque (Jacques Marie Laffont éditeur)
  • 2009 : Des poussières d'étoiles dans les yeux (Éditions Flammarion)

Produits dérivésModifier

En 1978, la société américaine Mattel met en vente une poupée mannequin à son effigie. La poupée dispose de quelques habillages vendus séparément[15].

Notes et référencesModifier

  1. a et b Jean-Daniel Sallin, « Chantal Goya fête ses 30 ans de scène », La Tribune de Genève,
  2. a b et c « Biographie de Chantal Goya », Télé Melody
  3. a et b Judith Perrignon, « Portrait : L'épreuve des fées », Libération,
  4. http://www.troiscouleurs.fr/cinema/chantal-goya-nous-raconte-ses-annees-godard/
  5. "Lâge d'or de la variété", France 3, 12/08/2017 ; anecdote rapporté par Jean-Jacques debout.
  6. Maritie Carpentier, Merci les artistes, éditions Anne Carrière, 2001.
  7. Chantal Goya à Maurice, L'Express, 18 juillet 2005
  8. Goya, ce sont ses fans qui en parlent le mieux, Ouest-France, 18 novembre 2012
  9. Spectacle à la Bourse du Travail, La Tribune de Lyon, 8 février 2013
  10. Chantal Goya, Des poussières d'étoiles dans les yeux, Flammarion, 2009, chapitre 50 : « Le jeu du mensonge ».
  11. Disque remis par Michel Drucker lors d'une émission de Vivement dimanche en décembre 2009
  12. Photo de campagne sur Slate.fr
  13. Article de l'Express
  14. Pétition contre la pénalisation des clients de prostitué(e)s20 minutes, 14 novembre 2013
  15. (en) J. Michael Augustyniak, Barbie Doll Photo Album 1959 to 2009: Identifications & Values, Collector Books, , 446 p. (ISBN 1574326252, lire en ligne), p. 147

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :