Jean Piat

acteur et metteur en scène français

Jean Piat, né le à Lannoy (Nord) et mort le à Boulogne-Billancourt, est un acteur et écrivain français.

Jean Piat
Image dans Infobox.
Jean Piat en 2007 à Bruxelles après la représentation de De Sacha à Guitry.
Fonction
Sociétaire de la Comédie-Française
Biographie
Naissance
Décès
Sépulture
Nationalité
Formation
Activités
Période d'activité
Conjoints
Autres informations
Religion
Maître
Distinctions
Jean Piat et Françoise Engel tombe 1.jpg
Vue de la sépulture.

Sociétaire honoraire de la Comédie-Française, Jean Piat est un homme de théâtre, dont le rôle le plus marquant est celui de Cyrano de Bergerac qu'il a interprété plus de quatre cents fois. Il a également porté sur scène Sacha Guitry avec la pièce De Sacha à Guitry dont il était un fervent admirateur.

Rare sur le petit écran, il est notamment connu pour son interprétation à la télévision du chevalier Henri de Lagardère dans Lagardère (1967), puis pour celle de Robert d'Artois dans l'adaptation des Rois maudits (1972) de Maurice Druon. Comédien de doublage doté d'une voix puissante immédiatement reconnaissable, il était ainsi, entre autres, la voix de Peter O'Toole pour le rôle-titre dans Lawrence d'Arabie (1962), celle de Ian McKellen pour le personnage Gandalf dans les trilogies du Seigneur des anneaux et du Hobbit ainsi que celle des personnages des studios Disney Scar dans Le Roi lion (1994) et du juge Frollo dans Le Bossu de Notre-Dame (1996).

BiographieModifier

Jeunesse, début de son histoire avec le théâtreModifier

Jean Piat naît en 1924 à Lannoy (Nord)[1]. Sa famille déménage ensuite pour Paris. En 1936, il entre dans le club de théâtre de son école pour, dit-il, « se distraire ». Il continue cette activité au lycée Janson-de-Sailly, où il côtoie Alain Decaux. Afin de s'acheter un billard russe, lui et ses amis décident de créer des matinées récréatives et montent des pièces de théâtre à Saint-Ferdinand des Ternes[2].

À l'âge de 17 ans, il perd sa mère et se retrouve exclu de son lycée. Il continue de monter des spectacles et en 1944, il réussit une audition et part en tournée[3].

Jusqu'à 18 ans, il pratique le football à Saint-Ferdinand des Ternes, un patronage paroissial situé 10, rue Roger-Bacon dans le 17e arrondissement de Paris[réf. nécessaire]. Il poursuit alors ses études secondaires au lycée Sainte-Croix de Neuilly[3].

Succès sur les planchesModifier

 
Représentation de Coquelin aîné, premier interprète de Cyrano de Bergerac, publié par L'Illustration le 8 janvier 1898. Le personnage sera l'un des rôles marquants de la carrière théâtrale de Jean Piat.

Après la seconde Guerre mondiale et sur les recommanditions de Roland Piétri, il entre au Conservatoire, mais il s'en retrouve vite exclu en raison de sa participation sans autorisation au tournage du film Rouletabille joue et gagne de Christian Chamborant où il jouait le rôle-titre[2],[4]. Il rebondit alors à 22 ans en intégrant la Comédie-Française, le , après avoir réussi son audition en récitant la tirade de la Calomnie du Barbier de Séville[1],[4]. Il y reste durant 25 ans, débutant par de la figuration, puis passant aux rôles-titres, dont le plus notable est son interprétation jouée plus de 400 fois pendant huit ans (1964-1972) d'un Cyrano de Bergerac d'anthologie[5]. Le , il devient sociétaire de la Comédie-Française, institution qu'il quitte le , et en devient sociétaire honoraire à partir du [1].

Commence alors pour lui une carrière dans le théâtre privé, où il alterne passionnément les grands classiques, vaudevilles, boulevards et pièces contemporaines[1]. C'est là qu'il travaille avec la dramaturge Françoise Dorin qui devient sa compagne[1].

Rendez-vous réussi avec la télévision...Modifier

Il accède à la notoriété auprès du grand public grâce à la télévision, en jouant dans un premier temps Henri de Lagardère dans la mini-série Lagardère de Jean-Pierre Decourt en 1967, mais également et surtout le rôle de Robert d'Artois dans les Rois maudits, feuilleton télévisé de Claude Barma en 1972, tiré des romans éponymes de Maurice Druon[1]. Aux suites de ce rôle, et de cette série, Jean Piat est très populaire en France durant les années 1970, et au début des années 1980.

... contrairement avec le cinémaModifier

Sa carrière cinématographique est nettement en retrait par rapport au théâtre et la télévision, notamment en raison du refus du Conservatoire puis de la Comédie-Française à ce qu'il participe à des tournages. C'est ainsi qu'il doit renoncer à jouer dans Casque d'or de Jacques Becker bien qu'il fût engagé pour ce film[5]. Jean-Pierre Melville le recrute pour incarner Arsène Lupin avant le projet soit stoppé par la mort du réalisateur[5]. Il travaille avec Luis Buñuel dans La Voie lactée (1969) ou René Clément dans Le Passager de la pluie (1970)[5].

Il dira à plusieurs reprises regretter de ne pas « avoir obtenu un grand rôle au cinéma » [1].

Guitry et l'écritureModifier

Il rencontre Sacha Guitry en 1948 qui l'engage pour le rôle de Figaro dans son film Le Diable boiteux (1948)[6]. Les deux se retrouvent en 1954 pour le tournage du film Napoléon (1955) dans lequel Jean Piat joue Junot[6]. Avec Alain Decaux, il part en tournée dans les années 1970 et le début des années 1980 avec la pièce De Sacha à Guitry[6]. Jean Piat reprend seul la pièce par la suite, peaufinant le texte au fur et à mesure et ce, pendant de nombreuses années[6],[7].

En parallèle, il écrit son première livre, Les Plumes des paons en 1980, qui reçoit le prix Broquette-Gonin décerné par l'Académie française[1].

Nommé au Molière du comédien en 1996 pour son rôle de prêtre dans la pièce L'Affrontement de l'américain Bill C. Davis, c'est en tant qu'adaptateur de la pièce qu'il glane en 1997 le Molière de l'adaptateur[8],[1].

En 2002 il sort le livre Je vous aime bien, monsieur Guitry !, lauréat du prix Saint-Simon la même année[1],[6].

Une voix connue de tousModifier

Depuis 1978, la voix de Jean Piat est audible dans le spectacle La Cinéscénie du Puy du Fou[9],[10].

Sa voix chaude, profonde, forte, gutturale et à la diction unique lui vaut de participer à de nombreux doublages, dont les plus fameux sont ceux de Peter O'Toole dans Lawrence d'Arabie, de Ian McKellen pour le personnage de Gandalf dans les trilogies Le Seigneur des anneaux et Le Hobbit, ainsi que les voix de Scar dans Le Roi lion et du juge Frollo dans Le Bossu de Notre-Dame[1],[11].

Il a également participé à des œuvres d'animation françaises, interprétant notamment le Grand Chambellan Sérignole dans le film Le Château des singes (1999) de Jean-François Laguionie, ainsi que le grand prêtre dans Kaena, la prophétie (2003) et Spike Goodfellow dans Tous à l'Ouest (2007)[12].

Dernières annéesModifier

En 2005, il joue Antonio Salieri dans la pièce Amadeus de Peter Shaffer au côté de Lorànt Deutsch qui joue lui Mozart[1].

En , il signe le « Manifeste en faveur de la messe tridentine » qui paraît dans Le Figaro[13].

En 2008 il adapte avec sa fille Dominique ainsi que Paul Quentin, la pièce La Maison du lac dans laquelle il joue également[14],[15].

Riant de sa longévité, il joue en 2012 dans la pièce Vous avez quel âge ?, écrite par sa femme Françoise Dorin, puis, à 90 ans passés, il évoque sa vie dans la Pièces d'identité[16],[17]. Il revient également sur sa carrière dans le livre Et... vous jouez encore ! paru en 2015[5].

En 2017 il joue en duo avec Mylène Demongeot dans la pièce Love Letters[18].

Vie privée, honneurs et mortModifier

Jean Piat a été marié à la comédienne Françoise Engel (1920-2005), professeur d'art dramatique au cours Simon, dont il a eu deux filles, Dominique, née en 1949, et Martine, en 1952.

De 1975 à 2018, il est le compagnon de la femme de lettres et écrivaine de pièces de théâtre Françoise Dorin (1928-2018)[19].

Jean Piat est officier de la Légion d'honneur (1999), commandeur des Arts et Lettres (2010) et grand-croix de l'ordre national du Mérite (2012)[20]. En 2002, il préside la 18e cérémonie des Molières[21].

Il meurt le à Boulogne-Billancourt[22], à l'âge de 93 ans, cinq jours avant son anniversaire[1]. Il est inhumé au cimetière du Montparnasse — division 27, petit cimetière — auprès de son ex-épouse Françoise Engel, après une cérémonie à l'église Saint-François-Xavier de Paris[23].

ThéâtreModifier

Comédie-FrançaiseModifier

Rôles à la Comédie-Française :

  1. un Huissier, Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Pierre Dux, 7 mai 1945
  2. Gudiel, Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Pierre Dux, 11 mai 1945
  3. un Garde, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Pierre Dux, 1945
  4. un alguazil, Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Pierre Dux, 3 septembre 1947
  5. Trivelin, Arlequin poli par l'amour, Marivaux, mise en scène Gaston Baty et Jacques Charon, 20 septembre 1947 ; reprise 1954
  6. Merlin, Les Acteurs de bonne foi, Marivaux, mise en scène Jean Debucourt, 30 octobre 1947
  7. Don Manuel Aeias, Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Pierre Dux, 9 novembre 1947
  8. Figaro, Le Barbier de Séville, Beaumarchais, mise en scène Pierre Dux, 18 janvier 1948 ; reprise 1959
  9. Germain, On ne saurait penser à tout, Alfred de Musset, mise en scène Robert Manuel, 11 février 1948
  10. La Flèche, L'Avare, Molière, mise en scène reprise par Jean Meyer, 18 mars 1948 ; reprise 1960
  11. Frontin, L'Épreuve, Marivaux, mise en scène Julien Bertheau, 8 avril 1948
  12. Daniel Savary, Le Voyage de monsieur Perrichon, Eugène Labiche et Édouard Martin, mise en scène Jean Meyer, 17 avril 1948 ; reprise, mise en scène Jacques Charon, 1966
  13. le poète, Les Espagnols en Danemark, Prosper Mérimée, mise en scène Jean Meyer, 5 mai 1948
  14. Julien Cicandel, L'Anglais tel qu'on le parle, Tristan Bernard, 9 mai 1948
  15. Bellerose, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Pierre Dux, 29 mai 1948
  16. Un mousquetaire, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Pierre Dux, 24 juin 1948
  17. Joseph, Le Voyage de monsieur Perrichon, Eugène Labiche et Édouard Martin, mise en scène Jean Meyer, 3 juillet 1948
  18. Jeppo Liveretto, Lucrèce Borgia, Victor Hugo, mise en scène Denis d'Inès, 2 juillet 1948
  19. Pasquin, Le Jeu de l'amour et du hasard, Marivaux, octobre 1948
  20. le marquis de Valbery, On ne saurait penser à tout, Alfred de Musset, mise en scène Robert Manuel, 1948
  21. l'Exempt, Monsieur de Pourceaugnac, Molière, mise en scène Jean Meyer, 24 novembre 1948
  22. Éraste, Monsieur de Pourceaugnac, Molière, mise en scène Jean Meyer, 29 janvier 1949 ; reprise 1961
  23. 2e Cadet, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Pierre Dux, 16 février 1949
  24. Jean-Pierre, Les Temps difficiles, Édouard Bourdet, mise en scène Pierre Dux, 24 mars 1949
  25. l'Annoncier, Le Soulier de satin, Paul Claudel, mise en scène Jean-Louis Barrault, 18 avril 1949
  26. Nicolas, L'Inconnue d'Arras, Armand Salacrou, mise en scène Gaston Baty, 24 avril 1949
  27. un Reporter, Le Roi, Gaston Arman de Caillavet, Robert de Flers et Emmanuel Arène, mise en scène Jacques Charon, 8 juin 1949
  28. Simpson, La Parisienne, Henry Becque, mise en scène Julien Bertheau, 26 septembre 1949
  29. Alcidas, Le Mariage forcé, Molière, mise en scène Robert Manuel, 12 octobre 1949,
  30. Lucien, Feu la mère de Madame, Georges Feydeau, mise en scène Fernand Ledoux (à la Cité internationale, 25 octobre 1949) ; 1e fois à Paris, 17 février 1950
  31. Rivelot, Le Roi, Gaston Arman de Caillavet, Robert de Flers et Emmanuel Arène, mise en scène Jacques Charon, 20 novembre 1949
  32. un Officier, La Reine morte, Henry de Montherlant, mise en scène Pierre Dux, 26 novembre 1949
  33. Brissaille, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Pierre Dux, 24 décembre 1949
  34. Jérôme, Cantique des cantiques, Jean Giraudoux, mise en scène Louis Jouvet, 1949
  35. 1er Gentilhomme, Othello, William Shakespeare - Georges Neveux, mise en scène Jean Meyer, 4 janvier 1950
  36. 4e cadet, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, Pierre Dux, 24 janvier 1950
  37. Dubois, Les Fausses Confidences, Marivaux, mise en scène Maurice Escande, 28 février 1950 ; reprise, mise en scène Jean Piat
  38. Sérignan, La Belle Aventure, Gaston Arman de Caillavet, Robert de Flers et Étienne Rey, mise en scène Jean Debucourt, 9 mai 1950
  39. Dautier, Un ami de jeunesse, Edmond Sée, 29 mai 1950
  40. Gratiano, Othello, William Shakespeare, mise en scène Jean Meyer, 9 juin 1950
  41. Joseph, Feu la mère de Madame, Georges Feydeau, mise en scène Fernand Ledoux, 29 juin 1950
  42. le héraut, Madame Quinze, Jean Sarment, 2 juillet 1950
  43. Pierre, Le Président Haudecœur, Roger Ferdinand, mise en scène Louis Seigner, 5 octobre 1950
  44. Maître Phecat, La Robe rouge, Eugène Brieux, mise en scène Jean Meyer, 11 octobre 1950
  45. le Voisin, Un voisin sait tout, Gérard Bauer, mise en scène Jean Debucourt, 29 novembre 1950
  46. Richard, Le Cheval arabe, Julien Luchaire, mise en scène Jean Debucourt, 25 janvier 1951
  47. un Monsieur, Le commissaire est bon enfant, Georges Courteline et Jules Lévy, mise en scène Robert Manuel, 8 février 1951
  48. Jodelet, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Pierre Dux, 22 février 1951
  49. le jeune Paysan, Le Conte d'hiver, William Shakespeare, mise en scène Julien Bertheau, 3 mars 1951
  50. le Préfet, Chacun sa vérité, Luigi Pirandello, mise en scène Charles Dullin, 14 mars 1951
  51. Catalina, L'Homme de cendres, André Obey, mise en scène Pierre Dux, 11 avril 1951
  52. Cléonte, Le Bourgeois gentilhomme, Molière, mise en scène Jean Meyer, 14 juin 1951 à Strasbourg ; Paris, le 3 juillet 1951
  53. Pontagnac, Le Dindon, Georges Feydeau, mise en scène Jean Meyer, 29 juin 1951
  54. Lesueur, Donogoo, Jules Romains, mise en scène Jean Meyer, 9 novembre 1951
  55. Amiens, Comme il vous plaira, William Shakespeare, mise en scène Jacques Charon, 12 janvier 1952
  56. Lamendin, Donogoo, Jules Romains, mise en scène Jean Meyer, 1951
  57. Mascarille, Les Précieuses ridicules, Molière, mise en scène Robert Manuel, 27 mars 1952
  58. Phidippide, Les Nuées, Aristophane, mise en scène Socrato Carandinos, 14 mai 1952
  59. Crispin, Le Légataire universel, Jean-François Regnard, mise en scène Pierre Dux, 18 juin 1952
  60. Benvolio, Roméo et Juliette, William Shakespeare - Jean Sarment, mise en scène Julien Bertheau, 22 octobre 1952
  61. Thibaud, La Coupe enchantée, La Fontaine et Champmeslé, mise en scène Jacques Clancy, 1er décembre 1952
  62. le Soldat mort, Une fille pour du vent, André Obey, mise en scène Julien Bertheau, 15 avril 1953
  63. Martinez, Le Carrosse du Saint-Sacrement, Prosper Mérimée, en tournée à Bruxelles, 29 mai 1953
  64. Arsénio, Le Curé espagnol, Roger Ferdinand, Fletcher et Massinger, mise en scène Jean Meyer, 3 juin 1953
  65. le Lieutenant de vaisseau, Les Noces de deuil, Philippe Hériat, mise en scène Julien Bertheau, 15 octobre 1953
  66. le Camelot, Crainquebille, Anatole France, mise en scène Louis Seigner, 18 décembre 1953
  67. La Grange, L'Impromptu de Versailles, Molière, mise en scène Pierre Dux, 15 janvier 1954
  68. Edgar, En attendant l'aurore, Mme Simone, mise en scène Julien Bertheau, 1954
  69. le Prince de Mantoue, Fantasio, Alfred de Musset, mise en scène Julien Bertheau, 20 décembre 1954
  70. Jacques, Le Pavillon des enfants, Jean Sarment, mise en scène Julien Bertheau, 24 mai 1955
  71. le Voyageur, Un voyageur, Maurice Druon, mise en scène Jean Piat, 1956
  72. Frontin, Les Serments indiscrets, Marivaux, mise en scène Jean Piat, 17 avril 1956
  73. Léon, Amédée ou les Messieurs en rang, Jules Romains, mise en scène Jean Meyer, 24 octobre 1956
  74. Alcippe, Les Fâcheux, Molière, mise en scène Jacques Charon, 8 novembre 1956
  75. Amédée, Amédée ou les Messieurs en rang, Jules Romains, mise en scène Jean Meyer, 24 novembre 1956
  76. Crispin, Crispin rival de son maître, Alain-René Lesage, mise en scène Robert Manuel, 6 décembre 1956
  77. Hermès, Polydora, André Gillois, mise en scène Julien Bertheau, 27 février 1957, Comédie-Française au théâtre de l'Odéon
  78. Valentin, Il ne faut jurer de rien, Alfred de Musset, mise en scène Jean Piat, 1957
  79. Jimmy, Le Sexe faible, Édouard Bourdet, mise en scène Jean Meyer, 1957
  80. Mercure, Amphitryon, Molière, mise en scène Jean Meyer 1957 ; reprise 1964
  81. Ergaste, L'École des maris, Molière, mise en scène Jean Meyer, 1958
  82. Cléante, Le Malade imaginaire, Molière, mise en scène Robert Manuel, 16 décembre 1958
  83. Figaro, Le Mariage de Figaro, Beaumarchais, mise en scène Jean Meyer, 1958, reprise 1962
  84. le Jardinier, Électre, Jean Giraudoux, mise en scène Pierre Dux, 1959
  85. Domino, Domino, Marcel Achard, mise en scène Jean Meyer, 1959 ; reprise, mise en scène Jean Meyer et Jean Piat, 1967
  86. Covielle, Le Bourgeois gentilhomme, Molière, mise en scène Jean Meyer, 1959
  87. Don César de Bazan, Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Raymond Rouleau, 1960
  88. Bois d'Enghien, Un fil à la patte, Georges Feydeau, mise en scène Jacques Charon, 1961
  89. La Grange, La Troupe du Roy, d'après Molière, mise en scène Paul-Émile Deiber, 1962
  90. Premier Marquis, L'Impromptu du Palais-Royal, Jean Cocteau, mise en scène Jacques Charon, en tournée au Japon, mai 1962
  91. Cyrano de Bergerac, Cyrano de Bergerac, Edmond Rostand, mise en scène Jacques Charon, 8 février 1964 (232 fois)
  92. l'Avocat, Le Songe, August Strindberg, mise en scène Raymond Rouleau, 1970
  93. Molière, La Troupe du Roy, d'après Molière, mise en scène Paul-Émile Deiber, 1970
  94. Molière, L'Impromptu de Versailles, Molière, mise en scène Pierre Dux, 1971
  95. Don César de Bazan, Ruy Blas, Victor Hugo, mise en scène Raymond Rouleau, 1971, au Théâtre de l'Odéon
Littéraire

Avant et après son départ de la Comédie-FrançaiseModifier

 
Jean Piat avant sa représentation de La Maison du lac le .

Comédie musicaleModifier

Metteur en scèneModifier

FilmographieModifier

CinémaModifier

Longs métragesModifier

Longs métrages d'animationModifier

TélévisionModifier

DoublageModifier

Longs métrages

Longs métrages d'animationModifier

Jeu vidéoModifier

Voix offModifier

PublicationsModifier

  • Croix. Dix siècles d'histoire, 1972 — Prix Georges Goyau (décerné par l'Académie française)
  • Les Plumes des paons, 1980Prix Broquette-Gonin (décerné par l'Académie française)
  • Le Parcours du combattant, 1989
  • La Vieille dame de la librairie, 1991
  • Veille de fête, 1992
  • Le Dîner de Londres, 1994 — prix Renaissance des lettres 1995[27]
  • La Jeune Fille à l'avant-scène, 1995
  • Les Silences et les mots, 1998
  • Derniers mots d'amour : anthologie de correspondances avec Daniele Volle, 2001
  • Je vous aime bien, monsieur Guitry, 2002 — prix Saint-Simon
  • Beaumarchais, un intermittent du spectacle, 2004 — Médaille de vermeil — Académie française
  • Vous n'aurez pas le dernier mot ! : petite anthologie désinvolte des plus belles réparties, avec Patrick Wajsman, 2006.
  • Et… vous jouez encore ! , Flammarion, 2015

DistinctionsModifier

DécorationsModifier

RécompensesModifier

NominationModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. a et b Crédité sur la page de l'œuvre sur le site Audible.fr.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i j k l et m « Jean Piat, mort d'un roi », Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  2. a et b « Jean Piat, le panache, toujours ! - Entretien avec Jacques Paugam 04/03/2010 sur Canalacademies.com
  3. a et b Henry-Jean Servat, « Jean Piat, une certaine idée du panache », Paris Match, semaine du 26 septembre au 3 octobre 2018, p. 98-99.
  4. a et b « Disparition Jean Piat, le lion du théâtre repose », Libération,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  5. a b c d et e « Le comédien Jean Piat est mort », Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  6. a b c d et e « Jean Piat : «Sacha était fait pour le bonheur» », Le Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  7. « Jean Piat ressuscite Sacha Guitry », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  8. « Nominations Molière 1996 » sur Regietheatrale.com
  9. « Décès de Jean Piat. Hommage de Philippe de Villiers : "Il a été la première voix du Puy du Fou" », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  10. « En 2018, Jean Piat est toujours LA voix du Puy du Fou », Ouest France,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  11. « Gandalf, Lawrence d’Arabie, Scar : quand Jean Piat prêtait sa magnifique voix », Figaro,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  12. « Fiche de Jean Piat » sur Unifrance.org
  13. « Un manifeste en faveur de la messe tridentine », Le Figaro,‎ (lire en ligne).
  14. « La Maison du lac » avec Jean Piat et Maria Pacôme au théâtre de Paris » sur Agoravox.fr
  15. « La maison du lac avec Jean Piat et Maria Pacome » sur Billetreduc.com'
  16. « Revoir Jean Piat : la légende du théâtre se raconte dans “Pièces d’identité” », France Info,‎ (lire en ligne).
  17. « Vous avez quel âge? avec Jean Piat » sur Billetreduc.com'
  18. « Jean Piat et Mylène Demongeot s'écrivent des "Love Letters" à la Comédie des Champs-Elysées », France TV Info,‎ (lire en ligne).
  19. « Mort de la romancière Françoise Dorin », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  20. Décret du 14 novembre 2011
  21. « LES MOLIÈRES 2002 », Le Monde,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  22. Insee, « Acte de décès de Jean Denis Gaston Piat », sur MatchID.
  23. Jean Piat, le dernier hommage des amis et du public au monstre sacré du théâtre, Le Figaro, Armelle Héliot, 21 septembre 2018.
  24. Article sur Vous avez quel âge ?, Artistik Rezo, Patrick Ducome, 8 mars 2010.
  25. Interprété par Jeremy Irons dans la version originale
  26. Interprété par Bill Fagerbakke dans la version originale
  27. « Prix Renaissance (lettres) », sur cerclerenaissance.info.
  28. Décret du 31 décembre 1999 portant promotion et nomination dans l'ordre national de la Légion d'honneur
  29. Arrêté du 23 juillet 2010 portant nomination ou promotion dans l'ordre des Arts et des Lettres
  30. Jean Piat dans les lauréats de l'Académie française

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :