Parti Identité et démocratie

parti politique européen

Parti Identité et démocratie
(en) Identity and democracy party
Image illustrative de l’article Parti Identité et démocratie
Logotype officiel.
Présentation
Président Gerolf Annemans
Fondation 2014 (MENL)[1],[2]
2019 (PID)
Siège 75, boulevard Haussmann
75008 Paris, France
Trésorier Jean-François Jalkh
Positionnement Droite[3],[4],[5],[6] à extrême droite[7],[8],[9],[10],[11],[12],[13],[14]
Idéologie Nationalisme[15]
Populisme de droite[15]
Euroscepticisme[16]
Groupe au Parlement européen ENL (2014-2019)
ID (depuis 2019)
Couleurs Bleu
Site web www.id-party.eu
Présidents de groupe
Parlement européen Marco Zanni (ID)
Assemblée parlementaire du Conseil de l'Europe Ian Liddell-Grainger (CE)
Représentation
Députés européens
61  /  705
Conseil européen
0  /  28
Chambres basses nationales
241  /  2377
Chambres hautes nationales
82  /  1180
Assemblée du Conseil de l'Europe
16  /  629

Le Parti Identité et démocratie (PID ou Identity and democracy party, ID party en anglais) est une alliance de partis politiques européens de droite nationaliste et d'extrême droite fondée en 2014 et qui a obtenu le statut de parti politique européen en 2015 sous son ancien nom Mouvement pour une Europe des nations et des libertés (MENL).

HistoireModifier

Mouvement pour une Europe des nations et des libertés (2014-2019)Modifier

Il est composé de partis autrefois membres de l'Alliance européenne pour la liberté (EFA) qui n'arrivèrent pas à former un groupe politique au Parlement européen après les élections de 2014. Le parti néerlandais Parti pour la liberté (PVV) refuse d'être subventionné par l'Union européenne et n'y adhère pas[1]. Le MENF reçoit des crédits pour 1 170 746  en 2015[17] plus 621 677 [18] pour sa fondation, intitulée Fondation pour une Europe des nations et des libertés.

Son premier congrès se déroule le à Perpignan[2]. Son président est Louis Aliot.

Il comprend uniquement quatre partis représentés au Parlement européen : le Front national, la Ligue du Nord, le Parti de la liberté d'Autriche et le Vlaams Belang. Un parti tchèque (Občanská konzervativní strana, OKS), non représenté au Parlement, est également membre de cette alliance[19]. Nicolas Lebourg, spécialiste de l'extrême droite, relève que si la plupart des partis membres d'ENL sont engagés, à la suite du FN, dans une stratégie de dédiabolisation, le mouvement comprend le parti tchèque Liberté et démocratie directe, qui « veut expulser les Roms en Inde » et dont le leader « appelle à élever des porcs et à les promener autour des mosquées »[20].

Lors de l'enregistrement du parti auprès de l'Autorité pour les partis politiques européens et les fondations politiques européennes, 35 députés européens sont déclarés.en [21].

 
Logo du Mouvement pour une Europe des nations et des libertés (2014-2019).

Parti Identité et démocratie (depuis 2019)Modifier

Le , à la suite des élections européennes de 2019 et au renommage du groupe ENL en Identité et démocratie, le Mouvement pour une Europe des nations et des libertés est renommé en Parti Identité et démocratie[réf. nécessaire]. Le parti pourrait être alors rejoint par de nouveaux alliés ayant participé à la création du groupe Identité et démocratie.

Élections marquantesModifier

En FranceModifier

À l'issue du premier tour de l'élection présidentielle de 2017, Marine Le Pen se qualifie pour le second tour avec Emmanuel Macron, en arrivant en deuxième position, avec 21,3 % des suffrages exprimés.

En AutricheModifier

Lors des élections législatives autrichiennes de 2017, alors que la droite arrive en tête, le FPÖ arrive en 3e position avec 51 sièges. À l'issue du scrutin, Sebastian Kurz est appelé par le président fédéral Alexander Van der Bellen à former le prochain gouvernement fédéral ; le , Kurz invite officiellement le FPÖ à démarrer des négociations pour la mise en œuvre d'une coalition. Heinz-Christian Strache accepte le jour même et les négociations commencent le lendemain. D'une durée habituelle d'environ deux mois, elles aboutissent à la formation du gouvernement Kurz I le [22].

En ItalieModifier

Lors des élections générales de 2018, la coalition de centre droit, dont le parti Ligue est membre, arrive en tête des élections avec 37,0 % des voix.

Élections européennesModifier

Le parti est créé après les élections européennes de 2014. Son prédécesseur, l'Alliance européenne pour la liberté n'avait pas réussi à former un groupe au parlement européen alors que le parti avait réalisé des bons scores comme en France avec le FN qui était arrivé en tête, avec 24,86 % des voix, et remporte 24 sièges[23].

Pour les élections européennes de 2019, des membres du parti lancent l'Alliance européenne des peuples et des nations qui vise à créer un grand groupe nationaliste au Parlement européen en regroupant plusieurs partis européens. Alors que l'Alliance européenne des peuples et des nations fait élire 73 députés européens, 58 sont membres de partis affiliés au MENL. Le , le groupe ENL est renommé en Identité et démocratie et rassemble les 73 députés de l'alliance. À la suite de ce renommage, le MENL est aussi renommé en Parti Identité et démocratie.

Partis membresModifier

Pays Parti Année d'adhésion Parlementaires nationaux Députés européens
Chambre haute Chambre basse
  Autriche Parti de la liberté d'Autriche 2014
16  /  61
31  /  183
3  /  19
  Belgique Vlaams Belang 2014
7  /  35
18  /  87
3  /  21
  Bulgarie Volya ?
12  /  240
0  /  17
  Estonie Parti populaire conservateur d'Estonie 2019
19  /  101
1  /  7
  France Rassemblement national 2014
1  /  348
6  /  577
23  /  79
  Grèce Néa Dexiá 2018
0  /  300
0  /  21
  Italie Ligue - Salvini Premier 2014
58  /  315
125  /  630
29  /  76
  Pologne Congrès de la Nouvelle Droite 2014
0  /  100
0  /  460
0  /  52
  Portugal Chega 2020
1  /  230
0  /  21
  République tchèque Liberté et démocratie directe 2017
0  /  81
19  /  200
2  /  21
  Royaume-Uni Mouvement pour la Grande-Bretagne 2019
0  /  781
0  /  650
  Slovaquie Nous sommes une famille 2019
11  /  150
0  /  13

Bureau politiqueModifier

Parti Pays Nom Fonction
VB   Belgique Gerolf Annemans Président
RN   France Jean-François Jalkh Trésorier
  Royaume-Uni Janice Atkinson Membre du bureau
RN   France Marine Le Pen Membre du bureau
RN   France Nicolas Bay Membre du bureau
LN   Italie Angelo Ciocca Membre du bureau
KNP   Pologne Michał Marusik Membre du bureau
FPO   Autriche Harald Vilimsky Membre du bureau

Anciens présidentsModifier

RéférencesModifier

  1. a et b « À Bruxelles, pas de groupe mais une fondation pour le FN », sur Le HuffPost, (consulté le 24 novembre 2015).
  2. a et b « À Perpignan, le Front national accuse l’Europe et le pouvoir (notre interview video de Marine Le Pen) », sur Lindependant.fr, (consulté le 24 novembre 2015).
  3. « Identity and Democracy Group: United on the Outside, Divided on the Inside? - Le portail de référence pour l'espace de liberté, sécurité et justice »,
  4. Gerardo Fortuna, « New European Parliament starts solving its power-sharing puzzle »,
  5. « The Year of Populism: Europe's Right Wing Takes Aim at the EU », sur Spiegel Online,
  6. « Le Pen Wows Europe’s Rightist Hopefuls in Sofia »,
  7. Jennifer Rankin, « MEPs create biggest far-right group in European parliament », sur The Guardian,
  8. « Far-right parties form new group in European Parliament », sur Deutsche Welle,
  9. « France's Le Pen unveils new far-right European Parliament group », sur Reuters,
  10. Jonathan Stearns, « Far-Right Faction in EU Parliament Is Recreated as Bigger Force », sur Bloomberg,
  11. « Far-right group in EU parliament doubles in strength », sur France 24,
  12. Lorne Cook, « Europe's populists rebrand but policies remain the same », sur Associated Press, |« Parliament groups vow to stop far-right MEPs chairing committees », POLITICO,‎ (lire en ligne, consulté le 12 août 2019)
  13. « european-elections-parliament-bots-social-media-matteo-salvini-far-right », sur The Independent,
  14. « New European far-right coalition named Identity and Democracy », sur Euronews,
  15. a et b (en) Wolfram Nordsieck, « European Union », sur parties-and-elections.eu, (consulté le 22 septembre 2018).
  16. https://orca.cf.ac.uk/77359/7/euroscepticism.pdf
  17. (en) « Grants from the European Parliament to political parties at European level per party and per year » [PDF], sur europarl.europa.eu, .
  18. (en) « Grants from the European Parliament to political foundations at European level per foundation per year » [PDF], sur europarl.europa.eu, .
  19. (en) « National Delegations – Movement for a Europe of Nations and Freedom », sur menleuropa.eu (consulté le 24 novembre 2015).
  20. Hugo Domenach et Nicolas Lebourg, « Marine Le Pen a pris le leadership de l'extrême droite en Europe », sur lepoint.fr, (consulté le 10 octobre 2016).
  21. « Liste des partis politiques européens et fondations politiques européennes enregistrés », sur appf.europa.eu (consulté le 13 octobre 2017).
  22. « Autriche : les conservateurs invitent l’extrême droite à former un gouvernement », sur lemonde.fr, (consulté le 18 décembre 2017).
  23. « Résultats des élections européennes 2014 », sur interieur.gouv.fr.

Lien externeModifier