Moldave

langue romane, variante du roumain

Moldave
Limba moldovenească (ro)
Pays Moldavie
Typologie SVO + OSV syllabique
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Flag of Moldova.svg République de Moldavie
Drapeau de la Transnistrie Transnistrie
Régi par Académie des sciences de Moldavie
Codes de langue
IETF ro, mo[1]
ISO 639-1 ro, mo[1]
ISO 639-2 ron, rum, mol[1]
Échantillon
Limba noastră cea frumoasă[2]

Dans le domaine des langues, le nom moldave peut désigner deux choses :

En violet le plateau calcaire moldave (adjectif) en Europe.
Aire du « parler moldave » (gris foncé superposé) et « roumain langue officielle » (jaune).
Le roumain comme langue officielle, seul (rose) ou avec d'autres langues.
Parlers régionaux du roumain (graiuri)
en rouge – parlers du nord : banatéen, transylvain, maramuréchois et moldave;
en bleu – parlers du sud ou valaques : oltéan, monténien et dicien.

LinguistiqueModifier

Du point de vue sociolinguistique, parler savant et parlers régionaux, dont les locuteurs peuvent se comprendre spontanément et complètement sans traducteur ni dictionnaire, sont une « langue unitaire dont les formes passées et actuelles présentent tant de traits structurels communs scientifiquement établis, qu'elles constituent un seul ensemble »[6]. Les linguistes s'accordent pour appliquer l'appellation « moldave » au parler abstand de la Moldavie historique, l'une des variantes régionales du roumain, scientifiquement vérifiable. En revanche, lorsque « moldave » désigne la langue roumaine moderne standard ausbau uniquement dans les pays issus de l'ex-Union des républiques socialistes soviétiques (Moldavie et Ukraine principalement), il s'agit d'un choix purement politique remontant à un décret soviétique du en République socialiste soviétique autonome moldave, annulé le et remis en vigueur le [7].

Comme les nombreuses sources soviétiques (sauf entre le et le [8]), diverses sources modernes, russes, russophiles ou russophones de Moldavie récusent les travaux des linguistes et affirment que « moldave » et « roumain » seraient deux langues différentes, la première parlée en Moldavie et la seconde en Roumanie, ou bien que le moldave serait un dialecte local parlé exclusivement en République de Moldavie tandis que le roumain serait une langue savante née en Roumanie et adoptée par une minorité de citadins moldaves : voir le débat autour de l'identité moldave[9]. La législation moldave reconnait les deux dénominations comme « analogues »[10].

Histoire ancienneModifier

Avant qu'Edgar Quinet, Jules Michelet, Émile Ollivier et Élisée Reclus, dans le Mercure de France, les Légendes démocratiques du nord et la Géographie universelle ne généralisent pour les roumanophones et leur langue le nom de « roumain », la langue romane parlée par la majorité de locuteurs de Moldavie, de Valachie, de Transylvanie et de Dobrogée, nommés en français Valaques et/ou Moldaves, était nommée « valaque » ou « moldo-valaque » (mais « româna » en roumain[11]).

L'union des principautés danubiennes de Valachie et de Moldavie est l'aboutissement de la renaissance culturelle roumaine sous l'influence (comme ailleurs en Europe) des Lumières, manifestée par les révolutions de 1821 et de 1848. Ce processus, menaçant l'intégrité territoriale de l'Autriche-Hongrie en Transylvanie et en Bucovine moldave ainsi que celle de l'Empire russe en Bessarabie, a suscité des études des historiographies austro-hongroise et russe puis soviétique, axées sur l'idée, initialement émise par Edouard Robert Rösler (ro) que les Roumains seraient intialement des balkaniques qui auraient immigré tardivement au nord du Danube, sur des territoires hongrois ou russes, et que leur identité serait une « construction artificielle récente ». Avant l'URSS, l'Empire russe avait déjà combattu l'usage du roumain/moldave en Bessarabie après avoir annexé cette partie de la Moldavie en 1812 : en 1829, cette langue est interdite dans l'administration ; en 1833, elle est interdite dans les établissements d'enseignement secondaire, puis dans les écoles primaires en 1860 ; enfin en 1871 le roumain/moldave est purement et simplement interdit dans toute la sphère publique par ukase impérial[12].

En mars 1918, la République démocratique moldave proclamée l'année précédente en Bessarabie, s'unit à la Roumanie, reformant ainsi la Moldavie historique, au sein de la « Grande Roumanie ». La langue romane parlée par ses habitants a été naturellement nommée « roumain », et non « moldave », comme le faisaient les ethnographes russes.

Ce fut aussi le cas dans la « république autonome socialiste soviétique moldave » créée le par les soviétiques en République socialiste soviétique d'Ukraine, jusqu'au décret du qui réintroduisit officiellement la dénomination de « moldave » et l'écriture cyrillique, dans un contexte politique précis : l'URSS venait de signer un traité de non-agression avec la Roumanie, renonçant à « soviétiser » toute la Roumanie et ne revendiquant plus que la Bessarabie, développant pour cela une nouvelle ligne idéologique, le « moldavisme » : les ethnographes soviétiques affirment dès lors que les « Moldaves » ne sont plus une partie du peuple roumain (celle habitant à l'Est des Carpates, dans le sens géographique du mot « Moldaves »), mais un peuple « différent des Roumains » et vivant exclusivement dans la « RASSM » et en Bessarabie[13].

Lorsque l'URSS annexe la Bessarabie en 1940, conformément aux accords du pacte Hitler-Staline, le terme de « moldave » redevient officiel dans la nouvelle République socialiste soviétique moldave. Dès lors, la position soviétique fut que la Bessarabie aurait eu dès le départ une « histoire différente de la Moldavie », appartenant successivement à la Russie kiévienne, à la Lituanie puis à l'Empire ottoman, et qu'en raison de la cohabitation, dès le Ve siècle, des latinophones avec une majorité de locuteurs d'origine slave, une « langue moldave différente du roumain » y serait apparue. Selon cette thèse officielle[14], le roumain serait une langue née en Valachie puis diffusée en Moldavie occidentale roumaine, langue beaucoup plus romane que le moldave, avec beaucoup moins d'influences slaves. Cette thèse était développée en URSS, au moment où dans la nouvelle Roumanie communiste, l'Académie roumaine promouvait les études slaves et insistait sur l'importance de l'influence slave en roumain. En URSS, l'alphabet latin pour le moldave avait été abandonné en 1938 pour l'alphabet cyrillique russe (différent de l'alphabet cyrillique gréco-slavon du roumain médiéval) et la langue russe est devenue pour les roumanophones la condition d'accès à un meilleur niveau d'éducation, d'ascension sociale et de pouvoir politique.

Histoire récenteModifier

Les positions de l'historiographie, de la linguistique et de l'ethnologie des pays communistes ont servi de sources durant des décennies à de nombreux ouvrages occidentaux et, encore au XXIe siècle, de nombreux atlas historiques figurent la Bessarabie comme une région extérieure à la Moldavie historique, avec une histoire russe ou ottomane distincte, et présentent le « moldave » comme différent du roumain.

L'existence du « moldave » en tant que langue différente de la langue roumaine est l'objet d'une controverse politico-linguistique proche de l'alternative « canard-lapin ». Depuis 1986 (avènement de la perestroïka et de la glasnost en URSS), le « moldave » est l'enjeu d'une lutte politique en Moldavie, les roumanophones l'utilisant pour affirmer leur identité face à la russification, et les russophones pour affirmer l'identité locale de la Moldavie face aux partisans d'une union avec la Roumanie[15].

En 1989, le moldave a été déclaré langue officielle de la république de Moldavie (qui était encore une république socialiste soviétique) et l'usage de l'alphabet latin a été rétabli. Le le moldave fut officiellement reconnu comme « roumain ». Lors de l'indépendance de la république de Moldavie en août 1991, la constitution (article 13-1) établit que : « La langue officielle de la république de Moldavie est la langue roumaine, et utilise l'alphabet latin ». Un drapeau et des armoiries proches du drapeau et des armoiries roumaines furent adoptés, ainsi que la devise : « Virtus Romaniae rediviva ». L'hymne d'État de la Roumanie « Réveille-toi, roumain » fut également adopté en Moldavie[16].

Craignant pour leurs avantages, les non-roumanophones réagissent très vivement, la Russie et l'Ukraine (cette dernière avait alors des dirigeants pro-russes) menacent de couper le gaz et l'électricité (« journées noires » de 1991-92) et empêchent les autorités moldaves de prendre le contrôle de la totalité de leur territoire (guerre du Dniestr en 1992, perdue par la Moldavie et gagnée par la 14e armée russe, commandée par Alexandre Lebed). À la suite de ces défaites, les partisans de l'union moldo-roumaine deviennent minoritaires dans l'électorat alors que les communistes reforment leur parti et recrutent massivement, devenant rapidement très influents[17].

Depuis l'indépendance de la Moldavie en , la position officielle des autorités moldaves varie selon leur majorité politique :

  • de 1991 à 1993 elle a été qu'il n'y a pas de « langue moldave », la langue de la Moldavie étant alors dénommée « roumain », à égalité avec les autres langues du pays qui n'ont pas été dénommées « moldoslave » ou « moldoturc », mais bien « russe », « ukrainien » et « gagaouze » comme le souhaitaient leurs locuteurs[18];
  • en 1993, les proportions et les nuances chromatiques du drapeau sont changés, la devise est modifiée en « Virtus Moldaviae rediviva », un autre hymne d'état est adopté (« Notre belle langue ») et surtout, la langue et l'identité des romanophones sont à nouveau officiellement définies comme « moldaves, différentes du roumain » par l'article 13 de la nouvelle constitution, adoptée en 1994[19];
  • en 1996, une proposition du président de la république Mircea Snegur de revenir au nom « roumain » de la langue pour des raisons scientifiques et historiques, fut rejetée par le parlement moldave à majorité pro-russe[20] ;
  • entre 2001 et 2009, alors que les communistes sont au pouvoir, le « moldave » était défini comme une langue « différente du roumain », et les personnes affirmant que c'est du roumain, sont considérées comme des « agents de l'impérialisme roumain » : des enseignants furent mis à pied et condamnés pénalement pour cette raison, déclenchant en de grandes manifestations dans la capitale ;
  • de 1994 à 2001 et depuis 2009, la position officielle est un compromis : le moldave serait une langue « par elle-même » (de sine stătătoare) mais « analogue au roumain » (analoagă cu limba română)[21] ;
  • depuis le , officiellement « les deux dénominations désignent une même langue et sont légalement admissibles » selon la cour constitutionnelle de Moldavie[22].

Le gouvernement alors communiste de la république de Moldavie entreprend de rendre au russe ses privilèges d'avant l'indépendance, en décrétant son apprentissage comme langue étrangère obligatoire à l'école en 2002, et le déclarant « langue de communication inter-ethnique » (язык межнационального общения, comme à l'époque soviétique) en 2006, ce qui dispense les minorités non roumanophones de connaître la langue d'État du pays, mais oblige la majorité autochtone à connaître le russe. Cette mesure a provoqué des manifestations massives, durement réprimées, à Chișinău et dans d'autres grandes villes. En 2003, le gouvernement moldave fait publier un dictionnaire bilingue moldave-roumain, accompagné d'une préface virulente avec pour objectif de démontrer que les deux pays parlent des langues distinctes. Les linguistes de l'Académie roumaine ont rappelé que tous les mots présntés dans ce dictionnaire comme moldaves sont aussi des mots roumains. Même en république de Moldavie, le doyen de l'Institut de Linguistique, Ion Bărbuță, a qualifié ce dictionnaire d'« absurdité qui ne sert qu'à des fins politiques ».

L'article 13 de la Constitution, conforme au « droit du sol », crée une double discrimination linguistique[23] :

  • d'une part, seuls les autochtones roumanophones et leur langue sont considérés « Moldaves », ce qui exclut les minorités de la construction de l'identité du pays ;
  • d'autre part, seules les minorités peuvent développer librement leur langue, leur culture et leur identité en lien avec des cultures dépassant les frontières du pays (culture russe, ukrainienne, bulgare, turcophone…) ; les « Moldaves », s'ils se réfèrent à la culture roumaine, sont considérés comme « minorité nationale » dans leur propre pays et s'exposent à des discriminations.

Conformément à l'article 13, les roumanophones peuvent au choix se déclarer « Moldaves » ou « Roumains » mais un « Moldave » peut déclarer le « roumain » comme langue maternelle. Au recensement de 2014, parmi les roumanophones (78 % de la population), seuls 3 % ont osé se déclarer « Roumains », les autres jugeant plus neutre de se déclarer « Moldaves » ; toutefois 22 % de ces derniers ont déclaré le roumain comme langue maternelle[24].

Après des années de manifestations, d'arrestations, de controverses, de limogeages de chercheurs et d'enseignants, de plaintes et de procès, la Cour Constitutionnelle moldave fut saisie de cette « querelle des dénominations » et, le , par son arrêt no 36, décréta que « les deux dénominations désignent une même langue et sont légalement admissibles »[25], mettant ainsi un terme à toutes les poursuites entamées entre 2001 et 2009 par les gouvernements à majorité communiste de Vladimir Voronine pour « propagation de fausses informations et propagande impérialiste roumaine »… mais sans abolir l'article 13.

 
Manifestation à Chișinău en février 2002 pour la reconnaissance de la roumanité du « moldave ».

Si la législation moldave suivait le « droit du sol » et n'avait pas appelé officiellement « moldave » la langue autochtone, tous les habitants du pays seraient également des « Moldaves » quelles que soient leurs langues, et le roumain serait la langue de 78 % d'entre eux, à côté du russe, de l'ukrainien, du gagaouze et du bulgare… sur le modèle belge ou suisse où tous les citoyens du pays sont également des « Belges » ou des « Suisses » quelles que soient leurs langues[26]. Mais ce n'est pas le cas et le débat autour de l'identité moldave continue ; les humoristes, tels Valentin Stratan, préfèrent en rire : « -Qu'est-ce que le moldave ? » demandent-ils. « - C'est notre langue » répondent-ils, « sauf que nous ne le savions pas, parce que nous ne comprenions pas le russe ! ». Lorsqu'on leur demande quelle langue ils parlent, ils répondent « notre langue ! » pour éviter de la nommer (on trouve une attitude analogue chez les locuteurs du serbo-croate qui, craignant les réactions nationalistes respectivement bosniennes, croates, monténégrines ou serbes, la nomment simplement naš jezik « notre langue »[27].

Sur la rive gauche du Dniestr, administrée par l'état autoproclamé de Transnistrie, le « moldave » est écrit, comme à l'époque soviétique, en caractères cyrilliques russes (« лимба молдовеняскэ » = « limba moldovenească »)[28], conformément à l'article 12 de la constitution transnistrienne[29].

En français, le dictionnaire Larousse signale que le nom « moldo-valaque » signifie familièrement : « langue incompréhensible, charabia » et l'adjectif « originaire d'un pays éloigné et bizarre, peut-être inexistant »[30]. Dans la série Les Aventures de Tintin, une injure du capitaine Haddock est « Moldo-Valaque ! »[31].

Notes et référencesModifier

  1. a b et c mo est déprécié, l'IETF préconise d'utiliser ro à la place :
  2. « Notre belle langue »
  3. [1]
  4. Arrêt de la Cour Constitutionnelle moldave sur [2]
  5. Constitution de la République de Moldavie.
  6. Christina Ossenkop, Otto Winkelmann (eds.), Les frontières linguistiques dans la Romania, éd. De Gruyter (coll. Manuals of Romance Linguistics 11), Berlin, (ISBN 9783110313390).
  7. Gheorghe Negru, Politica etnolingvistică în R.S.S. Moldovenească (Politique ethnolinguistique en RSS Moldave), éd.: „Prut Internaţional”, Chişinău, 2000, 132 pp., (ISBN 9975-69-100-5).
  8. Entre le 2 février 1932 et le 27 février 1938, les autorités soviétiques, elles aussi, étaient revenues durent six ans à la dénomination de « roumain » : voir G. Negru, op. cit.
  9. Nicolas Trifon, La Langue roumaine au cœur de la problématique de reconstruction nationale de la république de Moldavie, in Wanda Dressler (éd.), Le Second Printemps des nations, p. 257-281, Bruylant, Bruxelles, 1999 ; Retour sur une trouvaille stalinienne, la langue moldave, dans « Au sud de l'Est », no 3, Non-lieu, Paris, 2007.
  10. Source : [3]
  11. Bien qu'Ernest Gellner ait écrit que « ce sont les États qui créent les nations », la notion de « Roumain » ou « Aroumain » n'apparaît pas avec la Roumanie moderne (comme l'affirment les historiens soviétiques et russes de Moldavie) mais la précède. Les premières attestations des Valaques se désignant eux-mêmes avec le nom de « romain » datent du XVIe siècle, alors que des humanistes italiens commencent à rendre des récits écrits sur leurs voyages dans les zones habitées par des Valaques. Ainsi :
    • Tranquillo Andronico écrit en 1534 que les Roumains (« Valachi ») « s'appellent eux-mêmes Romains » (« nunc se Romanos vocant » in A. Verress, Acta et Epistolae, I, p. 243).
    • En 1532 Francesco della Valle accompagnant le gouverneur Aloisio Gritti note que les « Roumains » ont préservé leur nom de « Romains » et qu'« ils s'appellent eux-mêmes Roumains (Romei) dans leur langue ». Il cite même une phrase : « Sti rominest ? » (« sais-tu roumain ? », en roumain : « știi românește ? ») : « [...] si dimandano in lingua loro Romei [...] se alcuno dimanda se sano parlare in la lingua valacca, dicono a questo in questo modo: Sti Rominest ? Che vol dire: Sai tu Romano [...] » (in Cl. Isopescu, Notizie intorno ai romeni nella letteratura geografica italiana del Cinquecento, in Bulletin de la Section Historique, XVI, 1929, p. 1-90).
    • Ferrante Capeci écrit vers 1575 que les habitants des « provinces valaques de Transsylvanie, Moldavie, Hongro-valaquie et Mésie » s'appellent eux-mêmes Roumains (Romanesci) (« Anzi essi si chiamano romanesci, e vogliono molti che erano mandati quì quei che erano dannati a cavar metalli... » in Maria Holban, Călători străini despre Țările Române, vol. II, p. 158– 161).
    • Pierre Lescalopier remarque en 1574 que « tout ce pays la Wallachie et Moldavie et la plupart de la Transilvanie a esté peuplé des colonies romaines du temps de Trajan l'empereur… Ceux du pays se disent vrais successeurs des Romains et nomment leur parler romanechte, c'est-à-dire romain… » (Voyage fait par moy, Pierre Lescalopier l'an 1574 de Venise a Constantinople, fol 48 in Paul Cernovodeanu, Studii și materiale de istorie medievală, IV, 1960, p. 444).
    • Le Saxon transylvain Johann Lebel note en 1542 que les Valaques se désignent eux-mêmes sous le nom de « Romuini » : « Ex Vlachi Valachi, Romanenses Italiani, /Quorum reliquae Romanensi lingua utuntur.../Solo Romanos nomine, sine re, repraesentantes./Ideirco vulgariter Romuini sunt appelanti » (Ioannes Lebelius, De opido Thalmus, Carmen Istoricum, Cibinii, 1779, p. 11-12).
    • Le chroniqueur polonais Orichovius (Stanisław Orzechowski) observe en 1554 qu'« en leur langue ils s'appellent Romin, selon les Romains et Valaques en polonais, d'après les Italiens » (« qui eorum lingua Romini ab Romanis, nostra Walachi, ab Italis appellantur » in St. Orichovius, Annales polonici ab excessu Sigismundi, in I. Dlugossus, Historiae polonicae libri XII, col 1555).
    • Le croate Antonio Veranzio remarque vers 1570 que les Valaques se nomment eux-mêmes romains (roumains) : « [...] Valacchi, qui se Romanos nominant [...] Gens quae ear terras (Transsylvaniam, Moldaviam et Transalpinam) nostra aetate incolit, Valacchi sunt, eaque a Romania ducit originem, tametsi nomine longe alieno [...] » (in De situ Transsylvaniae, Moldaviae et Transaplinae, in Monumenta Hungariae Historica, Scriptores; II, Pesta, 1857, p. 120).
    • Le Hongrois transylvain Martinus Szent-Ivany cite en 1699 les expressions : « Sie noi sentem Rumeni » (« nous aussi, nous sommes roumains », pour le roumain : « Și noi suntem români ») et « Noi sentem di sange Rumena » (« nous sommes de sang roumain », pour le roumain : « Noi suntem de sânge român ») : Martinus Szent-Ivany, Dissertatio Paralimpomenica rerum memorabilium Hungariae, Tyrnaviae, 1699, p. 39.
    • À la même époque, Grigore Ureche (Letopisețul Țării Moldovei, p. 133-134) écrit : « În Țara Ardealului nu lăcuiesc numai unguri, ce și sași peste seamă de mulți și români peste tot locul [...] ».
    • Dans son testament littéraire, Ienăchiță Văcărescu écrit : Urmașilor mei Văcărești!/Las vouă moștenire:/Creșterea limbei românești/Ș-a patriei cinstire (littéralement « A mes descendants Vacaresques/je laisse en héritage/la croissance de la langue roumanesque/et la patrie en hommage »).
    • Enfin dans son Istoria faptelor lui Mavroghene-Vodă și a răzmeriței din timpul lui pe la 1790, Pitar Hristache versifie : Încep după-a mea ideie/Cu vreo câteva condeie/Povestea mavroghenească/De la Țara Românească (« Je commence selon mon idée/avec quelques plumiers/l'histoire Mavroghénie/de la Valachie »).
  12. K. Heitmann : Moldauisch in Holtus, G., Metzeltin, M. et Schmitt, C. (dir.) : Lexicon der Romanschinen Linguistik, Tübingen, vol 3. 508-21, 1989.
  13. Gheorghe Negru: La politique ethnolinguistique de la R.S.S. Moldave, éd. Prut International, Chisinau 2000, (ISBN 9975-69-100-5), pages 20-24.
  14. Grande Encyclopédie Soviétique, article « Moldave »
  15. Patrick Sériot, Le nom des langues en Europe centrale, orientale et balkanique, Limoges, Lambert-Lucas, , 312 p. (ISBN 978-2-35935-251-1), p. 163-200
  16. Conférence de Mircea Snegur sur Rétrospective de l'indépendance.
  17. (ro + ru) Site officiel du PCRM
  18. Mircea Snegur cité sur Jurnal de Chișinău, 22 august 2006 - 15 ani de la declararea independenței
  19. Constitution de la république de Moldavie.
  20. Tatiana Ețco, Mircea Snegur sur Mircea Snegur: Cetățenii sunt eroii Independenței, Le veilleur no 339 du 25 août 2011 consulté le 21 octobre 2011, et Rétrospective depuis l'indépendance sur [4].
  21. Conférence commémorative de l'ancien président Mircea Snegur sur Retrospectiva Independenței R. Moldova în fapte și declarații ale președinților RM
  22. Chisinau Recognizes Romanian As Official Language, Radio Free Europe, 5 décembre 2013, sur [5]
  23. Lois discriminatoires concernant les langues sur [6].
  24. (ro) « rezultatele oficiale ale recensămîntului din Republica Moldova ».
  25. Arrêt de la Cour Constitutionnelle moldave (lire en ligne).
  26. Voir Academia Romana combate "limba moldoveneasca": ZIUA.
  27. E. C. Hawkesworth, (en) « Serbian-Croatian-Bosnian Linguistic Complex » (« Le complexe linguistique serbe-croate-bosnien »), in Keith Brown et Sarah Ogilvie (dir.), Concise Encyclopedia of Languages of the World (« Petite encyclopédie des langues du monde »), Elsevier, Oxford 2009, (ISBN 978-0-08-087774-7), p. 935-937.
  28. Dérivé de l'alphabet cyrillique russe, et utilisé pour la langue roumaine en URSS depuis 1938, l'alphabet cyrillique moldave moderne est différent de l'ancien alphabet cyrillique gréco-slavon utilisé par la langue roumaine avant 1857 : cf. Denis Deletant, Slavonic letters in Moldova, Wallachia & Transylvania from the tenth to the seventeenth centuries, éd. Enciclopedică, Bucarest, 1991, et Costache Negruzzi, Courrier des deux sexes,I, no 22, p. 337–343
  29. (en) « Constitutional Court », sur www.kspmr.idknet.com.
  30. « Définitions : moldo-valaque - Dictionnaire de français Larousse », sur www.larousse.fr.
  31. « «Tintin» en moldo-valaque. », sur liberation.fr, .

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Sources bibliographiquesModifier

  • Stella Ghervas, « La réinvention de l'identité moldave après 1989 », Regard sur l'Est,
  • Gheorghe Negru: La politique ethnolinguistique en Moldavie, Prut International, Chisinau 2000, (ISBN 9975-69-100-5)
  • « Guerre et paix des langues sur fond de malaise identitaire » dans Mateï Cazacu, N. Trifon, République de Moldavie : un État en quête de nation, Paris, Non Lieu, 2010, p. 169-276.