Ouvrir le menu principal

Langue SVO

langue dont les phrases suivent généralement un ordre sujet-verbe-objet
Fréquence de distribution de l'ordre des mots dans les langues
Ordre Résultat en français Proportion Exemples
SOV il la pomme mange 45 % Japonais, latin, tamoul, basque
SVO il mange la pomme 42 % Français, mandarin, russe
VSO mange il la pomme 9 % Irlandais, arabe
VOS mange la pomme il 3 % Malgache, baure
OVS la pomme mange il 1 % Apalai, hixkaryana
OSV la pomme il mange moins de 1 % Warao
Proportions d'après l'étude de 402 langues par Russell S. Tomlin publiée en 1986[1],[2]

Une langue SVO est, en typologie syntaxique, une langue dont les phrases suivent généralement un ordre sujet-verbe-objet.

Cet ordre est l'ordre le plus important pour ce qui est du nombre d'utilisateurs et le deuxième plus fréquent, représentant environ 42 % des langues[3], après SOV. Ces deux ordres représentant un total de 75 % des langues du monde[4].

SVO est également celui qui s'est le plus développé parmi les créoles. Cela laisse supposer que cette ordre confore le plus naturellement à la psychologie humaine[5]. Il est le plus fréquent dans les langues indo-européennes.

Sommaire

ExemplesModifier

Le français est de ce type (« le chat mange la souris ») ; néanmoins, ce n'est pas systématique. L'exemple le plus célèbre est celui des nombreuses déclinaisons de la phrase de Molière dans Le Bourgeois gentilhomme : « belle marquise, vos beaux yeux me font mourir d'amour[6] ».

FrançaisModifier

Phrase Le chat mange la souris.
Mots Le chat mange la souris.
Partition Sujet Verbe Objet

ChinoisModifier

Phrase 我买了一本书。
Mots 买了 一本书。
Glose J' ai acheté un livre
Partition Sujet Verbe Objet
Traduction J'ai acheté un livre.

Utilisation majeureModifier

Utilisation mineureModifier

EspagnolModifier

Bien qu'appartenant aux langues de type SVO, l'espagnol, dans de nombreux cas, omet le sujet. Le verbe est alors porteur à la fois du sujet, du mode et du temps, ce qui réduit la phrase à un verbe (V), suivi de son objet (O). De plus, l'espagnol utilise énormément les « sujets réels », qui suivent presque toujours le prédicat ("Me gustan los coches / Le gustan los coches / A él/ella le gustan los coches" - J'aime les voitures » « Il/Elle aime les voitures » « Les voitures lui plaisent » (Lui se référant à él/ella) - Le verbe s'accordant avec l'objet de la phrase « Los coches » et non avec le sujet « me »). Bien que la langue était originellement SVO, l'espagnol se comporte davantage comme une langue VSO ou VOS à cause du grand nombre de verbes qui s'accordent avec l'objet mais qui sont réfléchis vers le destinataire de l'action décrite ("Gustarle algo a alguien" - « Lui plaire quelque chose à quelqu'un » (VOS)).

FrançaisModifier

Dans la forme SVO, l'acteur est devant, l'action de transition au milieu et le récepteur/subisseur ensuite. Ainsi, le verbe sépare clairement les deux parties nominales de la phrase, à l'image d'un graphe : acteur → relation-verbe ← patient. Pour la plupart des auteurs classiques (point d'apothéose de cette façon de voir avec Antoine Rivarol : Discours sur l'universalité de la langue française), cela donne plus de logique à la langue. Cependant, certains trouvent ce genre de raisonnement hâtif et n'estiment cet ordre plus logique pour les francophones que parce qu'ils en ont l'habitude.

D'ailleurs, bien que le français ait généralement l'ordre SVO, cette typologie ne s'applique pas systématiquement, surtout à l'oral. On trouve très souvent dans le français quotidien des locutions comme Il les adore (ordre SOV).

Notes et référencesModifier

  1. (en) Charles F. Meyer, Introducing English linguistics—International student edition.
  2. (en) Russell Tomlin, Basic word order : functional principles, Londres, Croom Helm, 1986, p. 22.
  3. Russell Tomlin, "Basic Word Order: Functional Principles", Croom Helm, London, 1986, page 22
  4. David Crystal, The Cambridge Encyclopedia of Language, Cambridge, Cambridge University Press, (ISBN 0-521-55967-7)
  5. Diamond, Jared. The Rise and Fall of the Third Chimpanzee. p. 143
  6. D'amour mourir me font, sur le site moliere.paris-sorbonne.fr, consulté le 6 mars 2013

Voir aussiModifier