Ouvrir le menu principal

Monténégrin

langue slave méridionale
Caractères cyrilliques Cette page contient des caractères cyrilliques. En cas de problème, consultez Aide:Unicode ou testez votre navigateur.

Monténégrin
црногорски / crnogorski
Pays Drapeau du Monténégro Monténégro, Drapeau de la Serbie Serbie, Drapeau de la Croatie Croatie, Drapeau de l'Albanie Albanie
Région Péninsule Balkanique
Nombre de locuteurs Monténégro : 229 251[1]
Total : 232 646[2]
Typologie SVO + ordre libre, flexionnelle, accusative, accentuelle, à accent de hauteur
Classification par famille
Statut officiel
Langue officielle Drapeau du Monténégro Monténégro
Codes de langue
ISO 639-2 cnr
ISO 639-3 cnr
Étendue langue individuelle
Type langue vivante
IETF cnr
Glottolog mont1282

Le monténégrin (en alphabet cyrillique црногорски, en alphabet latin crnogorski) est l’une des variétés standard de la langue appelée « serbo-croate » par certains linguistes[3], et par d’autres – « diasystème slave du centre-sud »[4], štokavski jezik « langue chtokavienne »[5], standardni novoštokavski « néochtokavien standard »[6] ou BCMS (bosnien-croate-monténégrin-serbe)[7].

Du point de vue de la sociolinguistique, c’est une langue standardisée pluricentrique[8] commune aux Monténégrins, aux Bosniaques, aux Croates et aux Serbes, ayant pour base son dialecte chtokavien, ses autres variétés standard étant le croate, le serbe et le bosnien[9].

La standardisation du monténégrin est relativement récente, ayant commencé après le démembrement de la Yougoslavie et accélérée après la séparation du Monténégro de la Serbie. Les linguistes qui y travaillent cherchent à différencier son standard des autres surtout en y incluant des traits spécifiques communs à tous les parlers du Monténégro et des traits de la langue de la littérature monténégrine d’avant la réforme de la langue littéraire serbe par Vuk Stefanović Karadžić[10]. Comme les autres variétés standard de la langue commune, le monténégrin aussi est langue officielle, avec l’appellation « langue monténégrine »[11].

Locuteurs et statut officielModifier

 
Carte ethnique du Monténégro par localités selon la déclaration d'ethnie au recensement de 2011.
 
Répartition de la population du Monténégro selon la déclaration de langue maternelle au recensement de 2011 :
  • Localités avec plus de 50 % d’habitants de langue maternelle monténégrine
  • Localités avec moins de 50 % d’habitants de langue maternelle monténégrine
  • Localités avec plus de 50 % d’habitants de langue maternelle serbe

Selon les données du recensement de la population effectué en 2011, sur un total de 620 029 habitants du Monténégro, 278 865 personnes, soit 44,98 % de la population se déclaraient d’ethnie monténégrine, 178 110 (28,73 %) se déclarant Serbes. Pour ce qui est de la langue, 393 740 déclaraient comme langue maternelle le serbe et 229 251 le monténégrin. 42,88 % des habitants du Monténégro se considéraient donc comme des locuteurs du serbe et 36,97 % déclaraient avoir le monténégrin comme langue maternelle[1].

Il y a aussi des données sur les Monténégrins dans les pays suivants :

Pays Nombre des personnes Statut des personnes
Serbie 38 527 d’ethnie monténégrine[12]
2 519 de langue maternelle monténégrine[13]
Croatie 4 517 d’ethnie monténégrine[14]
876 de langue maternelle monténégrine[15]
Slovénie 2 667 d’ethnie monténégrine[16]
Albanie 366 d’ethnie monténégrine[17]

Le nombre total des personnes ayant déclaré le monténégrin comme langue maternelle aux recensements des divers pays est de 232 646.

Le monténégrin n’est langue officielle qu’au Monténégro, les langues des minorités nationales (le serbe, le bosniaque, l’albanais et le croate) y étant elles aussi d’usage officiel[11].

Polémique autour de l’idée de « langue monténégrine »Modifier

Le Monténégro présente un exemple de ces fragmentations d’identités nationales dans les États post-soviétiques et post-yougoslaves à la fin du XXe siècle[18]. Cette fragmentation, que les dirigeants des nouveaux États ont estimée nécessaire pour légitimer leur indépendance, repose sur deux développements principaux :

  • la construction d’une histoire propre insistant sur tout ce qui sépare l’État de ses voisins ;
  • l’affirmation de l'existence d’une langue locale, ici monténégrine.

L’élite politique et culturelle s’est ainsi divisée en une fraction « pro-intégration » avec la Serbie et une fraction indépendantiste, qui a eu gain de cause.

Cette construction d’identité a porté le débat politique dans le champ scientifique, en cherchant à argumenter les thèses politiques par des recherches linguistiques ou historiques visant à collecter ceux des indices pouvant légitimer la thèse défendue.

Ainsi, les adeptes de l’idée de langue monténégrine sont en mêmes temps adeptes de l’indépendance du Monténégro. Les intellectuels du Centre PEN monténégrin, protestant contre la constitution de 1992 du Monténégro, qui stipulait que la langue officielle de la république était le serbe, avancent comme argument principal le droit de chaque nation d’avoir sa propre langue, s’appuyant en cela sur l’exemple du croate et du bosnien. Ils ne nient pas l’appartenance du monténégrin au diasystème slave du centre-sud, comme les trois autres langues, mais ils exigent que leur langue s’appelle officiellement le monténégrin[19].

Le principal promoteur de l’idée du monténégrin était le professeur Vojislav Nikčević, de l’Université de Nikšić, qui commença à développer cette idée en 1968, étant l’auteur des premiers travaux normatifs de cette langue (voir, plus bas, la section Officialisation de la langue monténégrine). Parmi ses adeptes il y a Vuk Minić, Sreten Zeković, Jevrem Brković, Rajko Cerović[20], etc.

L’un de leurs arguments est l’existence du terme « langue monténégrine » dans des documents plus ou moins anciens.

  • La première de ces attestations remonte à 1837, étant notée par Vuk Stefanović Karadžić qui, d’ailleurs, n’acceptait que l’idée d’une langue serbe unitaire. Il mentionne les paroles d’un colonel français ayant visité le Monténégro en 1813, qui croyait que « la langue monténégrine » était un dialecte du grec[21].
  • En 1857, l’écrivain serbe Ljubomir Nenadović note à propos d’un voyage au Monténégro : « Dans toutes les écoles la langue est le monténégrin, en grande partie différent de cette belle langue reconnue dans laquelle est traduite la Bible[22]. Si les Monténégrins continuent dans leurs écoles comme jusqu’à présent, alors dans cent ans entre les deux langues il y aura une différence plus grande qu’entre le portugais et l’espagnol[23]. »
  • L’appellation de « langue monténégrine » apparaît aussi chez un autre écrivain serbe, Simo Matavulj. Il cite un Monténégrin qui dit que même les meilleurs acteurs serbes ne savent pas parler po naški « notre langue », čisto crnogorski « le monténégrin propre »[24].
  • Hélène, princesse monténégrine devenue en 1896 reine d’Italie, à la fin d’une entrevue avec le ministre serbe Janjić, qui lui fait des compliments sur la beauté du serbe qu’elle parle, réplique à celui-ci qu’elle parle monténégrin[25].
  • L’Encyclopædia Britannica de 1911 fait aussi mention de la « langue monténégrine », en précisant tout de suite qu’elle est pratiquement identique au serbo-croate[26].

Les adversaires de cette idée sont en même temps adeptes de l’union étatique avec la Serbie, par exemple les linguistes Mihajlo Sćepanović[27], Branislav Brborić, Slobodan Remetić, Drago Ćupić et Mato Pižurica[28]. Leur argument principal est qu’il n’y a pas de différences notables entre la langue parlée au Monténégro et celle qu’on parle en Serbie.

Un autre de leurs arguments est que, en général, les Monténégrins se sont considérés tout au cours de l’histoire comme des Serbes, malgré les longues périodes d’indépendance de ce pays. En effet, le Monténégro parvint à assurer son autonomie dans le cadre de l’Empire ottoman, voire devint pratiquement indépendant à la fin du XVIIe siècle, alors que la Serbie était effectivement occupée. L’indépendance des deux pays fut reconnue par le Congrès de Berlin en 1878, et le Monténégro resta indépendant jusqu’en 1918, quand il fut incorporé au Royaume des Serbes, Croates et Slovènes, la future Yougoslavie. L’une des preuves que les Monténégrins se considéraient comme Serbes est que selon les dispositions de la loi monténégrine de 1911 sur le système de l’éducation, l’enseignement primaire était obligatoire dans des écoles serbes publiques ou privées, et que deux des matières principales y étaient l’histoire serbe et la langue serbe[29].

En général, les linguistes du dehors de l’espace ex-yougoslave, non impliqués émotionnellement dans la question, font une distinction nette entre le point de vue sociolinguistique et celui de la linguistique proprement-dite. Par exemple Paul-Louis Thomas, professeur à l’Université Paris-Sorbonne, dont les spécialités sont « langue et littératures bosniaques, croates, monténégrines et serbes (BCMS) »[30], admettait en 2001 la notion de langue monténégrine, précisant qu’elle tient uniquement du domaine de la sociolinguistique et que du point de vue de la linguistique il optait pour la notion de serbo-croate adoptée depuis longtemps dans la slavistique[31].

En juillet 2017, après 9 ans d'analyse et de débat avec l'ambassade du Monténégro aux États-Unis, le comité de classification des langues responsable de l’ISO 639-2 (Codes pour la représentation des noms de langue) classe le monténégrin comme un dialecte du serbe, et ne lui attribue pas de code séparé du code pour la langue serbe[32]. Mais en décembre, le comité s’est ravisé, et a donné au monténégrin le code ISO 639-2 et 639–3 cnr[33],[34].

Officialisation de la langue monténégrineModifier

L’action de standardisation de cette langue commence dès 1997, lorsque paraît sa première orthographe[35]. Elle est suivie de la première grammaire du monténégrin[36].

En 2003 est créé à Cetinje l’Institut de la langue monténégrine et de linguistique, sous la direction de Vojislav Nikčević, avec un statut d’organisation non gouvernementale, mais il est soutenu financièrement par le Ministère de la culture.

En 2004, le gouvernement modifie les programmes d’enseignement, utilisant le terme « langue maternelle (serbe, monténégrin, croate, bosniaque) » au lieu de « langue serbe[37].

En 2005, un symposium international débattant de la standardisation du monténégrin se réunit à Podgorica[38].

Après la proclamation de l’indépendance du Monténégro (2006), en 2007 on adopte constitution du pays, où l’on précise le statut officiel du monténégrin.

En 2008, le Ministère de l’enseignement et des sciences annonce qu’à partir de 2009, les livres scolaires seront publiés en monténégrin.

En juillet 2009 paraît le document qui fixe et officialise l’orthographe (voir Sources bibliographiques).

En août 2010, le gouvernement approuve la grammaire officielle du monténégrin, le livre qui le contient paraissant le 4 septembre 2010 (voir Sources bibliographiques).

En avril 2016 paraît le tome 1er du premier dictionnaire du monténégrin, publié par l’Académie Monténégrine des Sciences et des Arts[39], qui provoque un tollé. D’un côté, des auteurs des premiers ouvrages normatifs, ceux concernant l’orthographe et la grammaire, par exemple Adnan Čirgić, le considèrent comme non scientifique[40], d’un autre côté, des Monténégrins musulmans (Bosniaques et Albanais) y trouvent des éléments chauvins qui les offensent, et 114 Monténégrins musulmans et non musulmans exigent dans une lettre ouverte que le volume soit retiré[41].

Particularités du standard monténégrinModifier

La standardisation du monténégrin se fait sur la base de deux catégories de traits langagiers : d’un côté ce sont ceux des traits du dialecte chtokavien qui sont communs aux locuteurs de bosniaque, de croate, de serbe et de monténégrin, d’un autre côté, les traits communs aux parlers monténégrins du dialecte chtokavien[42], classifiés en trois groupes : du sud-est, du nord-ouest et de ceux de la partie monténégrine du Sandžak[43]. Le standard monténégrin a non seulement des traits commun avec tous les trois autres standard, mais aussi certains communs seulement avec le croate et d’autres communs seulement avec le serbe.

Phonétisme et graphieModifier

Le standard du monténégrin contient la plupart des traits phonologiques des variétés standard de la langue commune (voir Croate et Serbe). À côté de ceux-ci, il fixe comme norme la prononciation (i)jékavienne qui est standard en croate aussi, ainsi que quelques traits propres au monténégrin seulement.

ConsonnesModifier

Il est établi comme norme une palatalisation provoquée par la prononciation jékavienne[44]. Celle-ci produit deux consonnes spécifiques, dues à la palatalisation jékavienne de /s/ et de /z/ :

La palatalisation jékavienne concerne deux autres consonnes encore, produisant des consonnes qui existent bien dans les autres standards, mais non produites par ce type de palatalisation. Exemples :

  • t > ć : poćernica ((hr) potjernica, (sr) poternica) « mandat d’arrestation » ;
  • d > đ : đevojka ((hr) djevojka, (sr) devojka) « fille ».

Cependant, on admet également les variantes non palatalisées de ces consonnes, telles qu’elles existent dans le standard croate[45].

Le groupe ijeModifier

La prononciation (i)jékavienne est en général commune aux standards monténégrin et croate, mais le monténégrin a pour norme ije (prononcé en deux syllabes) dans d’autres mots aussi que ceux où il existe en croate. Exemples[46] :

zasijedanje ((hr) zasjedanje, (sr) zasedanje) « séance, réunion » ;
kolosijek ((hr) kolosjek, (sr) kolosek) « voie ferrée » .

Autres phénomènesModifier

La chute de la consonne /l/ à la fin de la forme de nominatif singulier des noms masculins après /o/ est commune avec le standard serbe : so ((sr) so, (hr) sol) « sel ».

Dans certains parlers, le groupe vocalique ao, présent, par exemple, à la fin de la forme de masculin singulier du participe actif des verbes, se réduit à a, et dans d’autres parlers à o : reka sam, respectivement reko sam vs. rekao sam « j’ai dit ». Ces phénomènes ont une aire réduite et ne sont pas compris dans le standard[47].

GraphieModifier

Le monténégrin s’écrit, comme le serbe, aussi bien avec l’alphabet cyrillique qu’avec l’alphabet latin, ce qui est précisé dans la constitution du pays. La tendance actuelle est à utiliser davantage l’alphabet latin[48]. Ce sont les mêmes alphabets que ceux utilisés par le serbe et le croate (voir Serbe. Correspondance graphie – prononciation). L’alphabet monténégrin comporte deux lettres supplémentaires, pour rendre les deux consonnes spécifiques. Dans l’alphabet latin, ce sont Ś et Ź, empruntées à la graphie du polonais, qui a aussi les consonnes correspondantes. Dans l’alphabet cyrillique, il leur correspond Ć et З́ respectivement[49]. Les variantes sans palatalisation jékavienne étant admises, on admet aussi leur écriture avec sj (cyrillique сj) et zj (cyrillique зj) respectivement[45].

Comme en serbe, les noms propres étrangers sont transcrits d’ordinaire phonétiquement, y compris avec l’alphabet latin, sauf leur utilisation dans le trafic postal. Dans certains cas, lorsqu’on l’estime nécessaire, comme sur les cartes géographiques, on peut les transcrire en parallèle phonétiquement et dans la langue d’origine, si celle-ci utilise l’alphabet latin ou cyrillique[50].

GrammaireModifier

La morphologie et la syntaxe du monténégrin standard n’ont que quelques particularités par rapport aux autres variétés standard de la langue commune[51].

Certaines formes spécifiques découlent de la fréquence plus grande en monténégrin du groupe ije. Par conséquent, seules les formes avec ije de l’indicatif présent forme négative du verbe biti « être » sont standard : nijesam ((hr) et (sr) nisam) « je ne suis pas »[52].

De même, la forme de datif-instrumental-locatif pluriel aux trois genres des adjectifs, des pronoms et des adjectifs numéraux où il y a le groupe ije, est normée à côté de celle, plus fréquente, ou il y a i au lieu de ije, comme en croate et en serbe[53]:

  • dobri (masc.), dobra (neutre), dobre (fém.) « bons, bonnes » : datif-instrumental-locatif dobrijem(a) ou dobrim(a) ;
  • ti, ta, te « ces, ceux-là, celles-là »: tijem(a) ou tim(a) ;
  • prvi, prva, prve « premiers, premières »: prvijem(a) ou prvim(a).

Les traits langagiers spécifiques aux monténégrins sont plus nombreux dans le registre de langue familier. Exemples :

  • des formes atones de pronoms personnels[54] :
    • familier ni vs. courant nam « nous » (datif), fam. ne vs. nas « nous » (accusatif) ;
    • vi vs. vam « vous » (datif), ve vs. vas « vous » (accusatif) ;
  • l’emploi de l’infinitif sans i final : Idem malo odmorit vs. Idem se malo odmoriti « Je vais me reposer un peu »[55] ;
  • l’omission fréquente du pronom réfléchi (l’exemple précédent).

Certains traits du registre familier se retrouvent dans la littérature artistique actuelle, sans être présents dans le registre courant ni dans le langage administratif ni dans la presse. Ainsi :

  • Dans le registre familier on utilise l’imparfait, alors que dans le reste du diasystème il est en général littéraire à nuance archaïque : Jedni se igrahu, drugi razgovarahu « Certains jouaient, d’autres causaient… »[56].
  • Dans ce registre on utilise une forme verbale appelée potencijal imperfekta « conditionnel de l’imparfait », composée du verbe auxiliaire htjeti (ayant aussi la forme šćeti) « vouloir » à l’imparfait et l’infinitif du verbe à sens plein. Cette forme correspond exactement au conditionnel passé français. Par contre, dans le registre courant on utilise le conditionnel, qui a les valeurs temporelles aussi bien de présent que de passé : Hoćah vam se javiti da sam imao vremena (familier) vs. Javio bih vam se da sam imao vremena (courant) « Je vous aurais donné signe de vie si j’avais eu le temps »[57].

Certaines conjonctions utilisées dans la littérature monténégrine ancienne ne se sont conservées que dans le registre familier :

  • ma vs. ali « mais »[58];
  • a…, a vs. bilo…, bilo « que…, ou que »: A došli, a ne došli, isto im se piše « Qu’ils viennent ou qu’ils ne viennent pas, leur sort sera le même »[59];
  • e vs. da « que »: Ovo vi pišem da ne možete reći e nijeste znali « Je vous écrit ceci pour que vous ne puissiez pas dire que vous ne saviez pas »[60].

LexiqueModifier

Le lexique du monténégrin ne diffère pas essentiellement de celui du diasystème en général. Il y a néanmoins nombre de mots différents[61].

Exemples de mots d’origine commune, mais de formes différentes de celles du serbe et du croate :

Monténégrin Serbe Croate Français
cklo staklo staklo verre (le matériau)
đetić dečak dječak garçon
koštanj kesten kesten châtaignier
mrtac mrtvac mrtvac cadavre
omraziti mrzeti mrziti haïr
śutra sutra sutra demain
znaven poznat poznat connu

Exemples de mots différents ayant le même sens en monténégrin, en serbe et en croate :

Monténégrin Serbe Croate Français
izvanjac stranac stranac étranger (du pays)
glib blato blato boue
cukar šećer šećer sucre
oriz pirinač riža riz
razuriti srušiti srušiti démolir

La forme dans laquelle s’adaptent les emprunts peut aussi être différente en monténégrin :

Monténégrin Serbe Croate Français
le suffixe -tada : kvalitada -tet : kvalitet) -teta : kvaliteta qualité
le suffixe -an : Austrijan -anac : Austrijanac -anac : Austrijanac Autrichien
le suffixe -dur(ica) : štimadur(ica)) procenitelj(ica) procjenitelj(ica) estimateur

Comme les parlers croates de la côte adriatique, le monténégrin a emprunté plus de mots à l’italien que le serbe. Exemples :

bastadur(ica) « celui/celle qui en a assez » < basta ;
durati « durer » < durare ;
kaseta « caisse » ;
kušin « coussin, oreiller » < cuscino ;
lencun « drap (de lit) » < lenzuolo ;
medig « médecin » < medico ;
pjat « assiette » < piatto ;
skala au sens de « échelle » < scala ;
taulin « table » < tavolino.

Notes et référencesModifier

  1. a et b (cnr) Communiqué du 12 juillet 2011 de Zavod za Statistiku (office statistique du Monténégro) concernant les résultats du recensement de 2011 (consulté le 6 novembre 2019).
  2. Somme des nombres enregistrés aux recensements des pays où on a pu déclarer le monténégrin comme langue maternelle.
  3. Par exemple Kordić 2004, Greenberg 2004, Mørk 2008 (p. 295), Gröschel 2009 (p. 350), Šipka 2019 (p. 206), Glušica 2019 (p. 173.
  4. Par exemple Brozović 1998, Lončarić 2010, Mønnesland 1997 (p. 1103), Matasović 2001, (p. 123), Nuorluoto 2002.
  5. Voir le site Štokavski jezik
  6. Appellation mentionnée par Kordić 2009 pour la rejeter.
  7. Appellation adoptée par Thomas 2018, par exemple.
  8. Selon, par exemple, Kloss 1967, (p. 31), Kordić 2004 (p. 36), Mørk 2008 (p. 295), Bunčić 2008 (p. 89), Zanelli 2018 (p. 20-21).
  9. Voir au sujet de la discussion autour du statut de ces variétés et de leur dénomination, l’article Serbo-croate.
  10. Thomas 1998, p. 31–32.
  11. a et b (cnr) Constitution du Monténégro, article 13.
  12. (sr) Données du recensement de 2011, p. 21 (consulté le 6 novembre 2019). À noter que le recensement n’a pas été effectué au Kosovo par les autorités serbes, mais par les autorités locales.
  13. (sr) Données du recensement de 2011, p. 16 (consulté le 6 novembre 2019).
  14. (hr) Données du recensement de 2011 – La population selon l’ethnie (consulté le 6 novembre 2019).
  15. (hr) Données du recensement de 2011 – La population selon la langue maternelle (consulté le 6 novembre 2019).
  16. (en) Données du recensement de 2002 (consulté le 6 novembre 2019).
  17. (en) Données du recensement de 2011, p. 71 (consulté le 6 novembre 2019).
  18. Bojanic 2006.
  19. « Jezik kao domovina. Deklaracija crnogorskog P.E.N. centra o ustavnom položaju crnogorskog jezika » [« La langue en tant que patrie. Déclaration du Centre PEN monténégrin au sujet de la situation constitutionnelle du monténégrin »].
  20. Des articles de ces auteurs, sur le site Nauka. Jezik [« Science. Langue »] du portail Montenegrina (consulté le 6 novembre 2019).
  21. Dans son ouvrage paru en allemand, Montenegro und die Montenegriner [« Le Monténégro et les Monténégrins »], Stuttgart, 1837, traduit par la suite en serbe.
  22. C’est-à-dire le serbe normé par Vuk Karadžić.
  23. L’original ici (consulté le 6 novembre 2019).
  24. Dans Bilješke jednog pisca [« Notes d’un écrivain »], œuvre autobiographique inachevée, parue d’abord en feuilleton entre 1898 et 1903, dans la revue Letopis Matice srpske de Belgrade. Cf. Montenegrina.
  25. Prvi pomen crnogorskog jezika [« Première mention de la langue monténégrine »], Montenegrina (consulté le 6 novembre 2019).
  26. Encyclopedia Britannica, vol. XVIII, p. 773 (consulté le 6 novembre 2019).
  27. Cf. la polémique entre Mihajlo Sćepanović et Vojislav Nikčević, modérée par Omer Karabeg, Radio-Most, 5 avril 1998 (consulté le 6 novembre 2019).
  28. Arsenić 2000.
  29. Loi concernant les écoles populaires dans le Royaume du Monténégro de 1911 (consulté le 6 novembre 2019).
  30. Page de Paul-Louis Thomas sur le site de l’université (consulté le 6 novembre 2019).
  31. Manić 2001.
  32. (en) « Montenegrin is variant of Serbian language – US authority » B92, .
  33. ISO 639–2 Reference Authority (cnr)
  34. ISO 639–3 Reference Authority (cnr)
  35. Nikčević 1997.
  36. Nikčević 2001.
  37. Boskovic 2010.
  38. Međunarodni naučni skup Norma i kodifikacija crnogorskog jezika. Zbornik radova [« Symposium international ”Normes et standardisation du monténégrin”. Recueil des communiqués »], Cetinje, Institut za crnogorski jezik i jezikoslovlje, 2005.
  39. Šabotić 2016.
  40. Čirgić 2016.
  41. « Otvoreno pismo CANU: izvinite se gradjanima i povucite rjecnik » [« Lettre ouverte à l’AMSA : Demandez des excuses aux citoyens et retirez le dictionnaire »], ULINFO, 7 juin 2016 (consulté le 6 novembre 2019).
  42. Perović 2009, p. 5.
  43. Čirgić 2011, p. 51.
  44. Čirgić 2010, p. 50–51.
  45. a et b Perović 2009, p. |38–39.
  46. Perović 2009, p. 36.
  47. Perović 2009, p. 44.
  48. Seul cet alphabet est utilisé par les sites du parlement et du président de la république, celui du gouvernement utilisant le cyrillique aussi.
  49. Perović 2009, p. 8.
  50. Perović 2009, p. 30–31.
  51. Glušica 2011, p. 188.
  52. Čirgić 2010, p. 129.
  53. Čirgić 2010, p. 57.
  54. Čirgić 2010, p. 84.
  55. Čirgić 2010, p. 355.
  56. Čirgić 2010, p. 174.
  57. Čirgić 2010, p. 178.
  58. Čirgić 2010, p. 296.
  59. Čirgić 2010, p. 297.
  60. Čirgić 2010, p. 303.
  61. Section d’après Zeković 2011.

AnnexesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexesModifier

Sources bibliographiquesModifier

Sur la langue communeModifier

  • (en) Bailyn, John Frederick, « To what degree are Croatian and Serbian the same language? Evidence from a Translation Study » [« Dans quelle mesure le croate et le serbe sont-ils la même langue? Preuve d’une étude de traduction »], Journal of Slavic Linguistics, vol. 18, no 2, 2010, (ISSN 1068-2090), p. 181-219 (consulté le 6 novembre 2019)
  • (hr) Brozović, Dalibor, « Organska podloga hrvatskoga jezika » [« La base organique de la langue croate »], Hrvatski jezik (La langue croate), Zagreb, Institut za hrvatski jezik i jezikoslovlje, 1998 (consulté le 6 novembre 2019)
  • (de) Bunčić, Daniel, « Die (Re-)Nationalisierung der serbokroatischen Standards » [« (Re)nationalisation des standards serbocroates »], Kempgen, Sebastian (dir.) Deutsche Beiträge zum 14. Internationalen Slavistenkongress, Ohrid, 2008 [« Participations allemandes au 14e Congrès international des slavistes, Ohrid, 2008 »], Munich, Otto Sagner, coll. Welt der Slaven, 2008, (OCLC 238795822), p. 89-102 (consulté le 6 novembre 2019)
  • (sh) Glušica, Rajka, « Crnogorski jezički nacionalizam [« Le nationalisme linguistique monténégrin »] », Njegoševi dani 7: zbornik radova s međunarodnog naučnog skupa, Kotor 30.8.-3.9.2017 [« Les journées ”Njegoš” 7 : travaux du symposium international de Kotor, 30 août – 3 septembre 2017 »], Nikšić, Université du Monténégro, Faculté de philologie, (ISBN 978-86-7798-062-7), p. 167-181
  • (en) Greenberg, Robert D., Language and Identity in the Balkans : Serbo-Croatian and its Disintegration] [« Langue et identité dans les Balkans : le serbo-croate et sa désintégration »], Oxford, Oxford University Press, 2004 ; en ligne : Introduction (consulté le 6 novembre 2019)
  • (de) Gröschel, Bernhard, Das Serbokroatische zwischen Linguistik und Politik [« Le serbo-croate entre linguistique et politique »], Munich, Lincom Europa, coll. Studies in Slavic Linguistics, no 34, 2009, (ISBN 978-3-929075-79-3), (OCLC 428012015) ; en ligne : Table des matières du livre (consulté le 6 novembre 2019)
  • (en) Kloss, Heinz, « Abstand languages and Ausbau languages » [« Langues abstand et langues ausbau »], Anthropological Linguistics, vol. 9, no 7, 1967, p. 29–41 (consulté le 6 novembre 2019)
  • Kordić, Snježana, « Le serbo-croate aujourd’hui : entre aspirations politiques et faits linguistiques » Revue des études slaves, vol. 75, no 1, 2004, (ISSN 0080-2557), (OCLC 754207802), DOI:10.3406/SLAVE.2004.6860, p. 31-43 (consulté le 6 novembre 2019)
  • (sh) Kordić, Snježana, « Policentrični standardni jezik » [« Langue standard pluricentrique »], Badurina, Lada, Pranjković, Ivo et Silić, Josip (dir.), Jezični varijeteti i nacionalni identiteti [« variétés de langue et identités nationales »], Zagreb, Disput, 2009, (ISBN 978-953-260-054-4), (OCLC 437306433), p. 83-108 (consulté le 6 novembre 2019)
  • (hr) Lončarić, Mijo, « Odnosi među standardnim jezicima » [« Les relations entre langues standards »], Virtualni Časopis, Znanstveni institut Gradišćanskih Horvatov, 4 juin 2010 (première publication : 5 décembre 2007) (consulté le 6 novembre 2019)
  • (hr) Matasović, Ranko, Uvod u poredbenu lingvistiku [« Introduction à la linguistique comparée »], Zagreb, Matica hrvatska, 2001
  • (sh) Mørk, Henning, « Neka pragmatična zapažanja o postojanju srpskohrvatskog jezika jezika »] [« Quelques observations pragmatiques sur l’existence du serbo-croate »], Ostojić, Branislav (dir.), Jezička situacija u Crnoj Gori – norma i standardizacija: radovi sa međunarodnog naučnog skupa, Podgorica 24.-25.5.2007 [« La situation de la langue au Monténégro – norme et standartisation. Travaux du symposium international de Podgorica, 24–25 mai 2007 »], Podgorica, Académie monténégrine des sciences et des arts, 2008, (ISBN 978-86-7215-207-4), (OCLC 318462699)
  • (en) Mønnesland, Svein, « Emerging Literary Standards and nationalism. The disintegration of Serbo-Croatian » [« Standards littéraires émergents. Désintégration du serbo-croate »], Actas do I simposio internacional sobre o bilingüismo, Vigo, Université de Vigo, 1997, p. 1103–1113 (consulté le 6 novembre 2019)
  • (en) Nuorluoto, Juhani « The Notion of Diasystem in the Central South Slavic Linguistic Area » [« La notion de diasystème dans l’aire linguistique slave du centre-sud »], communication à Methods XI, XIe conférence internationale sur les méthodes en dialectologie, Université de Joensuu, Finlande, 5-9 août 2002 ; en ligne : résumé (consulté le 6 novembre 2019)
  • (en) Šipka, Danko, Lexical layers of identity in Slavic Languages [« Couches lexicales de l’identité dans les langues slaves »], New York, Cambridge University Press, 2019, (ISBN 978-953-313-086-6), (OCLC 1061308790), (LCCN 2018048005), DOI:10.1017/9781108685795
  • Thomas, Louis, « L’intraduisible du BCMS », Artyushkina, Olga et Zaremba, Charles (dir.), Propos sur l'intraduisible, nouvelle édition [en ligne], Aix-en-Provence, Presses universitaires de Provence, 2018, (ISBN 9791036523830)
  • (de) Zanelli, Aldo, Eine Analyse der Metaphern in der kroatischen Linguistikfachzeitschrift Jezik von 1991 bis 1997 [« Analyse des métaphores dans la revue linguistique croate Jezik de 1991 à 1997 »], Hamburg, Dr. Kovač, coll. « Studien zur Slavistik », no 41, 2018, (ISBN 978-3-8300-9773-0), (OCLC 1023608613), p. 20-21

Sur le monténégrinModifier

Bibliographie supplémentaireModifier

Liens externesModifier