Ouvrir le menu principal

Wikipédia β

Georges Petit (galeriste)

galeriste et marchand d'art français
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Georges Petit et Petit.
Georges Petit
Georges Petit.png

Portrait supposé de Georges Petit

Biographie
Naissance
Décès
Voir et modifier les données sur Wikidata (à 64 ans)
Nationalité
Activité
Autres informations
Domaine

Georges Petit, né à Paris le et mort le , est un galeriste et marchand d'art français, l'une des figures clés du marché de l'art de son époque à Paris[1].

Il fut, avec son grand rival Durand-Ruel, et dans une moindre mesure, concurrançant Louis Adolphe Beugniet, Charles Sedelmeyer et Goupil & Cie sur le terrain de la peinture moderne, l'un des principaux promoteurs des peintres impressionnistes.

Sommaire

Début de carrièreModifier

Son père, François Petit, fonda en 1846, au 7, rue Saint-Georges à Paris, la galerie François Petit.

DéveloppementModifier

 
Affiche de Maurice Réalier-Dumas pour la 15e exposition de la Société internationale de peinture et de sculpture à la galerie Georges Petit en 1897.
 
Annonce parue dans The Studio en mars 1900 : 1re exposition de la Société nouvelle de peintres et de sculpteurs.

Georges Petit ouvre sa propre galerie en 1881 au 12, rue Godot-de-Mauroy à Paris et devient au fil des ans l'un des plus puissants acteurs du marché français de l'art.

Il expose d'abord aussi bien des artistes académiques, appréciés par une clientèle bourgeoise fortunée[2], que des artistes modernistes — impressionnistes, post-impressionnistes, etc.

Ainsi, la galerie devient au fil des ans un lieu privilégié alternatif à l'exposition au Salon des artistes français ; elle prendra ultérieurement pour adresse le 8, rue de Sèze à Paris.

Georges Petit expose Claude Monet à partir de 1885 et Alfred Sisley vers 1886. Elle accueille la Société internationale de peinture et de sculpture.

En janvier 1888, il lance 33 peintres français et étrangers, femmes et hommes, dont certains sont aujourd'hui en partie oubliés, lors d'une exposition qu'il intitule « Groupe des XXXIII », événement qu'il renouvelle une seconde fois l'année suivante. Tout au long de sa carrière, Petit se fait une spécialité de ce genre d'annonce. On y trouve Jacques-Émile Blanche, Étienne Dinet, Fernand Khnopff, ou encore Odilon Redon[3]. Le tout jeune Marcel Proust lui rend visite et en rendra compte plus tard dans Le Mensuel en juillet 1890[4].

En juillet 1889, il remporte la mise lors de la vente Eugène Secrétan, se portant acquéreur de L'Angélus de Jean-François Millet pour 553 000 francs-or. Il organisa ensuite une vente de charité pour la veuve de Millet[5].

En janvier 1894, rue de Sèze, s'y tient la première exposition d'art photographique du Photo-club de Paris, qui montre les travaux de 156 photographes venus du monde entier[6].

A la faveur d'un différend entre Durand-Ruel et Sisley, Georges Petit devient la galeriste attitré du peintre. En février 1897, il organise une grande rétrospective de l’œuvre de Sisley dans sa galerie rue de Sèze[7].

En mars 1900, a lieu la première exposition de la Société nouvelle de peintres et de sculpteurs, présidée par Gabriel Mourey, en partenariat avec le magazine d'art britannique The Studio. Elle regroupe des peintres américains, français, britanniques, belges et norvégiens.

En 1920, après la mort de Georges Petit, la galerie est rachetée par Bernheim-Jeune et Étienne Bignou, nommé administrateur-délégué.

En 1931, a lieu la plus grosse exposition sur Henri Matisse, et en 1932, l'exposition Pablo Picasso rencontre une gros succès.

Dans le cadre de la dissolution de la société anonyme Galeries Georges Petit (3e vente), 158 aquarelles signées Auguste Rodin et venant du stock de la galerie firent l'objet d'une vente aux enchères publiques à l'hôtel Drouot à Paris les 27 et 28 octobre 1933.

La liste des expositions d'artistes vivants organisées à la Galerie Georges Petit entre 1881 et 1934 a fait l'objet d'un inventaire[8] : cette somme fait la synthèse d'environ 1 500 catalogues et autant d'expositions (peinture, sculptures, meubles, objets décoratifs, etc.).

SourcesModifier

BibliographieModifier

  • (en) Salvador Dali, The Secret Life of Salvador Dalí, 1993;
  • (en) Robert Jensen, Marketing Modernism in Fin-de-Siecle Europe, 1994;
  • (en) Michael C. Fitzgerald, The Making of Modernism: Picasso and the Creation of the Market for Twentieth-Century Art, 1995;
  • (en) Henri Matisse & Jack D. Flam, Matisse on Art, 1973;

Sources en ligneModifier

Liens externesModifier

Notes et référencesModifier

  1. « Galerie Georges Petit », sur La Société Nouvelle (consulté le 8 janvier 2018)
  2. Comme Madeleine Lemaire, in Anne de Cossé-Brissac, La Comtesse Greffulhe, Paris, éd. Perrin, 1991, p. 132.
  3. Pierre Sanchez, Les expositions de la galerie Georges Petit (1881-1934) : répertoire des artistes et liste de leurs œuvres, Dijon, L’Échelle de Jacob, 2001.
  4. Le Mensuel retrouvé : précédé de Marcel avant Proust par Jérôme Prieur, Éditions des Busclats, 2012, p. 3-8.
  5. Le Voleur illustré, du 11 juillet 1889, pp. 440-441 — sur Gallica.
  6. (en) « Première Exposition d'Art Photographique - 1894 », in Photo Seed Blog, en ligne.
  7. Anne Distel, Les Collectionneurs des impressionnistes : amateurs et marchands, La Bibliothèque des arts, 1989 (ISBN 2850470422 et 9782850470424), p. 38
  8. Pierre Sanchez, Les Expositions de la Galerie Georges Petit (1881-1934) - Répertoire des artistes et liste de leurs œuvres, 4 volumes, Dijon, l'Échelle de Jacob, 2011.