Ouvrir le menu principal

Ligue Centre-Val de Loire de football

(Redirigé depuis Ligue du Centre de football)

Ligue Centre-Val de Loire de Football
Image illustrative de l’article Ligue Centre-Val de Loire de football
Logo de la Ligue Centre-Val de Loire de football

Sigle LCVLF[1]
Nom précédent Ligue de Beauce-Touraine de football (1919)[1]
Ligue du Centre de football (1919-2015)[1]
Sport(s) représenté(s) Football
Création (100 ans)[1]
Président Drapeau : France Antonio Teixeira
Siège 13 rue Paul Langevin,
45100 Orléans[1]
Affiliation Fédération française de football
Clubs 765[2] (2017)
Licenciés 88 204[3] (2017)
Site web foot-centre.fff.fr

La Ligue Centre-Val de Loire de football est un organe fédéral dépendant de la Fédération française de football créé en 1919 et chargé d'organiser les compétitions de football au niveau de la région Centre-Val de Loire.

La LCVLF qui a son siège à Orléans, compte six districts calqués sur les départements du Cher, d'Eure-et-Loir, d'Indre, d'Indre-et-Loire, du Loiret et de Loir-et-Cher. Le président de la Ligue est Jacky Fortepaule depuis juillet 2017.

La principale compétition organisée par la Ligue est le championnat de National 3 qui donne le droit à son vainqueur de participer au championnat de National 2. La Ligue s'occupe également d'organiser les premiers tours de la Coupe de France de football et de gérer le football féminin régional.

Sommaire

ChronologieModifier

HistoireModifier

Le 5 juillet 1919, la Ligue de Beauce-Touraine est créée. Le 27 octobre 1919, la Ligue du Centre de Football Association lui succèdent. Le premier siège est placé à Tours[4]. Il n’y a encore aucun district départemental et son territoire n’a rien à voir avec celui actuel. La Ligue du Centre s’étend de Poitiers à Fontainebleau ou Montereau et de Dreux à Saint-Amand-Montrond. Les districts départementaux voient ensuite progressivement le jour dans les vingt années suivantes.

En 1967, le siège de la Ligue quitte Châteauroux pour Orléans[5], où il se trouve toujours en 2018.

À la fin des années 1990, la Ligue du Centre est la première en France à lancer la formation d'éducateur sportif de football en apprentissage. Dispensée au Centre interrégional de formation de Châteauroux, avec le concours du CFA métiers du sport, cette formation permet aux apprentis de bénéficier d'une double compétence grâce à des enseignements complémentaires en matière de transport en commun, d'espaces verts et d'animation sociale[6].

En 2004, le Championnat d'Europe des moins de 17 ans a lieu en Région Centre. De même que l'Euro féminin des moins de 19 ans 2008. Les deux sous la présidence de Christian Teinturier.

Jusqu'à présent, la structure technique de la Ligue du Centre se limite à un Directeur régional et six conseillers départementaux. En 2005-2006, la LCF se dote d'un organigramme unique en France : le DTR Patrick Pion s’entoure de six conseillers régionaux, en plus des deux-trois CTD implantés dans chaque départements[7].

En 2016, conséquence de la réforme territoriale des régions, le ministère de la Jeunesse et des Sports impose à la FFF de calquer l'échelon des Ligues de football sur celle des nouvelles régions. La Ligue du Centre de Football est donc renommée Ligue Centre-Val de Loire de Football.

Identité et imageModifier

Noms successifs
Période Nom
1919 Ligue de Beauce-Touraine
1919-2015 Ligue du Centre
2015-... Ligue Centre-Val de Loire

La Ligue est fondée en 1919 sous le nom de « Ligue de Beauce-Touraine de football association ». La même année, sa dénomination est étendue à « Ligue du Centre de football association »[4]. Progressivement, ce terme d'« association » servant à différencier la pratique des « autres football » disparaît. En 2015, à la suite de la réforme territoriale des régions, le nom évolue en « Ligue Centre-Val de Loire ».

Les anciens logotypes de la Ligue ne sont pas connus. Le dernier de la Ligue du Centre représente les contours géographiques de la France métropolitaine avec un ballon en son Centre, le tout en bleu. En 2015, le logo de la nouvelle Ligue Centre-Val de Loire reprend la nomenclature nationale voulue par la FFF : un écu marqué « Ligue » en haut en blanc sur fond rouge puis, sur fond rayé en deux teintes de bleu, le coq de la FFF au dessus de « Centre » puis « Val de Loire » et enfin « FFF ». Tous les mots sont en majuscules.

Structures de la LigueModifier

StatutsModifier

La Ligue Centre-Val de Loire de football est régie par les dispositions de la loi du 1er juillet 1901, par les lois et règlements en vigueur et par les statuts internes de celle-ci, mis en conformité avec les textes législatifs et réglementaires applicables, y compris ceux relatifs à l’organisation du sport en France[1].

Extrait des principaux statuts de la Ligue 

« Art. 8 — Objet
La Ligue assure la gestion du football sur le territoire.

Elle a plus particulièrement pour objet :
- d'organiser, de développer et de contrôler l'enseignement et la pratique du football, sous toutes ses formes, dans le Territoire ;
- de délivrer les titres régionaux et procéder aux sélections régionales ;
- de procéder à la délivrance des licences dans le Territoire ;
- de mettre en œuvre le projet de formation fédéral ;
- d'entretenir toutes relations utiles avec la FFF, les autres Ligues, les Districts, les groupements qui sont ou seront affiliés à la FFF, les pouvoirs publics et le mouvement sportif ;
- de défendre les intérêts moraux et matériels du football dans le Territoire ;
- et plus généralement, de prendre toute participation conforme à son objet statutaire.

La Ligue exerce son activité par tous moyens de nature à lui permettre de développer la pratique du football et d’encourager les clubs qui y contribuent, notamment par l’organisation d’épreuves dont elle fixe les modalités et les règlements.

La Ligue, en tant qu’organe déconcentré de la FFF chargé d’une mission de service public déléguée par l’Etat, défend les valeurs fondamentales de la République française. La Ligue applique les dispositions de l’article 1.1 des Statuts de la FFF sur le Territoire. »

— Statuts de LCVLF[1].

« Art. 11 — Organes de la Ligue
La Ligue comprend les organes suivants qui contribuent à son administration et à son fonctionnement :
- L’Assemblée Générale ;
- Le Conseil de Ligue ;
- Le Bureau plénier.

La Ligue est représentée par le Président qui est membre du Conseil de Ligue.

La Ligue constitue :
- une commission de surveillance des opérations électorales ;
- une commission régionale de contrôle des clubs dont la composition et les attributions sont fixées par le règlement de la Direction Nationale du Contrôle de Gestion ;
- toutes les commissions obligatoires ou utiles au fonctionnement de la Ligue. »

— Statuts de LCVLF[1].

Districts départementauxModifier

Le premier district départemental est celui de Beauce, créé en 1921 et qui s’étend de Dreux à Vendôme. Celui de Tours date de la même époque et va de Poitiers à Blois, de Bourgueil à Montrichard, en 1930 il devient District de Touraine. Le 11 février 1925, le District de l’Orléanais est créé et va de Romorantin à Montereau. Le 23 juillet 1930 nait le District du Berry qui se divise en 1938 avec la création du District du Cher. Le District du Loir-et-Cher ne voit le jour qu’en 1936, presque en même temps que le sous-district de la Vienne qui devient District peu après. C’est pourquoi on trouve Châtellerault et Poitiers en Division d'Honneur Centre avant 1940.

La LCVLF possède maintenant six districts calqués sur les départements du Cher, d'Eure-et-Loir, d'Indre, d'Indre-et-Loire, du Loiret et de Loir-et-Cher. Ils sont les instances décentralisées de la Ligue. Ces Districts jouissent de l’autonomie administrative, financière et sportive[1].

Compétitions organiséesModifier

À la fin des années 1920, la Division d’Honneur ne ressemble pas à sa version actuelle. Il y a des finales pour désigner le champion de DH. Un championnat unique à sept clubs est ensuite mis en place, puis des compétitions de trois à quatre groupes selon les saisons. Une première phase automnale, dans les districts existants, qualifie un club par entité dans une poule finale printanière.

Un championnat à six clubs comprenant les deux premiers de chaque district est organisé en 1929-1930. Les cinq premiers sont maintenus la saison suivante en compagnie de l’USPO Orléans, c’est le début de la Division d’Honneur « moderne ». Dès 1931 le nombre de participants passe à huit clubs, puis à dix à partir de 1935-36. À partir de 1935, le champion est qualifié pour le Championnat de France amateur rencontrant les champions des autres Ligues régionales. La promotion en DH se fait d’abord dans les districts, une poule finale désigne le champion régional qui, pour accéder au niveau supérieur, doit encore jouer des barrages contre le dernier de DH. De cinq poules en 1937-1938, la Promotion d'honneur est pour la première fois une compétition inter-districts en 1938-1939 avec quatre groupes, puis une poule finale entre les premiers.

La LCVL organise les compétitions entre clubs à l'échelon du Centre-Val de Loire, quelle que soit la catégorie d'âge[8].

Compétitions masculines
  • Coupe de France (tours régionaux)
  • National 3 (Centre Val-de-Loire)
  • Régional 1 (1 groupes)
  • Régional 2 (2 groupes)
  • Régional 3 (4 groupes)
  • Coupe Centre Val-de-Loire
  • Coupe Gambardella (tours régionaux)
  • Régional 1 -18 ans (1 groupe)
  • Régional 2 -18 ans (2 groupes)
  • Régional 1 -16 ans (1 groupe)
  • Régional 2 -16 ans (1 groupe)
  • Régional 1 -15 ans (1 groupe)
  • Régional 1 -14 ans (1 groupe)
  • Régional 2 -14 ans (1 groupe)
  • Régional 1 -13 ans (2 groupes)
Compétitions féminines
  • Coupe de France (tours régionaux)
  • Régional 1 (1 groupe)
  • Régional 2 (2 groupes)
  • Coupe Centre Val-de-Loire
  • Régional 1 -18 ans (1 groupes)
Autres types de compétitions
  • Coupe nationale de football d'entreprise (tours régionaux)
  • Régional 1 futsal (1 groupe)
  • Coupe de France de futsal (tours régionaux)

Sélections et équipes de la LigueModifier

Les ligues françaises de football ont le pouvoir de sélectionner des joueurs issus de leur championnats régionaux afin de créer une équipe régionale qui peut participer à des compétitions nationales et internationales.

La sélection masculine senior participe à la Coupe des régions de l'UEFA.

InfrastructuresModifier

Les différents siègesModifier

Siège de la Ligue depuis sa création[4]
Période Ville Adresse
1919-19?? Tours 62 avenue de Grammont
Châteauroux 16 rue Grande
0000-1952 Châteauroux Rue Lamartine
1952-1967 Châteauroux 32 rue Fleury
1967- Orléans 1 rue de l'Immobilière
Orléans Rue du Colombier
St-Jean-de-la-Ruelle Les Bénardières
actuel Orléans Rue Paul Langevin

Le siège de la LCVLF doit être situé sur le territoire de la Ligue et peut être transférer en tout lieu de cette ville ou de la même intercommunalité par simple décision du Comité de Direction. Il peut être déplacé dans une autre ville de la Région dont elle dépend, par délibération de l’Assemblée Générale[1].

Le premier siège de la Ligue du Centre de football association est basé à Tours. Il passe ensuite à Châteauroux où il connaît trois adresses. Depuis 1967, la LCF tient ses quartiers à Orléans[5].

Centre Technique Régional de ChâteaurouxModifier

Créé par la Ligue du Centre en 1997 sur le domaine de la Fondation Blanche de Fontarce, l'Institut du Football Régional de Châteauroux (IFR) accueille le Pôle Espoirs Garçons, le Centre Interrégional de Formation (CIF) et les jeunes sous contrat de formation avec le club de la Berrichonne de Châteauroux. Centre technique régional à l'instar de son homologue de l'INF Clairefontaine, l'IFR dispose de trois terrains de football (dont un synthétique dernière génération), de trois aires de jeu, d'une structure de beach soccer et d'un gymnase contenant deux terrains de handball. En parallèle, le bâtiment d'hébergement affiche une capacité d'accueil de 116 lits. Ainsi, les prestations de l'IFR sont diverses et aménageables à la carte : stage de pré-saison, mise au vert, repas sportif ou sieste d'avant match[9].

En 2016, l'IFR devient CTR (Centre Technique Régional) accueillant le Pôle Espoirs Garçons ainsi que l'Institut Régional de Formation du Football (IFF).

Pôle espoirs masculin de ChâteaurouxModifier

 
Florian Thauvin, international français passé par le pôle espoirs.

En 1995, la DTN choisi d'installer le pôle espoirs de la Région Centre à Tours, avant de le délocaliser rapidement à Châteauroux, dans la résidence de Blanche-de-Fontarce[10].

Le Pôle Espoirs Masculin de Châteauroux accueille les meilleurs espoirs régionaux (U14-U15). Ces jeunes âgés de 13 à 15 ans mènent à bien un triple projet : scolaire, citoyen et sportif dans le but d’entrer par la suite dans un centre de formation de club professionnel. Intégrer la structure d’élite n’est pas permis à tout le monde. En effet, les joueurs sont dans un premier temps repérés dans leur propre club par les Districts. Ensuite, il y a une pré-sélection avant de passer le concours et d’être retenu pour entrer au Pôle Espoirs pour une durée de deux ans[11].

Le pôle espoir de Châteauroux s'impose comme la place forte de la pré-formation nationale, présentant des statistiques de réussite supérieures à celles de l'INF Clairefontaine. Lors de vingt premières années, 36 jeunes signent professionnels après être passé au l'IFR. À l'issue de la saison 2013-2014, 95% des jeunes du pôle signent dans un centre de formation. En 2015, Châteauroux affiche le meilleur ratio de réussite en rapport avec le nombre de licenciés de sa région (Centre et Centre Ouest, soit dix départements et 4 000 joueurs)[10]. En février 2018, Franck Chaussidière, membre de la Direction technique nationale de la FFF en visite annuelle de la structure castelroussine, déclare : « Statistiquement, plus d’un joueur sur deux issu d’un pôle espoirs intègre ensuite un centre de formation de club professionnel. Celui de Châteauroux, c’est encore mieux, puisque c’est plutôt de l’ordre de quatre sur cinq »[12].

En 2000, Fabrice Dubois devient directeur du pôle. Il est remplacé par Laurent Cadu durant la saison 2015-2016 pour raison de santé.

Pôle espoirs féminin de ToursModifier

En 2012, le pôle espoir féminin de Tours voit le jour. Il est alors le sixième en France (8 en 2018), en comptant le Pôle France de l'INSEP. Il recrute des lycéennes du Centre-Ouest, d’Ile-de-France et des Dom-Tom (très peu). Son but est de « Former les filles de 16 à 18 ans à une pratique de haut-niveau. Les préparer à répondre aux exigences du football d’élite. Favoriser l’épanouissement des individus ». Émilie Dos Santos, la directrice et ancienne internationale française, précise en 2016 que « Toutes ne deviendront pas footballeuses professionnelles, mais l’objectif est que la plupart rejoignent la D1 à leur sortie du centre »[13].

Les joueuses peuvent suivre des études générales au Lycée Grandmont ou professionnelles au lycée Victor-Laloux, un atout du pôle de Tours. Elles sont véhiculés par bus spécialement réservé pour elles par le Pôle, entre le lycée-le stade-l'internat-la gare. Les meilleures conditions possibles sont mis en œuvre pour leur progression. Au pôle, les filles ont un vestiaire réservé, une salle médicale où elles rencontrent docteur, kiné et podologue plusieurs fois par semaine. Un coordinateur médical, médecin à la retraite, les suit aussi individuellement et une diététicienne vient à leur rencontre directement à l’internat. Dans les couloirs des vestiaires les photos dédicacées de Solenne Ninot (PSG) et Anna Clérac (ASJ Soyaux), qui ont atteint la D1, rappellent à toutes l’objectif[13].

Personnalités de la LigueModifier

PrésidentsModifier

Le Baron Henry Auvray est le premier président de ce qui est alors appelé la « Ligue du Centre de football association »[14].

À partir de 1924, Maurice Duquesne préside la Ligue du Centre. L'année suivante, il est porteur de projet pour le premier Championnat de France de football de la Fédération française de football association. Un an après la création du Championnat professionnel, en 1933, la FFFA met en place une commission d'étude d'une compétition fédérale amateur[15] dont Duquesne est aussi le président. En 1948, il occupe toujours cette fonction[16],[17], après s'être retiré de la Ligue du Centre en 1945. Il est aussi l’auteur de Vingt et un ans de compétition nationale : 1935-1956 Championnat de France amateurs (Challenge Jules-Rimet), publié en 1957, par la FFF.

En 1946, Pierre Martial prend la suite à la tête de l'entité régionale. En 1967, le vice-président André Brunet prend la succession et fera passer le siège de la Ligue du côté d'Orléans[5]. En 1969-1970, Gilbert Cathelineau et Raymond Etellin, respectivement président des Districts du Loiret et du Loir-et-Cher, se succèdent à la tête de la Ligue du Centre[18],[19]. Raymond Auzanneau tient le poste de 1970 à 1992[20].

En 1992, Christian Teinturier est élu président. L'ex-entraîneur du Stade vierzonnais connait toutes les fonctions dans le football et reste en place durant cinq mandats, soit vingt ans. Teinturier est vu comme un « président visionnaire pour l’évolution du football »[20]. Sous son mandat, le siège de la Ligue change d'adresse pour, dit-il, « avoir quelque chose qui soit à la hauteur de l'image du football régional ». La Ligue du Centre est aussi la première à s'informatiser en 1997-1998. Elle organise aussi deux championnats d'Europe des jeunes : le Championnat d'Europe des moins de 17 ans 2004 où la France est sacrée ; et l'Euro féminin des moins de 19 ans 2008[21].

En 2012, alors président du district du Loiret, Marc Debarbat remporte les élections face au président sortant[22]. Debarbat est réélu en 2016 mais est nommé président de la Ligue du football amateur (LFA) l'année suivante[23].

À 71 ans, Jacky Fortepaule prend la suite. Retraité de la banque, il est arbitre pendant 28 ans et connaît treize ligues et autant de districts. Président de club puis du district du Loiret à la suite de Marc Debarbat, Fortepaule annonce vouloir terminer le mandat entamé (jusqu’en 2020) mais ne pas briguer la présidence ensuite[24]. Fortepaule démissionne avec son comité directeur fin octobre 2018 à cause d'un fort déficit financier[25]. Mi-janvier 2019, le président du District du Cher, Antonio Teixeira, est élu avec 72,91 % des voix pour les dix-huit mois restants du mandat[26].

Listes des présidents de la Ligue du Centre de football depuis sa création[4]
Rang Nom Période
1   Le Baron Henry Auvray 1919-1921
2   Devivaise 1921-1922
3   Le Baron Henry Auvray 1922
4   Doliveux 1922-1923
5   Siron 1923-1924
6   Maurice Duquesne 1924-1945
7   Pierre Martial 1946-1967
8   André Brunet 1967-1968
Rang Nom Période
9   Gilbert Cathelineau 1969
10   Raymond Etellin 1969-1970
11   Raymond Auzanneau 1970-1992
12   Christian Teinturier 1992-2012
13   Marc Debarbat 2012-2017
14   Jacky Fortepaule 2017-2018
15   Antonio Texeira 2019-2020

Directeurs techniques régionauxModifier

Directeurs techniques régionaux successifs[27]
Période Nom
1964-1972 Lucien Corn
1973-1981 Roger Meerseman
1982-1988 Christian Teinturier
1988-2002 Guy Ferrier
2002-2010 Patrick Pion
2010-2017 Sébastien Imbert
2017-... Jérôme Monot

En 1964, Lucien Corn devient le premier Directeur technique régional de la Ligue du Centre. Il est auparavant entraîneur-joueur de l'US Montagnarde qu'il fait monter en DRH[28]. En décembre 1971, il rejoint l'US Dunkerque en D2 1971-1972 qu'il sauve de la relégation[29]. Il quitte aussi son poste de DTR à la fin de la saison.

Roger Meerseman, auparavant entraîneur local à Bourges puis à l'AAJ Blois, est choisi pour le remplacer. Il reste en place jusqu'en 1982 où Christian Teinturier, futur président de la Ligue, tient le rôle pendant six années. En 1988, Guy Ferrier troque son poste de CTD du Loiret, où il croise son homologue en Eure-et-Loir, Bruno Bini, pour celui de CTR. Ferrier est présent jusqu'en 2002 et travaille dix ans avec son prédécesseur et formateur comme président, avant de devenir entraîneur national. Il remporte notamment la Coupe du monde féminine des moins de 17 ans 2012[30].

Patrick Pion, conseiller départemental d'Indre-et-Loire pendant treize ans, devient alors responsable au niveau de la région. Jusqu'à présent, la structure technique de la Ligue du Centre se limite à un DTR et six conseillers départementaux. En 2005-2006, la Ligue se dote d'un organigramme unique en France : Patrick Pion s’entoure de six conseillers régionaux (CTR) avec un domaine défini, en plus des deux-trois CTD implantés dans chaque départements[7]. En 2010, Pion rejoint la Direction technique national[31]. En 2018, il est directeur technique national adjoint de Hubert Fournier.

Sébastien Imbert prend la succession dans ce rôle de DTR. Natif de Châteauroux, il intègre le centre de formation du club de Tours FC en tant que joueur. Il évolue ensuite au sein de plusieurs clubs nationaux avec, notamment, une montée en Division 1 sous les couleurs de la Berrichonne de Châteauroux. Il intègre rapidement le monde de l’entraînement en tant qu’éducateur et responsable de section sportive pour préparer son après-carrière de footballeur. Cadre Technique en Côte d’Or est son premier poste au sein de la DTN au début des années 2000. Par la suite, il passe Cadre Technique en Eure-et-Loir, avant de devenir CTR de la Ligue du Centre, puis DTR de cette même entité, en remplacement de Patrick Pion en 2010. En 2017, il devient DTR de la nouvelle Ligue de Bourgogne-Franche-Comté[32].

Fin 2017, Jérôme Monot est nommé comme nouveau Directeur Technique Régional. Il est auparavant Adjoint Technique du Pôle Espoirs Garçon de Châteauroux de 2007 à 2008, CTD du Loiret entre 2008 et 2014, puis de même dans le Loir-et-Cher lors de la saison 2014-2015 et enfin CTR à partir de 2015 tout en coordonnant les actions du District de Loir-et-Cher[33].

Les clubs de la Ligue au niveau nationalModifier

Domination régionaleModifier

Club le mieux classé depuis 1920.

  • De 1920 à 1947 : Champion de la Division d'Honneur du Centre.
  • 1939-1940 : Information non connue.
  • Depuis 1948 : Club le mieux classé en division nationale.
Arago sport orléanaisArago sport orléanaisOlympic Club ChâteaudunAAJ BloisTours FCOlympic Club ChâteaudunTours FCTours FCLB Châteauroux 

* USM est l'abréviation d'USM Montargis, CASC de CAS Châtellerault, CASGO de CASG Orléans et OCO d'OC Orléans.

Tours FCLB ChâteaurouxFC BourgesAAJ BloisFC BourgesAAJ BloisFC BourgesLB ChâteaurouxAAJ BloisLB ChâteaurouxArago sport orléanaisLB ChâteaurouxArago sport orléanaisTours FCLB ChâteaurouxArago sport orléanais 
Tours FCLB ChâteaurouxFC BourgesTours FCUS OrléansTours FCUS OrléansTours FC 
US OrléansLB ChâteaurouxTours FC 

Clubs évoluant en divisions nationales 2018-2019Modifier

Clubs évoluant en divisions nationales


Légende :
  Ligue 1 : Aucun.

  Ligue 2 : LB Châteauroux, US Orléans.

  National 1 : Tours FC.

  National 2  : Blois Foot 41, SO Romorantin, C' Chartres, Saint-Pryvé Saint-Hilaire FC.

National 3 2018-2019Modifier

 
Avoine OCC
Bourges 18
Bourges Foot
C' Chartres Football Rés.
LB Châteauroux Rés.
US Châteauneuf-sur-Loire
USM Montargis
US Orléans Rés.
FCO Tourangeau
Tours FC Rés.
J3S Amilly
AS Montlouis-sur-Loire
Saint-Jean-le-Blanc FC
Vierzon FC
Localisation des clubs engagés dans le groupe Centre-Val de Loire du championnat


Liste par département :
Cher (3) : Bourges 18, Bourges Foot, Vierzon FC.

Eure-et-Loir (1) : C' Chartres Football rés..

Indre (1) : LB Châteauroux rés..

Indre-et-Loire (4) : Avoine OCC, AS Montlouis-sur-Loire, FCO tourangeau, Tours FC rés..

Loiret (5) : J3S Amilly, US Châteauneuf-sur-Loire, USM Montargis, US Orléans rés., Saint-Jean-le-Blanc FC.

Loir-et-Cher (0) : aucun.

Les clubs de la Ligue au niveau régionalModifier

Palmarès régional par saisonModifier

Football masculinModifier

Palmarès régional masculin par clubModifier

Clubs Division d'Honneur Coupe du Centre
FC Tours 17 : 1923, 1924, 1925, 1926, 1927, 1928, 1930, 1932, 1949 (AS Centre),
1952, 1960, 1965, 1968, 1973, 1997 rés., 2008 rés., 2013 rés.
4 : 1998, 1999, 2000, 2017
OC Châteaudun 9 : 1931, 1936, 1937, 1938, 1939, 1951 (ASJ), 1970, 1986, 1998 1948, 1952 (ASJ)
LB Châteauroux 8 : 1920, 1921 (ASC), 1950, 1959, 1961, 1977 rés., 1992 rés., 2017 rés. 7 : 1949, 1950, 1958, 1960, 1961, 2007, 2008
AS Orléans 7 : 1942, 1944, 1945, 1946, 1947, 1948, 1957 4 : 1951, 1953, 1956, 1957
AS Gien 6 : 1964, 1966, 1972, 1976, 1988, 1993 -
US Orléans 4 : 1984 rés., 1995, 2002, 2006 rés. 2 : 2002, 2004
VS Chartres 4 : 1953, 1958, 1971, 1974 1954
AAJ Blois 3 : 1933, 1955, 1990 1955, 1962
X Châteaudun 3 : 1936, 1937, 1939 -
OC Orléans 3 : 1941, 1943, 1954 -
AC Amboise 1963, 1975 2005, 2009
Bourges 18 1999, 2009 2013, 2014
Blois Foot 41 2004, 2016 2006, 2016
US Vendôme 1956, 1962 1959
FC Bourges 1967, 1987 rés. 1995
AS Salbris 1994, 2000 2003
USM Montargis 1922, 1981 -
FC Drouais 1982, 2003 -
CASG Orléans 1929, 1935 -
Amicale de Lucé 1969, 1979 rés. -
Avoine Chinon 2012 (USEAB), 2014 -
SO Romorantin 1991 3 : 1991, 1996, 1997
Joué-les-Tours FCT 1983 (US Joué-les-Tours) 2011
FC Chartres 2001 2001
Vierzon FC 2010 (VF18) 2018
FC Saint-Jean-le-Blanc 2011 2010
CAS Châtellerault 1934 -
US Saint-Pierre-des-Corps 1978 -
US Mer 1980 -
US Beaugency 1985 -
FCLSC Châteauroux 1989 -
SA Issoudun 1996 -
Saint-Pryvé Saint-Hilaire 2005 -
SC Malesherbes 2007 -
US Château-Renault - 1947
US Saran - 2012

Division d'Honneur 2018-2019Modifier

 
Blois Foot 41 rés.
ASP Bourges
OC Châteaudun
AS Contres
FC Déols
FC drouais
USP Joué-lès-T.
CA Pithiviers
AS Saint-Amandoise
EB St-Cyr-sur-Loire
Saran USM
Vineuil SF
Clubs évoluant en Division d’Honneur 2018-2019


Liste par département :
Cher (1) : ASP Bourges

Eure-et-Loir (2) : OC Châteaudun, FC drouais

Indre (2) : FC Déols, AS Saint-Amandoise

Indre-et-Loire (2) : St Cyr-sur-Loire, USP Joué-lès-Tours

Loiret (2) : USM Saran, CA Pithiviers

Loir-et-Cher (3) : Blois Foot 41 rés., Vineuil SF, AS Contres

Football fémininModifier

Palmarès régional féminin par clubModifier

Clubs Division d'Honneur Coupe du Centre
FC Bourges 6 : 1976, 1981, 1983, 1991, 1993, 1996 1995
US Orléans fem. 5 : 2010, 2011, 2013, 2017, 2018 4 : 2002, 2004, 2010, 2016
Tours FC fem. 2 : 2005R, 2011 8 : 2003 (EC Tours), 2005, 2006, 2009, 2011, 2013, 2014, 2015
EB St-Cyr-sur-Loire 2 : 2002, 2004 -
Bourges 18 2 : 2012, 2017 -
Vineuil Brion ES 2 : 2014, 2015 -
SC Tours Nord 2008 2008
Blois Foot 41 2003 -
Joué-les-Tours FCT 2006 (ASC Joué Touraine) -
AS Anet 2009 -

Football féminin en 2018-2019Modifier

Principaux clubs féminins du Centre


Légende :
  Division 1 : Aucun.

  Division 2 : US Orléans.

  Autres clubs : Tours FC.

LocalisationModifier

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Voir Championnat de France amateur de football 1934-1935. Le championnat de la Ligue du Centre 1934-1935 se termine par une égalité entre l'ASJ Châteaudun et le CASG d'Orléans, en tête du classement. Un premier match de barrage entre les deux clubs ne peut les départager, l'ASJ Châteaudun est choisi pour représenter la Ligue lors de la première édition du championnat de France amateurs, grâce à son meilleur goal-average. Une nouvelle finale, le 28 avril 1935, entre les deux clubs donne l'avantage au CASG d'Orléans par trois but à deux.

RéférencesModifier

  1. a b c d e f g h i et j « Status », sur foot-centre.fff.fr (consulté le 10 septembre 2018)
  2. Évolution du nombre de clubs sur le site officiel, le 30 juin 2017.
  3. Évolution du nombre de licenciés sur le site officiel, le 30 juin 2017.
  4. a b c et d Historique sur le site officiel, le 29 octobre 2012.
  5. a b et c PROlongations : Berrichonne-Stade brestois, Châteauroux, , 8 p. (lire en ligne), p. 2
  6. « Prolongation », Onze Mondial, no 110,‎ , p. 10 (ISSN 0995-6921)
  7. a et b « Mue technique à la Ligue du Centre », sur larep.fr, (consulté le 12 septembre 2018)
  8. « Compétitions » (consulté le 10 septembre 2018)
  9. « L'IFR, le CNF Clairefontaine du Berry », sur foot-centre.fff.fr, (consulté le 25 septembre 2014)
  10. a b et c « On était aux 20 ans du Pôle Espoir de Châteauroux... », sur sofoot.com, (consulté le 11 septembre 2018)
  11. « LE PÔLE ESPOIRS MASCULIN DE CHÂTEAUROUX », sur ctr-chateauroux.fr (consulté le 11 septembre 2018)
  12. « Un pôle d’attractions », sur lanouvellerepublique.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  13. a et b « Des conditions de pro pour les filles des pôles espoirs », sur footdelles.com, (consulté le 11 septembre 2018)
  14. Robert Ranjard, « Le baron Henry Auvray (1878-1947) », Bulletin de la Société archéologique de Touraine, t. XXIX,‎ , p. 269-271 (lire en ligne)
  15. « Le Conseil National de juillet à Paris [suite] (procès-verbal de la séance du 22 juillet) », Football, no 191,‎ , p. 7
  16. « Bureau fédéral - séance du 2 août 1948 », France Football, no 124,‎ , p. 1
  17. « Commission centrale du championnat de France amateur - séance du 23 août 1948 », France Football, no 129,‎ , p. 1
  18. « L’histoire de Fernand Sauget », sur orleans-football.asptt.com (consulté le 11 septembre 2018)
  19. Gabriel Renard, Le livre d'or de l'AAJ Blois, (lire en ligne)
  20. a et b « PROCÈS-VERBAL ASSEMBLÉE GÉNÉRALE », sur foot-centre.fff.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  21. « Christian Teinturier est candidat à un sixième mandat », sur leberry.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  22. « Élu avec 67,8 % des voix, samedi, lors de l’assemblée générale à Luisant », sur larep.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  23. « LFA – Composition du nouveau bureau », sur actufoot.com, (consulté le 11 septembre 2018)
  24. « Jacky Fortepaule succède à Alain Debarbat à la présidence », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 11 septembre 2018)
  25. « Jacky Fortépaule, le président de la Ligue Centre-Val de Loire, poussé à la démission », sur larep.fr, (consulté le 12 janvier 2019)
  26. « Antonio Teixeira, nouveau président de la ligue du Centre-Val de Loire », sur lechorepublicain.fr, (consulté le 12 janvier 2019)
  27. Les Directeurs Techniques Régionaux de la Ligue du Centre de Football depuis 1964 sur le site officiel, le 5 janvier 2011.
  28. « La Montagne et le championnat », sur yannick-moulard.blog4ever.com, (consulté le 12 septembre 2018)
  29. « Souleymane Camara », sur kurbos.skyrock.com, (consulté le 12 septembre 2018)
  30. « Entretien avec Guy Ferrier, ancien CTR de la ligue du Centre », sur leberry.fr, (consulté le 12 septembre 2018)
  31. « 2010 », sur aefoot41.free.fr, (consulté le 12 septembre 2018)
  32. « Un nouveau DTR à la Ligue Bourgogne-Franche-Comté », sur infos-dijon.com, (consulté le 12 septembre 2018)
  33. « Un nouveau DTR », sur foot-centre.fff.fr, (consulté le 12 septembre 2018)
  34. Palmarès de la Division d'Honneur Centre sur footcentre.free.fr
  35. France - List of Regional Champions 1919-1932 sur le site de RSSSF
  36. « Palmarès de la Coupe du Centre »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur footcentre.fff.fr, le 3 avril 2014.
  37. « La Roche-Rigault remporte la Coupe du Centre », L'Avenir de la Vienne,‎ , p. 4 (lire en ligne, consulté le 8 janvier 2016)
  38. Palmarès 2001-2002 « Copie archivée » (version du 16 août 2012 sur l'Internet Archive) sur le site de la Ligue du Centre de football
  39. Palmarès 2002-2003 « Copie archivée » (version du 29 novembre 2006 sur l'Internet Archive) sur le site de la Ligue du Centre de football
  40. Palmarès 2003-2004 « Copie archivée » (version du 29 novembre 2006 sur l'Internet Archive) sur le site de la Ligue du Centre de football
  41. Palmarès 2004-2005 « Copie archivée » (version du 29 novembre 2006 sur l'Internet Archive) sur le site de la Ligue du Centre de football
  42. Palmarès 2005-2006 « Copie archivée » (version du 16 août 2012 sur l'Internet Archive) sur le site de la Ligue du Centre de football
  43. « Palmarès 2007-2008 »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?) sur le site de la Ligue du Centre de football
  44. Palmarès 2009-2010 sur le site de la Ligue du Centre de football
  45. Palmarès 2010-11 « Copie archivée » (version du 15 août 2012 sur l'Internet Archive) sur le site de la Ligue du Centre de football