Saint-Jean-de-la-Ruelle

commune française du département du Loiret

Saint-Jean-de-la-Ruelle
Saint-Jean-de-la-Ruelle
Église Saint-Jean-Baptiste.
Blason de Saint-Jean-de-la-Ruelle
Blason
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Loiret
Arrondissement Orléans
Intercommunalité Orléans Métropole
Maire
Mandat
Christophe Chaillou
2014-2020
Code postal 45140
Code commune 45285
Démographie
Gentilé Stéoruellan[1]
Population
municipale
16 273 hab. (2017 en diminution de 3,33 % par rapport à 2012)
Densité 2 685 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 54′ 50″ nord, 1° 52′ 28″ est
Altitude Min. 90 m
Max. 121 m
Superficie 6,06 km2
Élections
Départementales Canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle
(bureau centralisateur)
Législatives Deuxième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Ruelle
Géolocalisation sur la carte : Loiret
Voir sur la carte topographique du Loiret
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Ruelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Ruelle
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Saint-Jean-de-la-Ruelle
Liens
Site web www.ville-saintjeandelaruelle.fr

Saint-Jean-de-la-Ruelle est une commune française située dans le département du Loiret en région Centre-Val de Loire.

Elle se situe sur la rive droite de la Loire dans le périmètre inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO[2].

GéographieModifier

LocalisationModifier

 
Carte de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle et des communes limitrophes.

La commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle se trouve dans le quadrant nord-ouest du département du Loiret, dans la région agricole du Val de Loire[3] et l'aire urbaine d'Orléans[4]. À vol d'oiseau, elle se situe à 2,5 km d'Orléans[5], préfecture du département du Loiret. La commune fait partie du bassin de vie d'Orléans[4].

Les communes les plus proches sont[Note 1] : Orléans (2,5 km), Saint-Pryvé-Saint-Mesmin (3 km), Ingré (3,5 km), La Chapelle-Saint-Mesmin (3,7 km), Fleury-les-Aubrais (3,9 km), Saran (4,6 km), Saint-Jean-le-Blanc (4,7 km), Olivet (5,4 km), Ormes (5,7 km) et Saint-Hilaire-Saint-Mesmin (6,1 km)[6].

  Ingré Saran Saran
Orléans
 
Ingré N Orléans
O    Saint-Jean-de-la-Ruelle    E
S
La Chapelle-Saint-Mesmin Saint-Pryvé-Saint-Mesmin Orléans

GéologieModifier

 
Carte géologique de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle.
  • Fz : Alluvions récentes des lits mineurs (Holocène)
  • FC : Alluvions et colluvions du fond des vallées secondaires (Holocène)
  • m2MSO : Marnes et sables de l'Orléanais (Burdigalien)
  • m2MCO : Marnes et calcaires de l'Orléanais (Burdigalien)
  • m1CPi : Calcaires de Pithiviers (Aquitanien)

La région d’Orléans se situe dans le sud du Bassin parisien, vaste cuvette composée d’un empilement de couches sédimentaires d’origines essentiellement détritiques (issus de l’érosion d’anciennes chaînes de montagnes) et carbonatées (précipitation de carbonate de calcium). Ces dépôts s'étagent du Trias (- 250 millions d’années) au Pliocène (- 23 millions d’années) et se font surtout en contexte marin, mais aussi en milieu lacustre. Les successions de périodes glaciaires et interglaciaires au Quaternaire aboutissent à la configuration géomorphologique actuelle : altération plus ou moins profonde des roches en place, terrasses alluviales anciennes perchées sur les plateaux et incision de la vallée actuelle de la Loire[7],[8].

Les calcaires de Beauce, qui constituent le socle du territoire communal, se forment à l'Aquitanien (de - 23 à - 20,5 millions d’années). Leur partie supérieure, les calcaires de Pithiviers (m1CPi) et les marnes et calcaires de l’Orléanais (m2MCO), occupe une grande partie sud de la commune[9]. Les marnes et sables de l’Orléanais (m2MSO), premiers dépôts burdigaliens (de – 20,44 à – 15,97 millions d'années) recouvrant les calcaires de Beauce, occupent la partie nord de la commune. Ces sables sont essentiellement composés de grains de quartz émoussés, accompagnés de feldspaths kaolinisés et friables, de silex à patine noire et de graviers calcaires particulièrement fréquents à la base de la formation[10],[9]. Des alluvions et colluvions récentes, datant de l'Holocène, occupent le fond d'une ancienne vallée secondaire, perpendiculaire à la Loire dont le lit mineur est quant à lui occupé par des alluvions (Fz) datant de l'Holocène également[11].

Fragmentés et fissurés, les calcaires peuvent être le siège de phénomènes karstiques. Les circulations préférentielles d’eaux souterraines érodent ces calcaires en profondeur et entraînent la formation de dépressions, gouffre ou dolines. Les manifestations en surface de ces fragilités ne sont pas rares dans la région orléanaise. 4 cavités ont été inventoriées par le service régional Centre du BRGM sur la commune, en octobre 2003 : deux dolines (dépressions circulaires ou elliptiques liée à l'activité karstique) et deux carrières[12].

Le territoire communal est relativement plat puisque la dénivelée maximale est de 31 mètres. L'altitude du territoire varie en effet de 90 mètres à 121 mètres[13],[14].

ClimatModifier

Paramètres climatiques pour la commune sur la période 1971-2000

- Moyenne annuelle de température : 10,9 °C
- Nombre de jours avec une température inférieure à -5°C : 3,3 j
- Nombre de jours avec une température supérieure à 30°C : 4,8 j
- Amplitude thermique annuelle[Note 2] : 15,2 °C
- Cumuls annuels de précipitation : 675 mm
- Nombre de jours de précipitation en janvier : 11,2 j
- Nombre de jours de précipitation en juillet : 7,1 j

La commune bénéficie d’un climat « océanique dégradé des plaines du Centre et du Nord », selon la typologie des climats en France définie en 2010. Ce type affecte l’ensemble du Bassin parisien avec une extension vers le sud, dont la totalité des communes du Loiret. Le climat reste océanique mais avec de belles dégradations. Les températures sont intermédiaires et les précipitations sont faibles (moins de 700 mm de cumul annuel), surtout en été, mais les pluies tombent en moyenne sur 12 jours en janvier et sur 8 en juillet, valeurs moyennes rapportées à l’ensemble français. La variabilité interannuelle des précipitations est minimale tandis que celle des températures est élevée[15].

Les paramètres climatiques qui ont permis d’établir cette typologie comportent six variables pour les températures et huit pour les précipitations, dont les valeurs correspondent aux données mensuelles sur la normale 1971-2000. Les sept principales variables caractérisant la commune sont présentées dans l'encadré ci-contre[15]. Avec le changement climatique, ces variables ont pu depuis évoluer. Cette évolution peut être constatée sur la station météorologique historique de Météo-France la plus proche, Orléans-Bricy, qui se trouve à 12,0 km à vol d'oiseau[16], où la température moyenne annuelle évolue de 11 °C pour la période 1971-2000[17], à 11,2 °C pour 1981-2010[18], puis à 11,7 °C pour 1991-2020[19].

Milieux naturels et biodiversitéModifier

Sites Natura 2000Modifier

Le réseau Natura 2000 est un réseau écologique européen de sites naturels d’intérêt écologique élaboré à partir des Directives « Habitats » et « Oiseaux ». Ce réseau est constitué de Zones Spéciales de Conservation (ZSC) et de Zones de Protection Spéciale (ZPS). Dans les zones de ce réseau, les États Membres s'engagent à maintenir dans un état de conservation favorable les types d'habitats et d'espèces concernés, par le biais de mesures réglementaires, administratives ou contractuelles. L'objectif est de promouvoir une gestion adaptée des habitats tout en tenant compte des exigences économiques, sociales et culturelles, ainsi que des particularités régionales et locales de chaque État Membre. les activités humaines ne sont pas interdites, dès lors que celles-ci ne remettent pas en cause significativement l’état de conservation favorable des habitats et des espèces concernés[20],[21].

Les sites Natura 2000 présents sur le territoire communal de Meung-sur-Loire sont au nombre de deux[INPN 1].

Numéro Type Nom Arrêté Localisation
FR2400528 SIC (Directive « Habitats ») Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire Arrêté du 13 avril 2007[22]. Dans les parties est et sud de la commune[23].
FR2410017 ZPS (Directive « Oiseaux ») Vallée de la Loire du Loiret Arrêté du 4 mai 2007[24]. Dans les parties est et sud de la commune[23].

Le site de la « Vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire », d'une superficie de 7 120 ha, concerne 51 communes. La délimitation de ce site Natura 2000 est très proche de celle correspondant à la Directive Oiseaux. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux ligériens liés à la dynamique du fleuve, qui hébergent de nombreuses espèces citées en annexe II de la directive Habitats[INPN 2].

Le site de la « Vallée de la Loire du Loiret » s'étend sur une superficie de 7 684 ha et concerne la vallée de la Loire dans le Loiret. Cette ZPS se poursuit en amont et en aval sur les départements voisins. L'intérêt majeur du site repose sur les milieux et les espèces ligériens liés à la dynamique du fleuve. Ces milieux hébergent de nombreuses espèces citées en annexe I de la directive Oiseaux. Le site est caractérisé par la présence de colonies nicheuses de sternes naine et pierregarin et de mouette mélanocéphale. Des sites de pêche du Balbuzard pêcheur sont également présents. Le site est également lieu de reproduction du bihoreau gris, de l'aigrette garzette, de la bondrée apivore, du milan noir, de l'œdicnème criard, du martin-pêcheur, du pic noir, de la pie-grièche écorcheur[INPN 3].

Zones nationales d'intérêt écologique, faunistique et floristiqueModifier

L’inventaire des zones naturelles d'intérêt écologique, faunistique et floristique (ZNIEFF) a pour objectif de réaliser une couverture des zones les plus intéressantes sur le plan écologique, essentiellement dans la perspective d’améliorer la connaissance du patrimoine naturel national et de fournir aux différents décideurs un outil d’aide à la prise en compte de l’environnement dans l’aménagement du territoire. Le territoire communal de Saint-Jean-de-la-Ruelle comprend une ZNIEFF[INPN 4].

 
Carte des ZNIEFF de la commune et de ses abords.
Désignation Type Superficie Description
« La Loire orléanaise » type 2[Note 3] 35 hectares La zone s'étend sur 41 communes, dont 39 communes dans le Loiret et dont Saint-Jean-de-la-Ruelle. Elle correspond à la boucle septentrionale du fleuve[DREAL 1]. Son altitude varie entre 80 et 135 m[INPN 5]. Elle se caractérise par un lit mineur largement occupé par des îles et grèves sableuses. Ces milieux soumis au marnage annuel recèlent de multiples habitats plus ou moins temporaires. C'est pratiquement la seule section qui présente des méandres. On observe, sur les basses terrasses, quelques formations sablo-calcaires[INPN 6].

UrbanismeModifier

PlanificationModifier

Plan local d'urbanismeModifier

SCOT de l'agglomération orléanaiseModifier

Voies de communication et transportsModifier

 
Réseau routier principal de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle (avec indication du trafic routier 2014).

Infrastructures routièresModifier

La commune est traversée et desservie par la tangentielle.

La route départementale 2552 permet de rejoindre rapidement l'autoroute A71 située à l'ouest de la ville, sur le territoire de la commune de La Chapelle-Saint-Mesmin.

La route nationale 152, qui relie Malesherbes à Beaugency, traverse l'extrême sud de Saint-Jean-de-la-Ruelle, en longeant la Loire.

Le pont de l'Europe permet de traverser le fleuve royal depuis Saint-Jean-de-la-Ruelle pour rejoindre Saint-Pryvé-Saint-Mesmin au sud.

Transport en communModifier

 
La ville est desservie par la ligne B du tramway.

La commune, qui fait de partie d'Orléans Métropole, elle est desservie par les transports de l'agglomération orléanaise (TAO), principalement avec la ligne B du tramway d'Orléans. Quatre stations sont implantées sur son territoire : Trois Fontaines, Martin Luther-Kinget Rol-Tanguy. Cette ligne permet de rejoindre rapidement le centre-ville d'Orléans ou l'est de la métropole.

Elle est desservie par les lignes de bus 2, 3, 4, 17 et 20.

Risques naturels et technologiques majeursModifier

La commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle est vulnérable à différents aléas naturels : inondations (par débordement de la Loire ou de ruisseaux), climatiques (hiver exceptionnel ou canicule), mouvements de terrains ou sismique. Elle est également exposée à un risque technologique : le transport de matières dangereuses[25],[26]. Entre 1985 et 2016, neuf arrêtés ministériels ayant porté reconnaissance de catastrophe naturelle ont été pris pour le territoire de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle dont trois pour des inondations et coulées de boue et six pour des mouvements de terrain[27].

Risque d'inondationModifier

 
Zone inondable de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

La Loire est à l'origine des dégâts les plus importants sur la commune en cas de crue majeure. Les crues historiques sont celles de 1846, 1856, 1866 et 1907. Aucune crue n'a atteint depuis 1907 les hauteurs atteintes lors de ces événements catastrophiques[28]. Lors des crues du XIXe siècle, les eaux ont atteint les bas quartiers « Saint-Gabriel », « Maison-Rouge » et la « Petite Espère»[29].

La zone inondable de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle couvre une surface de 19 hectares, soit 3 % du territoire communal, se répartissant en 13 ha en eau et 6 ha en surfaces urbanisées[30]. 57 personnes résident dons cette zone[31]. Elle fait partie du val d'Orléans qui s’étend sur 33 km de longueur, du hameau de Bouteille à l’amont au confluent du Loiret à l’aval[32]. Ce val est protégé par une levée en terre, la levée d'Orléans, de 45 km de longueur, interrompue à 3,5 km environ en amont du confluent du Loiret. Il est inondé par le remous de la Loire dans la confluence du Loiret dès les premières crues simulées[33]. Cette levée a été renforcée sur toute sa longueur. Le niveau de protection historique est celui visé par la construction du déversoir de Jargeau, aménagé à la fin du XIXe siècle à l'emplacement des brèches qui s'étaient produites en 1846, 1856 et 1866 et conçu initialement pour fonctionner au-delà de la cote de Loire à l'échelle d'Orléans proche de 6 m (crue de 1825, n'ayant pas occasionné de brèches). Les lignes d’eau en crue ont toutefois beaucoup changé depuis du fait de l’évolution morphologique du lit de la Loire, conséquence des ouvrages de navigation qui ont été réalisés au XIXe siècle et de l’extraction massive de matériaux en deuxième partie du XXe siècle. Le déversoir ne remplit donc plus sa fonction de protéger la levée d’Orléans des surverses et il ne permet plus de définir l’objectif de protection du système d’endiguement[34].

L'analyse menée dans le cadre de l'étude de danger des digues, montre qu'aujourd'hui, le niveau de protection apparent de la levée est associé à une crue de période de retour d'environ 200 ans, soit une hauteur d'eau à l'échelle d'Orléans estimée à 5,75 m[35]. Les zones de surverses probables mises en évidence se situent de l'amont vers l'aval, à Guilly, Tigy et Saint-Denis-en-Val (lieu-dit de Château Lumina)[35]. Par ailleurs, ces études montrent aussi que des défaillances avant dépassement des ouvrages sont probables, en particulier à Guilly, Tigy et Saint-Pryvé-Saint-Mesmin. Pour le secteur de Guilly, la probabilité de rupture n'est plus négligeable dès la crue de période de retour de 70 ans, soit une cote d'environ 4,60 m à l'échelle d'Orléans. Cette cote définit le niveau de sûreté actuel de la digue d'Orléans et correspond au seuil de déclenchement du plan d'évacuation massive de l'agglomération d'Orléans en cas de crue[35].

Le risque d'inondation est pris en compte dans l'aménagement du territoire de la commune par le biais du Plan de prévention du risque inondation (PPRI) du val d'Orléans - val amont, approuvé le [36]. Deux documents permettent de définir les modalités de gestion de crise et d'organisation des secours : au niveau départemental, le Dispositif ORSEC départemental spécialisé déclenché en cas d'inondation de la Loire, le plan ORSIL[Note 4], et au niveau communal le plan communal de sauvegarde[37].

Risque de mouvements de terrainModifier

Le territoire de la commune peut être concerné par un risque d'effondrement de cavités souterraines non connues. Une cartographie départementale de l'inventaire des cavités souterraines et des désordres de surface a été réalisée. Il a été recensé sur la commune plusieurs effondrements de cavités[38]. Par ailleurs, le sol du territoire communal peut faire l'objet de mouvements de terrain liés à la sécheresse. Le phénomène de retrait-gonflement des argiles est la conséquence d'un changement d'humidité des sols argileux. Les argiles sont capables de fixer l'eau disponible mais aussi de la perdre en se rétractant en cas de sécheresse[39]. Ce phénomène peut provoquer des dégâts très importants sur les constructions (fissures, déformations des ouvertures) pouvant rendre inhabitables certains locaux. Celui-ci a particulièrement affecté le Loiret après la canicule de l'été 2003. La totalité du territoire de la commune est soumis à un aléa « faible » face à ce risque, selon l'échelle définie par le Bureau de recherches géologiques et minières (BRGM)[40].

HistoireModifier

Dénommée Athos à l'époque celtique, elle prit le nom de Saint-Jean après la construction de la première église. De la Ruelle y fut ajouté parce qu'on accédait à l'église par une ruelle.

Révolution française et EmpireModifier

Nouvelle organisation territorialeModifier

Le décret de l'Assemblée Nationale du décrète « il y aura une municipalité dans chaque ville, bourg, paroisse ou communauté de campagne »[41]. En 1790, dans le cadre de la création des départements, le Loiret compte alors 367 municipalités, rattachées à 59 cantons et 7 districts[42]. La municipalité de Saint Jean de la Ruelle est rattachée au canton de La Chapelle Saint Mesmin et au district d'Orléans[43]. Le terme « commune », au sens de l’administration territoriale actuelle, est imposé par le décret de la Convention nationale du 10 brumaire an II () : « La Convention nationale, sur la proposition d’un membre, décrète que toutes les dénominations de ville, bourg ou village sont supprimées et que celle de commune leur est substituée »[44]. Ainsi la municipalité de Saint Jean de la Ruelle devient formellement « commune de Saint Jean de la Ruelle » en 1793[43].

Les cantons sont supprimés, en tant que découpage administratif, par une loi du , et ne conservent qu'un rôle électoral, permettant l’élection des électeurs du second degré chargés de désigner les députés[45],[46]. La Constitution du 5 fructidor an III, appliquée à partir de vendémiaire an IV (1795) supprime les districts, considérés comme des rouages administratifs liés à la Terreur, mais maintient les cantons qui acquièrent dès lors plus d'importance en retrouvant une fonction administrative[45]. Enfin, sous le Consulat, un redécoupage territorial visant à réduire le nombre de justices de paix ramène le nombre de cantons dans le Loiret de 58 à 31[Note 5],[47]. Saint-Jean-de-la-Ruelle est alors rattachée au canton Ingré et à l'Arrondissement d'Orléans par arrêté du 9 vendémiaire an X ()[48],[43],[49]. En 1806, la commune est rattachée au canton d'Orléans-Nord-Ouest, un canton nouveau formé entre autres des communes de l'ancien canton d'Ingré[50]. Cette organisation va rester inchangée jusqu'en 1973, la commune est rattachée au canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle[51].

Époque contemporaineModifier

Le , c'est à Saint-Jean-de-la-Ruelle qu'est célébré pour la première fois en France un mariage entre deux femmes[52].

Politique et administrationModifier

Découpage territorialModifier

La commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle est membre de l'intercommunalité Orléans Métropole[53], un établissement public de coopération intercommunale (EPCI) à fiscalité propre créé le dont le siège est à Orléans. Ce dernier est par ailleurs membre d'autres groupements intercommunaux. En 2020, il s'agit du Syndicat mixte aménagement desserte aérienne de l'Ouest du Loiret (SMAEDAOL), du Syndicat mixte des bassins versants de la Bionne et du Cens et du Syndicat mixte d'améngament hydraulique (SMAH) du bassin de la Retrêve et de son affluent le ruisseau du Renard[54].

Sur le plan administratif, elle est rattachée à l'arrondissement d'Orléans, au département du Loiret et à la région Centre-Val de Loire[53]. Sur le plan électoral, elle dépend du canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle pour l'élection des conseillers départementaux, depuis le redécoupage cantonal de 2014 entré en vigueur en 2015[53], et de la deuxième circonscription du Loiret pour les élections législatives, depuis le dernier découpage électoral de 2010[55].

Politique et administration municipalesModifier

Conseil municipal et maireModifier

Depuis les élections municipales de 2014, le conseil municipal de Saint-Jean-de-la-Ruelle, commune de plus de 1 000 habitants, est élu au scrutin proportionnel de liste à deux tours (sans aucune modification possible de la liste)[56], pour un mandat de six ans renouvelable[57]. Il est composé de 33 membres[58]. L'exécutif communal est constitué par le maire, élu par le conseil municipal parmi ses membres, pour un mandat de six ans, c'est-à-dire pour la durée du mandat du conseil. Christophe Chaillou est maire depuis 2014.

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
1971 1977 Jean Creiche DVD Conseiller général du canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle (1973-1976)
1977 1998 Jean-Claude Portheault PS Enseignant
Conseiller général du canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle (1976-1982 puis 1988-1994)
1998 En cours Christophe Chaillou PS Conseiller général du canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle (2001-2015)
Conseiller départemental du canton de Saint-Jean-de-la-Ruelle (depuis 2015)

Depuis 2002, la ville organise des cérémonies de PACS en mairie[59]. Cette cérémonie se compose de la lecture d'une allocution, de la confirmation de l'engagement de PACS et de la lecture de l'acte. Elle donne lieu à la remise d'un certificat de célébration mais ne se substitue pas à la convention signée au tribunal d'instance[60].

JumelagesModifier

Politique environnementaleModifier

Ville fleurie : trois fleurs attribuées par le Conseil national des villes et villages fleuris de France au Concours des villes et villages fleuris[61]. La ville avait quatre fleurs de 2006 à 2009 et a perdu 1 fleur depuis 2010.

Équipements et services publicsModifier

EnseignementModifier

 
Le lycée Maréchal-Leclerc.

Saint-Jean-de-la-Ruelle est situé dans l'académie d'Orléans-Tours et dans la circonscription d'Orléans-Nord-Ouest. La commune possède six écoles maternelles, six écoles primaires, deux collèges et un lycée[62].

  • Écoles maternelles et élémentaires publiques Paul-Bert ; Jules-Lenormand ; Louis-Aragon ; Paul-Doumer ; François-Mitterrand ; Jean-Moulin ;
  • Collèges André-Malraux ; Max-Jacob ;
  • Lycée professionnel Maréchal-Leclerc-de-Hauteclocque. Le , Jacques Chirac rendit visite en tant que président de la République française au lycée Maréchal-Leclerc-de-Hauteclocque[63].
  • Institut régional pour sourds et déficients auditifs

Gestion des déchetsModifier

 
Sites de collecte, de traitement et de valorisation des déchets de la communauté urbaine d'Orléans Métropole, avec localisation de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle.

La collecte, le traitement et la valorisation des déchets est une compétence exclusive de la communauté urbaine Orléans Métropole depuis 2000 (l'intercommunalité était alors communauté de communes). La collecte des déchets ménagers (résiduels[Note 6] et multimatériaux) est effectuée en porte-à-porte sur toutes les communes de la communauté urbaine. Un réseau de six déchèteries accueille les encombrants et autres déchets spécifiques (déchets verts, déchets dangereux, gravats, cartons…)[64].

Une unité de traitement permettant la valorisation énergétique (l’incinération des déchets ménagers résiduels) et la valorisation matière des autres déchets (corps creux, corps plats et multimatériaux) est en service sur la commune de Saran depuis 1996. Elle est exploitée par la société ORVADE, filiale du groupe Veolia[65].

Gestion de l'eauModifier

Eau potableModifier

Le service public d’eau potable est une compétence obligatoire des communes depuis l’adoption de la loi du 30 décembre 2006 sur l’eau et les milieux aquatiques[66]. La commune assurait jusqu'au , la distribution de l'eau potable sur le territoire communal par contre la production de cette eau était effectuée sous la maîtrise d'ouvrage de la ville d'Orléans[67]. La gestion de l’eau étant une compétence obligatoire des communautés urbaines[68] et des métropoles[69], la communauté urbaine Orléans Métropole s'est substituée à la commune pour la mise en œuvre du service public d'eau potable lors de la transformation de la communauté d'agglomération Val de Loire en communauté urbaine le , puis c'est la métropole Orléans Métropole qui a pris cette compétence le .

Jusqu'en 2008, la ville de Saint-Jean-de-la-Ruelle était alimentée en eau potable par quatre forages pompant l'eau dans la nappe souterraine des calcaires de Beauce : le forage Le Petit Saint Jean - F1, mis en service en 1932, le forage rue Henri Pavard - "Paul Bert" - F2, mis en service en 1957, le forage Les Chaises (Locy) - F3, mis en service en 1967, et le forage Les Salmoneries - les 10 Arpents - F4, mis en service en 1974[70]. Mais l’eau fournie par ces forages présentait une teneur croissante en nitrates et dépassait les normes prescrites par la DDASS, de façon permanente sur deux forages. Par ailleurs, la ville n’ayant pas de solution interne de substitution , tous les forages étant condamnés car non protégeables, a fait appel à la ville d'Orléans et est alimentée depuis juillet 2008 par les forages du Val, au sud de la Loire. 1 200 000 m3 d'eau sont nécessaires pour alimenter la ville pendant un an. Les trois châteaux d'eau stéoruellans permettent une capacité de stockage pour les cas d’urgence de 6 000 m3[71].

Eaux uséesModifier

La compétence assainissement, qui recouvre obligatoirement la collecte, le transport et l’épuration des eaux usées, l’élimination des boues produites, ainsi que le contrôle des raccordements aux réseaux publics de collecte[72], est assurée depuis le par la Communauté de l'Agglomération Orléans Val de Loire, puis le par la communauté urbaine et enfin depuis le par Orléans Métropole[73].

Depuis le , Orléans Métropole exploite en régie directe les réseaux et ouvrages d'assainissement de 10 communes du territoire métropolitain, dont Saint-Jean-de-la-Ruelle, et d'une partie d'Orléans[74]. Le réseau comprend un réseau unitaire (eaux usées + eaux pluviales) de 46 015 ml, un réseau séparatif eaux usées de 8 831 ml et un réseau d'eaux pluviales de 3 091 ml. Sur la commune, on compte 9 stations de relevage pour les eaux usées [73]. Ces stations peuvent contenir de une à quatre pompes dont les puissances peuvent varier de 1,3 kW à 140 kW (soit de 3 l/s à 450 l/s)[75].

Un zonage d'assainissement, qui délimite les zones d'assainissement collectif, les zones d'assainissement non collectif et le zonage pluvial[76] a été réalisé par l’AgglO et a été approuvé par délibération du conseil de communauté du [77]. La commune est raccordée à la station d'épuration de La Chapelle-Saint-Mesmin[78]. Cet équipement, dont la capacité est de 350 000 EH, le plus important sur le territoire d'Orléans Métropole, a été mis en service le [79] et son exploitation est assurée depuis mai 2016 par Véolia[74].

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de plus de 10 000 habitants les recensements ont lieu chaque année à la suite d'une enquête par sondage auprès d'un échantillon d'adresses représentant 8 % de leurs logements, contrairement aux autres communes qui ont un recensement réel tous les cinq ans[80],[Note 7].

En 2017, la commune comptait 16 273 habitants[Note 8], en diminution de 3,33 % par rapport à 2012 (Loiret : +2,39 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
462523538579684630672671697
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8028329099681 0571 2311 3091 3601 366
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 4231 4951 5621 7862 0302 3572 8393 5133 802
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2011 2016
8 04212 62016 35917 06216 33516 56016 41416 68016 298
2017 - - - - - - - -
16 273--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[81] puis Insee à partir de 2006[82].)
Histogramme de l'évolution démographique

ÉconomieModifier

Le centre commercial, Aushopping Saint-Jean a été inauguré en 2015, mais l'ancien magasin est ouvert en 1971

Culture locale et patrimoineModifier

Lieux et monumentsModifier

 
Vue de l'église Saint-Jean-Baptiste.

Elle a succédé à une petite église du XVIe siècle qui était située rue de l'Abbé-de-l'Épée face à la rue du Vieux-Bourg, proche du cimetière actuel.

L'orgue romantique qui date de 1860 fut construit par le facteur Charles Beaurain et appartenait auparavant à la chapelle du petit séminaire de La Chapelle-Saint-Mesmin. Remonté dans cette église peu après le vote de la loi de 1905 qui avait entraîné la fermeture du petit séminaire, il a été restauré en 1992. Pour son centenaire, en 2006, l'église Saint-Jean-Baptiste a été l'objet de travaux de restauration et d'embellissement qui ont vu notamment le déplacement de l'autel de pierre sis dans le chœur, le pavage de toute l'église, la réfection de la sacristie et d'un oratoire et la réalisation de trois nouveaux vitraux[83].

CultureModifier

  • Le Grand Unisson, festival de musique organisé vers la mi-juin depuis 1990.

Personnalités liées à la communeModifier

  • Philippe Bertrand (1949-2010), dessinateur, est né à Saint-Jean-de-la-Ruelle.
  • Aly Cissokho (1987-), footballeur international français qui évolue au poste de défenseur à Antalyaspor.
  • Dosseh (1985-), rappeur français d'origines camerounaise et togolaise.
  • Christophe Bodard (1963-), caricaturiste français, a vécu à Saint-Jean-de-la-Ruelle.

HéraldiqueModifier

Les armes de Saint-Jean-de-la-Ruelle se blasonnent ainsi :

De sinople à la cotice en barre d'argent accompagnée en chef d'une roue dentée de huit pièces du même et en pointe d'une grappe de raisin stylisée de pourpre feuillée de deux pièces d'or ; à la champagne du dernier chargée d'une devise d'azur[85].

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Les distances sont mesurées à vol d'oiseau entre chefs-lieux de communes.
  2. L'amplitude thermique annuelle mesure la différence entre la température moyenne de juillet et celle de janvier. Cette variable est généralement reconnue comme critère de discrimination entre climats océaniques et continentaux.
  3. Les ZNIEFF de type 2 sont de grands ensembles naturels riches, ou peu modifiés, qui offrent des potentialités biologiques importantes.
  4. ORSIL = Organisation des Secours en cas d’Inondation Loire.
  5. La suppression d'un canton d'Orléans par la loi du 8 pluviôse an IX (17 février 1800) avait ramené le nombre de cantons intial de 59 à 58
  6. Les déchets ménagers résiduels comprennent les déchets obtenus après extraction des autres fractions, valorisables, de déchets.
  7. Par convention dans Wikipédia, le principe a été retenu de n’afficher dans le tableau des recensements et le graphique, pour les populations légales postérieures à 1999, que les populations correspondant à une enquête exhaustive de recensement pour les communes de moins de 10 000 habitants, et que les populations des années 2006, 2011, 2016, etc. pour les communes de plus de 10 000 habitants, ainsi que la dernière population légale publiée par l’Insee pour l'ensemble des communes.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

Inventaire national du patrimoine naturelModifier

Site de la Direction régionale de l'environnement, de l'aménagement et du logement Centre-Val de LoireModifier

Autres sourcesModifier

  1. « Gentilés des communes du Loiret », sur www.habitants.fr (consulté le 23 janvier 2010)
  2. UNESCO Centre du patrimoine mondial, « Val de Loire entre Sully-sur-Loire et Chalonnes », sur whc.unesco.org, Nations Unis, (consulté le 15 décembre 2009) ; Mission Val de Loire, « Val de Loire - Périmètre du site inscrit au patrimoine mondial de l'UNESCO », sur www.valdeloire.org, Régions Centre et Pays de Loire, (consulté le 15 décembre 2009)
  3. « Zonage en petites régions agricoles », sur http://agreste.agriculture.gouv.fr/ (consulté le 28 juillet 2015)
  4. a et b « Fiche communale », sur http://www.insee.fr/ (consulté le 28 juillet 2015).
  5. « Orthodromie entre "Saint-Jean-de-la-Ruelle" et "Orléans" », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  6. « Villes les plus proches de Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 28 juillet 2015).
  7. « Histoire géologique du Bassin parisien », sur le site du Système d’information pour la gestion des eaux souterraines en Seine-Normandie (consulté le 4 juin 2020)
  8. « Notice géologique 363 N - secteur d'Orléans », sur http://ficheinfoterre.brgm.fr/, (consulté le 26 mai 2020), p. 1
  9. a et b BRGM, « Carte des ressources en matériaux de la Région Centre - Elaborée dans le cadre de la révision des Schémas Départementaux des Carrières », sur le site de la DREAL Centre-Val de Loire, février (consulté le 26 mai 2020), p. 89
  10. « Notice géologique - feuille 363 N « Orléans » », sur http://ficheinfoterre.brgm.fr/ (consulté le 26 mai 2020), p. 5
  11. « Notice géologique 363 N - secteur d'Orléans », sur http://ficheinfoterre.brgm.fr/, (consulté le 26 mai 2020), p. 2
  12. « Carte des cavités souterraines localisées sur la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 27 mai 2020)
  13. Répertoire géographique des communes (RGC) 2015. En 2016, le RGC a été remplacé par la base Admin Express qui ne comporte plus que l'altitude moyenne de la commune, les altitudes minimale et maximale pouvant être trouvées par un système d'information géographique.
  14. « Carte de Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur Géoportail (consulté le 30 mai 2020)
  15. a et b Daniel Joly, Thierry Brossard, Hervé Cardot, Jean Cavailhes, Mohamed Hilal et Pierre Wavresky, « Les types de climats en France, une construction spatiale », Cybergéo, revue européenne de géographie - European Journal of Geography, no 501,‎ (DOI https://doi.org/10.4000/cybergeo.23155, lire en ligne, consulté le 9 juillet 2020)
  16. « Orthodromie entre Saint-Jean-de-la-Ruelle et Bricy », sur le site lion1906 de Lionel Delvarre (consulté le 9 juillet 2020).
  17. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1971-2000 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  18. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1981-2010 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  19. « Station météorologique d'Orléans - Bricy - Normales pour la période 1991-2020 », sur https://www.infoclimat.fr/ (consulté le 9 juillet 2020)
  20. « Deux directives européennes », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  21. « Les objectifs de la démarche Natura 2000 », sur le site du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  22. « Arrêté du 13 avril 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire de Tavers à Belleville-sur-Loire (zone spéciale de conservation) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  23. a et b « Cartographie des zones naturelles protégées sur Dry », sur l'application cartographique du Ministère de l'écologie, du développement et de l'aménagement durables (consulté le 20 août 2015)
  24. « Arrêté du 4 mai 2007 portant désignation du site Natura 2000 vallée de la Loire du Loiret (zone de protection spéciale) », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 20 août 2015)
  25. « Le Dossier Départemental des Risques Majeurs (DDRM) du Loiret) », sur http://www.loiret.gouv.fr/ (consulté le 12 mars 2017), p. 70
  26. « Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs - Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 8 avril 2017)
  27. « Saint-Jean-de-la-Ruelle - Arrêtés portant reconnaissance de l'état de catastrophe naturelle », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 8 avril 2017)
  28. « Évaluation des conséquences négatives des inondations : résultats sur le sous-bassin de la Loire moyenne », sur http://webissimo.developpement-durable.gouv.fr/ (consulté le 8 avril 2017), p. 36-37
  29. « Document d’Information Communal sur les Risques Majeurs - Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur http://macommune.prim.net/ (consulté le 8 avril 2017), p. 13
  30. PPRI Val d'Orléans - val amont - Rapport de présentation, p. 59
  31. PPRI Val d'Orléans - val amont - Rapport de présentation, p. 62
  32. SOGREAH, « Extension prévisible des inondations pour les crues fortes en Loire moyenne - Note de présentation du val d'Orléans », sur le site de l'EPL consacré au Plan Loire, (consulté le 8 avril 2017), p. 16
  33. Plan d'évacuation massive du val d'Orléans, novembre 2012, 242 p., p. 14
  34. « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val d'Orléans- Rapport non technique », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 8 avril 2017), p. 8
  35. a b et c « Étude de dangers des digues de Loire - Digue du val d'Orléans- Plaquette d'information », sur le site de la préfecture de région Centre-Val de Loire et de département, (consulté le 8 avril 2017)
  36. PPRI Val d'Orléans - agglo - Rapport de présentation
  37. « Plan communal de sauvegarde (PCS) », sur http://www.mementodumaire.net/ (consulté le 8 avril 2017)
  38. « Saint-Jean-de-la-Ruelle - Recensement des cavités souterraines », sur http://www.georisques.gouv.fr/ (consulté le 8 avril 2017)
  39. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Description du phénomène », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 8 avril 2017).
  40. « Argiles - Aléa retrait-gonflement des argiles - Carte d'aléa pour le secteur de Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur le site « Géorisques » du ministère de l'Écologie, du Développement durable et de l'Énergie (consulté le 8 avril 2017).
  41. Motte 2003, p. 24
  42. Christian Poitou 1982, p. 32.
  43. a b et c « Notice communale de Saint Jean de la Ruelle », sur le site de l'EHESS (consulté le 7 juillet 2020)
  44. Motte 2003, p. 23
  45. a et b Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.3. : l’œuvre révolutionnaire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 7 juillet 2020)
  46. « Historique de la décentralisation », sur http://www.collectivites-locales.gouv.fr/ (consulté le 3 juin 2020), p. 6.
  47. Christian Poitou 1982, p. 34.
  48. « Arrêté du 5 vendémiaire an IX portant réduction des justices de paix du département du Loiret - Bulletin des lois de 1801 - page 42 », sur https://gallica.bnf.fr (consulté le 7 juillet 2020)
  49. Gérard Lang, « Le Code officiel géographique (COG) - 4.4. : le Consulat et l'Empire », sur http://projetbabel.org/, (consulté le 7 juillet 2020)
  50. Louis Rondonneau, Collection générale des lois : décrets, arrêtés, sénatus-consultes, avis du conseil d'État et réglemens d'administration publiés depuis 1789 jusqu'au 1er avril 1814. Gouvernement Impérial : 3 juillet 1806 - 22 décembre 1808, vol. 10, Paris, Imprimerie royale, coll. « Bulletin des lois », , 434 p. (lire en ligne), 2e, p. 485-486.
  51. « Décret no 73-726 du 23 juillet 1973 portant création de cantons dans le département du Loiret », sur http://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 6 novembre 2015)
  52. « Mariage gay: week-end de premières en France », sur lexpress.fr, (consulté le 5 juin 2013)
  53. a b et c « Code officiel géographique- Rattachements de la commune de Saint-Jean-de-la-Ruelle », sur le site de l'Insee (consulté le 7 juillet 2020).
  54. « Orléans Métropole - fiche descriptive au 1er avril 2020 », sur https://www.banatic.interieur.gouv.fr/ (consulté le 7 juillet 2020)
  55. « Découpage électoral du Loiret (avant et après la réforme de 2010) », sur http://www.politiquemania.com/ (consulté le 7 juillet 2020).
  56. Loi no 2013-403 du 17 mai 2013 relative à l'élection des conseillers départementaux, des conseillers municipaux et des conseillers communautaires, et modifiant le calendrier électoral, article 51 et son décret d'application no 2013-938 du 18 octobre 2013.
  57. « Election des conseillers municipaux et du maire », sur le site de la DGCL (consulté le 7 novembre 2015)
  58. Article L. 2121-2 du code général des collectivités territoriales
  59. PaCS en mairie : une commune de plus
  60. [PDF] Le document du PACS sur le site de la ville de Saint-Jean-de-la-Ruelle
  61. Palmarès des villes et villages fleuris dans le Loiret. Consultation : janvier 2009.
  62. Liste des écoles de la circonscription d'Orléans-Nord-Ouest, liste des collèges du Loiret et liste des lycées du Loiret sur le site de l'inspection académique d'Orléans.
  63. La République du Centre, 18 avril 2007, suppl, p. 13
  64. « Tri et déchetteries », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 12 avril 2017)
  65. « Rapport annuel 2015 sur le prix et la qualité du service public d’élimination des déchets », sur http://www.orleans-metropole.fr/ (consulté le 12 avril 2017), p. 31-36
  66. Les services publics d'eau et d'assainissement ; p. 5
  67. « Production et Distribution d'eau potable », sur http://www.geoloiret.com/, (consulté le 15 juin 2017)
  68. Article L5215-20 du Code général des collectivités territoriales
  69. L5217-2 Article Article L5217-2 du Code général des collectivités territoriales
  70. BRGM, « SIVOM d'Orléans - Implantation des forages d'eau potable et périmètres de protection », sur http://infoterre.brgm.fr/, (consulté le 15 juin 2017), p. 18-22
  71. « Depuis le 4 juillet : une eau de qualité coule dans vos robinets », sur http://www.ville-saintjeandelaruelle.fr/, (consulté le 15 juin 2017)
  72. Les services publics d'eau et d'assainissement , p. 16
  73. a et b Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 25-26
  74. a et b Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 115
  75. Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 27
  76. Article L2224-10 du Code général des collectivités territoriales
  77. Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement, p. 16-18
  78. « Orléans Métropole - politique d'assainissement », sur http://dev.orleans-agglo.fr/ (consulté le 15 juin 2017)
  79. « Catalogue des stations d'épuration en service dans le Loiret au 13 septembre 2013 », sur http://www.eau-loire-bretagne.fr/ (consulté le 15 juin 2017)
  80. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  81. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  82. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  83. http://ventdouest45.free.fr/GPSJR.php
  84. Le pont de l'Europe sur Structuræ. Consultation : mars 2009.
  85. Gaso. Consultation : 23 janvier 2010.

Voir aussiModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

BibliographieModifier

OuvragesModifier

  • Louis Marie Prudhomme, Dictionnaire géographique et méthodique de la République française en 120 départements, volume 1, Paris, Louis Marie Prudhomme, , 673 p. (lire en ligne).
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 1, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Camille Bloch, Cahiers de doléances du bailliage d'Orléans pour les États généraux de 1789 - tome 2, Orléans, Ministère de l'Instruction publique, (lire en ligne)
  • Collectif, Loiret : un département à l'élégance naturelle, Paris, Christine Bonneton, , 319 p. (ISBN 978-2-86253-234-9)
  • Abbé Patron, Département du Loiret - Dictionnaire des communes, Paris, Comédit, 1991, réédition de 1870 (ISBN 2-909112-01-2)
  • Claude Motte, Isabelle Séguy & Christine Théré, avec la collaboration de Dominique Tixier-Basse, Communes d’hier, communes d’aujourd’hui - Les communes de la France métropolitaine, 1801-2001. Dictionnaire d’histoire administrative, Paris, Institut National d’Études Démographiques,, , 408 p. (ISBN 978-2-7332-1028-4)

RapportsModifier

  • Plan de prévention des risques d'inondations dans le Val d'Orléans - Agglomération Orléanaise - Rapport de présentation, (lire en ligne) - Règlement - Carte du zonage réglementaire de Saint-Jean-de-la-Ruelle.
  • Rapport 2015 sur le prix et la qualité du service public d'assainissement (lire en ligne)
  • Les services publics d'eau et d'assainissement (lire en ligne)

Articles connexesModifier

Lien externeModifier