Ligne 18 du métro de Paris

ligne du métro de Paris

La ligne 18 du métro de Paris est une ligne en construction du réseau métropolitain de Paris.

Métro ligne 18
Voir l'illustration.
Le Viaduc de 6,7 km de la ligne 18 passe devant l'hôpital situé à Orsay dans le quartier « Corbeville » du plateau de Saclay, entre les stations Marguerite Perey et Moulon Campus
Voir la carte de la ligne.

Réseau Métro de Paris
Terminus Versailles Chantiers - Aéroport d'Orly
Communes desservies 10
Histoire
Mise en service Fin 2026 (de Massy - Palaiseau à Christ de Saclay)
2027 (de Aéroport d'Orly à Massy - Palaiseau)
2030 (de Christ de Saclay à Versailles Chantiers)
Exploitant Keolis
Infrastructure
Conduite (système) Automatique
Exploitation
Matériel utilisé MRV
Points d’arrêt 10
Longueur 50 km
Lignes connexes En service :
(1) (2) (3) (3bis) (4) (5) (6) (7) (7bis) (8) (9) (10) (11) (12) (13) (14)
En construction :
(15) (16) (17) (18)
En projet :
(19)

Il s'agira d'une ligne de métro automatique à gabarit adapté du Grand Paris Express. Longue de 35 kilomètres, elle reliera dans un premier temps l'aéroport d'Orly à Versailles via la gare de Massy - Palaiseau, le plateau de Saclay et Saint-Quentin-en-Yvelines, son parcours empruntant un long tunnel creusé entre Orly et Massy-Palaiseau puis un viaduc long de 6,7 km entre Palaiseau et le CEA de Saint-Aubin sur le plateau de Saclay. Après un passage au sol, un nouveau tunnel l'emmènera jusqu'à la gare de Versailles-Chantiers. Ultérieurement, elle serait prolongée d'une quinzaine de kilomètres de Versailles à Nanterre en passant par Rueil-Malmaison.

Elle devrait être achevée après 2030. Sa première section, de Massy - Palaiseau au plateau de Saclay (Christ de Saclay) est prévue pour octobre 2026, puis pour 2027 entre la gare de Massy - Palaiseau et l'aéroport d'Orly et pour 2030 de Christ de Saclay à Versailles Chantiers. L'une de ses vocations est notamment de desservir le pôle technologique et scientifique Paris-Saclay et l'université Paris-Saclay. Elle aurait également dû donner accès au site qui était envisagé pour le projet avorté de candidature française à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025.

La maîtrise d'œuvre de l'ingénierie et des stations a été confiée au groupement Icare, emmené par Ingérop Conseil et Ingénierie, Artelia Ville et Structure et Arcadis ESG, avec plusieurs cabinets d’architecture pour les différentes stations du tronçon tandis que les systèmes sont sous la responsabilité de Egis Rail[1]. Le viaduc et les stations aériennes sont confiés au groupement Benthem Crouwel.

Ce sera la seule ligne de métro du Grand Paris Express qui desservira le département des Yvelines avec trois stations dans deux communes : la station de Versailles Chantiers et celle de Satory seront situées à Versailles et la station de Guyancourt sera située à Guyancourt.

Histoire

modifier
 
Situation de la ligne dans le cadre du Grand Paris Express.

La desserte du plateau de Saclay, sur lequel se sont installés progressivement plusieurs grandes écoles et universités parisiennes ainsi que des pôles de recherche scientifique, a longtemps été problématique. Assurée par des lignes de bus, l'offre de transports en commun ne suffisait plus à répondre au flux d'étudiants et de salariés rejoignant le plateau. Cette insuffisance était considérée par l'État comme un obstacle à l'émergence du cluster universitaire et scientifique de Paris-Saclay.

Pour pallier ce manque, une ligne de métro automatique desservant le plateau est incluse dans le projet de réseau de transports publics du Grand Paris, présenté par le président de la République Nicolas Sarkozy en 2009. Ce projet prévoyait une ligne verte à grand gabarit reliant Orly à Roissy via Saclay et La Défense. À la suite de négociations avec la Région, la ligne verte est reprise en 2011 dans le projet Grand Paris Express avec un terminus cette fois fixé à la station Nanterre La Folie et une mise en service alors envisagée entre 2025 et 2030.

Le , le Premier ministre Jean-Marc Ayrault dévoile la carte du futur réseau du Nouveau Grand Paris (nouveau nom du Grand Paris Express), sur laquelle apparaît pour la première fois la dénomination de « ligne 18 ». Son parcours est alors limité à la section Aéroport d'Orly - Versailles Chantiers, l'avenir du tronçon vers Nanterre devenant incertain. La variante de tracé envisagée un moment, avec une station desservant directement l'université de Saint-Quentin-en-Yvelines, est définitivement repoussée.

C'est également à cette occasion qu'est indiqué le choix d'un métro à gabarit adapté, au vu de la fréquentation attendue qui ne justifie pas des trains aussi capacitaires que sur les autres lignes. Une des options évoquée est de faire de la ligne 18 un prolongement d'Orlyval, navette desservant l'aéroport d'Orly et avec laquelle le tracé est partiellement redondant. Cette idée est finalement abandonnée à cause du trop faible gabarit du VAL et de temps de trajets plus longs qu'avec une infrastructure entièrement nouvelle.

En 2014, le premier ministre Manuel Valls annonçait que les tronçons de Christ de Saclay à Massy - Palaiseau, d'une part, et de Massy - Palaiseau à Aéroport d’Orly, d'autre part, seraient effectifs dès 2024, la ligne devant être prête à temps afin de desservir le site envisagé pour l'Exposition universelle de 2025[2].

La concertation renforcée sur le projet de ligne 18 (section entre Aéroport d’Orly et Versailles Chantiers) a eu lieu du au [3]. Le dossier d'enquête publique a été transmis au préfet de région par la Société du Grand Paris (SGP) à l'été 2015, pour une enquête du au [4].

La ligne 18 est déclarée d'utilité publique le [5].

En , le premier ministre Édouard Philippe annonce le retrait de la candidature française à l'organisation de l'Exposition universelle de 2025[6]. Il était alors envisagé qu'un premier tronçon de Massy-Palaiseau à Christ de Saclay soit mis en service dès 2026[7],[8].

Le , la SGP a attribué à Vinci Construction le premier marché de génie civil de la ligne 18, d'un montant de 800 millions d’euros : il concerne la section d'Orly au plateau de Saclay[9],[10].

Du lundi au vendredi , une enquête publique complémentaire est réalisée, afin d'obtenir une déclaration d'utilité publique modificative, permettant une mise en compatibilité de la déclaration d'utilité publique avec les documents d'urbanisme d'Orsay, Palaiseau et Wissous[11].

Le viaduc de 6,7 km a notamment été construit grâce à deux lanceurs[12]. Le premier a rejoint la future station Moulon Campus à Christ de Saclay avec un tracé de 3,5 km et le second de la station Moulon Campus à la station de Marguerite Perey avec un tracé de 3 km. Les deux lanceurs sont partis respectivement en avril et en . Mi-octobre 2022, le premier lanceur a déjà parcouru environ un tiers du tracé[13]. En juin 2023, la construction du viaduc sur les 6,7 km de son parcours (de sa « sortie de terre » au niveau du quartier Camille Claudel à Palaiseau à son abaissement pour passage au sol le long de la départementale 36 après le Christ de Saclay) est terminée et la pose des rails commence[14]. Parallèlement, les trois gares aériennes sur ce viaduc, (Marguerite Perey, Moulon Campus et Christ de Saclay) prennent forme[14].

Le dernier tunnelier entre les gares de Guyancourt et Versailles Chantiers a été baptisé Awa et démarrera son creusement à compter de juin 2024[15].

Le 18 juin 2024, Île-de-France Mobilités a désigné Keolis comme l'exploitant de la ligne 18 avec une période de pré-exploitation de deux ans à compter d'octobre 2024[16],[17].

Calendrier

modifier
 
Schéma de la ligne.

La ligne 18 devrait être mise en service selon les étapes suivantes[18] :

Spécifications

modifier

Le protocole d'accord État-Région ayant entériné le fait que la ligne 18, appelée au départ ligne verte, serait une ligne de métro automatique à gabarit adapté[19],[20], le type de matériel roulant qui y circulera sera un métro automatique, sur roulement fer. Les voitures auront une largeur d'environ 2,50 mètres (soit un gabarit semblable à celui de l'actuel métro parisien) et les trains seront composés de trois ou quatre voitures qui pourront accueillir 350 voyageurs par rame[21]. L'alimentation des rames se fera par troisième rail en 1 500 V, contrairement aux lignes 15, 16 et 17[22]. Le , le constructeur Alstom a été choisi pour construire le matériel roulant de la ligne[23].

Construction

modifier

Travaux préparatoires

modifier

Des travaux préparatoires (déplacement des réseaux) démarrent en au niveau de la future station Massy Opéra[24].

En 2019 - 2020, SNCF Réseau libère les emprises ferroviaires nécessaire à la construction de la station de Massy - Palaiseau du Grand Paris Express[25]. Ces travaux durent un an pour un coût de 13 millions d’euros financés par la Société du Grand Paris.

Travaux de construction

modifier

Le marché de construction du tunnel, des stations et des ouvrages de service entre la future station Aéroport d’Orly et le plateau de Saclay, au-delà de la station Massy-Palaiseau est attribué en à un groupement composé de Vinci Construction Grands Projets, Spie Batignolles Génie Civil, Dodin Campenon-Bernard, Vinci Construction France, Spie Batignolles Fondations et Bottes Fondations. Le montant du marché s’élève à 799 millions d’euros hors taxes. Ce marché comprend la réalisation de 11,8 kilomètres de tunnel qui seront creusés par deux tunneliers, la réalisation des stations d’Antonypôle, Massy Opéra et Massy-Palaiseau, ainsi que la traversée de la future station Aéroport d'Orly, déjà en travaux, et de 13 ouvrages de service de l'est de la ligne[26].

Le marché de construction de l’ensemble du génie civil d’un viaduc de 6,7 kilomètres entre la station de Marguerite Perey et l’arrière-station de Christ de Saclay est attribué en à un groupement composé de Vinci Construction Grands Projets (mandataire), Dodin Campenon Bernard, Chantiers Modernes Construction et Freyssinet, filiales de VINCI Construction et Razel Bec, filiale du groupe Fayat, en tant que cotraitant. Le montant du marché s’élève à 193 millions d’euros hors taxes[27]. Le marché de construction de l’ensemble du génie civil de la section ouest de la ligne 18 — avec la construction des stations Guyancourt, Satory et Versailles Chantiers, un tunnel de 6,7 kilomètres ainsi que de huit ouvrages de service — a été attribué à un groupement d’entreprises composé de Spie batignolles génie civil, Ferrovial Construccion et Spie batignolles valérian. Les travaux préparatoires ont démarré à la fin de l’été 2022 et les travaux de génie civil au début de 2023[28]. En juin 2023, la section qui va de la « rampe de transition » à Palaiseau (l'endroit où la ligne 18 sort de terre pour atteindre le viaduc) au Christ-de-Saclay sur 6,7 km est achevée[29]. La section Est est creusée entièrement en date du avec la fin du parcours du tunnelier Céline à Orly[30]. La section Ouest débute avec les travaux préparatoires prévus à partir de  ; le creusement du tunnel jusqu'à Versailles Chantiers interviendra en juillet 2024[31],[32].

Tunneliers de la ligne 18

modifier

Deux tunneliers seront utilisés pour creuser les 11,8 kilomètres de tunnel de la section est de la ligne 18 entre Aéroport d’Orly et le plateau de Saclay.

no  Nom de baptême Début des travaux Fin Distance (km) Notes
Point d’entrée Date Point de sortie Date
1 Céline[33] Croix de Villebois [34] Massy Puits Maréchal Leclerc 18 octobre 2023[30] km Tunnelier à pression de terre.

Arrivé à la station Massy Opéra le 19 juillet 2023[35].

Il reste 650 mètres à parcourir jusqu'au puits Maréchal Leclerc[36].

Creusement terminé.

2 Caroline[37] Massy Puits Maréchal Leclerc Décembre 2021[37] Orly Août 2023[38] 6,2 km Tunnelier à densité variable.

Creusement terminé.

3 Awa[15] Guyancourt Juin 2024 Versailles Fin 2026[15] 6,7 km Réutilisation du tunnelier Céline.

Aménagements

modifier

La pose de rails sur le viaduc se déroule depuis octobre 2023[39].

Tracés et stations

modifier
 
Le puits de maintenance de l'ouvrage de service Robic en construction à Wissous.
 
Travaux de l'ouvrage Général de Gaulle, près de la mairie de Massy.

D’une longueur de 35 km, la ligne 18 comporte initialement une section souterraine d’environ 22 km (61 % de la ligne) et une section aérienne en viaduc de 13 km (39 % de la ligne)[22]. Toutefois, le , le conseil de surveillance de la société du Grand Paris, en adoptant son budget 2021, a décidé de « mettre au sol » une section de 5,1 km du viaduc qui devait originellement avoir une longueur totale de 11,8 km[40] pour que le métro soit moins visible dans le paysage, la mesure permettant d'économiser 30 millions d'euros sur le coût de génie civil de la section entre le Centre CEA de Saclay et le Golf national à Magny-les-Hameaux[41].

La ligne naît en souterrain à Aéroport d'Orly au sud-est à la limite des départements de l'Essonne et du Val-de-Marne, sous les parkings entre les terminaux ouest et sud. La station est en correspondance avec la ligne 14 (qui lui est parallèle) et se prolonge par une arrière-station. Le tracé se dirige vers le nord et passe sous les pistes de l'aéroport avant d'obliquer vers l'ouest. Il traverse la commune de Wissous sans arrêt, passe sous les autoroutes A6 et A10 et tourne ensuite légèrement en direction du sud avant de desservir la station Antonypôle située sur la commune d'Antony. Pénétrant sur le territoire de la commune de Massy, la ligne dessert ensuite Massy Opéra puis passe sous la LGV Atlantique avant de venir se placer dans l'alignement du faisceau ferroviaire de Massy - Palaiseau. Elle dessert alors la station du même nom où elle est en correspondance avec le RER B, le RER C et la gare de Massy TGV.

La ligne oblique de nouveau vers l'ouest et entre sur la commune de Palaiseau. Le tunnel entame son ascension vers le plateau de Saclay par une rampe de 4 % avant de passer sous la D36 puis de venir se placer parallèlement à cette dernière au niveau du quartier Camille-Claudel. A cet endroit la ligne devient aérienne. Elle dépasse le raccordement vers le futur atelier de maintenance de Palaiseau, contourne l'École polytechnique puis dessert après une courbe et une contre-courbe la station aérienne de Marguerite Perey. Le viaduc part ensuite en direction du sud, franchit la N118 et dessert la station Moulon Campus située à la limite d'Orsay et de Gif-sur-Yvette. Le tracé se dirige ensuite plein nord par un virage serré puis vers le nord-ouest le long de la N118 et dessert la station Christ de Saclay à Saclay.

La ligne tourne ensuite vers l'ouest et parcourt une longue inter-station toujours le long de la D36. Le viaduc s'abaisse progressivement pour laisser place à une voie posée au niveau du sol. La ligne traverse les communes de Villiers-le-Bâcle et Châteaufort, marquant l'entrée de la ligne dans les Yvelines. Elle arrive alors au niveau du Golf national de Guyancourt au niveau de Magny-les-Hameaux et retrouve son tracé en souterrain.

Le tunnel se dirige vers le nord-est et dessert la station souterraine de Guyancourt à Guyancourt. Il traverse Guyancourt puis oblique vers l'est, passe sous la Bièvre et arrive à la station Satory située à Versailles. Enfin, la ligne passe sous la N12 et se dirige vers le nord-est avant de se placer le long des voies ferrées et d'arriver au terminus de Versailles Chantiers où elle donne correspondance au RER C et aux transiliens U et N[42].

Liste des stations

modifier

Liste des stations selon la Société du Grand Paris[43].

      Station Coordonnées Communes Correspondances[note 1]
    Versailles Chantiers   48° 47′ 41″ N, 2° 08′ 12″ E Versailles existant :        
envisagé :   
    Satory   48° 47′ 14″ N, 2° 06′ 16″ E Versailles
    Guyancourt   48° 45′ 39″ N, 2° 04′ 20″ E Guyancourt
    Christ de Saclay   48° 43′ 48″ N, 2° 09′ 44″ E Saclay, Saint-Aubin TCSP Massy - Saint-Quentin
    Moulon Campus   48° 42′ 43″ N, 2° 10′ 26″ E Orsay, Gif-sur-Yvette
    Marguerite Perey   48° 42′ 56″ N, 2° 12′ 04″ E Palaiseau
    Massy - Palaiseau   48° 43′ 30″ N, 2° 15′ 31″ E Massy, Palaiseau    
  
  
TCSP Massy - Saint-Quentin
    Massy Opéra   48° 43′ 54″ N, 2° 17′ 27″ E Massy
    Antonypole - Wissous Centre   48° 44′ 08″ N, 2° 18′ 34″ E Antony
    Aéroport d'Orly   48° 43′ 41″ N, 2° 21′ 44″ E Paray-Vieille-Poste existant :       Orlyval
envisagé :   


Centre d’exploitation

modifier

Un centre d'exploitation jouant le rôle de site de maintenance et de remisage des rames est prévu à Palaiseau, le long de la route départementale 36, à proximité du campus de l’Institut polytechnique de Paris. Les travaux de terrassement, menés par Eiffage, débutent au 3e trimestre 2020[44].

Projets de développement

modifier

Création d'une station « Camille Claudel » à Palaiseau

modifier

À Palaiseau, élus et riverains se mobilisent dès 2015 pour la réalisation d'une nouvelle station de métro au droit du nouvel écoquartier de la ville dénommé Camille-Claudel qui doit abriter 4 000 habitants. Cette station devrait se situer entre les arrêts Massy-Palaiseau et Marguerite Perey, à l'endroit où la ligne émerge du sol pour passer en aérien[45].

Le rapport de la commission d'enquête publique de 2016 préconise qu'une réserve foncière doit être mise en place pour la réalisation éventuelle de cette station après l'ouverture de la ligne[46].

La DUP modificative mise à l'enquête du au prend en compte cette recommandation en modifiant le profil de la ligne dans le secteur de Palaiseau. Un palier de 100 m de long est ainsi prévu entre l'émergence du tunnel et le viaduc afin de permettre la construction d'une future station.

En 2021, lors d'une visite du président de la République, Emmanuel Macron, à Palaiseau, celui-ci estime que la création de nouvelles stations, dont l'une dans l'écoquartier « Camille-Claudel », à Palaiseau, doit être étudiée. Quelques semaines plus tard, le Premier ministre Jean Castex demande au préfet de l'Essonne d'étudier cette opportunité[47].

En avril 2023, dans le cadre du Schéma directeur de la Région Île-de-France pour 2040, la région propose la réalisation de la station[48].

Prolongement à Nanterre

modifier

Un prolongement de la ligne 18 depuis Versailles jusqu'à la Nanterre La Folie, avec une station intermédiaire à Rueil-Malmaison, figure dans le schéma d'ensemble du Grand Paris Express avec une réalisation envisagée sans date précise, au delà de 2030[49].

En février 2023, la Société du Grand Paris relance les études sur ce prolongement à Nanterre dans le cadre de la préparation du chantier des stations de Nanterre La Folie et de Versailles Chantiers[50]. En avril 2023, dans le cadre du Schéma directeur de la Région Île-de-France pour 2040, la région propose également de réaliser cette section[48]. Plusieurs stations intermédiaires à définir par les études seraient ajoutées[51] à ce prolongement. En outre la région propose de prolonger la ligne 18 par une « ligne 19 » qui relierait Nanterre, Argenteuil, Gonesse et l'Aéroport Charles-de-Gaulle en desservant le sud du Val-d'Oise et en utilisant une partie de l'infrastructure et le même matériel roulant que la ligne 17.

En , la désormais nommée Société des grands projets vote le financement des études du prolongement vers Nanterre[52],[53]. L'objectif est que le dossier d'enquête publique soit prêt début 2027[54].

Station Coordonnées Communes Correspondances
    Nanterre La Folie 48° 53′ 53″ N, 2° 13′ 34″ E Nanterre existant :   
envisagé :    
    Rueil 48° 53′ 31″ N, 2° 10′ 09″ E Rueil-Malmaison
    Versailles Chantiers 48° 47′ 41″ N, 2° 08′ 12″ E Versailles existant :        
envisagé :   

Vers un prolongement à l'est

modifier

Lors de la réunion du comité de pilotage de la station de l'aéroport d'Orly, le , la société du Grand Paris annonce que pour ne pas hypothéquer l'avenir, des mesures conservatoires vont être prises à la station Aéroport d'Orly afin de créer une extension possible à l'est de la ligne au-delà de 2030. Cette mesure est prise à la suite des demandes des élus locaux du Val-de-Marne et de l'Essonne pour raccorder la gare de Villeneuve-Saint-Georges, située sur la ligne D du RER, à la zone aéroportuaire d'Orly via Villeneuve-le-Roi afin de faciliter son accès. D'autres élus souhaitent que le prolongement aille jusqu'à la gare de Boissy-Saint-Léger, située sur la ligne A du RER, via Émile Combes (correspondance Câble 1), pour les mêmes raisons. Enfin, le département du Val-de-Marne via l'association Orbival va mobiliser les élus afin de réfléchir à ce prolongement[55].

La commission d'enquête publique préconise lors de sa publication du que la station d'Aéroport d'Orly soit réalisée de manière à rendre possible un prolongement jusqu'à la ligne D du RER[46].

En avril 2023, dans le cadre du Schéma directeur de la Région Île-de-France pour 2040, la région, outre la réalisation de la section de Versailles à Nanterre, propose de prolonger la ligne jusqu'à Montgeron (RER D)[48].

Critiques

modifier

De nombreuses critiques locales ont été émises concernant ce projet. Ainsi, des habitants et élus des communes traversées par le métro aérien demandent que celui-ci soit enterré[56],[57]. De plus, les habitants de Wissous, commune située entre Antony et l'aéroport d'Orly, traversée par la ligne mais non desservie par celle-ci, se sentent de fait « oubliés » par le projet[58].

Les critiques les plus importantes proviennent d'expertises extérieures au champ de la démocratie locale, pointant notamment un écart difficile à justifier entre le dimensionnement de cette infrastructure et les flux qu'elle accueillerait au vu des outils d'analyse territoriale et de simulation de flux. En effet, la justification du projet de ligne 18 au sein du projet global de réseau de transports publics du Grand Paris présenté en 2009-2010 était la connexion de pôles d’emplois entre eux, ce qui supposait un important flux entre ces derniers. Or, « les liaisons entre pôles d’emplois en Île-de-France ne représentent que 3% des besoins de transports[59]. » De plus, l'analyse des caractéristiques socio-économiques des territoires qu'elle traverse montre que l'on a dans le pôle d'Orly « une forte proportion de travailleurs "sur place" c’est-à-dire occupant un emploi dans leur commune de résidence », et que, dans les pôles de Massy et Versailles, « les déplacements se font beaucoup plus en interne que vers un bassin extérieur[59]. »

Ainsi, dès 2015, le commissariat général à l'investissement (CGI) rend un avis défavorable pour la ligne 18, dans sa portion Saclay-Versailles[60].

L'association des usagers des transports FNAUT Île-de-France juge la ligne 18 comme « un métro de prestige déconnecté des besoins réels de déplacements. L’AUT/FNAUT Île-de-France souhaite donc que soit rendu un avis défavorable à l’utilité publique de cette ligne[61]. » En 2017, elle renouvelle ses critiques sur le surdimensionnement de la ligne 18 et estime qu'une desserte de type tramway pourrait suffire pour cette dernière[62].

Selon Pascal Auzannet, ancien haut fonctionnaire chargé des réflexions sur le projet de métro du Grand Paris au sein de la RATP dans les années 2010[63], il serait plus judicieux de prolonger les 7,3 kilomètres de l'Orlyval vers le plateau de Saclay. En effet avec une capacité de transport à l'heure de pointe supérieur à 7 500 voyageurs, cette possibilité est compatible avec les prévisions de trafic présentées en 2016 lors d'une l'enquête publique. Dans une interview auprès de l'établissement public chargé de l'aménagement du projet urbain du plateau de Saclay, ultérieure à la publication de l'ouvrage, il généralise ce commentaire en indiquant : « Le choix d’un métro (plutôt que de simples bus en sites propres) se justifiait donc pleinement, mais fallait-il pour autant un métro lourd, comme sur les autres lignes, avec le risque de surcapacités ? Personnellement, j’ai toujours pensé que l’option initiale était surdimensionnée. [...] au début, on envisageait des capacités de 40 000 voyageurs dans chaque sens de circulation, alors que la demande à l’horizon 2030 ne devrait pas excéder les 5-6 000[64]. »

Le , lors d'une conférence des Groupes professionnels des Arts et Métiers, Jean-Marc Jancovici affirme, en parlant de l'impact carbone des différentes infrastructures : « La ligne 18 […] ne remboursera jamais son carbone de départ, donc si on veut le [ce projet] faire au motif du carbone faut pas le faire[65]. »

En juillet 2018, le Conseil d'État rejette les demandes de plusieurs collectivités et associations de défense de l'environnement et valide la déclaration d'utilité publique[66].

En juillet 2020, lors de la dernière enquête publique du projet, l'association des usagers des transports FNAUT Île-de-France pointe dans un message posté sur le réseau Twitter[67] que la rentabilité socio-économique de cette ligne a été revue à la hausse de manière inexpliquée.

En 2022, devant l'échec que représente pour eux la poursuite du chantier, les opposants se concentrent sur l'abandon de la section ouest de la ligne avec le mot d'ordre « Terminus Orsay »[68].

En 2023, le collectif « Non à la ligne 18 » met en place plusieurs journées de mobilisations contre le passage de la ligne par le plateau de Saclay. Le collectif se positionne contre l'artificialisation des terres fertiles du plateau, en investissant notamment la ZAD de Saclay. Mi-mai, un week-end y rassemble plus de 600 militants écologistes. Le lieu de lutte est démantelé en , mais la mobilisation se poursuit par l'installation de « grangettes » éphémères sur le tracé de la ligne[69].

Tourisme

modifier

La ligne 18 desservira plusieurs points notables de l'Île-de-France :

Notes et références

modifier
  1. Pour alléger le tableau, seules les correspondances avec les transports guidés ou en site propre (métros, trains, tramways, téléphériques, BHNS...) sont données. Les autres correspondances, notamment les lignes de bus autres que les BHNS, sont reprises dans les articles de chaque station.

Références

modifier
  1. [PDF]La Société du Grand Paris a choisi les maîtres d’œuvre et les architectes de la ligne 18 du Grand Paris Express, Société du Grand Paris, 15 février 2016.
  2. « Grand Paris : la ligne 14 reliera l'aéroport d'Orly dès 2024 », sur metronews.fr archivé sur web.archive.org, article du 9 juillet 2014 (consulté le ) : « Le Premier ministre s'est également engagé à avancer de trois ans le projet de liaison entre Orly et le pôle Saclay par la future ligne 18 du Grand Paris Express. Cette liaison serait ainsi effective dès 2024 ».
  3. « La ligne 18 en concertation », Société du Grand Paris.
  4. [PDF] Dossier de presse du Comité interministériel sur le Grand Paris du 14 avril 2015, page 7, consulté le 17 avril 2015.
  5. Décret n° 2017-425 du 28 mars 2017 déclarant d'utilité publique et urgents les travaux nécessaires à la réalisation du tronçon de métro automatique … correspondant à la ligne 18…, publié au Journal Officiel no 0076 du , sur legifrance.gouv.fr, consulté le .
  6. Pauline De Saint-Rémy et Loïc Farge, « Exposition universelle 2025 : les dessous de l'annonce du renoncement de la France », rtl.fr, (consulté le ).
  7. « La nouvelle feuille de route du Grand Paris Express », sur societedugrandparis.fr, article du (consulté le ).
  8. Cécile Chevallier, « Plateau de Saclay : la ligne 18 sera en service en 2026, promis ! », sur leparisien.fr, (consulté le ) : « Michel Cadot [préfet de la région Île-de-France] a confié au quotidien Les Échos que le tronçon compris entre la gare de Massy - Palaiseau et le CEA Saint-Aubin sera opérationnel en 2026 ».
  9. Cécile Chevallier, « Ligne 18 du Grand Paris express : les travaux du tunnel démarreront cet été », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  10. « Grand Paris Express : un groupement mené par Vinci décroche un contrat de près de 800 millions d'euros », sur France Bleu, (consulté le ).
  11. « Enquête publique unique préalable à la déclaration d'utilité publique modificative concernant le projet de la ligne 18 du réseau de transport du Grand Paris Express reliant les stations Aéroport d'Orly (exclue) à Versailles Chantiers, emportant mise en compatibilité des documents d'urbanisme des communes d'Orsay, Palaiseau et Wissous (91) », sur enquetes-publiques.com, (consulté le ).
  12. Société du Grand Paris, « Levage du premier lanceur du viaduc de la ligne 18 » [vidéo], sur youtube.com, (consulté le ).
  13. « Le viaduc de la ligne 18 s’avance sur le plateau de Saclay », sur lemoniteur.fr, (consulté le ).
  14. a et b « Pose des rails sur le viaduc, construction des gares… le chantier de la ligne 18 du métro avance », sur actu.fr, (consulté le )
  15. a b et c Société des Grands Projets, « La Société des grands projets baptise Awa, le dernier tunnelier de la ligne 18 »  , sur media-mediatheque.sgp.fr, (consulté le )
  16. Paul Parikhah, « KEOLIS ET RATP CAP ÎLE-DE-FRANCE DÉSIGNÉS POUR L'EXPLOITATION DES LIGNES 18 DU MÉTRO ET DES LIGNES T12 ET T13 DU TRAM-TRAIN », sur Île-de-France Mobilités, (consulté le )
  17. « Gain de contrat : Ligne 18 du métro francilien | Keolis », sur www.keolis.com (consulté le )
  18. Par Cécile Chevallier Le 16 novembre 2023 à 19h41, « Ligne 18 du Grand Paris Express : un « calendrier tout à fait tenu » pour une mise en service en 2026 », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  19. [PDF] Protocole entre l’État et la Région relatif aux transports publics en Ile-de-France, Ministère de la Ville.
  20. [PDF] Contribution de l’État et de la Région aux débats publics - Carte des réseaux de transports publics, Ministère de la Ville.
  21. « Métro 18 : Nouvelle ligne – Aéroport d’Orly > Versailles Chantiers », sur www.iledefrance-mobilites.fr (consulté le ).
  22. a et b Rendez-vous du 12 mai au 12 juin 2015 pour en savoir plus, Société du Grand Paris.
  23. « Métro du Grand Paris : Alstom fournira les métros automatiques de la ligne 18 », sur lefigaro.fr, (consulté le ).
  24. Massy : déplacement des réseaux souterrains existants, Société du Grand Paris, 10 janvier 2018.
  25. SNCF Réseau, « Libération ferroviaire de Massy-Palaiseau - Grand Paris Express », sur sncf-reseau.com, (consulté le ).
  26. « La Société du Grand Parisattribue le premier marché de géniecivil de la ligne 18 » [PDF], sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  27. « Attribution du deuxième marché de génie civil de la ligne 18 », sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  28. « La Société du Grand Paris attribue un 3e marché de génie-civil de la ligne 18 » [PDF], sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  29. « Ligne 18 : La première section de viaduc construite ! », sur societedugrandparis.fr (consulté le ).
  30. a et b « Arrivée ce jour du tunnelier Céline à son terminus OA08 après 6km. », sur fr.linkedin.com (consulté le ).
  31. « Armelle Pericard sur LinkedIn : Visite du chantier de la ligne 18 avec mes collègues de DEXTERA… », sur fr.linkedin.com (consulté le ).
  32. Florie Cedolin, « Ligne 18 Grand Paris Express dans les Yvelines : « 6,7 km à creuser entre Guyancourt et Versailles » »  , sur actu.fr, (consulté le )
  33. « Céline, le tunnelier attitré de la ligne 18 du Grand Paris Express », sur constructioncayola.com, (consulté le ) : « Le tunnelier de la ligne 18 portera le nom d’une femme, Céline, en l’honneur de Céline Cadet, collaboratrice de la Société du Grand Paris et cheffe de projet secteur sur la ligne 18 ».
  34. « Vendredi , les équipes ont visité le 1er tunnelier de la ligne 18 dans son usine en Allemagne. Il doit rejoindre Palaiseau avant de commencer le creusement en vers Massy », sur twitter.com, (consulté le ).
  35. William Minh Hào Nguyen, « Grand Paris Express : le tunnelier de la ligne 18 débarque en gare de Massy Opéra », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  36. « Le tunelier Céline fait son entrée à Massy Opéra », sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  37. a et b « KM9 : retrouvailles festives autour du tunnelier Caroline », Société du Grand Paris, 21 octobre 2021.
  38. « Le voyage de Caroline est terminé ! », sur linkedin.com, (consulté le ).
  39. « Sur les rails du viaduc de la ligne 18 avec Enguerran Gollot », sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  40. Retour sur terre pour une partie de la ligne 18 du Grand Paris Express.
  41. C. Dubois, « Grand Paris Express : retards, finances, tracé et objectifs 2021 », sur 94.citoyens.com, (consulté le ) : « mise au sol de la partie initialement prévue en viaduc de la ligne 18 du Grand Paris Express depuis le centre du CEA à Saclay jusqu’au Golf national à Magny-les-Hameaux. ».
  42. Société du Grand Paris, « La ligne 18 du Grand Paris Express en 3D », (consulté le ).
  43. « Médiathèque Société du Grand Paris », sur mediatheque.sgp.fr (consulté le )
  44. « Centre d'exploitation [de] Palaiseau », sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  45. « Palaiseau : une pétition pour un arrêt de métro à Camille Claudel », sur essoneinfo.fr, (consulté le ).
  46. a et b « Rapport de la commission d'enquête », sur enquetepubliqueligne18.fr, (consulté le ).
  47. Alain Piffaretti, « Essonne : les élus veulent davantage de gares du Grand Paris Express », sur lesechos.fr, (consulté le ).
  48. a b et c [PDF]SDRIF-Environnemental – OBJECTIF 2040.
  49. « Découvrez la future ligne 18 du Grand Paris Express », sur www.societedugrandparis.fr (consulté le ).
  50. « La Société du Grand Paris donne une nouvelle impulsion au bouclage de la ligne 18 jusqu’à Nanterre » [PDF], sur societedugrandparis.fr, (consulté le ).
  51. Lea Jacquet, « VIDEO. Grand Paris Express : vers un prolongement de la ligne 18 ? », sur France 3 Paris Ile-de-France, (consulté le ).
  52. Alain Piffaretti, « Grand Paris Express : le prolongement de la ligne 18 de Versailles à Nanterre revient sur la table », sur Les Echos, (consulté le )
  53. Société des Grands Projets, « Conseil de surveillance du jeudi 29 février 2024 » [PDF], sur media-mediatheque.sgp.fr, (consulté le )
  54. « Ligne 18 : le Département souhaite un prolongement jusqu’à Nanterre », sur La Gazette de Saint-Quentin-en-Yvelines, (consulté le )
  55. « Grand Paris Express : le prolongement à l’Est de la ligne 18 rendu possible », sur 94.citoyens.com, (consulté le ).
  56. « Ils s'élèvent contre le futur métro aérien du Plateau de Saclay », sur leparisien.fr, article du (consulté le ).
  57. « Les habitants du plateau de Saclay se mobilisent contre le projet de métro aérien du Grand Paris », sur monsaclay.fr, article du (consulté le ).
  58. « Métro : le contre-projet de Wissous, la grande "oubliée" de la ligne 18 », leparisien.fr,‎ (lire en ligne, consulté le ).
  59. a et b « Analyse de l'utilité d'un transport lourd Orly-Versailles de type ligne 18 du Grand-Paris-Express », sur Jacqueline Lorthiois, (consulté le ).
  60. « Ligne 18 : avis défavorable du commissariat général de l’investissement pour le tronçon Orsay-VersaillesI », sur Journal du Grand Paris, article du (consulté le ).
  61. « Ligne 18 du Grand Paris Express : pourquoi nous donnons un avis défavorable », sur aut-idf.org, (consulté le ).
  62. Jean-Gabriel Bontinck, « Grand Paris Express : les propositions chocs de l’association des usagers », leparisien.fr, (consulté le ).
  63. Pascal Auzannet, Les Secrets du Grand Paris : Zoom sur un processus de décision publique, Hermann, , 198 p. (ISBN 978-2705695798).
  64. « Les secrets du Grand Paris… Entretien avec Pascal Auzannet », sur Paris-Saclay (consulté le ).
  65. « Pour une Europe de l’énergie et du climat l’Union à long terme », (consulté le ).
  66. « Ligne 18 du métro du Grand Paris », sur conseil-etat.fr, (consulté le ).
  67. « https://twitter.com/asso_usagersidf/status/1283079498938953729 », sur Twitter (consulté le ).
  68. Cécile Chevallier, « Face au "saccage" des terres fertiles en Île-de-France, ils réclament leur classement à l’Unesco », sur leparisien.fr, (consulté le ).
  69. Cécile Chevallier, « ZAD sur le plateau de Saclay : pourquoi les opposants à la ligne 18 s’apprêtent à lever le camp », sur leparisien.fr, (consulté le ).

Voir aussi

modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes

modifier

Liens externes

modifier

 

Les coordonnées de cet article :