Ambillou

commune française du département d'Indre-et-Loire

Ambillou
Ambillou
L'église.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Centre-Val de Loire
Département Indre-et-Loire
Arrondissement Chinon
Intercommunalité Communauté de communes Touraine Ouest Val de Loire
Maire
Mandat
Chevreux
2020-2026
Code postal 37340
Code commune 37002
Démographie
Gentilé Ambellousiens
Population
municipale
1 750 hab. (2018 en diminution de 5,56 % par rapport à 2013)
Densité 36 hab./km2
Géographie
Coordonnées 47° 27′ 07″ nord, 0° 26′ 54″ est
Altitude Min. 68 m
Max. 117 m
Superficie 48,85 km2
Type Commune rurale
Aire d'attraction Tours
(commune de la couronne)
Élections
Départementales Canton de Langeais
Législatives Cinquième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Centre-Val de Loire
Voir sur la carte administrative du Centre-Val de Loire
City locator 14.svg
Ambillou
Géolocalisation sur la carte : Indre-et-Loire
Voir sur la carte topographique d'Indre-et-Loire
City locator 14.svg
Ambillou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Ambillou
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Ambillou

Ambillou est une commune française située dans le département d'Indre-et-Loire, en région Centre-Val de Loire.

GéographieModifier

HydrographieModifier

 
Réseau hydrographique d'Ambillou.

Le réseau hydrographique communal, d'une longueur totale de 40,74 km, comprend cinq cours d'eau notables, le Lathan (0,656 km), la Bresme (0,564 km), la Roumer (0,826 km), le Braineau (8,704 km) et le Breuil (0,369 km), et divers petits cours d'eau dont la Garande (3,99 km)[1],[2].

Le Lathan, d'une longueur totale de 57,9 km, prend sa source à l'ouest du territoire communal dans le bois d'Ambillou et conflue en rive droite de l'Authion à Beaufort-en-Anjou (Maine-et-Loire), après avoir traversé 16 communes[3]. Sur le plan piscicole, le Lathan est classé en deuxième catégorie piscicole. Le groupe biologique dominant est constitué essentiellement de poissons blancs (cyprinidés) et de carnassiers (brochet, sandre et perche)[4].

La Bresme, d'une longueur totale de 26,9 km, prend sa source sur la commune de Semblançay au lieu-dit le Plessis de la Gagnerie, à 120 m d'altitude[5], coule du nord au sud et constitue une partie de la limite communale est puis se jette dans la Loire sur la commune de Saint-Étienne-de-Chigny, à 39 m d'altitude[6] à la pointe de l'île Belle Fille, après avoir traversé 7 communes[7]. Sur le plan piscicole, la Bresme est également classée en deuxième catégorie piscicole[4].

La Roumer, d'une longueur totale de 27,3 km, prend sa source à l'ouest du territoire communal dans le bois d'Ambillou, et se jette dans la Loire à Langeais, après avoir traversé 6 communes[8]. Sur le plan piscicole, la Roumer est également classée en deuxième catégorie piscicole[4].

Le Braineau, d'une longueur totale de 10,6 km, prend sa source dans la commune de Souvigné et se jette dans la Bresme sur la limite communale est[9]. Sur le plan piscicole, le Braineau est également classé en deuxième catégorie piscicole[4].

Le Breuil, d'une longueur totale de 14,6 km, prend sa source à l'extrémité sud de la commune, au droit de l'étang de la Céseraie, et se jette dans le Roumer à Langeais, après avoir traversé 4 communes[10]. Sur le plan piscicole, le Breuil est également classé en deuxième catégorie piscicole[4].

Dix zones humides[Note 1] ont été répertoriées sur la commune par la direction départementale des territoires (DDT) et le conseil départemental d'Indre-et-Loire : « l'étang de la Rabelière », « la vallée de la Bresme de Pernay à la Houssière », « la vallée du Ruisseau de Braineau », « l'étang de la Céseraie », « l'étang des Roucherets », « l'étang de Radoire », « l'étang de Givry », « l'étang des Trois Frères et suivants », « l'étang de Bréviande », « les étangs de Braineau », « la vallée de la Bresme de la Boiderie à Pernay », « l'étang de la Hézière », « les mares du Bois de Tivoli » et « les étangs de la Caranderie »[11],[12].

UrbanismeModifier

TypologieModifier

Ambillou est une commune rurale, car elle fait partie des communes peu ou très peu denses, au sens de la grille communale de densité de l'Insee[Note 2],[13],[14],[15].

Par ailleurs la commune fait partie de l'aire d'attraction de Tours, dont elle est une commune de la couronne[Note 3]. Cette aire, qui regroupe 162 communes, est catégorisée dans les aires de 200 000 à moins de 700 000 habitants[16],[17].

Occupation des solsModifier

 
Carte des infrastructures et de l'occupation des sols de la commune en 2018 (CLC).

L'occupation des sols de la commune, telle qu'elle ressort de la base de données européenne d’occupation biophysique des sols Corine Land Cover (CLC), est marquée par l'importance des forêts et milieux semi-naturels (63,6 % en 2018), en augmentation par rapport à 1990 (61,5 %). La répartition détaillée en 2018 est la suivante : forêts (62,8 %), prairies (20,5 %), terres arables (12,2 %), zones urbanisées (2 %), eaux continentales[Note 4] (1 %), zones agricoles hétérogènes (0,8 %), milieux à végétation arbustive et/ou herbacée (0,8 %)[18].

L'IGN met par ailleurs à disposition un outil en ligne permettant de comparer l’évolution dans le temps de l’occupation des sols de la commune (ou de territoires à des échelles différentes). Plusieurs époques sont accessibles sous forme de cartes ou photos aériennes : la carte de Cassini (XVIIIe siècle), la carte d'état-major (1820-1866) et la période actuelle (1950 à aujourd'hui)[19].

ToponymieModifier

Bas latin Ambiliavus. Gentilice Ambilius et suffixe de possession avus : le domaine d'Ambilius.
Parochia de Ambiloo, 1077, 1108. (Dom Housseau, t. XIV, n° 11.791 ; Archives départementales d'Indre-et-Loire-H, Charte de Marmoutier) ; Ambilleium, Ambillo, 1215 (Bibliothèque municipale de Tours, fonds Salmon, Chartes de Saint-Julien) ; De Ambilliaco, (cartulaire de l’archevêché de Tours, charte 41, p. 88) ; Bertrandus de la Menaise, de parrochia de Anbilleto, 1247 (Archives nationales-JJ 274, Querimoniae Turonum, n° 1313) ; Ambillou, 1292 (Archives départementales d'Indre-et-Loire, chartes de Beaumont-lès-Tours et de Saint-Julien) ; Ambillou, (Archives nationales - JJ 195, n° 156, fol. 44) ; Ambilleyum, 1469 (Martyrologium Sancti Juliani) ; Ambillou, XVIIIe siècle (carte de Cassini).

HistoireModifier

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
[Note 5] Pierre Zacharie Richer ? ?
[Note 5] Jean Baptiste Paumier ? ?
[Note 5] [Note 6] Philippe Cherpeau ? Marchand de chaux
[Note 5] Pierre François Verneil ? ?
[Note 5] Jean Baptiste Joubert ? ?
[Note 5] Jean Barthélémy Verger de Laroche ? ?
[Note 5] [Note 6] Pierre Denis Fontaine ? Instituteur
[Note 5] [Note 6] Jules Joubert ? Rentier
[Note 5] [Note 6] Léopold Edouard Joubert ? Propriétaire
[Note 5] Louis Hardouin ? ?
[Note 5] [Note 6] François Hardouin ? Rentier
[Note 5] Louis Chenet ? ?
[Note 5] Eugène Haquet ? ?
[Note 5] Ernest Petibon ? ?
[Note 5] Albert Marchaisseau ? ?
[Note 5] Marcel Raimbault ? ?
1944[Note 7] 1953 Jules Auneau ? ?
[Note 7] Marcel Raimbault ? ?
[Note 7] ? Robert Cormery ? ?
1995 2014 Marcel Ploquin[20] SE ?
2014 2020 Michel Chevet[21] SE Contremaître
2020 En cours Bruno Chevreux[22] Ambitions pour Ambillou Expert en foncier
Les données manquantes sont à compléter.

Finances localesModifier

Évolution de l'endettement (en milliers d’€)[23] :

Évolution de l'endettement par habitant (en €)[23] :

Population et sociétéModifier

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[24]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2007[25].

En 2018, la commune comptait 1 750 habitants[Note 8], en diminution de 5,56 % par rapport à 2013 (Indre-et-Loire : +1,25 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
682895823845861844815803828
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
8699381 0249649399339851 015983
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
1 000982969873876937874909887
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2006 2007 2012
8347328849861 0861 3011 5681 6061 822
2017 2018 - - - - - - -
1 7861 750-------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[26] puis Insee à partir de 2006[27].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie culturelleModifier

La commune d'Ambillou est dotée d'une bibliothèque municipale située à l'Espace Rejaudry, qui fait partie du réseau de la Direction Départementale des Bibliothèques et de la Lecture de Touraine. Une association culturelle a été créée en 2015 appelée Entr'Acte.

EnseignementModifier

Ambillou se trouve dans l'Académie d'Orléans-Tours (Zone B) et dans la circonscription de Château La Vallière. Une école primaire publique rassemble les élèves de la PS au CM2.

Culture locale et patrimoineModifier

Personnalités liées à la communeModifier

René de La Ruë du Can (1783-1860), baron de Champchevrier, y est né ; maire de Cléré-les-Pins, chevalier de la Légion d'honneur [28]

Voir aussiModifier

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. D’après l’article L. 211-1 du Code de l’environnement, « on entend par zone humide les terrains, exploités ou non, habituellement inondés ou gorgés d’eau douce, salée ou saumâtre de façon permanente ou temporaire ; la végétation, quand elle existe, y est dominée par des plantes hygrophiles pendant au moins une partie de l’année ».
  2. Selon le zonage des communes rurales et urbaines publié en novembre 2020, en application de la nouvelle définition de la ruralité validée le en comité interministériel des ruralités.
  3. La notion d'aire d'attraction des villes a remplacé en octobre 2020 l'ancienne notion d'aire urbaine, pour permettre des comparaisons cohérentes avec les autres pays de l'Union européenne.
  4. Les eaux continentales désignent toutes les eaux de surface, en général des eaux douces issues d'eau de pluie, qui se trouvent à l'intérieur des terres.
  5. a b c d e f g h i j k l m n o et p Nommé comme maire sur des actes d'état civil sur les registres de la commune.
  6. a b c d et e En exercice jusqu'à son décès.
  7. a b et c Inscrit au tableau des maires de la commune.
  8. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2021, millésimée 2018, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2020, date de référence statistique : 1er janvier 2018.

RéférencesModifier

  1. « Fiche SIGES de la commune », sur le site du Système d'information pour la gestion des eaux souterraines en Centre-Val de Loire (consulté le 3 février 2019).
  2. « Carte hydrologique de Ambillou », sur https://www.geoportail.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019).
  3. « Fiche Sandre - le Lathan », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019).
  4. a b c d et e « Décret n°58-873 du 16 septembre 1958 déterminant le classement des cours d'eau en deux catégories », sur https://www.legifrance.gouv.fr/ (consulté le 3 février 2019).
  5. « Source de la Bresme » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2019)..
  6. « Confluence de la Bresme avec la Loire » sur Géoportail (consulté le 24 janvier 2019)..
  7. « Fiche Sandre - la Bresme », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019).
  8. « Fiche Sandre - la Roumer », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019).
  9. « Fiche Sandre - le Braineau », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019).
  10. « Fiche Sandre - le Breuil », sur le portail national d'accès aux référentiels sur l'eau (consulté le 3 février 2019).
  11. Direction Départementale des Territoires d'Indre-et-Loire-37, « Liste des Zones humides d'Indre-et-Loire-37 », sur http://terresdeloire.net/ (consulté le 3 février 2019).
  12. « L'inventaire départemental des zones humides », sur http://www.indre-et-loire.gouv.fr/, (consulté le 3 février 2019).
  13. « Typologie urbain / rural », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  14. « Commune rurale - définition », sur le site de l’Insee (consulté le 27 mars 2021).
  15. « Comprendre la grille de densité », sur www.observatoire-des-territoires.gouv.fr (consulté le 27 mars 2021).
  16. « Base des aires d'attraction des villes 2020. », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  17. Marie-Pierre de Bellefon, Pascal Eusebio, Jocelyn Forest, Olivier Pégaz-Blanc et Raymond Warnod (Insee), « En France, neuf personnes sur dix vivent dans l’aire d’attraction d’une ville », sur insee.fr, (consulté le 27 mars 2021).
  18. « CORINE Land Cover (CLC) - Répartition des superficies en 15 postes d'occupation des sols (métropole). », sur le site des données et études statitiques du ministère de la Transition écologique. (consulté le 5 mai 2021)
  19. IGN, « Évolution de l'occupation des sols de la commune sur cartes et photos aériennes anciennes. », sur remonterletemps.ign.fr (consulté le 5 mai 2021). Pour comparer l'évolution entre deux dates, cliquer sur le bas de la ligne séparative verticale et la déplacer à droite ou à gauche. Pour comparer deux autres cartes, choisir les cartes dans les fenêtres en haut à gauche de l'écran.
  20. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le 29 juin 2020).
  21. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le 29 juin 2020).
  22. « [titre manquant] », sur La Nouvelle République du Centre-Ouest (consulté le 29 juin 2020).
  23. a et b finances.gouv.fr[1]
  24. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  25. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  26. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  27. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016, 2017 et 2018.
  28. « Notice L1489022 », sur http://www.culture.gouv.fr/ (consulté le 22 mai 2016).