Laives (Saône-et-Loire)

commune française du département de Saône-et-Loire

Laives
Laives (Saône-et-Loire)
Vue éloignée de l'église Saint-Martin de Laives.
Administration
Pays Drapeau de la France France
Région Bourgogne-Franche-Comté
Département Saône-et-Loire
Arrondissement Chalon-sur-Saône
Intercommunalité Communauté de communes entre Saône et Grosne
Maire
Mandat
Jean-Claude Becousse
2020-2026
Code postal 71240
Code commune 71249
Démographie
Gentilé Laivois
Population
municipale
1 020 hab. (2017 en augmentation de 1,69 % par rapport à 2012)
Densité 81 hab./km2
Géographie
Coordonnées 46° 38′ 46″ nord, 4° 50′ 47″ est
Altitude Min. 177 m
Max. 331 m
Superficie 12,62 km2
Élections
Départementales Canton de Tournus
Législatives Quatrième circonscription
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Bourgogne-Franche-Comté
Voir sur la carte administrative de Bourgogne-Franche-Comté
City locator 14.svg
Laives
Géolocalisation sur la carte : Saône-et-Loire
Voir sur la carte topographique de Saône-et-Loire
City locator 14.svg
Laives
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte administrative de France
City locator 14.svg
Laives
Géolocalisation sur la carte : France
Voir sur la carte topographique de France
City locator 14.svg
Laives
Liens
Site web laives-bourgogne.fr

Laives est une commune française située dans le département de Saône-et-Loire en région Bourgogne-Franche-Comté.

La commune est connue pour ses trois lacs, aménagés pour la pêche, la baignade et le camping.

GéographieModifier

Le village de Laives est situé en Saône-et-Loire (Bourgogne-Franche-Comté), juste à l'ouest de Sennecey-le-Grand et au sud de Chalon-sur-Saône.

Communes limitrophesModifier

Accès et transportsModifier

Le village est traversé par la RD 18 qui va de Sennecey-le-Grand à Buxy, ainsi que par la RD 67 qui part de Laives, allant en direction de Nanton, et enfin par la RD 181 qui part également de Laives, en direction de Lalheue[1].

L'autoroute A6 traverse l'est de la commune ; la sortie la plus proche se situe à Tournus.

Relief et géologieModifier

Laives se situe au pied de la colline Saint-Martin, à l'extrémité nord des monts du Mâconnais, qui s'ennoient dans le nord de la commune sous les sédiments plio-quaternaires du fossé bressan. Les sols ont pour origine l'ère du quaternaire ancien[2].

L'altitude de la commune varie de 177 m, dans la vallée de la Grosne à 331 m, au lieu-dit de la Faille, à la limite avec Sennecey-le-Grand[1].

HydrographieModifier

Sur le territoire de la commune il y a trois lacs, surnommés les Lacs de Laives, résultat des travaux de construction de l'autoroute A6 vers 1970[3]. Ils sont aménagés pour la pêche, la baignade, le camping. Ils sont situés à proximité de la Grosne, rivière qui délimite par ailleurs le nord-ouest de la commune.

La commune est également traversée par le Grison, qui conflue ici avec la Grosne, ainsi que par d'autres ruisseaux : la Noue, le Bief de Rompreau et la Raie de la Goutte[1].

Dans le village, il y a de nombreuses sources, dont celles qui sortent le long de la rue des Fontaines.

ClimatologieModifier

C'est un climat tempéré à légère tendance continentale avec des étés chauds et des hivers froids[4], avec une amplitude thermique assez importante entre ces deux saisons. Les précipitations sont assez hétérogènes sur l'année, avec un mois de mai le plus pluvieux de l'année. Le vent qui souffle une partie de l'année est la bise.

Valeurs climatiques de Dijon et Mâcon, car Laives est située entre ces deux villes.

Dijon

Pour la ville de Dijon (316 m), les valeurs climatiques jusqu'à 1990 :

Relevés Dijon ????-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −1 0,1 2,2 5 8,7 12 14,1 13,7 10,9 7,2 2,5 −0,2 6,3
Température moyenne (°C) 1,6 3,6 6,5 9,8 13,7 17,2 19,7 19,1 16,1 11,3 5,6 2,3 10,5
Température maximale moyenne (°C) 4,2 7 10,8 14,7 18,7 22,4 25,3 24,5 21,3 15,5 8,6 4,8 14,8
Précipitations (mm) 49,2 52,5 52,8 52,2 86,3 62,4 51 65,4 66,6 57,6 64,2 62 732,2
Source : Infoclimat : Dijon (????-1990)[5]


Mâcon

Pour la ville de Mâcon (216 m), les valeurs climatiques de 1961 à 1990 :

Relevés Mâcon 1961-1990
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −0,6 0,7 2,5 5,2 8,9 12,3 12,4 13,9 11,1 7,5 2,9 0,1 6,6
Température moyenne (°C) 2,1 4 6,8 10 13,9 17,5 20,1 19,4 16,4 11,7 6 2,7 10,9
Température maximale moyenne (°C) 4,9 7,3 11,1 14,8 18,9 22,8 25,7 24,9 21,7 15,9 9,1 5,3 15,2
Précipitations (mm) 66,3 60,9 58,7 69,4 85,9 74,7 58,1 77,1 75,7 71,7 72,7 70,4 841,4
Source : Infoclimat : Mâcon (1961-1990)[6]


ToponymieModifier

HistoireModifier

C'est à Laives que fut découvert, servant à caler un escalier dans une dépendance de l'ancienne abbaye de La Ferté-sur-Grosne, le bois Protat, premier bois gravé (vers 1380) du monde occidental. Le village est un haut lieu de l'art roman avec son église Saint-Martin de Laives, érigée au XIe siècle et XIIe siècle[7]. Il y avait dans le passé de nombreux tailleurs de pierres, ainsi vers 1850, une cinquantaine de famille vivaient de cette activité[3]. Création en 1970 des trois lacs[3].

1793 : Saint-Martin-de-Laives, dans le contexte révolutionnaire, change de nom et devient Laives[8]. Un nom que la commune porte encore de nos jours, à l'instar de quatre autres communes du département de Saône-et-Loire qui, comme Laives, ont conservé leur nom révolutionnaire[9].

Politique et administrationModifier

Liste des maires successifs
Période Identité Étiquette Qualité
mars 2001 en cours Jean-Claude Becousse UMP-LR Président de la Communauté de communes
Conseiller départemental
Les données manquantes sont à compléter.

DémographieModifier

L'évolution du nombre d'habitants est connue à travers les recensements de la population effectués dans la commune depuis 1793. À partir de 2006, les populations légales des communes sont publiées annuellement par l'Insee. Le recensement repose désormais sur une collecte d'information annuelle, concernant successivement tous les territoires communaux au cours d'une période de cinq ans. Pour les communes de moins de 10 000 habitants, une enquête de recensement portant sur toute la population est réalisée tous les cinq ans, les populations légales des années intermédiaires étant quant à elles estimées par interpolation ou extrapolation[10]. Pour la commune, le premier recensement exhaustif entrant dans le cadre du nouveau dispositif a été réalisé en 2004[11].

En 2017, la commune comptait 1 020 habitants[Note 1], en augmentation de 1,69 % par rapport à 2012 (Saône-et-Loire : -0,26 %, France hors Mayotte : +2,36 %).

Évolution de la population  [ modifier ]
1793 1800 1806 1821 1831 1836 1841 1846 1851
1 0991 1051 2001 2841 3181 3881 3541 3461 351
1856 1861 1866 1872 1876 1881 1886 1891 1896
1 3211 2941 2591 2581 2001 1221 0841 0551 018
1901 1906 1911 1921 1926 1931 1936 1946 1954
985971882764757721663686649
1962 1968 1975 1982 1990 1999 2004 2009 2014
6456976446847719019509971 021
2017 - - - - - - - -
1 020--------
De 1962 à 1999 : population sans doubles comptes ; pour les dates suivantes : population municipale.
(Sources : Ldh/EHESS/Cassini jusqu'en 1999[12] puis Insee à partir de 2006[13].)
Histogramme de l'évolution démographique

Vie localeModifier

EnseignementModifier

Cette commune possède un groupe scolaire inscrit dans un RPI avec les communes de Beaumont-sur-Grosne et Saint-Ambreuil[3]. Toutes les classes de maternelle (PS, MS, GS) sont accueillies à Laives. Les autres classes se répartissent sur les trois communes. Une garderie attenante à l'école a été ouverte en 2011. La cantine est sise en la salle du conseil de la mairie.

SantéModifier

Il y a un médecin généraliste dans ce village[14] et un cabinet d'infirmiers. Le centre hospitalier le plus proche se situe à Chalon-sur-Saône.

SportsModifier

La randonnée et le VTT sont pratiqués dans de nombreux sentiers classés en balades vertes[7].

AssociationsModifier

Il y a une douzaine d'associations dans la commune[3].

ManifestationsModifier

Deux grandes brocantes au mois de mai et septembre[3], les Journées européennes du patrimoine au mois de septembre[7]...

Écologie et recyclageModifier

ÉconomieModifier

Il y a cinq exploitations agricoles dans cette commune rurale, quelques artisans (menuisier, maçons), un cabinet d'architecte ainsi qu'un potier. Ce sont les lacs qui amènent le plus d'activité touristique dans la commune avec une base nautique (baignade et loisirs) et un camping qui compte environ 40 000 estivants par an[3]. Une dizaine de gîtes ruraux et de chambres d'hôtes permettent d'accueils de vacanciers. Le village dispose aussi d'un dépôt de pain. Davantage de commerces se trouvent à Sennecey-le-Grand[3] (commune voisine). La richesse du patrimoine attire aussi beaucoup de touristes.

Lieux et monumentsModifier

 
Église Saint-Martin de Laives.

Monuments historiquesModifier

Il y a cinq bâtiments qui sont classés Monuments historiques[3] :

Autres monumentsModifier

LavoirsModifier

 
Lavoir des Variaux
 
Lavoir de Sermaisey

La colline Saint-Martin héberge plusieurs sources et de ce fait, on trouve plusieurs lavoirs à Laives.

Le lavoir des Variaux est le plus grand. Il a été construit en 1827. Il est alimenté par la source Saint-Bonnet et ses eaux se déversent dans le ruisseau le Rompereau. Leur température est stable à 15-16°C. Il se compose d'un grand bassin de pierre taillée protégé par une charpente avec de belles poutres en bois et un toit en tuiles et lauzes. Le bassin est entouré par des bancs également en pierre. Avant la restauration de 1988, on pouvait lire sur une poutre de la charpente : le temple des bavardes[16].

Le lavoir de Sermaisey, un peu plus petit a été édifié la même année. Il est alimenté par la source Lapcher ou d'Apcher. Il présente une architecture comparable de dimensions un peu réduites[17].

  • Fontaines.
  • La mairie située dans un ancien relais de poste du XVIIIe siècle.

CulteModifier

Laives appartient à la paroisse Saint-Martin-entre-Grosne-et-Saône, qui relève du diocèse d'Autun et a son siège à Sennecey-le-Grand.

Personnalités liées à la communeModifier

Pour approfondirModifier

BibliographieModifier

  • J. Louis Bazin, Laives. Notice historique sur le village, Mémoires de la société d'histoire et d'archéologie de Chalon-sur-Saône, 1907 (reprint, éd. Le livre d'histoire, Paris, 2010, p. 160, (ISBN 978-2-7586-0469-3).
  • Lucien Jacquemet, Saint-Martin-de-Laives, revue « Images de Saône-et-Loire » no 37 (), pp. 21–23.

Articles connexesModifier

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Notes et référencesModifier

NotesModifier

  1. Population municipale légale en vigueur au 1er janvier 2020, millésimée 2017, définie dans les limites territoriales en vigueur au 1er janvier 2019, date de référence statistique : 1er janvier 2017.

RéférencesModifier

  1. a b et c Carte IGN consultée sur Géoportail
  2. Terroirs et vins de France. Itinéraires œnologiques et géologiques, Éditions BRGM, Carte géologique du vignoble bourguignon (Bourgogne et Beaujolais), p. 68 et 69.
  3. a b c d e f g h et i Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 17 mai 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Laives, p.  16
  4. André Dominé : Le vin, « La Bourgogne », p. 181.
  5. Archives climatologiques mensuelles - Dijon (????-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  6. Archives climatologiques mensuelles - Mâcon (1961-1990) Consulté le 17 décembre 2008
  7. a b et c Le Journal de Saône-et-Loire, édition du mardi 17 mai 2011, page local Chalon, Un jour, une commune : Laives, p.  17
  8. À l'instar de quelque cent cinquante autres communes de Saône-et-Loire dont le nom se rapportait à la religion ou à l'Ancien Régime. Source : E. Lauxeur, Les changements de noms des communes de Saône-et-Loire pendant la Révolution, article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 4 d'avril 1970, pages 9 à 13.
  9. Avec : Donzy-le-National, Burnand, La Roche-Vineuse et Senozan.
  10. L'organisation du recensement, sur insee.fr.
  11. Calendrier départemental des recensements, sur insee.fr.
  12. Des villages de Cassini aux communes d'aujourd'hui sur le site de l'École des hautes études en sciences sociales.
  13. Fiches Insee - Populations légales de la commune pour les années 2006, 2007, 2008, 2009, 2010, 2011, 2012, 2013, 2014, 2015, 2016 et 2017.
  14. Annuaire Pages jaunes de Saône-et-Loire 2011, Médecin : médecine générale, p.  428
  15. « Saint-Martin-de-Laives », article paru dans la revue « Images de Saône-et-Loire » no 167 de septembre 2011, pages 17 à 20.
  16. Panneau d'information touristique du lavoir des Variaux
  17. Panneau d'information touristique du lavoir de Sermaisey