Ouvrir le menu principal

La Ligne rouge (film, 1998)

film sorti en 1998
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir La Ligne rouge.
La Ligne rouge
Description de cette image, également commentée ci-après
Logo-titre du film en VO.
Titre québécois La mince ligne rouge
Titre original The Thin Red Line
Réalisation Terrence Malick
Scénario Adaptation :
Terrence Malick
Roman :
James Jones
Acteurs principaux
Sociétés de production 20th Century Fox
Pays d’origine Drapeau des États-Unis États-Unis
Drapeau du Canada Canada
Genre guerre
Durée 170 min
Sortie 1998

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

La Ligne rouge, ou La Mince Ligne rouge au Québec et au Nouveau-Brunswick (The Thin Red Line), est un film de guerre américano-canadien réalisé en 1998 par Terrence Malick, sorti en salle en 1999.

Sommaire

RésuméModifier

 
Marines américains durant la bataille de Guadalcanal, en novembre 1942.

Le film évoque la bataille de Guadalcanal dans le Pacifique en 1942, qui opposa les Américains aux Japonais lors de la Seconde Guerre mondiale. Dans un paysage paradisiaque, les soldats vont se livrer une bataille sanglante où tous perdront une partie d'eux-mêmes. « Les monologues intérieurs des personnages finissent par se confondre, pour ne former qu'une seule voix. Une seule âme aux milliers de visages. Et les deviner tous si fragiles, si démunis, si éphémères aussi, procure, à chaque fois le même bouleversement. »[1].

Le film commence par des instants de calme qui se déroulent sur une des îles tenues par les Japonais, Guadalcanal, dans les îles Salomon. Le soldat Witt est ensuite réprimandé pour y avoir déserté : le sergent Welsh se veut clément, mais estime le soldat inadapté à l'armée et lui affirme que dans ce monde un homme seul n'est rien et qu'il n'y a pas d'autre monde. Le soldat Witt lui prête tort.

Les personnages, apeurés avant même leur débarquement, doivent parcourir un long chemin pour finalement arriver à la colline 210, fortement protégée par un bunker. L'assaut ne peut être que frontal, accompagné d'une médiocre préparation d'artillerie. Le capitaine Staros constate rapidement que les pertes sont très lourdes. L'intendance ne suit pas, l'eau manque. Il en vient à désobéir à un ordre de son supérieur, lui demandant de redonner l'assaut, ce qui est pour lui un massacre inutile.

Après de longues heures d'attente, une patrouille de sept volontaires est chargée de finir la montée en reconnaissance discrète et d'attaquer si possible. Les soldats parviennent, à l'abri d'une petite corniche, à neutraliser le bunker et à faire des prisonniers.

S'ensuit alors un atroce massacre où les Japonais sont humiliés. L'enfer terminé, les hommes de la compagnie Charlie retrouvent un peu d'humanité en arrivant à l'aérodrome. Ils se voient de nouveau confier une nouvelle mission. Mais en chemin ils sont repérés par l'ennemi et une nouvelle patrouille part en reconnaissance. La tentative est un échec et pour sauver ses camarades, le soldat Witt se sacrifie seul dans une diversion.

Fiche techniqueModifier

DistributionModifier

ProductionModifier

Choix des acteursModifier

Concernant le casting, Edward Norton s'est vu proposer un rôle mais a refusé. Plusieurs autres stars comme Leonardo DiCaprio, Matthew McConaughey, Johnny Depp, Brad Pitt, Nicolas Cage, Kevin Costner, Peter Berg, Ethan Hawke, Dermot Mulroney et William Baldwin se sont vu proposer les rôles du film, jusqu'à aller rencontrer le réalisateur, mais ont refusé.

MusiqueModifier

Bande originaleModifier

La bande originale du film est composée par Hans Zimmer. Elle a été publiée le chez RCA Victor. Pour cette réalisation, Hans Zimmer a été récompensé du Satellite Award de la meilleure musique de film en 1999. Il a également été nommé à la 71e cérémonie des Oscars, dans la catégorie Meilleure partition originale pour un film dramatique.

Le cantique God Yu Tekem Laef Blong Mi (« Prends ma vie Seigneur »[2]) chanté en pijin par The Choir Of All Saints, a été repris dans de nombreuses publicités (ex. : en 2016 en France pour la pub GMF[3]), ainsi que dans le long-métrage 99 francs, réalisé par Jan Kounen en 2007. Cette chanson aux sonorités mélanésiennes sert de pré-générique à la fin heureuse du film.

Musiques additionnellesModifier

Le cantique Jisas Yu Holem Hand Blong Mi, qui sert aussi à la bande-annonce du film, est composé par Hans Zimmer mais ne figure toutefois pas sur la bande originale.

Les cantiques mélanésiens du film, interprétés en pijin par The Choir Of All Saints ainsi que des élèves de la Fraternité mélanésienne (The Melanesian Brotherhood) de Guadalcanal, ont été regroupés à part sur un album dédié[4].

Terrence Malick utilise notamment quelques pièces de musique classique :

DistinctionsModifier

AnalyseModifier

Le film explore le comportement d'hommes ordinaires lors d'un conflit armé ; le motif principal du film tourne autour du vivre et du mourir en temps de guerre et par extension, en général. Bien qu'étant composé de scènes d'action intense et se voulant réalistes, le film est surtout un poème sur la guerre, ou plutôt contre la guerre.

Le film joue en permanence sur l'opposition entre des scènes de batailles très violentes et des longs plans contemplatifs qui montrent une nature paradisiaque, merveilleuse, apaisante et exubérante. Le fort contraste met ainsi l'accent sur l'absurdité et le non-sens de la guerre. Le film est ponctué de nombreux gros plans sur la flore ou la faune, ou de longs plans statiques montrant des scènes de vie quotidienne des habitants à la vie primitif de ces îles, comme pour mettre en évidence la fragilité du milieu, livré à la brutalité aveugle de la guerre et des techniques modernes dévastatrices. L'île de Guadalcanal est montré comme étant un paradis idyllique avant la bataille, et le film se conclut sur l'image emblématique d'une noix de coco commençant à germer, promesse que la nature va reprendre de nouveau ses droits et que l'île va ainsi retrouver son caractère paradisiaque. Mais entretemps le film montre l'île comme étant un enfer pour les soldats des deux camps qui s'affrontent, au point que la bataille de Guadalcanal est surnommée comme étant le « Verdun du Pacifique »[6].

Les voix off sont constamment privilégiées pour permettre au spectateur d'accéder au monde intime des personnages, à leurs réflexions sur la vie et le sens de la vie, la mort et les préoccupations métaphysiques, la guerre et les raisons de la violence, la nature humaine.

Malgré la pléthore d'acteurs connus au générique, il n'y a pas à proprement parler de rôle principal.

Le montage initial de La Ligne Rouge durait 6 heures. Au montage final, de nombreuses séquences ont donc été supprimées, notamment celles avec Mickey Rourke, Gary Oldman, Bill Pullman et Lukas Haas. Le cas le plus extrême reste Adrien Brody pour qui, le film reste une « humiliation publique »[7]. En effet, acteur inconnu à l'époque[8], Brody s'imaginait parmi les rôles principaux de La Ligne Rouge car interprétant le héros de la nouvelle dont le film était adapté[9]. Après 6 mois de tournage, Brody constate à sa grande déception[10], à l'avant-première, que son personnage a été drastiquement réduit à un rôle de quasi-figurant avec deux répliques[11] à la suite du choix de Terrence Malick de focaliser son film plutôt sur le soldat interprété par Jim Caviezel[12].

De plus, Billy Bob Thornton a enregistré plus de trois heures de narration, qui ont été remplacées par la suite par les voix off des interprètes du film[11].

PostéritéModifier

Le groupe Explosions in the Sky a samplé une partie de la narration du film pour leur titre Have You Pass Through This Night ?, sur leur album Those Who Tell the Truth Shall Die / Those Who Tell the Truth Shall Live Forever, sorti en 2001.

Notes et référencesModifier

  1. Le Guide du cinéma chez soi, hors-série de Télérama, édition 2002, article « La Ligne rouge ».
  2. « Hans Zimmer - Paroles de « God Yu Tekkem Laef Blong Mi » + traduction en français », sur lyricstranslate.com (consulté le 12 novembre 2017).
  3. Yann Savary, Olivier Maréchal, « GMF : Assurances + God Yu Tekem Laef Blong Mi : Zimmer Hans sur MusiqueDePub.TV », sur www.musiquedepub.tv (consulté le 12 novembre 2017).
  4. « The Choir Of All Saints / The Melanesian Brotherhood - Melanesian Choirs: The Blessed Island (Chants From The Thin Red Line) (1999) », sur https://www.discogs.com (consulté le 1er janvier 2019).
  5. a b et c screenshot dans les crédits du film.
  6. Jean-Dominique Merchet, « Eté 1943, les Alliés gagnent la guerre (4/7) : Pacifique, les routes de la victoire », L'Opinion,‎ (lire en ligne, consulté le 6 juillet 2018)
  7. https://www.theguardian.com/film/2006/nov/12/features.magazine.
  8. Adrien Brody accédera finalement à la célébrité à la suite de son rôle dans le Pianiste en 2001.
  9. "Adrien Brody, who played Corporal Fife, the central character of the novel on which the film is based" http://www.cracked.com/article_20791_6-actors-who-thought-they-had-made-totally-different-movie_p2.html.
  10. http://www.eskimo.com/~toates/malick/trl/interviews/brody.html.
  11. a et b https://www.imdb.com/title/tt0120863/trivia?ref_=tt_trv_trv.
  12. http://blogs.indiewire.com/theplaylist/to-the-wonder-10-actors-cut-out-of-a-terrence-malick-movie-and-how-they-reacted-20130410.

Voir aussiModifier