Ouvrir le menu principal
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Forte.
Ne doit pas être confondu avec La Droite sociale, La Droite populaire ou La Droite libre.

La Droite forte
Image illustrative de l’article La Droite forte
Logotype officiel.
Présentation
Président Guillaume Peltier
Fondation juillet 2012
Disparition juillet 2018
Siège Neung-sur-Beuvron
Positionnement Droite[1]
Couleurs bleu, blanc
Site web ladroiteforte.fr

La Droite forte est un ancien parti politique français créé en juillet 2012 par Guillaume Peltier et Geoffroy Didier, constituant l'un des courants de l'UMP puis des Républicains. Il était lié à l'association La Droite républicaine, créée à la même époque. Il a été dissous en juillet 2018.

Le nom du courant fait référence au slogan de Nicolas Sarkozy à l'occasion de l'élection présidentielle d'avril-mai 2012 (« La France forte ») et tend à s'opposer à une éventuelle « droite molle » implicitement dénoncée.

Sommaire

Place au sein de l'UMPModifier

En 2012, il était l'un des cinq principaux mouvements de l'UMP :

Caractéristiques et programme de ce courantModifier

La profession de foi du courant indique que ses promoteurs sont « attachés au patriotisme, au mérite, au travail comme à l’effort […], à l’autorité républicaine, au soutien aux PME, à la lutte contre les fraudes et l’assistanat, à la souveraineté et à la maîtrise de notre destin », avec comme objectif de « réconcilier la droite avec le peuple ».

Elle ajoute que « le salut de la droite passe par le rassemblement de nos millions de compatriotes des classes moyennes, des catégories populaires, de la France périurbaine et rurale qui souffrent de déclassement social et identitaire et qui sont les grands perdants de la mondialisation. Nous souhaitons offrir à la majorité silencieuse une perspective d’espérance à travers une droite juste, forte, populaire et protectrice » [2] .

En octobre 2012, Guillaume Peltier a créé la polémique en proposant de réserver, dans l'audiovisuel public, des postes de journalistes à des « journalistes de droite » [3], en proposant de supprimer le financement public des syndicats[3], puis en proposant de réformer, voire de supprimer, le droit de grève des enseignants [4].

Parmi les autres propositions les plus plébiscitées, on relève également la transformation en vingt ans des logements sociaux en « propriétés sociales » ou l'octroi de 50 000 euros à une PME embauchant un chômeur[5].

Philippe Lamy juge que le courant s'inspire « des thèses du Club de l'horloge sur l'immigration et l'identité nationale »[6].

DissolutionModifier

La Droite forte est dissoute le 12 juillet 2018[7].

Importance au sein de l'UMPModifier

Les dirigeants du courant ont déposé une motion à l'occasion du Congrès de l'Union pour un mouvement populaire de 2012. Les adhérents la placent en tête, avec 27,77 % des voix[8],[9]. Les idées proposées par ce courant sont décriées parfois au sein même de l'UMP, où l'on reproche des « idées extrémistes sous un vernis marketing », une « conception hors sol de la politique » [10]. Au contraire, Geoffroy Didier note : « Les humanistes de Raffarin étaient parrainés par 140 parlementaires. Ils ont fait 18 %. Nous, 28 % avec 18 parlementaires. C’est la démonstration de la fracture entre la base et les grands élus »[5].

Collectif HorizonModifier

En vue de la primaire de la droite et du centre de 2016, le mouvement La Droite Forte lance en mars le "Collectif Horizon"[11], en s'alliant avec l'UNI, syndicat étudiant de droite proche de LR, et Sens Commun, un mouvement politique de droite conservatrice et issu de la Manif pour Tous, alors devenu puissant au sein du parti Les Républicains[12]. Cependant, le collectif n'a pas duré : la presse ne le mentionne plus depuis avril 2016[13], et le compte Twitter officiel du collectif n'est plus actif depuis juillet 2017[14].

Principales personnalités (liste non exhaustive)Modifier

Animateurs du courantModifier

Personnalités soutenant le courant [15]Modifier

Par ordre alphabétique


AutresModifier

Bernard Accoyer et Philippe Briand ont parrainé la motion La Droite forte tout en votant pour Le Gaullisme, une voie d’avenir pour la France. Michèle Tabarot, Bernard Brochand et Joël Billard ont également parrainé la motion France moderne et humaniste. Joël Billard, Jean-Pierre Audy, Constance Le Grip et Bernard Brochand ont soutenu également la motion Droite sociale. Roland Chassain et Sauveur Gandolfi-Scheit ont aussi parrainé la motion Droite populaire[16].

L'ancien conseiller de l'Élysée Patrick Buisson a également apporté son soutien à la Droite forte. L'ancien ministre de l'Intérieur Claude Guéant a également rejoint le courant en février 2013.

Notes et référencesModifier

  1. Laurent de Boissieu, « La Droite Forte (LDF) », France Politique,‎ (lire en ligne)
  2. Profession de foi sur le site officiel
  3. a et b G.Peltier veut des journalistes de droite , Lefigaro.fr avec AFP, 02/10/2012
  4. La Droite forte en faveur de l'interdiction du droit de grève pour les enseignants, Leparisien, 16.10.2012
  5. a et b Élisabeth Chavelet et Ludovic Vigogne, « Guillaume Peltier - Geoffroy Didier, le jeune duo qui bouscule l’UMP », Paris Match, semaine du 3 au 9 janvier 2013, pages 86-89.
  6. Philippe Lamy (sous la dir. de Claude Dargent), Le Club de l'horloge (1974-2002) : évolution et mutation d'un laboratoire idéologique (thèse de doctorat en sociologie), Paris, université Paris-VIII, , 701 p. (SUDOC 197696295, lire en ligne), p. 641.
  7. Décision du 15 octobre 2018 portant retrait d'agrément d'une association de financement d'un parti ou d'une organisation politique (lire en ligne)
  8. UMP : la Droite forte en tête du scrutin, Le Figaro, 20 novembre 2012.
  9. Motions UMP : la Droite forte préférée par les militants, Le Figaro, 21 novembre 2012.
  10. Geoffroy Didier. Fort adroit, Portrait de Geoffroy Didier par Laure Equy, Libération 17 décembre 2012.
  11. « Lancement du Collectif Horizon - Sens Commun - Le changement c'est l'engagement ! », Sens Commun - Le changement c'est l'engagement !,‎ (lire en ligne, consulté le 12 mars 2018)
  12. « Sens commun, l’encombrant ami des Républicains », sur Le Monde.fr (consulté le 12 mars 2018)
  13. « "collectif horizon" - Recherche Google par date », sur www.google.fr (consulté le 12 mars 2018)
  14. « Collectif Horizon (@CollHorizon) | Twitter », sur twitter.com (consulté le 12 mars 2018)
  15. « Les « parrains de la Droite forte ». »(ArchiveWikiwixArchive.isGoogleQue faire ?)
  16. Congrès UMP : le jeu des sept familles - BFMTV.com

AnnexesModifier