Daugavpils

ville de Lettonie

Daugavpils
Dunebourg
Blason de Daugavpils
Héraldique
Drapeau de Daugavpils
Drapeau
Daugavpils
Dvinsk en 1912, avec l'église luthérienne en premier plan et l'église de l'Immaculée-Conception au fond
Administration
Pays Drapeau de la Lettonie Lettonie
Lielpilseta Daugavpils
Maire Rihards Eigims
Code postal LV-5400
Démographie
Population 95 467 hab.[1] (2016)
Densité 1 317 hab./km2
Géographie
Coordonnées 55° 53′ nord, 26° 31′ est
Superficie 7 248 ha = 72,48 km2
Localisation
Géolocalisation sur la carte : Lettonie
Voir sur la carte topographique de Lettonie
Daugavpils
Géolocalisation sur la carte : Lettonie
Voir sur la carte administrative de Lettonie
Daugavpils

Daugavpils (/ˈdaʊɡaʊpils/, en russe : Даугавпилс et Dvinsk (1893-1920), Dunebourg en français [2]; en allemand : Dünaburg ; en polonais : Dyneburg) est la deuxième ville en population (avec 95 000 habitants) de la Lettonie. C'est l'une des neuf grandes villes de Lettonie ayant un statut particulier de lielpilseta. C'est également le chef-lieu de la province orientale de Latgale. La ville se trouve dans le Sud-Est de la Lettonie, sur les deux berges du fleuve Daugava. Elle est très proche des frontières lituanienne, biélorusse et russe. La langue officielle est le letton, mais la langue de communication majoritaire entre les différentes communautés reste le russe. Une grande partie de la population parle également le latgalien.

Variété de nomination modifier

Daugavpils a connu différents noms, au XVIe siècle Borissoglebsk, jusqu'au XIXe siècle Dünabourg, puis Dvinsk, et à partir de 1920 jusqu'à nos jours Daugavpils.

Histoire modifier

Livonie modifier

Les premiers documents mentionnent en 1275 le château fort de Dünaburg édifié par le baron Ernst von Razeburg sur ordre du grand-maître de l'Ordre de Livonie (Ordo Fratres miliciæ Christi de Livonia), au bord de la Dvina occidentale. Ses ruines se trouvent à une dizaine de kilomètres de la ville moderne. Le château fort était une forteresse d'importance pour défendre la région contre les attaques des populations lives et des princes russes. Plusieurs fois reconstruit, il est finalement pris par Ivan III en 1481.

Union de Lublin modifier

La Guerre de Livonie commence en 1558, et le roi Sigismond II de Pologne rend le château et les villages alentour à l'Ordre de Livonie, pour s'assurer de son soutien matériel et militaire. En effet, Dünabourg devient la forteresse principale du grand-duché outre-dvinien (Ducatus Ultradunensis), ou grand-duché de Livonie. Il est cependant détruit en 1577 par les troupes d'Ivan le Terrible. Les ruines servent à construire un nouveau bourg à l'emplacement actuel de Daugavpils avec un petit fort. Dünabourg reçoit les droits de cité des mains du roi de Pologne Étienne Báthory, le .

La ville devient en 1629, après les guerres polono-suédoises et les pertes de territoires qui s'ensuivent en Livonie pour les Polonais, au profit des Suédois, le siège principal du petit voïvodat de Livonie. La ville de Dünabourg et ses environs sont pris par le tsar Alexis Romanov en 1659, pendant la première guerre du Nord contre la Suède et ses alliés, qui menacent le nord et l'ouest de la Russie. Elle est rebaptisée Borissoglebsk (ville des saints Boris et Gleb). La ville est reprise par les Polonais en 1667.

Empire russe modifier

 
Place du marché de Dvinsk en 1910, avant la démolition en 1969 de la cathédrale orthodoxe Saint-Alexandre-Nevski

Dünabourg entre dans le territoire de l'Empire russe, lors du premier partage de la Pologne en 1772, selon l'accord entre les puissances. Elle entre d'un point de vue administratif dans le gouvernement de Pskov et en 1802 devient le chef-lieu de l'ouiezd de Dünabourg, faisant partie du gouvernement de Vitebsk. On construit entre 1810 et 1833 une nouvelle forteresse moderne[3], avec une interruption pendant l'invasion de la Grande Armée napoléonienne, cette forteresse joue un rôle important pendant cette guerre de 1812 et la Retraite de Russie. Une fontaine de l'Arsenal commémore la victoire sur la France.

Le bourg est modernisé en 1826, date de la construction des nouveaux quartiers, et la vieille ville démolie.

Dünabourg prend le nom russe de Dvinsk par oukaze du .

Au XIXe siècle, la ville est un nœud de communication important. Le chemin de fer joint la ville à Riga (1861), Saint-Pétersbourg (1860), Varsovie (1862), Vitebsk (1866) ou encore Oriol. Le fameux Nord-Express s'y arrête. Le fleuve permet les échanges et une route Saint-Pétersbourg - Varsovie est construite.

Dvinsk compte 112 837 habitants en 1914, devenant ainsi la ville la plus importante du gouvernement de Vitebsk d'un point de vue démographique et industriel.

De 1915 à 1920 modifier

La plupart des usines sont évacuées plus à l'intérieur de la Russie au début de la Première Guerre mondiale et le front s'approche de Dvinsk à l'automne 1915, les Allemands sont à Novoalexandrovsk (aujourd'hui Zarasai) le . Des combats importants ont lieu sur les hauteurs de la Dvina. Les Russes comparent Dvinsk à Verdun, car la guerre de position s'amorce, la ville étant située sur la route de Petrograd (ex-Saint-Pétersbourg). Dvinsk est bombardée et évacuée de ses industries et administrations. Cinq armées russes commandées par le général Plehve (1850-1916) et le général Gourko (1864-1937) sont positionnées autour de la ville. Les combats sont extrêmement rudes à l'hiver 1916-1917, mais des amorces de fraternisation commencent après la révolution de février et à l'automne 1917 l'influence des bolchéviques renforce le pacifisme des troupes.

Le décret de paix signé par Lénine le 8 (26) provoque un cessez-le-feu[réf. nécessaire]. Une délégation de plénipotentiaires du soviet des commissaires du peuple en provenance de Petrograd pour Brest-Litovsk traverse Dvinsk en novembre pour mener les pourparlers de paix avec l'Allemagne. L'ouïezd de Dvinsk, qui fait partie du gouvernement de Vitebsk depuis 1802, entre le par décision du soviet de la Russie bolchévique, dans le territoire du Comité exécutif du Soviet des ouvriers, des soldats et des sans-terre de Lettonie, dit Iskolats (1917-1918), alors qu'une minorité infime de Lettons y vivent. Mais son territoire évacué par l'armée allemande est pris par des divisions lettones bolchéviques. Les Allemands reprennent les territoires le , mettant fin à l'Iskolats. La chute de l'Empire allemand et la révolution spartakiste modifient la situation : les Allemands évacuent sans combat. Les Bolchéviques peuvent reprendre la région sans coup férir. L'Armée rouge fait son entrée dans Dvinsk, le qui intègre la République soviétique socialiste de Lettonie le . Le président en est un certain temps Pēteris Stučka.

Puis, les Polonais interviennent. L'armée polonaise du général Rydz-Smigly occupe Dvinsk le . Le traité de Riga fait entrer Dvinsk, qui devient Daugavpils, dans la nouvelle république de Lettonie indépendante.

De 1920 à 1939 modifier

De 1939 à 1945 modifier

Les Allemands prennent la ville par un raid du 56e corps blindé (LVI. Armee-Korps (mot.), en allemand) du général von Manstein le , alors que l'Armée rouge se concentre sur le 41e corps blindé (XLI. Armee Korps (mot.), en allemand) plus à l'ouest.

Les Juifs sont dans un premier temps enfermés dans le Ghetto de Daugavpils avant d'être massacrés dans les bois aux alentours. Le nombre de victimes juives est estimé entre 13 000 à 16 000[4] ; c'est une phase importante de la Shoah en Lettonie.

La forteresse est le siège du Stalag 340. La ville est occupée jusqu'en 1944.

De 1945 à 1990 modifier

En 1953, Grīva, la ville voisine se situant sur la rive gauche de la Laucesa (lv), est administrativement attachée à Daugavpils.

Géographie modifier

Climat modifier

Normales et records pour la période 1981-2010 à Daugavpils
Mois jan. fév. mars avril mai juin jui. août sep. oct. nov. déc. année
Température minimale moyenne (°C) −7,3 −8,4 −4,9 0,7 6,4 9,9 11,7 11,2 6,9 3,1 −1,3 −5,8 1,9
Température moyenne (°C) −4,4 −4,9 −0,5 6,4 12,3 15,3 17,7 16,4 11,3 6,3 0,7 −3,2 6,1
Température maximale moyenne (°C) −2,1 −1,7 3,6 12,2 18 20,8 23,4 22 16,5 9,8 2,9 −1,2 10,4
Record de froid (°C)
date du record
−37,2
1970
−37,2
1956
−30
1960
−18,9
1963
−6,1
1965
−1,1
1962
2,9
2009
−1,5
1984
−5
1956
−15
1956
−23,9
1998
−39
1978
−39
1978
Record de chaleur (°C)
date du record
10,2
2007
13,1
1990
18,4
1990
26,5
1996
30,2
1983
32,2
1964
34
2006
33,5
1992
31,3
1992
23,9
1966
16,1
1968
10,6
2006
34
2006
Ensoleillement (h) 34 61 123 170 250 259 255 226 151 90 33 22 1 674
Précipitations (mm) 45 35 38 33 54 82 73 75 63 55 56 49 656
Record de pluie en 24 h (mm)
date du record
16
1995
23
1975
18
1979
99
1994
72
2005
102
1993
55
1973
52
1979
55
1955
28
1978
29
2006
20
1996
102
1993
Nombre de jours avec précipitations 8 7 10 12 17 17 16 16 14 18 17 11 163
Humidité relative (%) 87 86 79 67 70 73 74 78 82 87 91 90 80
Nombre de jours avec neige 19 19 13 3 0,4 0 0 0 0,1 3 10 19 87
Nombre de jours d'orage 0 0 0,1 0,4 3 5 7 4 1 0 0 0 21
Nombre de jours avec brouillard 0,4 1 2 1 1 1 1 1 3 3 3 2 19
Source : КЛИМАТ ДАУГАВПИЛСА[5]NOAA (Ensoleillement)[6]
Diagramme climatique
JFMAMJJASOND
 
 
 
−2,1
−7,3
45
 
 
 
−1,7
−8,4
35
 
 
 
3,6
−4,9
38
 
 
 
12,2
0,7
33
 
 
 
18
6,4
54
 
 
 
20,8
9,9
82
 
 
 
23,4
11,7
73
 
 
 
22
11,2
75
 
 
 
16,5
6,9
63
 
 
 
9,8
3,1
55
 
 
 
2,9
−1,3
56
 
 
 
−1,2
−5,8
49
Moyennes : • Temp. maxi et mini °C • Précipitation mm

Population modifier

Évolution démographique modifier

 
Évolution démographique de la ville de Daugavpils entre 1772 et 2008
Évolution démographique de Daugavpils
1784 1825 1860 1897 1913 1914 1920
3 5732 88513 00069 675112 848112 83731 500
1925 1930 1935 1938 1940 1943 1944
40 64043 22645 16040 07151 30028 57914 832
1945 1946 1950 1955 1956 1959 1960
29 60022 58750 80058 60058 50065 45967 500
1966 1970 1975 1979 1989 1995 2000
88 900100 400110 300115 600129 000120 000115 265
2003 2007 2009 2010 2011 2012 2013
112 132108 091104 857103 754102 496101 05798 922
2017 2018 2019 2020 2021 2022 -
95 46792 77691 51591 40790 52088 650-
Source[7]:

Composition ethnique modifier

Composition ethnique de la population de Daugavpils en 2009 et 2022[8].
Ethnie 2009 2022 Diagramme
Pourcentage Population Pourcentage Population
Russes 52,8% 55 320 47.8% 37 809
 

Groupes ethniques en 2022

  • Russes (47,8 %)
  • Lettons (20,9 %)
  • Polonais (12,9 %)
  • Biélorusses (7,3 %)
  • Ukrainiens (1,9 %)
  • Lituaniens (0,9 %)
  • Autres (8,2 %)
Lettons 17,6% 18 411 20,9% 16 559
Polonais 14,6% 15 327 12,9% 10 226
Biélorusses 7,8% 8 206 7.3% 5 793
Ukrainiens 2,1% 2 253 1.9% 1 527
Lituaniens 1,0% 1 005 0.9% 686
Autres 4,1% 4 335 8.2% 6 480
Total 100% 104 857 100% 79 117

Transports modifier

Transports locaux modifier

 
Rame 71-631 sur la ligne 1.

Le réseau de tramways, comporte quatre lignes et s'étend sur une longueur de 27 km, de voies larges (1 524 mm). Il est géré par l'une des trois sociétés de tramway de Lettonie, avec Riga et Liepāja. Les bus urbains complètent le réseau de transport local.

Réseau routier modifier

Daugavpils est située sur les « routes nationales principales », c'est-à-dire les routes nationales de première catégorie :

Daugavpils est desservie par les routes régionales :

  •   Courte liaison au nord-est de la ville, relie l'A13 et l'A6 (Stropi – Krauja)
  •   Périphérique au sud-est de la ville (Taboré – Laucese)
  •   en direction ouest jusqu'à l'A6 à proximité de Tilti, elle suit l’ancien tracé de la route de Riga.
  •   depuis le pont de la ville sur la Düna (A13) en direction du sud-est, jusqu'à la Frontière entre la Biélorussie et la Lettonie à Silene.

Deux ponts routiers traversent la Düna : dans le centre-ville, l'A13 et à la limite ouest de la ville, un pont routier et ferroviaire commun (A14). Les ponts les plus proches enjambant la rivière se trouvent à 80 km en aval à Jēkabpils et à 50 km en amont à Krāslava.

Transport ferroviaire modifier

 
Gare de Daugavpils.

La gare de Daugavpils est située à l'intersection de deux lignes européennes. Le chemin de fer Saint-Pétersbourg-Varsovie, inauguré en 1862, s'étend du nord au sud et va, entre autres, via Pskov (Russie) et Rēzekne jusqu'à Daugavpils et plus au sud via Vilnius (Lituanie), Hrodna (Biélorussie) et Białystok (Pologne). Venant du nord-ouest, la ligne de Riga à Daugavpils (lv), en service depuis 1866, passe aussi par la gare de Daugavpils. D'autres itinéraires desservent Panevėžys et Šiauliai en Lituanie et Polotsk/Vitebsk en Biélorussie.

La gare se trouve à la limite nord du centre-ville, dans la rue commerçante Rīgas iela. Elle a été inaugurée en 1861 et, après avoir été détruite pendant la seconde guerre mondiale, elle a été reconstruite en 1953.

Pour le trafic de marchandises, il existe des voies de contournement à l'ouest et au nord de la ville ainsi qu'une grande gare de triage à la limite nord du centre-ville

La ville compte deux ponts ferroviaires, l'un à l'ouest du centre-ville est traversé par le chemin de fer de Varsovie et l'autre sur la rocade ouest des marchandises parallèle à la route nationale A14 à la périphérie ouest de la ville, traversent le Daugava. Le pont faisant partie du chemin de fer de Varsovie a été renforcé en 1932 pour permettre le passage de wagons de marchandises pesant jusqu'à 32 tonnes. Il n'y a que deux autres ponts ferroviaires sur le Daugava dans toute la Lettonie, l'un, le pont ferroviaire de Riga, à la gare de Riga et l'autre à Jēkabpils.

Transport aérien modifier

L'aéroport de Daugavpils (en) n'est pas opérationnel. Depuis 2005, il était prévu de transformer l'ancien aérodrome militaire soviétique de Lociki, à 12 km au nord-est de la ville, en futur aéroport civil. En raison du manque de financement de l’État et de l’UE, en 2021, la municipalité a voté la fin des activités de l'aéroport et le début de la liquidation des actifs.

Le seul aéroport international du pays reste donc l'aéroport de Riga, situé à environ 200 km à l'ouest. Plus proches se trouvent l'aéroport de Vilnius en Lituanie (160 km au sud) et l'aéroport de Polotsk (en) en Biélorussie (160 km à l'est).

Monuments, bâtiments, installations modifier

  • Église Saint-Pierre-aux-Liens
  • Église de l'Immaculée-Conception
  • Cathédrale Saint-Boris-et-Saint-Gleb
  • Église Martin Luther
  • Église de la Nativité de la Mère de Dieu[9] (vieux-croyant)
  • Église Alexander Nevsky
  • Cadran solaire
  • Maison de l'Unité, Vienibas Nams (1937)
  • Maison Lettonie, Latviesu maja
  • Forteresse de Daugavpils (1810-1878)
  • Musée Mark Rothko[10],[11],[12], à la Forteresse,
  • Musée des véhicules militaires, au Manoir Svente
  • Musée régional d'art de Daugavpils (1883)
  • Musée juif de Daugavpils et Latgale, et Synagogue rénovée
  • Musée Shmakovka (alcool local)
  • Centre culturel russe, Maison Russe
  • Centre culturel biélorusse
  • Centre culturel polonais
  • Centre d'art de la poterie de Daugavpils, Mala makslas centrs
  • Théâtre (1856)
  • Académie Internationale Balte
  • Parc Dubrovin (ancien maire)
  • Parc central
  • Jardin public Andrejs Pumpurs (poète), avec la nouvelle chapelle Alexandre Nevski
  • Jardin botanique
  • Zoo de Latgale
  • Centre des chauves-souris de Daugavpils, à la Forteresse

Personnalités modifier

Jumelages modifier

 
Jumelages et partenariats de Daugavpils. 
Jumelages et partenariats de Daugavpils. 
VillePaysPériode
 Alaverdi[13],[14] Arméniedepuis le
 Babrouïsk[13],[14] Biélorussiedepuis le
 Batoumi[13],[15],[14] Géorgiedepuis le
 Braslaw[14] Biélorussie
 Bălți Moldaviedepuis
 district administratif central[13],[14] Russiedepuis le
 Etchmiadzin[14] Arménie
 Ferrare[16] Italiedepuis le
 Haderslev (en)[17] Danemarkdepuis
Harbin[13],[14] Chinedepuis le
 Kharkiv[13],[14] Ukrainedepuis le
 Lida[13],[14] Biélorussiedepuis
 Magdebourg[13],[18],[14] Allemagnedepuis
 Magnitogorsk[14] Russie
 Motala[13],[18],[14] Suèdedepuis le
 Naro-Fominsk[13],[14] Russiedepuis le
 Panevėžys (en) Lituaniedepuis le
 Panevėžys[13],[19],[18],[14] Lituaniedepuis le
 Pskov[13],[14] Russiedepuis le
 Radom[13],[18],[14] Polognedepuis le
 Ramla[13],[14] Israëldepuis le
 Saint-Pétersbourg[20],[14],[21] Russiedepuis le
 Stryï[22] Ukraine
 Visaginas[23] Lituaniedepuis le
 Vitebsk[20],[14] Biélorussiedepuis le

Galerie modifier

Notes et références modifier

  1. «Latvijas iedzīvotāju skaits pašvaldībās pagastu dalījumā»
  2. « L’Encyclopédie/1re édition/DUNEBOURG », sur wikisource.org (consulté le ).
  3. Œuvre du général d'origine allemande Johann Heckel (1764-1832)
  4. Ezergailis, The Holocaust in Latvia, page 275.
  5. « Archived copy » [archive du ] (consulté le )
  6. (en) « Daugavpils Climate Normals 1961–1990 », NOAA (consulté le ).
  7. (lv) « Latvijas iedzīvotāju skaits pašvaldībās », sur pmlp.gov.lv, (consulté le )
  8. (lv) « Iedzīvotāju skaits Latvijas pašvaldībās pēc nacionālā sastāva », (consulté le )
  9. (en) « Old Believers’ Church of Resurrection, Birth of Mother of God and St. Nicholas in Jaunbuve », sur VISITDAUGAVPILS (consulté le ).
  10. (en) « Daugavpils Mark Rothko art centre - », sur Daugavpils Mark Rothko Art Centre (consulté le ).
  11. AFP, « Lettonie : Un musée Mark Rothko ouvre dans sa ville natale », sur rfi.fr, (consulté le ).
  12. (en) « The Mark Rothko Center : Rothko’s Stunning Legacy In Latvia », sur Art Weekenders, (consulté le ).
  13. a b c d e f g h i j k l m et n « https://old.daugavpils.lv/lv/46 »
  14. a b c d e f g h i j k l m n o p q r et s « https://www.daugavpils.lv/en/assets/upload/Daugavpils_majas_lapai_EN_18.pdf »
  15. « https://batumi.ge/ge/?page=show&sec=5 »
  16. « https://www.daugavpils.lv/lv/46 »
  17. « Из истории: 17 лет назад началась дружба с городом-побратимом Хадерслевом » (consulté le )
  18. a b c et d « https://www.daugavpils.lv/pilseta/pilsetas-attistiba/projekti/istenotie-projekti/2014-2020-gada-planosanas-periods/pasvaldibu-sadarbiba-ka-eiropas-solidaritates-kanals-ttchan »
  19. « http://www.panevezys.lt/lt/veiklos-sritys/uzsienio-rysiu-skyrius_1247/tarptautinis-bendradarbiavimas-220/miestai-partneriai.html »
  20. a et b « https://old.daugavpils.lv/en/46 »
  21. « https://kvs.gov.spb.ru/en/agreements/ »
  22. « https://stryi-rada.gov.ua/mista-pobratymy/ »
  23. « https://www.visaginas.lt/index.php/savivaldybe/tarptautinis-bendradarbiavimas/23 »

Voir aussi modifier

Sur les autres projets Wikimedia :

Articles connexes modifier

Liens externes modifier