Ouvrir le menu principal

Juninho (football, 1975)

footballeur brésilien (né en 1975)
(Redirigé depuis Juninho Pernambucano)
Page d'aide sur l'homonymie Pour les articles homonymes, voir Juninho.

Juninho
Image illustrative de l’article Juninho (football, 1975)
Juninho en 2005.
Situation actuelle
Équipe Drapeau : France Olympique lyonnais
(directeur sportif)
Biographie
Nom Antônio Augusto Ribeiro Reis Junior
Nationalité Drapeau : Brésil Brésilien
Drapeau : France Français
Nat. sportive Drapeau : Brésil Brésilien
Naissance (44 ans)
Lieu Recife (Brésil)
Taille 1,79 m (5 10)
Période pro. 1992 - 2014
Poste Milieu offensif
Pied fort Droit
Parcours professionnel1
SaisonsClub 0M.0(B.)
1992-1995Drapeau : Brésil Sport Recife 089 0(27)[1]
1995-2001Drapeau : Brésil Vasco da Gama265 0(54)
2001-2009Drapeau : France Olympique lyonnais 344 (100)
2009-2011Drapeau : Qatar Al-Gharafa SC 065 0(25)
2011-2012Drapeau : Brésil Vasco da Gama 075 0(18)
2012-2013Drapeau : États-Unis New York Red Bulls 015 00(0)
2013-2014Drapeau : Brésil Vasco da Gama 022 00(2)
1992-2014 Total 846 (226)
Sélections en équipe nationale2
AnnéesÉquipe 0M.0(B.)
1999-2006Drapeau : Brésil Brésil040 00(6)
1 Compétitions officielles nationales et internationales.
2 Matchs officiels.
Dernière mise à jour : 18 mai 2019

Juninho Pernambucano, de son véritable nom Antônio Augusto Ribeiro Reis Junior, né le à Recife, est un footballeur international brésilien possédant également la nationalité française. Il occupe aujourd'hui le poste de directeur sportif à l'Olympique lyonnais.

Pendant sa carrière de joueur, il est notamment deux fois champion du Brésil et sept fois champion de France avec l'Olympique lyonnais, pour lequel il inscrit cent buts. Il est notamment connu pour son talent de tireur de coup franc, de loin comme de près : il est considéré comme l'un des plus grands spécialistes de ce geste dans l'histoire du football[2]. Il est notamment le joueur qui en a inscrit le plus (75) devant Pelé (70) ou David Beckham (65)[3]. Il est également considéré comme le meilleur joueur de l'histoire de l'Olympique lyonnais[4] et l'un des meilleurs joueurs à avoir évolué dans le championnat de France[5].

BiographieModifier

Carrière de joueurModifier

Formation et débuts à Sport RecifeModifier

Dans le quartier de Graças, Antônio Augusto Ribeiro Reis Junior grandit balle au pied[6]. Il s'exerce d'abord au futsal (football en salle), très populaire au Brésil.

Il commence dans le club de l'Ilha do Retiro en 1993. Le petit technicien impressionne d'aisance et rejoint le Sport Recife, le grand club de l'État de Pernambouc (dont il tire son nom)[6].

Très rapidement il s'impose, malgré ses 19 ans, au sein de l'effectif du club brésilien dont l'emblème est un lion.

Vasco de Gama (1995-2001)Modifier

Observé par de nombreux clubs brésiliens de São Paulo et Rio de Janeiro, le Vasco de Gama le sort de l’anonymat du Pernambouc en le recrutant en 1995. Ce club basé à Rio de Janeiro offre une médiatisation incomparable à ce travailleur qui, à défaut d’être un jeune prodige, franchit tranquillement les paliers qui mènent au très haut niveau.

Il passe un temps énorme à travailler ses coups francs lors des entraînements et commence à être redouté partout au Brésil et en Amérique du Sud.

Le 7 septembre 1999, Juninho est devenu le premier footballeur ayant joué deux matchs professionnels le même jour dans deux pays différents : il est entré au dernier quart d'heure avec le Brésil lors d'un match amical contre l'Argentine (gagné 4-2 par le Brésil) à Porto Alegre au Brésil. Ensuite, il s'est rendu par avion à Montevideo (en Uruguay), et est entré à la seconde période dans un match de la Copa Mercosur avec son club Vasco da Gama contre Club Nacional de Football[7].

Juninho dispute 110 rencontres avec le CR Vasco da Gama et marque 24 buts. Il remporte le championnat du Brésil à deux reprises en 1997 et 2000 et la Copa Libertadores, équivalent sud-américain de la Ligue des champions, avec cette même équipe composée entre autres de Romario, Edmundo, Pedrinho ou encore Juninho Paulista.

C'est avec Vasco qu'il sera pour la première fois sélectionné avec le Brésil.

Olympique lyonnais (2001-2009)Modifier

Lors de l'été 2001, il signe à l'Olympique lyonnais (OL) après avoir été longuement observé par Marcelo Djian, le recruteur brésilien de l'OL.

Juninho s'impose à l'OL grâce à son jeu de passes, et surtout ses redoutables coups francs (dus à une grande laxité des chevilles). Il est d'ailleurs considéré comme l'un des meilleurs tireurs de « coup de pied arrêté » au monde et des plus imprévisibles, au même titre que David Beckham, Siniša Mihajlović ou Andrea Pirlo. Juninho a marqué 100 buts dont 44 sur coup franc avec l'Olympique lyonnais.

Juninho remporte sept fois le championnat de France avec l'Olympique lyonnais et se voit élu meilleur joueur de l'année 2006 du championnat de France. Il est également désigné, par l’Union Syndicale des Journalistes Sportifs de France (USJSF), comme « sportif de l’année 2006 » et devance Laure Manaudou (natation) et Sébastien Loeb (automobile). Cette distinction lui est attribuée pour ses qualités de footballeur. Le joueur brésilien fait aussi la couverture française du jeu FIFA 2007 avec Ronaldinho, preuve de son statut de star du ballon rond en France.

Juninho joue son 200e match en Ligue 1 le lors de la réception de l'OM à Gerland. À cette occasion, il inscrit un but de la tête.

Pendant la saison 2007-2008, il gagne avec son club trois trophées : le Trophée des champions en juillet 2007, le Championnat de France de L1 et la Coupe de France en mai 2008.

Les chiffres révèlent aussi qu'il est directement ou indirectement impliqué sur 40 % des buts de son équipe depuis son premier match au club (que ce soit dans le jeu ou sur coup franc)[8]. Il était également un joueur à fort tempérament, en témoignent ses 57 cartons jaunes et 4 cartons rouges reçus durant sa période lyonnaise (94 jaunes et 8 rouges dans toute sa carrière).

Le 24 février 2009, lors du match aller à élimination directe en huitième de finale de la Ligue des Champions, « Juni » inscrit, face au FC Barcelone, son 17e but en Ligue des Champions, devenant ainsi le meilleur buteur de l'histoire de l'OL dans cette compétition. Il a été inscrit sur un coup franc très excentré sur le côté gauche, sa frappe directe lobant le gardien Blaugrana Víctor Valdés.

Le 23 mai 2009, pour son dernier match à Gerland et le dernier de sa carrière en Ligue 1, Juninho inscrit le 100e et dernier but de sa carrière lyonnaise contre Caen (victoire 3-1). Il sort en fin de seconde période, sous les acclamations et les chants du Stade Gerland, qui se poursuivent même après la réduction du score par le Stade Malherbe de Caen à 2-1. Juninho reçoit un trophée du président Jean-Michel Aulas à la fin du match pour l'ensemble de son œuvre à Lyon, avec onze titres en huit saisons de présence à l'OL[9]. Les Bad Gones 1987 prononcent un discours et font chanter, pour la dernière fois, le « chant de Juni » au stade de Gerland.

Le 26 mai 2009, en conférence de presse, Jean-Michel Aulas confirme que Juninho va quitter le club le 30 juin, étant libéré de sa dernière année de contrat. Pris d'un léger malaise dû à l'émotion, Juninho quitte la conférence de presse et ne souhaite pas revenir pour évoquer son avenir.

Al Gharrafa Doha (2009-2011)Modifier

Le 18 juillet 2009, « Juni » s'engage pour deux ans en faveur d'Al Gharrafa Doha (Qatar) pour un montant de 2,5 millions d’euros et il touche un salaire de 3 M€ hors primes diverses, pour conclure sa carrière. Après avoir eu des touches avec le Genoa et la Lazio Rome notamment, l’ancien lyonnais a préféré la tranquillité du Golfe Persique ; il y porte le numéro 5.

Ses débuts sont remarquables : « Juni » devient capitaine et continue à inscrire ses célèbres coups francs. En février 2011, il régale les spectateurs du Qatar en inscrivant une magnifique Madjer contre un prétendant au titre.

Le 16 novembre 2009 Juninho fait part de son envie de retourner à Lyon « Je dois bien avouer que Lyon me manque un peu. Depuis deux ou trois mois, je me demande même si je n’aurais pas dû faire une saison de plus. » Mais Jean-Michel Aulas avoue que ca ne sera pas possible « Depuis son départ pour le Qatar à la fin de saison dernière, on mesure encore plus ce qu’il apportait dans le jeu et dans l’équipe, mais il faut faire avec. C’est toujours avec un immense regret que je vois partir les joueurs et Juninho était le plus grand, mais je sais bien que son retour n’est pas possible. Dans la tête de Juninho le haut niveau a de telles exigences qu’il serait difficile pour lui de retrouver l’élite » Mais un retour dans le staff lyonnais est très envisageable pour son après carrière.

Pour sa première année au Qatar, « Juni » remporte le Championnat du Qatar et la Coupe crown prince de Qatar. En mars 2011 il décide de terminer sa carrière dans son club formateur, le Vasco de Gama, et souhaite passer par la suite ses diplômes d'entraineur.

Retour à Rio (2011-2012)Modifier

Soucieux de retrouver son pays, Juninho signe son retour à Vasco de Gama en avril 2011. Il y porte le maillot numéro 8 comme l’était son numéro à Olympique lyonnais. Juninho touche des primes sur objectifs, ainsi que 50 % des contrats publicitaires du club[10]. Pour son premier match sous les couleurs de son nouveau club, il marque le seul but de son équipe face au SC Corinthians d'un coup franc de plus de 34 mètres (défaite 2-1).

Red Bulls New York (2012-2013)Modifier

Le 17 décembre 2012, Juninho rejoint officiellement Thierry Henry aux New York Red Bulls en Major League Soccer.

Le 16 février 2013, Juninho inscrit son premier but avec New York en match amical contre New England.

Le 7 mars 2013, Juninho joue son premier match officiel avec New York en Major League Soccer contre Portland Timbers, le match se termine sur le score de 3-3.

Le 17 avril 2013, alors qu'il ne reste que quelques minutes à jouer dans le match opposant son équipe au Sporting Kansas City, Juninho se précipite pour rendre le ballon à Jimmy Nielsen, le gardien adverse, afin que ce dernier effectue rapidement le 6 mètres. Cependant, Juninho s’énerve puis tire sur le gardien. L'arbitre lui donnera un carton rouge par la suite[11]. Juninho expliquera qu'il a "perdu son sang-froid"[12].

Le 3 juillet, on apprend que Juninho résilie son contrat avec les New York Red Bulls par consentement mutuel.

Retour au Vasco et fin de carrière (2013-2014)Modifier

Le 13 juillet 2013, Juninho décide de rentrer au Vasco de Gama et signe un contrat d'une saison. Pour son retour, il retrouve le numéro 8 et le brassard de capitaine.

Le 21 juillet 2013, Juninho joue son premier match avec Vasco contre Fluminense lors de la 8e journée du Brasileirão. Il y inscrit son premier but et délivre une passe décisive pour André. Vasco remporte le match sur le score de 3 buts à 1.

Le 27 juillet 2013, pour son deuxième match avec Vasco, Juninho ouvre le score sur coup-franc contre Criciúma, le Vasco l'emporte 3-2. Le 1er août, il retrouvera son ancien partenaire lyonnais Cris qui vient de s'engager avec Vasco de Gama.

Le 4 août 2013, Juninho délivre une superbe passe décisive pour son coéquipier André contre le Botafogo, le Vasco s'inclinera 2-3.

Le 15 novembre 2013 Juninho annonce officieusement sa retraite à la suite d'une blessure musculaire qui l'éloignerait des terrains pendant 3-4 mois. Si elle n'est pas encore confirmée à 100% par le joueur, il n'hésite en revanche pas à dire qu'elle est plus qu'envisageable après une carrière pleine, forte notamment de sept titres de champion de France consécutifs avec l'Olympique Lyonnais, où Juninho s'est forgé son nom.

Le 30 janvier 2014, jour de ses 39 ans, son club le Vasco de Gama, annonce officiellement la retraite sportive de Juninho.

Carrière internationaleModifier

Vanderlei Luxemburgo, alors coach de la Seleção, lui offre sa première sélection le en Corée du Sud (défaite 1-0, but de Kim Do-hoon à la 90e)[6].

Sous les ordres de Carlos Alberto Parreira, il remporte la Coupe des confédérations 2005 et participe à la Coupe du monde de football de 2006, marquant un but contre le Japon au premier tour. En quart de finale, à l'issue de la défaite contre la France (0-1), il annonce sa retraite internationale, pour se concentrer sur ses performances avec son club de l'Olympique lyonnais et surtout laisser la place aux jeunes.

Juninho compte 44 sélections pour 7 buts en équipe du Brésil[13]. Son bilan en sélection reste mitigé. En effet, jamais il n'aura été un titulaire à part entière, le milieu de terrain de la Seleção comprenant une pléthore de grands joueurs à son poste tels que Rivaldo, Kaká ou encore Ronaldinho.

Carrière dans le managementModifier

Juninho retrouve l'Olympique lyonnais dès la fin de saison 2018-2019 en tant que directeur sportif du club. Il est accompagné de Sylvinho qui devient le nouvel entraîneur de l'équipe première[14], lequel sera remercié le 7 octobre 2019 en raison des mauvais résultats en Ligue 1 et d'une qualité de jeu s'étant révélée insuffisante.

Style de jeuModifier

 
Les célèbres coup francs de Juninho ont fait s'incliner de grands gardiens comme Oliver Kahn.

Meneur de jeu techniquement habile, Juninho est notamment admiré pour ses coups francs[6],[15].

Juninho est souvent considéré comme le meilleur tireur de coups francs de l'histoire du football, devant des joueurs comme Lionel Messi, Andrea Pirlo, Cristiano Ronaldo, Francesco Totti, Roberto Carlos, Beckham, Nakamura, Mihajlović, Del Piero ou moins récemment Pelé, Maradona, Platini, Rogério Ceni ou Zico[2],[3],[16],[17],[18],[19],[20],[21],[22].

Thierry Henry parle notamment du lyonnais comme « le meilleur tireur de l’histoire, de loin, de très loin »[23],[24].

Une enquête du journal L'Équipe datant de décembre 2006 a montré que 45 % des buts de l'Olympique lyonnais (alors une des meilleures attaques d'Europe) étaient issus — directement ou indirectement — d'un coup de pied arrêté de son meneur de jeu brésilien. L'Olympique lyonnais n'a d'ailleurs jamais perdu en championnat lorsque Juninho a marqué un coup franc.

Les supporters lyonnais du stade de Gerland ont composé une chanson (sur l'air de Live is Life) qu'ils entonnent lorsque Juninho s'apprête à tirer un coup de pied arrêté[25].

Grâce aux dispositions de Juninho, l'Olympique lyonnais n'a jamais perdu lorsque celui-ci a marqué un coup franc[26].

Coups francs marqués avec l'Olympique lyonnaisModifier

Les statistiques de Juninho sur coups de pied arrêtés, avec notamment 44 buts inscrits dans ce domaine sous les couleurs de l'Olympique lyonnais entre 2001 et 2009[26], attestent d'une forte régularité à ce niveau[15],[27] :

Certains de ces coups francs sont plus souvent cités dans la presse :

  • Le coup franc marqué le 5 novembre 2003 au gardien Oliver Kahn du Bayern Munich, alors considéré comme l'un des meilleurs gardiens du monde[28], dans le cadre de la phase de groupes de la Ligue des champions 2003-2004. Il s'agit d'un coup franc aux 35 m désaxé pour la lucarne opposée avec un poteau rentrant[29],[30],[23].
  • Le 3 octobre 2004, dans l'un des derbies les plus marquants entre l'AS Saint-Étienne et l'Olympique lyonnais, il marque un coup-franc au-dessus du mur qui finit dans le petit filet de Jérémy Janot et ouvre le score. Juninho inscrit plus tard un autre but permettant aux siens de l'emporter après avoir été mené 2-1 à quelques minutes de la fin de la rencontre[29],[30].
  • Celui inscrit face au Werder Brême le 23 février 2005 lors des huitièmes de finale de la Ligue des champions 2004-2005, à 35 m, légèrement désaxé pour la lucarne opposée[29],[30],[31].
  • Celui marqué face au Toulouse Football Club en Ligue 1 au printemps 2005 à un peu plus de 30 m après seulement trois minutes de jeu. Revault, le gardien toulousain, encaissant ce soir là même deux coups francs de « Juni » dans le même match, une mésaventure qui arrivera par la suite à Fabien Cool, de l'AJ Auxerre en 2002 et à Lionel Letizi de l'OGC Nice en 2008[29],[30].
  • Celui marqué face au Real Madrid et son gardien iconique Iker Casillas, en septembre 2005 en phase de groupes de la Ligue des champions 2005-2006, est inscrit de 29 m, avoisinant les 126 km/h, et permet aux Lyonnais de remporter leur première victoire face à Madrid[29],[30],[23].
  • Celui marqué face en championnat à l'AC Ajaccio le 4 mars 2006, avec une trajectoire flottante alors qu'il était placé à 41 m[32],[30],[29],[31].
  • Le 17 octobre 2006 sur la pelouse du Dynamo Kiev, il place le ballon dans la lucarne sur coup de pied arrêté, parvenant à donner une trajectoire « suspendue et improbable » au ballon[33], et contribuant ainsi à la victoire 3-0 des siens[29],[30].
  • Le coup franc marqué face au FC Barcelone au Camp Nou, le 27 novembre 2007 lors de la phase de groupes Ligue des champions 2007-2008, alors qu'il était placé à environ 45 m, avec rebond. Juninho inscrit également un penalty plus tard dans la rencontre, signant un doublé et offrant le nul 2-2 à son équipe[34][source insuffisante].
  • Celui marqué face au CS Sedan Ardennes le 7 mai 2008, alors qu'il était placé à 37,2 m. La trajectoire « improbable » du ballon fait qu'il est considéré comme l'un des plus beaux coups francs de Juninho. Seul but du match, il qualifie ainsi l'Olympique lyonnais pour la finale de la Coupe de France 2007-2008[29],[30].
  • Celui marqué face au FC Barcelone le 24 février 2009 lors des huitièmes de finale de la Ligue des champions 2008-2009. Particulièrement excentré, il parvient à mettre le ballon dans le petit filet de Víctor Valdés[29],[23],[31].
  • Son dernier coup franc sous les couleurs lyonnaises, inscrit en 2009 sur la pelouse de l'Olympique de Marseille, où un rebond trompe Steve Mandanda dans les arrêts de jeu et porte le score de la rencontre à 3-1[29],[30].

StatistiquesModifier

Statistiques détailléesModifier

Ce tableau présente les statistiques en carrière de Juninho[35].

Statistiques de Juninho au 26 mars 2016[36]
Saison Club Championnat Coupe nationale Coupe de la Ligue Supercoupe Compétition(s)
continentale(s)
Coupe Intercontinentale
/Coupe du monde des clubs
Ligue régional   Brésil Total
Division M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd C M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd M B Pd
1994   Sport Recife Brasileirão 25 8 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 25 8 0
Sous-total 25 8 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 25 8 0
1995   CR Vasco de Gama Brasileirão 21 3 - - - - - - - - - - - - - - - - - 7 0 - - - - 28 3 0
1996   CR Vasco de Gama Brasileirão 15 7 - - - - - - - - - - CC 3 0 - - - - 27 7 - - - - 45 14 0
1997   CR Vasco de Gama Brasileirão 18 4 - - - - - - - - - - SS 4 1 - - - - 28 2 - - - - 50 7 0
1998   CR Vasco de Gama Brasileirão 18 3 - - - - - - - - - - CL+CM 8 2 - 1 1 0 6 0 - - - - 33 6 0
1999   CR Vasco de Gama Brasileirão 21 2 - - - - - - - - - - CL+CM 6 1 - - - - 31 9 - 4 0 0 62 12 0
2000   CR Vasco de Gama Brasileirão 17 5 - - - - - - - - - - CL+CM 14 2 - 4 0 0 16 5 - 3 0 3 54 12 3
Sous-total 110 24 - - - - - - - - - - - 35 6 - 5 1 0 115 23 - 7 0 3 272 54 3
2001-2002   Olympique lyonnais Division 1 29 5 8 2 0 - 1 0 - - - - C1+C3 4+4 0 2+0 - - - - - - - - - 4 0 0 44 5 10
2002-2003   Olympique lyonnais Ligue 1 31 13 6 1 0 - 1 0 - 1 0 - C1+C3 6+2 0 1+0 - - - - - - 2 0 0 44 13 7
2003-2004   Olympique lyonnais Ligue 1 32 10 9 3 2 - - - - 1 0 - C1 10 5 1 - - - - - - 7 0 0 53 17 10
2004-2005   Olympique lyonnais Ligue 1 32 13 9 2 1 - 1 0 - 1 0 - C1 9 2 5 - - - - - - 10 1 1 55 17 15
2005-2006   Olympique lyonnais Ligue 1 32 9 11 4 1 - - - - - - - C1 8 4 3 - - - - - - 10 5 1 54 19 15
2006-2007   Olympique lyonnais Ligue 1 31 10 6 2 1 - 2 0 - - - - C1 7 1 5 - - - - - - - - - 42 12 11
2007-2008   Olympique lyonnais Ligue 1 32 8 8 4 2 - 2 0 - - - - C1 8 3 0 - - - - - - - - - 46 13 8
2008-2009   Olympique lyonnais Ligue 1 29 7 5 1 0 - 2 0 - - - - C1 7 3 4 - - - - - - - - - 39 10 9
Sous-total 248 75 62 19 7 - 9 0 - 3 0 0 - 65 18 21 - - - - - - 33 6 2 377 106 85
2009-2010   Al-Gharafa SC Q-League 20 6 11 5 3 - - - - 2 0 - AFC 6 0 4 - - - - - - - - - 33 9 15
2010-2011   Al-Gharafa SC Q-League 19 8 7 6 2 - - - - 2 2 - AFC 5 0 3 - - - - - - - - - 32 12 10
Sous-total 39 14 18 11 5 - - - - 4 2 - - 11 0 7 - - - - - - - - - 65 21 25
2011   CR Vasco de Gama Brasileirão 21 4 3 - - - - - - - - - CS 5 1 6 - - - - - - - - - 26 5 9
2012   CR Vasco de Gama Brasileirão 29 7 9 - - - - - - - - - CL 7 2 2 - - - 13 4 - - - - 49 13 11
Sous-total 50 11 12 - - - - - - - - - - 12 3 8 - - - 13 4 - - - - 75 18 20
2013   Red Bulls de New York MLS 13 0 1 2 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 15 0 1
Sous-total 13 0 1 2 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 15 0 1
2013   CR Vasco de Gama Brasileirão 21 2 6 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 22 2 6
Sous-total 21 2 6 1 0 0 - - - - - - - - - - - - - - - - - - - 22 2 6
Total sur la carrière 504 134 99 33 13 0 9 0 0 7 2 - - 130 28 36 5 1 0 128 27 - 40 6 5 856 211 140

En équipe nationaleModifier

Matchs internationauxModifier

Buts internationauxModifier

Liste des buts en sélection de Juninho
00 Date Lieu Compétition Résultat Adversaire Détail Sél.
1er Zentralstadion, Leipzig, Allemagne Premier tour de la Coupe des confédérations 2005 V 3-0   Grèce   81e c.f du pied droit 3-0 28e
2e Estadio Hernando Siles, La Paz, Bolivie Éliminatoires Coupe du monde 2006 N 1-1   Bolivie   25e c.f du pied droit 0-1 33e
3e Stade Al-Nahyan, Abou Dhabi, Émirats arabes unis Match amical V 0-8   Émirats arabes unis   70e c.f du pied droit 0-5 35e
4e   79e de la tête 0-6
5e Stade de Genève, Lancy, Suisse V 4-0   Nouvelle-Zélande   90+3e du pied droit 4-0 37e
6e FIFA WM-Stadion Dortmund, Dortmund, Allemagne Premier tour de la Coupe du monde 2006 V 1-4   Japon   53e du pied droit 1-2 38e
Total 6 buts (5 du pied droit et 1 de la tête), dont 3 coups francs, en 40 sélections entre le 28 mars 1999 et le 1er juillet 2006.

PalmarèsModifier

Palmarès collectif de Juninho Pernambucano (33 titres)
  Sport Club do Recife (1)   CR Vasco da Gama (12)   Olympique lyonnais (15)   Al Gharrafa Doha (3)   Équipe du Brésil (2)

Records et distinctions personnellesModifier

Autour des terrainsModifier

Vie privéeModifier

 
Chaussures de Juninho à l'OL avec les prénoms de ses filles inscrits dessus (OL Le musée).

À sa naissance, il est baptisé du même nom que son père, Antônio Augusto Ribeiro Reis. Pour le différencier de celui-ci, il a très rapidement porté le surnom de Juninho que l'on donne aux personnes ayant « Junior » dans leur nom.

Pernambucano est le gentilé des habitants de l'État où il a grandi, le Pernambouc, situé dans une des régions les plus pauvres du Brésil, le Nordeste bien qu'il soit de bonne famille, ce qui est plutôt rare dans le monde du football. Il est le cadet de cinq enfants.

Juninho est aujourd'hui marié à Renata et père de trois filles, Giovanna, Maria-Clara et Rafaëla (), les deux dernières étant nées à Lyon. Avec humour, il a annoncé à chacune des trois naissances qu'elles seront les futures stars de l'équipe féminine de l'Olympique lyonnais. Le 17 août 2007, il obtient la nationalité française[38].

Une chanson pour JuninhoModifier

Lors de sa victoire en Copa Libertadores, il marque en demi-finale un coup franc somptueux face à River Plate en Argentine, dans le fameux stade Monumental, qualificatif pour son équipe.

Ce but lui a valu une chanson de la part des supporters de Vasco :

« Vou torcer pro Vasco ser campeão
São Januário, meu caldeirão ! (Bis)
Vasco sua glória é sua história
É relembrar o Expresso da Vitória !
Contra o River Plate sensacional
Gol do Juninho, Monumental!
Ole ole ole ola
Ole ole ole ola
Eu sou vascaíno, e este sentimento não pode parar!»

« Je vais soutenir pour que Vasco soit Champion
São januário (stade de Vasco), mon Chaudron
Vasco ta gloire est ton histoire
On se souvient de l'Express de la victoire !
Contre le River Plate c'était sensationnel
But de Juninho au Monumental ! » (le Monumental est le stade de River Plate)

Il est nommé « ballon d'argent brésilien » à son poste en 2000.

Le stade « Juninho »Modifier

Anciennement appelé "Stade Eugénie", le stade du petit club de l'AS Montchat se nomme « stade Juninho » depuis le 15 mai 2009[39]. Fort de 840 licenciés, ce club de quartier a organisé un vote interne d'où le nom du capitaine brésilien de l'OL est ressorti avec une très large majorité devant celui de Sidney Govou.

L'enceinte est située 10 rue Coignet, dans le 3e arrondissement de Lyon.

Dans les médiasModifier

Il est consultant sur la chaîne O Globo entre 2014 et 2018[40]. En octobre 2018, Juninho revient sur sa rupture de contrat avec la chaîne dans une interview à El País, où il dit avoir été victime d’une censure de la chaîne pour avoir remis en question le travail de la presse, notamment des journalistes suiveurs (ignorance, analyses biaisées, nutrition, psychologie du footballeur)[40]. Juninho déclare également avoir été menacé de mort[41]. Il pointe aussi du doigt le racisme omniprésent dans le monde du football brésilien[41].

PolitiqueModifier

En 2018, dans une interview accordée à El País au moment de la montée dans les sondages du candidat d’extrême droite Jair Bolsonaro, Juninho fait part de ses opinions politiques qu’il explique avoir développées lors de son passage en France notamment. Il y dit : « Ce qui m’a surtout frappé pour la politique, c’est le côté humain des Français. Je pensais que le Brésilien était solidaire. Mais c’est un mensonge. Le Français est solidaire pour de vrai ! Il y a les extrémistes, la partie qui méprise les musulmans, la partie raciste. Mais la majorité du peuple français a une humanité très développée »[40]. Il défend aussi l'ancien président brésilien Lula et critique Jair Bolsonaro[41].

Notes et référencesModifier

  1. Fiche de Juninho
  2. a et b (en) Alex Richards, « Ranking the 16 Greatest Free-Kick Takers of All Time », sur Bleacher Report (consulté le 7 juin 2019)
  3. a et b « Qui sont les meilleurs tireurs de coup-francs ? », sur Transfert Foot Mercato, (consulté le 7 juin 2019)
  4. « Juninho, le Roi Lyon », sur SOFOOT.com (consulté le 10 août 2017)
  5. « Notre Top 100 des joueurs de Ligue 1 du 21e siècle : l'évidence Juninho (1er) », Eurosport,‎ (lire en ligne, consulté le 10 août 2017)
  6. a b c et d Nicolas Gettliffe & Eric Renard, « Star : Juninho, », Onze Mondial, no 196,‎ , p. 26 à 29 (ISSN 0995-6921)
  7. (ro) Mingea care pluteşte
  8. http://www.francefootball.fr/FF/breves2008/20081106_121107_ff-fr-lance-le-debat_Dev.html
  9. l'hommage de Gerland à Juninho sur rtlinfo.be
  10. A Vasco, Juninho sera au SMIC !' - Le 10 Sport, 28 avril 2011
  11. « Juninho craque et prend un carton rouge ! », sur Dailymotion
  12. « FOOT - MLS - New York : Juninho craque et s'explique », sur l'équipe.fr
  13. (en) Brazil - Record International Players sur RSSSF
  14. « Cinq choses à retenir de la conférence de presse de Juninho et Sylvinho à l'OL », Lequipe,‎ (lire en ligne, consulté le 28 mai 2019)
  15. a et b « Victimes de Juninho », sur Football 365, (consulté le 7 juin 2019)
  16. « Les 15 meilleurs tireurs de coups francs de l’histoire », sur Oh My Goal (consulté le 7 juin 2019)
  17. « Les 10 meilleurs tireurs de coups francs de l'histoire », sur Les 10 Meilleurs, (consulté le 7 juin 2019)
  18. « Les 10 meilleurs buteurs sur coups francs de l'Histoire du football », sur 90min.com, (consulté le 7 juin 2019)
  19. Natural Evolution, « LES 5 MEILLEURS TIREURS DE COUP FRANC DE L'HISTOIRE ! », (consulté le 7 juin 2019)
  20. « Qui est le meilleur tireur de coups-francs de l'histoire ? », sur Onze Mondial, (consulté le 7 juin 2019)
  21. « Top 10 Free Kick Takers Of All Time », sur www.foottheball.com (consulté le 7 juin 2019)
  22. (en) « The 20 Greatest Free Kick Takers of All Time », sur 90min.com, (consulté le 7 juin 2019)
  23. a b c et d Justin Teste, « OL – Anciens : Juninho 44 ans pour 44 coups francs », sur Olympique & Lyonnais, (consulté le 29 mai 2019)
  24. LMF, « Thierry Henry révèle qui est le meilleur tireur de coup-franc selon lui », sur Toute l'actu du football sur LaMinuteFootball.com (consulté le 29 mai 2019)
  25. Chants du stade, sur espace-ol.com (écoutez le titre "Chant de Juninho (lalala)")
  26. a et b « Juninho... ses chiffres lyonnais », sur www.OL.fr (consulté le 7 juin 2019)
  27. « Les 75 coups francs de Juninho de 1994 à 2012 - Vidéo dailymotion », sur Dailymotion (consulté le 7 juin 2019)
  28. « Les 10 meilleurs gardiens de l'histoire du foot », sur Oh My Goal (consulté le 11 juin 2019)
  29. a b c d e f g h i et j David HERNANDEZ, « Juninho a 44 ans, Top 10 de ses plus beaux coup-francs avec l'OL », sur Orange Sports, (consulté le 7 juin 2019)
  30. a b c d e f g h et i « TOP 10 : COUPS FRANCS DE JUNINHO », sur sofoot.com, SO FOOT
  31. a b et c « Les meilleurs coups francs de Juninho avec l'Olympique Lyonnais », sur Oh My Goal (consulté le 7 juin 2019)
  32. Guillaume, « Le coup franc de légende de Juninho Pernambucano contre Ajaccio », sur La Sueur, (consulté le 7 juin 2019)
  33. RMC SPORT, « OL: Mon Juninho à moi », sur RMC SPORT (consulté le 8 juin 2019)
  34. « Ligue des champions : Lyon-Barça, comme on se retrouve... », sur France Football (consulté le 7 juin 2019)
  35. (en) « Juninho », sur enbsports.blogspot.fr (consulté le 26 mars 2016)
  36. « Fiche de Juninho », sur footballdatabase.eu
  37. « Joueur étranger de l'année du championnat de France », sur http://www.football-the-story.com/
  38. « Dérogation accordée pour Lyon » sur le site internet de L'Équipe,
  39. « Juninho inaugure son stade | », Lyon Capitale,‎ (lire en ligne, consulté le 25 octobre 2018)
  40. a b et c Adrien, « Juninho Pernambucano : « J’ai été censuré en direct à la télévision. Aucun journaliste ne m’a défendu ». », sur demivolee.com, (consulté le 11 octobre 2018).
  41. a b et c Farid Achache, « Brésil: Juninho Pernambucano, ex-footballeur et rare opposant à Bolsonaro », sur rfi.fr, (consulté le 11 octobre 2018).

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :