Jordan King

pilote automobile britannique
Jordan King
Description de cette image, également commentée ci-après
Jordan King en 2019.
Biographie
Date de naissance (27 ans)
Lieu de naissance Warwick (Angleterre)
Nationalité Drapeau de Grande-Bretagne Britannique
Site web jordanking42.com
Carrière
Années d'activité Depuis 2010
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
Drapeau : Royaume-Uni Team LNT
Statistiques
Numéro permanent 5

Jordan King, né le à Warwick, est un pilote automobile britannique qui participe en 2020 au championnat du monde d'endurance avec le Team LNT.

BiographieModifier

Débuts en monoplace (2010)Modifier

Jordan King fait ses débuts en monoplace en 2010, en Formule Palmer Audi. Il ne dispute que les quatre dernières courses de la saison, toutes à Silverstone. Il s'élance en pole position dès sa première course mais n'est pas classé. Il abandonne deux autres fois mais monte tout de même sur le podium lors de la course 3, et se classe 23e du championnat grâce à ses 20 points.

En novembre, il prend part au Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault, plus précisément à la Formula Renault UK Winter Series, qui comporte trois manches de deux courses chacune. King termine à la 15e place avec l'écurie Manor MP Motorsport.

Divers championnats et premiers succès (2011-2012)Modifier

En 2011, le jeune King retrouve Manor MP Motosport, toujours dans le championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault. En vingt courses, rallie l'arrivée à dix-huit reprises et obtient un podium, pour terminer 8e du championnat. Il participe également à trois manches du championnat de Formule 2, auquel il termine 14e avec une 5e place au Nürburgring comme meilleur résultat. Il décroche par ailleurs son premier titre en monoplace la même année, en remportant le MRF Challenge Formula 1600.

Début 2012, il s'exile en Nouvelle-Zélande pour participer au championnat des Toyota Racing Series. Avec une victoire et quatre podiums, il termine 5e du championnat, dans lequel on retrouve par exemple Nathanaël Berthon ou Raffaele Marciello. La même année, il rejoint la Formula Renault 2.0 Northern European Cup, toujours avec Manor MP Motorsport. Même s'il n'obtient qu'une seule victoire, à Zandvoort, monte neuf fois sur le podium et signe un meilleur tour en course. Il se classe 2e du championnat, derrière Jake Dennis. On le retrouve également en Eurocup Formula Renault 2.0.

La Formule 3 (2013-2014)Modifier

 
Jordan King en F3 Europe en 2014 sur le Hockenheimring.

En sport automobile, continuant sur sa lancée, Jordan King se dirige vers le championnat d'Europe de Formule 3 avec Carlin Motorsport. Il finit 6e du championnat avec deux podiums, et une grande régularité dans ses résultats. Toujours en 2013 et toujours avec Carlin, il est sacré champion de Formule 3 britannique après avoir dominé la saison, et en terminant 41 points devant son dauphin Antonio Giovinazzi[1].

En 2014, il prend de nouveau part au championnat d'Europe de Formule 3, encore avec Carlin. Avec six podiums mais aucun succès, il se classe 7e d'un championnat dominé par Esteban Ocon, Tom Blomqvist et Max Verstappen.

Le GP2 Series, pilote de développement chez Manor (2015-2017)Modifier

 
Jordan King (à gauche) sur le podium à Spa-Francorchamps en 2015.

En 2015, il s'engage en GP2 Series avec Racing Engineering et devient dans le même temps pilote de développement de Manor Marussia F1 Team, l'écurie appartenant depuis peu à son père Justin King[2],[3]. Son équipier est l'Américain Alexander Rossi, qui n'est d'autre que le troisième pilote de l'écurie de Manor Marussia, et qui se montre rapide en GP2 Series. Si Rossi termine vice-champion avec trois victoires, King, de son côté, ne termine qu'à la 12e place du championnat, avec comme meilleur résultat une 2e place obtenue sur le circuit de Spa-Francorchamps.

Il poursuit sa carrière en GP2 Series en 2016, toujours avec Racing Engineering, et se montre rapidement plus à l'aise, puisqu'il monte sur le podium dès la course sprint de Barcelone. Grâce au système la grille inversée, il remporte consécutivement les courses sprint à Spielberg et à domicile, à Silverstone, où il résiste à Luca Ghiotto malgré la pluie[4]. Il confirme sa bonne forme avec d'autres podiums en Hongrie et à Spa-Francorchamps et termine 7e du championnat avec 122 points.

 
Jordan King à Monza en 2017.

Le , à l'occasion de la première séance d'essais libres du Grand Prix des États-Unis, Jordan King fait ses débuts officiels en Formule 1 en roulant pour Manor[5], ainsi qu'à Yas Marina pour la dernière course de la saison.

Alors qu'il aurait pu débuter en tant que titulaire en Formule 1 avec Manor en 2017[6], celle-ci cesse ses activités en janvier à cause de problèmes financiers[7]. Jordan King choisit de continuer en Formule 2 (qui succède au GP2) et signe chez MP Motorsport[8]. Il se montre très régulier en première moitié de saison, en marquant beaucoup de points, mais chute dans le classement à partir de la mi-saison. Son meilleur résultat est une 4e place obtenue dès la première course à Bahreïn et il se classe 11e du championnat.

Passage en IndyCar (2018-2019)Modifier

Pour la saison 2018, Jordan King quitte la Formule 2 et rejoint Ed Carpenter Racing en IndyCar Series pour participer aux Grands Prix routiers, c'est-à-dire, à onze des dix-sept courses du calendrier[9]. Son meilleur résultat est une 11e place obtenue à Toronto et il se classe 22e au championnat.

En 2019, il se classe 24e pour sa première participation aux 500 miles d'Indianapolis, avec Rahal Letterman Lanigan Racing. Il s'agit de sa seule apparition de l'année en IndyCar.

Retour en Formule 2 et en endurance (depuis 2019)Modifier

En 2019, Jordan King effectue son retour en Europe et retrouve son ancienne écurie MP Motorsport en Formule 2[10]. Il obtient son premier podium de l'année à Bakou, avec une troisième place. Il inscrit régulièrement des points et monte une deuxième fois sur le podium à Monza. Il termine finalement 9e du championnat.

Avec le Jackie Chan DC Racing, Jordan King remporte également les 1000 Miles de Sebring 2019 dans la catégorie LMP2, avec Will Stevens et David Heinemeier Hansson. Il participe également pour la première fois de sa carrière aux 24 Heures du Mans mais la voiture ne voit pas l'arrivée à cause d'un problème de boîte de vitesses.

En 2020, il participe à deux courses avec le Team LNT.

CarrièreModifier

Résultats en monoplaceModifier

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points Classement
2010 Formule Palmer Audi   MotorSport Vision 4 0 1 0 1 20 23e
Formula Renault UK Winter Series   Manor Competition 6 0 0 0 0 43 15e
2011 Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault   Manor Competition 20 0 1 1 1 265 8e
MRF Challenge Formula 1600   Team Sidvin 8 4 1 6 6 45 Champion
Formule 2   MotorSport Vision 6 0 0 0 0 17 14e
2012 Formula Renault 2.0 NEC   Manor MP Motorsport 20 1 0 2 9 316 2e
Eurocup Formula Renault 2.0 14 0 0 0 1 31 13e
Toyota Racing Series   M2 Competition 14 1 1 1 4 591 5e
2013 Championnat d'Europe de Formule 3   Carlin 30 0 0 1 2 176 6e
Formule 3 britannique 12 3 2 2 8 176 Champion
2014 Championnat d'Europe de Formule 3   Carlin 32 0 0 0 7 217 7e
2015 GP2 Series   Racing Engineering 21 0 0 1 1 60 12e
2016 GP2 Series 22 2 0 1 5 122 7e
Formule 1   Manor Racing Pilote essayeur
2017 Formule 2   MP Motorsport 22 0 0 0 0 62 11e
2018 IndyCar Series   Ed Carpenter Racing 11 0 0 0 0 175 22e
2019 Formule 2   MP Motorsport 20 0 0 2 2 79 9e

Résultats aux 24 Heures du MansModifier

Tableau synthétique des résultats de Jordan King aux 24 Heures du Mans[11]
Année Équipe no  Châssis Moteur Pneus Catégorie Équipiers Tours Résultat
2019   Jackie Chan DC Racing 37 Oreca 07 Gibson GK428 4,2 l V8 Dunlop LMP2   David Heinemeier Hansson
  Ricky Taylor
199 Abandon

Résultats aux 500 miles d'IndianapolisModifier

Année Châssis Moteur Départ Arrivée Équipe
2019 Dallara Honda 26 24 Rahal Letterman Lanigan Racing

Notes et référencesModifier

  1. (en) Marcus Simmons, « Nurburgring British F3: Jordan King fends off Will Buller in finale », sur autosport.com, (consulté le 11 mars 2015)
  2. (en) « Jordan King in GP2 graduation with Racing Engineering », sur autosport.com, (consulté le 11 mars 2015)
  3. Olivier Ferret, « F1 - Manor F1 Team confirme Roberto Merhi et Jordan King », sur nextgen-auto.com, (consulté le 11 mars 2015)
  4. « GP2-C2 : Jordan King résiste à Luca Ghiotto », sur autohebdo.fr, (consulté le 13 novembre 2016)
  5. Emmanuel Touzot, « F1 - Trois pilotes pour Manor aujourd’hui à Austin », sur nextgen-auto.com, (consulté le 22 octobre 2016)
  6. Valentin Vilnius, « F1 - King : Manor était mon objectif en 2017 », sur nextgen-auto.com, (consulté le 15 février 2017)
  7. Fabien Gaillard, « Manor n'a pas trouvé de repreneur et doit cesser ses activités », sur motorsport.com, (consulté le 27 janvier 2017)
  8. Benjamin Vinel, « Jordan King signe chez MP pour "une opportunité en or" », sur motorsport.com, (consulté le 14 février 2017)
  9. Benjamin Vinel, « King passe de la F2 à l'IndyCar », sur motorsport.com, (consulté le 4 janvier 2018)
  10. Dorothée Julien, « MP Motorsport signe King et Raghunathan en FIA F2 », sur franceracing.fr, (consulté le 31 mars 2019)
  11. « Palmarès de Jordan King au 24H du Mans », sur les24heures.fr (consulté le 16 juin 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :