Ouvrir le menu principal

Will Stevens

pilote automobile britannique
Will Stevens
Description de cette image, également commentée ci-après
Will Stevens en 2017.
Biographie
Nom complet William Stevens
Date de naissance (28 ans)
Lieu de naissance Rochford, Essex, Angleterre
Nationalité Drapeau : Royaume-Uni Britannique
Site web willstevens.co.uk
Carrière
Années d'activité Depuis 2008
Qualité Pilote automobile
Parcours
AnnéesÉcurie0C.0(V.)
2014 Drapeau : Malaisie Caterham F1 Team 1 (0)
2015 Drapeau : Royaume-Uni Manor Marussia F1 Team 17 (0)
Statistiques
Numéro permanent 28
Nombre de courses 18
Pole positions 0
Meilleurs tours en course 0
Podiums 0
Victoires 0

William Stevens, plus connu sous le nom de Will Stevens, né le à Rochford, est un pilote automobile britannique. Il participe en 2019 au championnat du monde d'endurance au sein de l'écurie Jackie Chan DC Racing, en catégorie LMP2.

Au cours de sa carrière, il a pris part à 18 Grands Prix de Formule 1 avec Caterham et Manor Marussia entre 2014 et 2015.

BiographieModifier

2008-2010 : les débuts en monoplaceModifier

Will Stevens débute en karting en 2003. Après avoir remporté plusieurs titres en Europe, il découvre la monoplace fin 2008 avec Fortec Motorsport. Stevens effectue quelques courses en Formule Renault 2.0, d'abord en Grande-Bretagne puis en Espagne et au Portugal. Son meilleur résultat est une troisième place obtenue à Jerez.

2009 commence en Nouvelle-Zélande, avec trois courses et un podium en Toyota Racing Series. La même année, toujours avec Fortec Motorsport, Will Stevens s'engage dans le championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault. Sa première saison complète s'achève à la septième place du championnat, derrière ses équipiers James Calado et Oliver Webb, avec un podium sur le circuit de Thruxton.

En 2010, il rejoint Manor Motorsport, monte sur sept podiums, remporte deux courses, obtient une pole position et termine quatrième du championnat.

2011 : une saison complète en Formule Renault 2.0Modifier

Après quelques piges sans résultats notables en Eurocup Formula Renault 2.0 en 2009 et 2010 ainsi qu'en Formula Renault 2.0 NEC en 2010, Will Stevens devient titulaire en Eurocup Formula Renault 2.0 en 2011 chez Fortec. Il obtient une victoire à Aragón et finit quatrième du classement.

En parallèle, il participe à quatre courses du championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault, avec deux podiums.

2012-2014 : la Formule Renault 3.5 et les premiers pas en Formule 1Modifier

Will Stevens passe en Formula Renault 3.5 Series en 2012, en signant chez Carlin Motorsport, l'écurie championne en titre[1]. Il rentre dans les points à dix reprises et obtient une troisième place sur le Hungaroring ; il finit douzième du championnat.

En 2013, il passe chez Strakka Racing et, même s'il ne remporte aucune course, obtient cinq podiums et termine quatrième du championnat. Cette même année, il est recruté par Caterham F1 Team pour intégrer l'académie de pilotes de l'écurie malaisienne[2].

 
Will Stevens en 2014 sur le Nürburgring.

En 2014, toujours chez Strakka Racing, il remporte la course d'ouverture à Monza et l'avant-dernière course à Jerez[3]. Il se classe sixième. Juste avant le Grand Prix du Japon, il devient pilote de réserve pour Marussia F1 Team[4].

2014-2015 : court passage en Formule 1 avec Caterham et MarussiaModifier

En grandes difficultés financières et sans Marcus Ericsson parti chez Sauber, Caterham F1 Team fait appel Will Stevens pour épauler Kamui Kobayashi lors de la dernière course de la saison, à Abou Dabi[5]. Pour son premier Grand Prix en Formule 1, il termine dix-septième, à un tour de Lewis Hamilton[6].

 
Will Stevens au volant de la Marussia MR03B lors du Grand Prix du Canada 2015.

En 2015, deux semaines avant le début de la saison, il signe avec Manor Marussia F1 Team qui vient de perdre son administration judiciaire[7]. Les MR03B ne sont pas prêtes à temps pour le Grand Prix inaugural en Australie et ni Roberto Merhi ni Will Stevens ne peuvent rouler[8]. Merhi peut faire des débuts en Formule 1 à Sepang mais la voiture de Stevens est touchée par un problème d'alimentation qui l'empêche de faire le moindre mètre[9]. Il doit attendre la troisième épreuve de la saison, en Chine, pour disputer sa première course, qu'il achève à la quinzième position, devant Merhi. Au volant de la monoplace la moins efficace du plateau, il ne peut lutter qu'avec l'Espagnol qu'il domine régulièrement tant en qualifications qu'en course. En fin de saison, Roberto Merhi est partiellement remplacé par le troisième pilote Alexander Rossi qui lui oppose plus de maîtrise[10]. Grâce à deux douzièmes places, Merhi et Rossi se classent devant lui au championnat des pilotes ; Will Stevens termine vingt-et-unième et dernier du championnat avec comme meilleur résultat une treizième place à Silverstone.

Depuis 2016 : l'endurance et le GTModifier

En 2016, si Manor décide de ne plus continuer avec Will Stevens en Formule 1, l'écurie fait appel à lui pour son nouveau programme en endurance[11]. Il dispute les deux premières courses de la saison avec Manor, puis se fait prêter par Manor chez G-Drive Racing pour les 24 Heures du Mans[12]. Avec ses équipiers Roman Rusinov et René Rast, il termine sixième au classement général et deuxième de la catégorie LMP2. En parallèle, avec Belgian Audi Club Team WRT, il participe au Blancpain GT Series Sprint[13] et se classe neuvième avec trois podiums en huit courses. En Blancpain GT Series Endurance, il se classe dix-huitième.

 
Will Stevens en Blancpain GT Series en 2017.

L'année suivante, il participe aux 24 Heures du Mans avec JMW Motorsport et remporte la course en catégorie LMGTE Am[14]. Il dispute également deux courses d'European Le Mans Series et obtient deux podiums. Toujours avec Belgian Audi Club Team WRT en Blancpain GT Series Sprint, il partage sa voiture avec Markus Winkelhock et connaît sa première victoire sur le circuit de Zolder[15]. Les deux hommes finissent deuxièmes.

En 2018, Will Stevens signe chez Panis-Barthez Compétition en European Le Mans Series[16]. Il obtient une pole position, deux podiums et termine sixième. Au Mans, il termine neuvième de sa catégorie. il s'impose à Brands Hatch et termine quatrième du Blancpain GT Series Sprint.

En 2019, il rejoint Jackie Chan DC Racing et remporte les 1 000 Miles de Sebring. Il termine également 13e aux 24 Heures du Mans.

CarrièreModifier

Résultats en monoplaceModifier

Saison Championnat Écurie Courses Victoires Pole positions Meilleurs tours Podiums Points Classement
2008 Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault   Fortec Motorsport 4 0 0 1 1 15 8e
Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault 4 0 0 0 0 54 8e
2008–2009 Toyota Racing Series   Giles Motorsport 9 0 1 0 5 491 9e
2009 Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault   Fortec Motorsport 20 0 0 0 1 247 7e
2010 Championnat de Grande-Bretagne de Formule Renault   Manor Motorsport 20 1 1 0 7 397 4e
2011 Eurocup Formula Renault 2.0   Fortec Motorsport 14 1 3 0 4 116 4e
2012 Formule Renault 3.5 Series   Carlin 17 0 0 0 1 59 12e
2013 Formule Renault 3.5 Series   P1 by Strakka Racing 17 0 0 2 5 148 4e
2014 Formule Renault 3.5 Series   Strakka Racing 17 2 1 0 4 122 6e

Résultats en championnat du monde de Formule 1Modifier

Tableau synthétique des résultats de Will Stevens en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus GP disputés Victoires Pole positions Meilleurs tours Dans les points Abandons Points inscrits Classement
2014 Caterham F1 Team CT05 Renault Energy F1 V6 Pirelli 1 0 0 0 0 0 0 23e
2015 Manor Marussia F1 Team MR03B Ferrari Type 059/3 V6 Pirelli 17 0 0 0 0 3 0 21e
Total 18 0 0 0 0 3 0
Résultats détaillés des saisons de Will Stevens en Formule 1
Saison Écurie Châssis Moteur Pneus 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 Classement Points
inscrits
2014 Caterham F1 Team Caterham CT05 Renault V6 turbo hybride P AUS
MAL
BHR
CHI
ESP
MON
CAN
AUT
GBR
ALL
HON
BEL
ITA
SIN
JPN
RUS
USA
BRE
ABU
17
23e 0
2015 Manor Marussia F1 Team Marussia MR03B Ferrari V6 turbo hybride P AUS MAL CHI
15
BHR
16
ESP
17
MON
17
CAN
17
AUT
Abd.
GBR
13
HON
Abd.
BEL
16
ITA
15
SIN
15
JPN
19
RUS
14
USA
Abd.
MEX
16
BRE
17
ABU
18
21e 0

Légende : ici

Résultats aux 24 heures du MansModifier

Tableau synthétique des résultats de Will Stevens aux 24 Heures du Mans[17]
Année Équipe no  Châssis Moteur Pneus Catégorie Équipiers Tours Résultat
2016   G-Drive Racing 26 Oreca 05 Nissan VK45DE 4,5 l V8 Dunlop LMP2   Roman Rusinov
  René Rast
357 6e
2017   JMW Motorsport 84 Ferrari 488 GTE Ferrari F154 3,9 l V8 Michelin LMGTE Am   Robert Smith
  Dries Vanthoor
333 26e
2018   Panis-Barthez Compétition 23 Ligier JS P217 Gibson GK428 4,2 l V8 Michelin LMP2   Julien Canal
  Timothé Buret
352 13e
2019   Panis-Barthez Compétition 23 Ligier JS P217 Gibson GK428 4,2 l V8 Dunlop LMP2   René Binder
  Julien Canal
362 13e

RéférencesModifier

  1. Vincent Lalanne-Sicaud, « FR3.5 - Will Stevens signe chez Carlin », sur news.sportauto.fr, (consulté le 4 mai 2019)
  2. « Will Stevens rejoint Caterham Racing Academy », sur motorsport.com, (consulté le 4 mai 2019)
  3. « Première victoire pour Will Stevens à Monza », sur Renault sport.com, (consulté le 4 mai 2019)
  4. « Will Stevens pilote de réserve Marussia », sur 20min.ch, (consulté le 4 mai 2019)
  5. Matthieu Piccon, « Will Stevens sera le deuxième pilote de Caterham à Abu Dhabi », sur racingbusiness.fr, (consulté le 21 novembre 2014)
  6. « F1 - Une seule voiture à l’arrivée pour Caterham », sur nextgen-auto.com, (consulté le 25 novembre 2014)
  7. « F1 - Manor recrute Will Stevens et vise Melbourne », sur autohebdo.fr, (consulté le 25 février 2015)
  8. Jean-Moïse Dubourg, « Manor Maurssia : Stevens et Merhi ne prendront pas le départ », sur sport365.fr, (consulté le 4 mai 2019)
  9. Julien Barthet, « GP de Formule 1 de Malaisie : Stevens forfait », sur lemagsportauto.com, (consulté le 4 mai 2019)
  10. Pierre Van Vliet, « Rossi remplace Merhi ! », sur f1i.fr, (consulté le 1er septembre 2017)
  11. Pablo Elizalde, « Stevens rejoint Manor... en WEC ! », sur motorsport.com, (consulté le 6 mai 2019)
  12. Basile Davoine, « Will Stevens prêté par Manor à G-Drive », sur motorsport.com, (consulté le 6 mai 2019)
  13. « Blancpain - Un duo Rast - Stevens chez WRT », sur autohebdo.fr, (consulté le 6 mai 2019)
  14. Mathieu Chevalier, « 24 Heures du Mans - Les réactions des vainqueurs en LMGTE Am », sur lemans.org, (consulté le 6 mai 2019)
  15. Jacques-Armand Dupuis, « Blancpain GT - Stevens et Winkelhock s’imposent à Zolder », sur autohebdo.fr, (consulté le 6 mai 2019)
  16. Basile Davoine, « Panis-Barthez Compétition dévoile un équipage... sans Barthez », sur motorsport.com, (consulté le 6 mai 2019)
  17. « Palmarès de Will Stevens au 24H du Mans », sur les24heures.fr (consulté le 3 mai 2019)

Liens externesModifier

Sur les autres projets Wikimedia :