Jacqueline Delubac

actrice française
Jacqueline Delubac
Nom de naissance Isabelle, Jacqueline Basset
Naissance
Lyon, Rhône (France)
Nationalité Drapeau de France Française
Décès (à 90 ans)
Créteil, Val-de-Marne (France)
Profession actrice

Jacqueline Delubac est une actrice française, née le dans le 6e arrondissement de Lyon, morte le (à 90 ans), à Créteil (Val-de-Marne). Elle fut la troisième épouse de Sacha Guitry et l'interprète de onze de ses films. Après avoir abandonné le cinéma et le théâtre, Jacqueline Delubac est devenue collectionneuse d'art.

BiographieModifier

Son grand-oncle, Auguste Delubac, est l'inventeur de la soie artificielle[1].

Ses parents, Jean Marie Henri Basset (1862-1911), industriel lyonnais et Alice Isabelle Delubac (1878-1961), dont elle a pris le nom, se sont mariés le à Valence.

Jacqueline est élevée à Valence. Elle arrive à Paris, à la fin des années 1920, pour prendre des cours de danse et de chant. Elle obtient rapidement quelques petits rôles dans des revues, puis au théâtre et au cinéma et se lie avec Jean Sablon, Marcel Achard, Léon-Paul Fargue.

À l'automne 1931, un de ses amis, Robert Trébor parle d'elle à Sacha Guitry, qui cherche, pour sa pièce Villa à vendre, une jeune et jolie comédienne capable de jouer avec l'accent anglais. Guitry la convoque, l'engage et lui fait une cour discrète. L'été 1934, Sacha, quitté par Yvonne Printemps, se fait pressant. Jacqueline est séduite et, le , alors qu'elle n'a que 27 ans, elle épouse Guitry, qui en a 50, soit 23 ans de plus qu'elle. Il annonce leur mariage en déclarant : « J'ai le double de son âge, il est donc juste qu'elle soit ma moitié », rajeunissant légèrement la mariée (Jacqueline prétendra dès lors être née en 1910 et non en 1907).

Guitry fait d'elle une actrice applaudie au théâtre, et au cinéma. Elle joue dans 23 pièces de son mari, dix créations et treize reprises, et interprète onze de ses films. Son jeu dans les films du maître est étonnant de naturel et de modernité.

Son charme physique fait d'elle l'une des Françaises les plus séduisantes de l'entre-deux-guerres. Couverte par son mari de parures et de fourrures des plus grands créateurs, elle est considérée comme l'archétype de la Parisienne raffinée. Le magazine américain Life la classe parmi les cinq femmes les plus élégantes du monde. Elle conservera jusqu'à sa mort cette élégance et ce raffinement, ce qui lui vaudra une aura, durable et rare, de « femme sublime » même quinze ans après sa disparition[2]. Le couple divorce le .

Après son divorce, Jacqueline Delubac joue encore dans une dizaine de films de Pabst, Tourneur, L'Herbier et dans quelques pièces de théâtre.

Après la Seconde Guerre mondiale, elle devient la compagne du propriétaire de mines de diamant, d'origine arménienne, Mihran Garabet Eknayan (1892-1985), qui l'épousera à Neuilly sur Seine le [3].

Elle abandonne définitivement cinéma et théâtre en 1951 et commence à constituer une remarquable collection d'art impressionniste et moderne : Edgar Degas, Auguste Rodin, Auguste Renoir, Édouard Manet, Raoul Dufy, Amedeo Modigliani, Pablo Picasso, Serge Poliakoff, Jean Dubuffet, Georges Rouault, Jean Fautrier, Francis Bacon... En 1983, elle lègue la plus grande partie de sa collection (35 tableaux ou pastels), au musée des beaux-arts de Lyon, sa ville natale, dispositions testamentaires mises en œuvre après sa mort accidentelle en 1997.

Sa splendide collection personnelle de vêtements, des années 1960 aux années 1990, plus de 600 pièces, a été offerte au Musée de la mode et du textile de Paris.

Jacqueline Delubac meurt des suites d'un traumatisme crânien le , à l'hôpital Henri-Mondor de Créteil dans le Val-de-Marne, après avoir été heurtée accidentellement par un cycliste[4]. Elle est inhumée au cimetière de Garches.

Le , le musée des beaux-arts de Lyon a rendu hommage à Jacqueline Delubac en organisant un bal dans la cour et le parc du Palais Saint-Pierre, reprenant des chansons des revues des années 1930, dont celles de son amie Joséphine Baker, en présence de son amie Maddly Bamy, avec une rétrospective des dons des œuvres qu'elle avait cédées au musée et à la ville de Lyon.

CollectionModifier

Jacqueline Delubac commence sa pratique de collectionneuse après son divorce de Sacha Guitry en .

Elle effectue son premier achat à la galerie Louis Carré le . Il s'agit de L'Atelier aux raisins de Raoul Dufy. Un deuxième tableau entre dans sa collection : Poisson sur une assiette (1921) de Pierre Bonnard.

En 1955, Jacqueline Delubac pose pour Bernard Buffet.

En 1956, au cours d'une visite de l'atelier d'Hans Hartung elle fait l'acquisition de T. 1955-33[5].

Lors d'un voyage à New York, elle devient propriétaire d'une toile de Georges Braque datant de 1937 : Femme au chevalet. Elle découvre aussi Les Deux Femmes au Bouquet (1921) de Fernand Léger à la galerie Perls.

Elle commande en 1959 un nouveau portrait, cette fois à Paolo Vallorz (it).

Dans les années 1980, Jacqueline Delubac se tourne vers les productions de Francis Bacon et acquiert en 1982, à la galerie Claude Bernard à Paris, Carcasse de viande et oiseau de proie (1980). Un deuxième Bacon, Étude pour corrida n°2 (1969), entre dans sa collection en 1989.

Peu après la mort de son second mari, Myran Eknayan, Jacqueline Delubac songe à l'avenir de ses collections. Dans un premier temps, elle pense faire une donation au musée d'Art moderne de la ville de Paris. Mais, par l'intermédiaire de Jean-Hubert Martin, elle rencontre Philippe Durey, directeur du musée des Beaux-Arts de Lyon et envisage alors de léguer la collection impressionniste « Eknayan ». Quelques mois plus tard, une visite est organisée au musée des Beaux-Arts de Lyon et la promesse d'un legs est scellée.[6]

Une partie de sa collection de tableaux (Poliakoff, Fautrier, Laurencin, Rouault, van Dongen, Vieira da Silva, Pignon-Ernest, etc.), estampes modernes (Picasso, Bellmer, Tanguy), bronzes (Rodin, Richier), meubles et objets d'art fut vendue aux enchères publiques à Paris le (catalogue de 46 numéros).


CitationModifier

« J’ai un bon œil, j’ai eu le bonheur d’avoir un assez bon instinct et d’acheter des peintures de Poliakoff, de Fautrier, de Dubuffet qui étaient peu connus, et j’ai la joie de les avoir acquises quand tout le monde se moquait de moi [7]. »

FilmographieModifier

ThéâtreModifier

PublicationModifier

  • Jacqueline Delubac, Faut-il épouser Sacha Guitry ?, mise en « scènes » Robert Yag, Julliard, 1976 (ISBN 2260000282)

DécorationsModifier

Notes et référencesModifier

Voir aussiModifier

BibliographieModifier

  • Olivier Barrot et Raymond Chirat, Inoubliables ! Visages du cinéma français 1930-1950, Paris, Calmann-Lévy, 1986.
  • Dominique Sirop, L'Élégance de Jacqueline Delubac, avec la contribution d'Azzedine Alaïa, Jean-Claude Brialy, Pierre Cardin... (et al.], Adam Biro, 1994 (ISBN 2876601389)
  • Raymond Voinquel, Les Acteurs du rêve, Paris, Editions du Patrimoine, Seuil, 1997.
  • De Manet à Bacon, la Collection Jacqueline Delubac, Paris, Réunion des musées nationaux / Musée des beaux-arts de Lyon, 1998.
  • Julie Verlaine, « Jacqueline Delubac (1907-1997) : Actrice et collectionneuse », dans Femmes collectionneuses d'art et mécènes : de 1880 à nos jours, Éditions Hazan, , 287 p. (ISBN 9782754106122), Femmes actives : Carrière et collection, 1930-1970, p. 184-192

Liens externesModifier