Le Roman d'un tricheur

film de Sacha Guitry, sorti en 1936
Le Roman d'un tricheur

Réalisation Sacha Guitry
Scénario Sacha Guitry
d'après son roman
Musique Adolphe Borchard
Acteurs principaux
Sociétés de production Cinéas
Pays de production Drapeau de la France France
Genre Comédie
Durée 77 minutes (h 17)
Sortie 1936

Pour plus de détails, voir Fiche technique et Distribution

Le Roman d'un tricheur est un film français réalisé par Sacha Guitry, sorti en 1936, adaptation du roman de Guitry, Mémoires d'un tricheur.

Synopsis modifier

Assis à la terrasse d'un café, un homme rédige ses mémoires : il raconte comment son destin fut définitivement scellé lorsque, à l'âge de douze ans, parce qu'il avait volé dans le tiroir-caisse de l'épicerie familiale pour s'acheter des billes, il fut privé de dîner. Le soir même, toute sa famille meurt empoisonnée en mangeant un plat de champignons. Seul dans la vie et ayant ainsi constaté l'inutilité d'être honnête, il n’aura par la suite qu’une seule ambition, devenir riche. Voyant dans sa survie un signe du destin, il choisit de parvenir à ses fins en devenant tricheur et voleur professionnel.

Fiche technique modifier

Distribution modifier

Commentaires modifier

Le Roman d'un tricheur fait partie des cent films les plus importants du cinéma, choisis par une sélection de 78 spécialistes, en grande majorité français, réunis en 2008 par Claude-Jean Philippe[2].

Novateur, Sacha Guitry utilise ici de façon quasi constante la voix off, principe qui consiste à voir une scène commentée par un comédien qui n'apparaît pas à l'écran. En fait, presque tout le film n'est qu'en voix off, Sacha Guitry jouant lui-même la voix de tous les personnages.

La sortie du film, aujourd'hui considérée comme une date phare de l'histoire du cinéma[3],[2],[4], a suscité des critiques assez mitigées à l'époque, le  : ce « film un peu long et paradoxal » pour le Cinéopse, est, selon Lucie Derain, dans La Cinématographie française « conçu et composé comme un film muet, avec des trouvailles techniques très jolies et fort bien mises en place. » Gaston Modot, dans Ciné Liberté écrit : « Le Roman d'un tricheur, qui s'avère nul, par la suite, est long à se déclencher. » Ce n'est que plus tard que le film de Guitry est pleinement reconnu, considéré comme un chef-d'œuvre par Orson Welles ou François Truffaut, et qu'il est salué par les cinéastes de la Nouvelle Vague.

Welles affirme s'être inspiré, pour la réalisation de Citizen Kane, du Roman d'un tricheur quant à certains effets stylistiques (flashbacks, fondus, caméra subjective, voix off, etc.).

Le roman Mémoires d'un tricheur a, par la suite, été adapté au théâtre et interprété par Francis Huster en 2005.

Notes et références modifier

  1. « Nouvelle activité des studios de Saint-Laurent-du-Var », La Cinématographie française, no 915,‎ (lire en ligne).
  2. a et b Claude-Jean Philippe, 100 films pour une cinémathèque idéale, éd. Cahiers du cinéma, 2008.
  3. Claude Beylie, Les Films clés du cinéma, Bordas, 1987 ; rééd. Éditions Larousse, 2006.
  4. Télérama, hors-série, n° 55, 100 ans de cinéma, 1995.

Liens externes modifier