Rip (auteur)

chansonnier, dessinateur, librettiste, dramaturge français
Rip
Description de cette image, également commentée ci-après
autoportrait
Nom de naissance Georges Gabriel Thenon
Naissance
Paris 17e
Nationalité Drapeau de la France Française
Décès (à 57 ans)
Paris 16e
Profession Dessinateur, chansonnier, librettiste

Rip, pseudonyme de Georges Gabriel Thenon, est un chansonnier, dessinateur, librettiste et revuiste français, né le dans le 17e arrondissement de Paris[1] et mort le dans le 16e arrondissement de Paris[2],[3].

BiographieModifier

Rip, dont le pseudonyme est l'acronyme de la formule « Rire, Ironie, Plaisanterie »[4], est notamment l'auteur de revues à succès[5] dont certaines ont été interprétées, entre autres, par Mistinguett, Raimu, Arletty, Michel Simon.

Rip est inhumé dans le cimetière de Montrouge[6] dans le caveau de famille Thenon (46e division), près de sa sœur Geneviève épouse du peintre Pierre-Henri Garnier dit Garnier-Salbreux (1880-1932).

Œuvres et spectacles comme auteurModifier

FilmographieModifier

Comme acteur, sauf mention contraire :

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

  1. Mairie de Paris 17e, Acte de naissance no 738, sur Archives de Paris, (consulté le ), vue 10.
  2. Le Théâtre – Petits potins, rubrique de l'hebdomadaire Paris-Municipal en date du 1er juin 1941.
  3. a et b Mairie de Paris 16e, Acte de décès no 1048, sur Archives de Paris, (consulté le ), vue 15.
  4. « Rip est mort », sur Gallica, L'Action française, Paris, (consulté le ), p. 2.
  5. « […] une suite de tableaux, où l'on évoque sur le mode comique les événements de l'actualité. À Paris, le champion du genre est un auteur : Rip » ; Raymond Castans, Marcel Pagnol, éditions de Fallois et Le Livre de Poche, 1995, p. 43
  6. Philippe Landru, « Montrouge (92) : cimetière », sur Cimetières de France et d'ailleurs, (consulté le ).
  7. Des scènes furent ajoutées en 1919, source texte de la pièce de théâtre Plus ça change de Rip, illustration de Zyg Brunner, éditions Lucien Vogel, 1922
  8. « Le Figaro », sur Gallica, (consulté le )

Liens externesModifier