Robert Trébor (dramaturge)

dramaturge français (1879-1942)
Robert Trébor
Nom de naissance Robert Julien Pierre Fleurieau
Naissance
Paris
Décès (à 62 ans)
Paris Drapeau de la France France
Activité principale Dramaturge
Directeur de théâtre
Avocat
Producteur
Lieux d'activité Paris
Années d'activité 1905-1942
Collaborations Michel Fagadau, Auguste Germain, Sacha Guitry, Paul Nivoix, Marcel Pagnol, Albert Willemetz.
Distinctions honorifiques Chevalier (1928), officier (1931), puis commandeur (1937) de la Légion d'Honneur.

Œuvres principales

Fred, Les Marchands de gloire, La Petite Femme forte, L'Amour en tournée.

Robert Fleurieau, dit Robert Trébor, est un dramaturge, directeur de théâtre, avocat, syndicaliste et producteur français, né le à Paris, ville où il est mort le .

BiographieModifier

Dramaturge

Dans une famille de commerçants bouchers, Robert Fleurieau naît le dans le 7e arrondissement de Paris[1].

En 1905, Robert Trébor, Robert Julien Pierre Fleurieau de son nom complet, créait en collaboration avec Auguste Germain[2] la pièce en trois actes Fred jouée en au Théâtre des Bouffes du Nord[3].

En 1906, il co-écrit avec Auguste Germain, L'Attente, comédie en un acte présentée au théâtre de l'Odéon à Paris[4].

Il co-écrit avec Paul Nivoix et Marcel Pagnol la pièce Les Marchands de gloire mise en scène par Michel Fagadau qui sera reprise en 1997 à la Comédie des Champs Elysées[5].

En 1908, il créa la pièce La Petite Femme forte, jouée à la Comédie-Royale en .

En 1909, il adapte avec Auguste Germain, la pièce en trois actes de Robert Reinert, Guerre (Krieg) au théâtre Antoine à Paris, le [6].

En 1913, il écrit L'Amour en tournée, pièce en un acte.

Directeur de théâtre

En 1915, il devint directeur du théâtre Michel, situé rue des Mathurins à Paris. Sacha Guitry y fit jouer plusieurs de ses pièces dans lesquelles il interpréta également des rôles. D'autres dramaturges y créeront leurs pièces durant sa direction théâtrale, notamment André Luguet et Claude André Puget. Il resta directeur du théâtre Michel jusqu'à sa mort survenue en [7]. Robert Trébor sera à la base de la création du Syndicat national du théâtre privé (SNDTP) le dont il devint le premier président[8].

En 1931, Sacha Guitry a besoin d'une jeune actrice pour sa nouvelle pièce Villa à vendre qu'il créait au théâtre de la Madeleine. Robert Trébor lui présente Jacqueline Delubac qui deviendra sa troisième épouse[9].

Producteur

La même année, Robert Trébor produit la pièce en un acte de Claude-André Puget, La Ligne de cœur au théâtre Michel, interprétée par Pierre Fresnay et Hélène Perdrière. Puis en 1932, une seconde pièce de Claude-André Puget, Valentin le désossé, jouée par les mêmes acteurs. En 1934, il produit Tourterelle du même auteur[10].

En 1939, Robert Trébor produit la pièce en trois actes de Marc-Gilbert Sauvajon, L'Amant de paille, au théâtre Michel, interprétée notamment par Jean-Pierre Aumont et Bernard Blier[11].

Mort

Il meurt le à l'hôpital temporaire Piccini dans le 16e arrondissement[12], et, est inhumé au Cimetière de Bercy[13].

DistinctionsModifier

Notes et référencesModifier

Liens externesModifier